Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de x-Key : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
L'Étrange Vie de Nobody Owens L'Étrange Vie de Nobody Owens
Neil Gaiman   
Ce qui m'a incité à lire cet ouvrage, c'est les nombreux éloges que j'en ai entendu. Je ne connaissais pas du tout l'auteur avant de lire ce livre et je dois dire, que j'ai été conquise. Ce livre est un pur régal.

Nobody Owens n'est un bébé lorsque sa famille se fait tuer. Par chance, il est reccuilli et élevé par un couple de fantôme, les Owens. C'est Silas, un personnage étrange et mystérieux, qui s'occupera de sa protection et de son éducation. Devenu habitant à part entière du cimetière, Nobody, dit Bod, grandira entouré de fantômes.

Ce que j'aime dans ce livre, c'est la façon dont il est présenté. En plus d'être parsemé d'illustrations, les chapitres sont peu nombreux et plus ou moins longs. Ainsi, entre chaque chapitre, il se passe plusieurs années. Ce qui donne un livre relativement court, mais au rythme soutenu.
Ces multiples élipses temporaires donnent un livre très découpé, mais pour une fois, je dois dire que ça ne m'a pas dérangé pour autant. Au contraire, c'est ce qui donne son charme au roman.

De plus, chaque chapitre représente une aventure de Nobody, une étape importante de sa vie. Comme par exemple lorsqu'il se fait sa première amie, une véritable humaine qui va le prendre pour son ami imaginaire. Ou encore la fois où il va passer à travers la porte des Goules, et encore pleins d'autres aventures.

Le fil rouge de cette histoire, reste néanmoins présent tout au long du livre, puisqu'il s'agit du Jack, l'homme qui à voulu tuer Nobody. Et si tout au long du livre on en entend pas énormément parler, la fin se précipite car elle présente la rencontre palpitante entre Nobody, Silas et le Jack.

J'ai également beaucoup apprécié l'ambiance sombre et inquiétante, à la limite du gothique qui se dégage de ce livre. Avec des personnages mystérieux et inquiétants pour certains, ainsi que le cadre où se situe la majorité de l'histoire, c'est à dire le cimetière. Avec ses vieilles tombes arrachés, ses statues cassées recouvertes de mousses, elle semblent tout droit sortie du Père Lachaise !

Bref, un cadre sympa, des personnages attachants, même si ma préférence va à Silas, cet être de la nuit, un style d'écriture vraiment agréable. Ce livre est un pur moment de plaisir ! Un livre jeunesse mais qui reste tout de même sombre et pas forcément adapté aux plus jeunes. Un livre qui ravira les adultes !

par Fantasyae
Le Parfum Le Parfum
Patrick Süskind   
Je m'attendais à un roman long, incompréhensible et barbant, mais c'est raté et j'ai été agréablement surprise. Comme l'à dit une critique :" à chaque page, de nouvelles senteurs", c'était le but non ?

par vagabonde
Jenny Jenny
Fabrice Colin   
Bonjour les lecteurs .....
Pourquoi est-ce que je n'ai RIEN compris à ce livre ?
J'ai eu l'impression que le 4° de couverture ne correspondait en rien à l'histoire !!!
L'histoire débute de façon banale, un couple et ses problèmes, un couple qui s'effiloche.
Tentant une ultime réconciliation, le couple part pour Las Vegas et là April disparaît, volatilisée.
Bradley part d'abord à sa recherche pendant de long mois et puis semble se raisonner à vivre sans elle . C'est à ce moment qu'il rencontre Jenny qui lui montre une vidéo d'April vivante ..
Et c'est à ce moment que tout part en vrille ( pour moi ).. tout se mélange, passé et présent, imaginaire et réalité ...
J'avoue avoir perdu pied en lisant ce thriller et n'avoir pas su tout décoder !
Ma lecture est devenue poussive et j'ai du me faire violence pour terminer le livre
Dommage car l'idée de base était intéressante.
Si un lecteur pouvait éclairer ma lanterne et m'expliquer cette histoire, j'en serais ravie !

