Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de xelaz : Liste de bronze

retour à l'index de la bibliothèque
La Moïra, l'intégrale de la trilogie La Moïra, l'intégrale de la trilogie
Henri Lœvenbruck   
J'ai été, globalement, déçue de la Moïra.
Pourtant, il y avait de quoi faire. L'univers était très sympathique et l'histoire avait des bons points.
Cependant, j'ai trouvé l'histoire malgré tout fade. Les personnages manquaient tous d'un petit quelque chose pour que je m'attache à eux. La plupart, au contraire, m'ont même terriblement ennuyée au bout de quelques répliques. Et si les personnages m'ennuient, c'est très mal partie pour que j'apprécie le reste !

Globalement je dirais qu'il s'agit d'un bon livre, mais qu'il a manqué, à mon goût, de souffle. Du petit quelque chose qui rendait tout ce qu'il avait de bien vraiment unique et particulier. Je le lisais avec un peu d'intérêt, mais je n'ai pas été transporté. La magie de l'univers ne m'a pas prise et j'en suis sortie plus au moins indifférente.

par Reven
Ari Mackenzie, Tome 3 : Le Mystère Fulcanelli Ari Mackenzie, Tome 3 : Le Mystère Fulcanelli
Henri Lœvenbruck   
Le roman:
Le Mystère Fulcanelli est le troisième roman de la série "Ari Mackenzie, le premier étant Le Rasoir d'Ockham (2008) et le second Les cathédrales du vide (2009).Il a été publié en 2013 par les éditions Flammarion. Il propose une réponse au mystère de la véritable identité de Fulcanelli, le fameux alchimiste du 20 ème siècle, réponse qui s'appuie sur des recherches très sérieuses et documentées. Les amateurs d'histoire, d'ésotérisme et de mystères adhéreront à ce récit avec bonheur, tandis que les lecteurs en quête de frisson et de divertissement seront également comblés.
Découpage:
Livre premier: In Ictu Oculi: expression latine qui signifie "En un clin d’œil": c'est le titre d'un tableau du peintre baroque espagnol Juan de Valdes Leal (1622-1690) présentant une allégorie de la mort, oeuvre réalisée vers 1671 et mesurant 2,2 mètres de haut. Il constitue l'une des deux vanités ( nature morte à implication philosophique qui évoque à la fois la vie humaine et son caractère éphémère) peintes pour l'hôpital de la Charité de Séville. Le personnage central est un squelette; sur le sol, se trouvent un cercueil ouverts et des symboles de richesse et de pouvoir. Le squelette éteint une chandelle qui symbolise la vie, au-dessus de laquelle figure le titre du tableau. Un volume des croquis de Rubens de l'arche de Triomphe d'Anvers, honorant la visite du cardinal-infant Ferdinand, nouveau gouverneur, en 1634, constitue un symbole de désillusion politique. La deuxième vanité de la paire s'intitule "Finis Gloriae Mundi" qui signifie " la fin de la gloire du monde"; elle représente un évêque mort et un chevalier.
Livre second: Nimas Nimenos: qui signifie "Ni plus ni moins".
Livre troisième: Finis Gloriae Mundi: qui signifie "La fin de la gloire du monde".
Les thèmes:
Le fil rouge du roman, comme l'indique le titre, est la question de savoir si Fulcanelli a réellement existé ou non. Car, en réalité, personne ne le sait vraiment: "Cela reste la plus grande énigme de l'alchimie moderne. Il y a souvent eu un manque de rigueur scientifique dans les recherches qui ont été menées jusqu'à présent. A ma connaissance, aucun historient officiel, rattaché à une université par exemple, ne s'est penché sur la question. Il y a cependant eu de nombreuses hypothèses, certaines intéressantes, d'autres fumeuses.(...)Régulièrement, il se trouve un petit malin pour sortir un  nouveau nom comme on sort un lapin d'un chapeau de magicien. Mais aucune de ces hypothèses n'est historiquement étayée." (Pages 40/41).
Ainsi, les thèmes développés sont l'alchimie, l'ésotérisme, la bibliophilie, Le Mystère Fulcanelli constituant une véritable enquête historique sous forme d'un roman extrêmement bien documenté.
Grâce à Henri Loevenbruck, la définition de l'ésotérisme devient très accessible et beaucoup plus crédible que toutes les fadaises que l'on peut lire ou entendre de la part des ignnorants : "Je ne vais pas te faire un exposé, rassure-toi, mais disons que l'alchimie repose sur l'idée que tout est perfectible. L'esprit, la matière, l'homme. C'est donc une quête de purification, qui n'est pas seulement spirituelle, mais bien physique. En gros, pour la plupart des alchimistes, l'homme, la nature, la matière se sont abîmés au moment du péché originel. Par la recherche, par la connaissance, les alchimistes entendent redonner à la matière et à l'homme leur pureté première. Ainsi, c'est en effet une pratique dont l'objet n'est pas simplement de transformer le plomb en or, mais d'accomplir le grand Oeuvre, lequel, en effet, permettrait la transmutation des métaux mais aussi celle de l'homme, avec la découverte de ce qu'ils appellent la "médecine universelle (...)Il n'en reste pas moins que l'alchimie a historiquement permis de mettre au point des procédés comme l'hydrolyse, la fermentation, la distillation et même de comprendre la photosynthèse, ou de découvrir l'acide sulfurique ou le phosphore." (Pages 30/31).
