Livres
439 694
Membres
369 552

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Nymphetamine 2018-11-27T13:47:06+01:00

- Tu as donc échoué, petit Illidan, tonna Magtheridon, dont les mots se répercutaient sur les énormes blocs de pierre des murs, amplifiés par l'immense puits situé au centre de la pièce. Tu n'as pas rempli la mission que t'a confiée le grand Kil'Jaeden. Je ne m'étonne pas que tu n'aies pas réussi à détruire le roi-liche. Ton destin est d'échouer, toujours.

Illidan observa le seigneur des abîmes. Même enchaîné au plus profond des immense caveaux situés sous la citadelle des Flammes Infernales, Magtheridon restait puissant. Les sorts d'emprisonnement dus aux cubes de Manticron étaient en permanence déformés par la volonté du démon.

Illidan marmonna une incantation de puissance. Les générateurs de magie s'illuminèrent et de l'énergie gangrenée se fit sentir. Magtheridon poussa un hurlement. Une odeur de chair de démon brûlée emplit les lieux.

- Quel effet cela fait-il d'être vaincu à plates coutures par un tel perdant ? lança Illidan.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Nymphetamine 2018-10-19T01:22:21+02:00

Percevant une présence de l'autre côté de la porte de sa cellule, il se prépara à attaquer. C'est alors qu'une voix s'éleva; la dernière qu'il aurait imaginé entendre.

- Tu es là, Illidan? demanda Tyrande Murmevent.

Tous ses rêves de vengeances, tous ses plans de représailles se volatilisèrent, comme s'il n'avait jamais été enfermé. Sa propre réaction le stupéfiait. Il s'était cru plus résistant face aux menaces - surtout face à elle.

Sa réponse fut quelque peu hésitante après des décennies de silences:

- Tyrande... c'est toi! Après cette éternité dans les ténèbres, ta voix est pour mon esprit comme la lueur pure de la lune.

Il se maudit pour sa faiblesse.Il ne s'était pas vu prononcer ces mots dans ses rêves de liberté et d'évasion. Ils étaient pourtant sortis sans effort de ses lèvres tandis que l'espoir naissait en lui.

Peut-être avait-elle compris son erreur.Peut-être était-elle venue pour le libérer, pour lui pardonner.

- La Légion est de retour, Illidan. Ton peuple a de nouveau besoin de toi.

Il serra les mains sur ses armes.

- Mon peuple a besoin de moi? Mon peuple m'a laissé pourrir!

Sa gorge se comprima sous l'effet de la rage, étouffant d'autres mots. Les démons étaient revenus, comme il l'avait toujours prédit, et son peuple réclamais son aide. Une colère bouillonnante éclata en lui, laissant derrière elle un grande vide, que vint combler une puissance plus grande encore.

Les sorts qui le retenaient prisonnier s'étaient affaiblis, cela ne faisait aucun doute. En agissant comme elle l'avait fait, en relâchant sa volonté, Tyrande avait contribué à les défaire.

Il concentra toute sa fureur et toute la frustration refoulée en un puissant sort de neutralisation. Les chaînes magiques résistèrent, mais ça ne durerait pas. Des fleuves de puissance érodaient les barrières qui l'entouraient. Lentement au début, puis de plus en plus vite, elles s'effondrèrent. Illidan arracha les barreaux de sa cellule, fracassant le mur de pierre.

Tyrande était là, toujours aussi superbe. Elle le dévisageait. Les années ne l'avaient pas changée. Elle était grande, dotée d'une peau violet pâle et de cheveux bleus; aussi gracieuse qu'une danseuse du temple, aussi belle qu'un levé de lune sur Nordrassil. Elle empestait le sang et la magie. Percevant sans doute la rage d'Illidan, elle se détourna, incapable de soutenir son regard. La voir esquisser ce mouvement de recul le fit souffrir plus que tout, après les longues années écoulées.

- Je t'ai aimé, autrefois, Tyrande, et pour cette raison je traquerai les démons et je renverserai la Légion. Mais jamais je ne devrai quoi que ce soit à à notre peuple! gronda-t-il, la lèvre supérieure retroussée.

Elle parvint à le regarder droit dans les yeux, cette fois. Son visage se peignit de diverses émotions. De l'espoir. De la peur. Ou était-ce de la pitié, des regrets? Sans certitude, il se maudit d'accorder tant d'importance à ce qu'elle avait à l'esprit. Ce qu'elle éprouvait ne signifiait rien à ses yeux! Rien du tout!

- Regagnons au plus vite la surface, alors! dit Tyrande. La corruption des démons se propage un peu plus à chaque seconde que nous perdons.

Et ce fut tout. Il n'obtiendrait rien d'autre après ces interminables millénaires perdus. Pas d'excuses. Pas de remords. Elle avait contribué à l'enfermer dans cet épouvantable endroit, et aujourd'hui elle avait besoin de son aide. Le pire, c'était qu'il allait la lui donner.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode