Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de x-Key : Je suis en train de lire

retour à l'index de la bibliothèque
La Religieuse La Religieuse
Denis Diderot   
J'ai dû le lire pour l'université, et franchement, je l'ai trouvé époustouflant. Comme déjà dit précédemment, l'auteur a eu l'audace d'ouvrir les yeux de ses contemporains quant à la vie des couvents, à une époque où ils n'en étaient pas encore conscients puisque les institutions religieuses étaient si inhérentes à leur quotidien. Ceci dit, il ne faut pas tout prendre au premier degré. L'oeuvre est tout de même fortement romancée, les personnages assez invraisemblables surtout au niveau de leur psychologie.
S'inventer une île S'inventer une île
Alain Gillot   
Alors qu’il est sur un chantier en Chine, Dani apprend que son fils, Tom, 7 ans, s’est noyé. Il rentre précipitamment pour rejoindre Nora, sa femme, et s’occuper des formalités. Mais il traverse cette nouvelle réalité en étranger. Son chagrin ne trouve pas sa place, tout comme ses regrets, ceux de s’être si souvent absenté de chez lui. Quel père aura-t-il été en fin de compte?
C’est alors qu’il lui apparaît, son fils, tel un petit fantôme de chair et d’os, et qu’il lui parle. Dani résiste un temps à sa présence aussi magique qu’inexplicable, puis l’accepte. Ensemble, ils partent pour Belle-Île, s’inventer un endroit à eux, leur île, où Dani retrouvera des forces, pour apprendre à vivre d’une autre manière, plus essentielle.

(Source : Flammarion)

par x-Key
L'Arbre d'Halloween L'Arbre d'Halloween
Ray Bradbury   
Tout le charme de ce livre ne vient pas de son intrigue, qui est simplissime (pour ne pas dire enfantine!), mais de la plume de R. Bradbury !! Il a une façon d'écrire poétique, ses phrases sont "musicales et rythmées" un vrai plaisir!! Parfois est en relis une à voix haute juste pour le plaisir des clapotis qu'elle fait faire à notre langue... De plus j'ai beaucoup aimé le principe "éducatif" du livre: à travers une histoire simple, joliment écrite, on apprend pleins de choses sur halloween, son origine, sa signification et les différentes formes de fêtes similaires à travers les âges et le monde! Bref un livre très intéressant et une très bonne surprise!!

par btizlit
Scherbius (et moi) Scherbius (et moi)
Antoine Bello   
Il y a près de deux ans, j’avais découvert la plume d’Antoine Bello avec sa trilogie « Les falsificateurs » - « Les éclaireurs » - « Les producteurs ». Déjà à ce moment-là, j’avais vraiment apprécié me plonger dans ses livres. Il s’agit de littérature blanche mais en même temps, on a l’impression de se trouver dans un suspens, tant il est facile de tourner les pages vu l’envie qu’on a de connaître le fin mot de l’histoire. A l’époque, j’avais déjà eu l’impression que l’écrivain connaissait très bien dans quoi il nous embarquait, nous lecteurs et j’ai eu le même ressenti dans ce nouvel ouvrage.

Maxime le Verrier est un jeune psychiatre qui, un jour, voit débarquer un bien drôle patient dans son nouveau cabinet fraichement installé au boulevard Saint-Germain : Scherbius. Manipulateur doué à bien des égards, ce dernier est un véritable caméléon maniant les identités en un tour de main. Alors que le psychiatre tente d’établir l’histoire réelle de son patient, leur relation va évoluer au fil des événements naviguant entre admiration, agacement, incompréhension, volonté de nuire,… Les apparences peuvent être trompeuses…

Antoine Bello se joue des lecteurs et en connait véritablement beaucoup sur le thème principal : les maladies mentales et l’évolution de la psychiatrie depuis ses origines. On en apprend beaucoup à cette lecture sans en avoir l’impression et sans que cela alourdisse l’histoire (la psychiatrie en France, la mise en place du manuel diagnostique et statistique des troubles mentaux [DSM] aux Etats-Unis, en quoi consistent les troubles de personnalité multiple,…). On y suit ainsi le parcours psychiatrique de Scherbius en commençant par le diagnostic posé par son psychiatre puis la thérapie mise en place. J’ai apprécié en connaître plus sur le sujet sans que cela soit pour autant pompeux.

Le livre se présente sous une forme bien originale puisque c’est comme si les six éditions du livre écrit par Maxime le Verrier avaient été rassemblées en un seul tome, séparées par leur couverture. Ainsi à six reprises on retrouve Maxime le Verrier dans son parcours professionnel qui va finalement se retrouver intimement lié au destin du fantasque Scherbius mais également dans des aspects beaucoup plus personnels de son intimité. On évolue au fil des années à leurs côtés sans qu’on ne se rende compte des années qui passent dans le récit.

Qui est vraiment Scherbius ? D’où vient-il ? Est-il un affabulateur ou un imposteur ? L’intrigue se construit doucement au fil des pages de manière intelligente et inventive. C’est efficace et addictif, voilà pourquoi j’ai vraiment apprécié cette lecture. Avec une bonne dose d’humour, Antoine Bello a su traiter d’un sujet très sérieux (les maladies mentales) de manière instructive avec une écriture fluide, où il vous fera douter de tout. Au final, la véritable question est alors : mais qui manipule qui ?

Chronique sur mon blog : https://musemaniasbooks.blogspot.com/2018/11/scherbius-et-moi-dantoine-bello-roman.html

par Julie-176
Moi, ce que j'aime, c'est les monstres Moi, ce que j'aime, c'est les monstres
Emil Ferris   
Un incroyable roman graphique qui aborde une série de thèmes qu’on ne croirait pas compatibles au premier abord, dans un style graphique et une mise en page hyper originaux et atypiques. Un journal intime particulier où passé et présent se mêlent. Vivement la suite !

En savoir plus sur : https://livraisonslitteraires.wordpress.com/2018/09/08/moi-ce-que-jaime-cest-les-monstres-livre-premier/
Un clafoutis aux tomates cerises Un clafoutis aux tomates cerises
Véronique De Bure   
Ce livre est un vrai chef-d'œuvre. On vit avec Jeanne, une vieille dame de quatre-vingt dix ans, la dernière année de sa vie. Elle raconte avec humour et tendresse son passé et son présent. Autour d'elle son entourage se rétrécit petit à petit. J'ai passé un excellent moment.

par sentikelt
Lumikko Lumikko
Pasi Ilmari Jääskeläinen   
C'est un roman à la fois absurde, énigmatique, érotique, fantastique, psychologique, dans lequel le métier d'écrivain est tantôt glorifié, tantôt vilipendé alors même que les personnages principaux sont des auteurs soit établis, soit en devenir.
La protagoniste, Ella Milana — dont le prénom se confond souvent avec le pronom « elle » dans la version française —, est un professeur de finnois chargé de corriger dissertation sur dissertation, jusqu'au jour où elle met la main sur une édition singulière de « Crime et Châtiment », contaminée par « la peste des livres » qui modifie avec beaucoup de zèle le contenu d'ouvrages infectés. De là s'enchaîne une tripotée d'événements énigmatiques, parfois horrifiques, à commencer par l'enlèvement d'une sommité littéraire, commis par une tempête de neige (oui, oui, vous avez bien lu).
Entre enquête et étude de ce sous-genre humain qui regroupe les écrivains, le roman transporte le lecteur dans un univers polymorphe franchement fascinant mais trop souvent effleuré seulement : il y a des sujets et des questions chatouillés qui n'obtiendront jamais d'éclaircissements — encore que l'épilogue qui survient abruptement serve de grand débarras à nombre de mystères.
En tout cas, les amoureux des sociétés secrètes aux rites initiatiques pervers ou ceux, plus sages, de l'inspiration créatrice apprécieront certainement ce premier roman extravagant.
Aussi, les trois dernières pages sont excellentes, pleines d'une ironie grandiose.

par Hillja
Les Liaisons dangereuses Les Liaisons dangereuses
Pierre Choderlos de Laclos   
"Un livre qui brule à la manière de la glace" comme le disait Baudelaire. J'ai adoré ce livre, on est tout simplement subjugué par une telle cruauté... C'est tellement prenant... J'aime les romans épistolaires !

par MFHPT