par Granny-1
Le Livre des choses perdues Le Livre des choses perdues
John Connolly   
Très bon livre. Sombre et plutôt effrayant, mais il met en valeur l'importance de la gentillesse et du courage, plus que des exploits héroïques.
Il a aussi un je-ne-sais-quoi qui rappelle quelques réminiscences de l'enfance, sans savoir lesquelles.
Un livre à lire à différents âges pour différentes interprétations : un récit d'aventures et d'horreur, puis d'initiation à l'âge adulte et aux valeurs humaines.

par Mellana
Des milliards de tapis de cheveux Des milliards de tapis de cheveux
Andreas Eschbach   
Attention Chef-d’œuvre.
C’est tout simplement l’un des plus beau livres de Space Opera jamais écrits.
Ce roman tudesque fait partie des plus belle légendes du futur au même titre que les Seigneurs de l’Instrumentalité de C. Smith ou de Demain les Chiens de C. Simak.
Un mystère à découvrir avec énormément de charme, d’angoisse et d’une richesse infinie.
De surcroit, ce Roman avec un R majuscule est plein de poésie, de rêves, d’espoir et d’orgueil.
Alphabet City Alphabet City
Eleanor Henderson   
Ou voulait en venir l'auteur ? En toute honnêteté je n'en suis pas sûre, est ce qu'elle voulait parler de la drogue ? du sida ? Ou même de ce fameux mouvement hippie ? Au final une lecture sans intérêt , d'une lenteur surprenante , presque 500 pages et pourtant il ne se passe pas grand chose , pourquoi un livre si long pour dire si peu ? Mystère.

par poulpee
Fragment Fragment
Warren Fahy   
Étant friand de Botanique et de Biologie, le roman de Warren Fahy me semblait tout à fait approprié comme lecture.

Déjà, j'ai eu une réticence au début de l'histoire. Mon esprit cartésien a malheureusement écrasé celui de l'imaginaire. Imaginons une île totalement oubliée de la conquête des êtres humains. Imaginons que cette île a toutefois été découverte au XVIIIème siècle, mais que capitaine de bord a décidé de l'ignorer. Imaginons qu'avec toutes les expéditions, même les plus éloignées (Antarctique), personne n'a eu l'idée – pas même les plus grands scientifiques tels que Darwin, Linné, de Bougainville,… – de poser le pied sur cette île. Imaginons maintenant qu'une équipe de scientifiques passe au large de ladite île et soient obligés d'y faire escale parce qu'ils ont reçu un appel d'urgence. Voilà ce qu'on essaye de nous faire gober et voilà pourquoi je n'ai jamais réussi à rentrer dans l'histoire.

Le mot qui revient le plus à mon esprit avec ce livre c'est “trop“ : trop long (500 pages), trop démesuré (des insectes qui font deux fois la taille d'un tigre du Bengale), bestiaire trop parfait dans leur anatomie, trop hollywoodien,…

Dans son récit, Warren Fahy sème le trouble. Il utilise des noms familiers pour ses créatures qui ne sont en rien ce qu'elles représentent. Ainsi le rat des Henders n'est qu'un mélange entre la mangouste (l'arrière-train) et la mante religieuse (la partie supérieure), une alliance horrifiante. Les fourmis disques sont loin d'être des fourmis telles que nous les connaissons. Ce sont des bêtes sphériques capables de rouler sur elle-même, mais aussi d'être aussi bien sur le dos que sur le ventre. J'ai lu également les spiders-tigres dont je ne me souviens plus la forme. Quoi qu'il en soit, il est difficile de se faire une idée sur la faune tant leurs noms sont contradictoires. Toutefois, une fiche des deux premiers animaux se trouve à la fin du livre, bien que j'aurais préféré qu'elles se trouvent dans le récit, lorsque les scientifiques font une autopsie.
Si la faune est bien décrite, la flore – à ma plus grande déception – est totalement absente. Les mousses sont des sortes d'animaux.

Curieusement, j'ai davantage apprécié la seconde partie, avec l'arrivée de la créature des Henders. J'ai l'impression d'avoir lu un livre orienté Fantastique et non Science-Fiction. On y trouve une sorte d'humour bienvenue. Cela dit les quinze/vingts dernières pages m'ont paru potache.

J'ai eu l'impression que « Fragment » n'était davantage qu'un scénario, qu'un roman. le tout est cependant très dynamique et se lit très facilement. À mon sens, Il y a du bon et du moins bon dans ce livre. Dans la première partie, j'ai préféré les discours scientifiques de Geoffrey Biswanger.
Je n'ai pu m'empêcher de penser à une chanson à chaque fois que j'ai lu le nom de Warbuton (Stars of Warburton).

On notera également un discours omniprésent moralisateur sur l'impact de l'être humain sur son environnement, ce qui pourrait déplaire à certains. Pour ma part, cela ne m'a pas dérangé plus que ça. J'ai même été plutôt d'accord avec tout ce qui a été dit. Pas plus tard qu'il y a deux jours, j'ai vu un beau spécimen d'un bon quintal, jeter un emballage plastique par la vitre de son véhicule.

par Masa50
The Rain The Rain
Virginia Bergin   
Je trouve que c'est un très bon livre. Je l'ai lu en anglais, forcément, et ce qui m'a poussé à l'acheter, c'est la 4e de couverture. Oui, enfin bon, pas juste la 4e de couverture, mais plutôt les papillons qui remplacer tous les "gros mots" et... Je n'ai pas été surprise non, je m'attendais à un bon livre, et je n'ai pas été déçu ! L'histoire est vraiment touchante, et on entre dedans très facilement, parce qu'il fait vrai, tout simplement. L'écriture est simple, l'histoire aussi, mais... Elle fait vrai ! Je ne vois pas comment le dire autrement, vous devrez le lire pour comprendre

par rachelle
Max Max
Sarah Cohen-Scali   
Wahouh! Un livre tout simplement incroyable que j'ai dévoré! L'univers est assez dur et nous plonge au coeur de l'Allemagne où des bébés comme Konrad (ou Max) naissent dans le plus grand secret. On suit alors l'évolution de cet enfant (et de l'Allemagne) à travers son regard qui est conditionné depuis sa naissance. La rencontre entre Max et Lukas et l'attachement qu'ils auront l'un pour l'autre bouleversera les pensées du jeune "Aryen". La fin m'a toute chamboulé et j'ai été jusqu'à verser une petite larme (rare sont les livres qui me font pleurer).Et la détermination de chacun des personnages (Max, Lukas, la mère de Max...) m'a beaucoup plut. La lecture de cette histoire rude est facilitée par une écriture agréable. Ce livre nous révèle une Allemagne dure et les méthodes employés pour l'embrigadement des jeunes et leur devenir. Mais aussi les moyens utilisaient pour parvenir à obtenir une futur population d'"aryen" (rapt d'enfants polonais, sélection...)
Bref je conseille vivement ce livre.

par Cappy_da
Le Puits Le Puits
Iván Repila   
Un roman, ou plutôt une perle qui se dévore en environ deux heures.
Un huis-clos qui se savoure...
Brutal, cruel, émouvant...

Au fond du Puits, les semaines passent et les deux enfants s'affaiblissent.
Avec eux, pour seul bagage, ils avaient un petit sac de nourriture.
Ne pas céder au sac !
Sac dont les provisions pourrissent au fil des semaines et que le lecteur pensera gâchées... car il ne sait pas encore quelle signification ont ces provisions !
Signification qui les maintient en vie !

Pas de prénoms, pas d'âge, pas de lieu. Pas de passé non plus. Nous savons peu de choses de ces deux personnages avant le Puits mais, ce n'est pas important. Seul le présent est essentiel.

Vengeance, amour, sacrifice, espoir...
Une chose est certaine, on ne peut pas rester insensible à ce roman sublime et extrèmement bien écrit qui vous prendra aux tripes.

« Un roman indispensable » disait la quatrième de couverture ?
J'adhère à cent pour cent. Rien à retirer, rien à ajouter.
Tout est dit : ne passez pas à côté.

par dadotiste