L'intrigue:
Tout commence avec l'assassinat d'un homme dans l'église de la Santa Casidad de Séville, ville où Canseliet aurait croisé Fulcanelli alors âgé de 113 ans, en 1952. Afin d'en savoir plus, Radenac demande à son ami Ari, sachant l'intérêt et les connaissances de ce dernier pour l'alchimie, d'éclairer sa lanterne en lui expliquant qui était Fulcanelli.
Suite à la disparition de Giacomo Mazzoleni, bibliophile et collectionneur, retrouvé mort d'une crise cardiaque dans son fauteuil par sa propre fille Gabriella, et au vol d'un mystérieux carnet lui appartenant qui serait de la main de Fulcanelli, Ari, engagé par la dite Gabriella, décide de mener sa propre enquête afin de retrouver le carnet et surtout de satisfaire sa curiosité personnelle en répondant à cette question: ce carnet est-il authentique ou, comme le pense Mackenzie, une supercherie.
Commence alors une enquête au sein des milieux ésotériques qui le mèneront aux quatre coins de Paris, mais également à Séville et sur l'île de Jersey, sur les traces du plus fameux et aussi du plus mystérieux alchimiste du XXe siècle: Fulcanelli.
Mais qui est Fulcanelli? C'est sous ce nom que furent publiés deux ouvrages, Le Mystère des cathédrales en 1926 et Les Demeures Philosophales en 1930, se proposant de décrypter la symbolique alchimique de certains monuments tels que Notre-Dame de Paris, la cathédrale d'Amiens et l'hôtel Lallemant de Bourges. Ces deux ouvrages furent préfacés par Eugène Canseliet (1899-1982) qui se présente comme le disciple en alchimie de Fulcanelli qu'il aurait fréquenté de 1916 à 1922; c'est grâce à lui que les principaux éléments de la biographie du maître furent connus du grand public, à savoir qu'il serait né en 1839 et aurait consacré à l'alchimie et au mystère de la pierre philosophale afin de percer le secret de la transmutation du plomb en or et de la vie éternelle.En réalité, personne ne sait qui se cachait sous ce nom malgré de nombreuses hypothèses émises au cours des années. Le Mystère Fulcanelli se propose donc, sous forme de fiction, d'explorer les différentes voies qui résoudraient le mystère de l'identité de Fulcanelli en proposant une hypothèse qui, comme toute hypothèse, n'a rien de définitif ni de sûr à 100%, mais à au moins le mérite de s'appuyer sur des recherches sérieuses et extrêmement bien documentées.
Le travail de la police: Henri Loevenbruck attache beaucoup d'importance aux plus infimes détails afin d'offrir à ses lecteurs un roman le plus réaliste possible; ainsi, quand il explique le travail d'enquête de la police: "Il s'agissait -travail fastidieux- de rédiger et d’envoyer des réquisitoires judiciaires à tous les opérateurs téléphoniques du territoire. D'abord à celui qui assurait la ligne fixe de M. Mazzoleni - le vieil homme n'avait pas de téléphone mobile- afin qu'il envoie un fichier avec les factures détaillées, ou "fadettes" de la dite ligne, sur une période d'un an. En général, cela ne prenait que vingt-quatre heures. Ensuite -et c'était plus long - il fallait obtenir de tous les opérateurs mobiles la liste des numéros ayant déclenché le relais de la rue Vivienne le samedi 1er juin entre midi et dix-huit heures.  Une fois toutes ces données récupérées, elles pourraient être intégrées par un agent spécialisé de police scientifique dans un logiciel d'analyse criminelle." (Page 157).
Mon avis: 
De loin le meilleur thriller que j'ai lu ces cinq dernière années. L'enquête est bien menée, les personnages sont très plaisants et crédibles illustrés dans une galerie de portraits savoureuse, notamment avec le personnage de Jacquet, les dialogues sont fluides, dans une langue accessible, simple et directe, comme dans la réalité, ce qui facilite l'entrée du lecteur dans ce récit qui aborde pourtant des thèmes qui sont loin d'être aisés à pénétrer. On sent que l'auteur est passionné par son sujet et qu'il défend sa version avec passion, compétence relevée d'une pointe d'humour très agréable.
Toutefois, je dois avouer que les passages relatant les biographies des "fulcanellisables" m'ont parfois semblé un peu longs. Bémol tempéré par les prises de position de l'auteur concernant les librairies, son amour des livres qui transparaît ici et là au cours du récit. J'ai également beaucoup apprécié sa passion discrète mais bien réelle pour son sujet qui donne envie au lecteur d'en savoir plus, de creuser les pistes développées, ce qui donne à son roman autant de valeur que les nombreux essais et exposés sensés révéler l'identité du maître, avec à la clé une bibliographie.
Et la cerise sur le gâteau: le happy end...
Citation: 
"Une librairie qui meurt, ce n'est pas une page qui se tourne, c'est un livre qui se ferme, à jamais."


par polacrit
Le Testament des Siècles, Tome 1 : Mélancolia Le Testament des Siècles, Tome 1 : Mélancolia
Henri Lœvenbruck   
Une vaste théorie du complot, avec Jésus et Leonard de V. comme invités... Ca vous fait penser à quelque chose ?
Ce "Testament des Siècles "est un "Da Vinci Code" en mieux, d'après moi. Loevenbruck écrit bien, son intrigue est construite, et il sait s'écarter des codes habituels du genre pour nous surprendre. Une lecture très addictive, très agréable.
Les Arcanes du chaos Les Arcanes du chaos
Maxime Chattam   
Je trouve la vision de Chattam super réaliste et après la lecture de ce livre on s'interroge sur les gens qui nous gouvernent. Je le conseille pour son cotés instructif par contre il est different de ce qu'à pu faire Maxime Chattam précédement .

par picpic
Le Sang du temps Le Sang du temps
Maxime Chattam   
Je ne suis pas vraiment d'accord avec les commentaires précédents!
Il est vrai que cette histoire est loin de sa trilogie du mal, mais à nouveau Chattam nous éblouit par son style ses décors toujours bien plantés, ses personnages attachants et tellement différents.
On fait le va et vient entre deux mondes, deux univers nous guidant sur une piste puis une autre, j'étais happée par ces deux histoires qui nous amènent peu a peu à la vérité!!
Un style diffèrent certes mais un tes bon Chattam tout de même!!
A lire juste pour comparer!! ;-)

par rachl
Les Lions du Panshir Les Lions du Panshir
Ken Follett   
Une fois n'est pas coutume: je n'ai pas vraiment apprécié ce Ken Follett. J'avais hâte de le lire pour passer à autre chose! L'héroine, Jane est horripilante! Je n'arrivais pas une seconde à compatir à son sort, et je me moquais de ce qui lui arrivait.

par Armide
Maîtres du jeu Maîtres du jeu
Karine Giebel   
Deux nouvelles composent ce recueil :

"Post Mortem" relate l'histoire de cette jeune actrice riche et célèbre, Morgane Agostini, qui suite au décès de Aubin Mesnil, se voit hériter d'une propriété en Ardèche, domaine qui aurait dû logiquement revenir à la famille.
"J'aime votre peur" retrace le parcours de Maxime Hénot, 36 ans, meurtrier échappé de l'hôpital psychiatrique et écroué en prison, six ans auparavant, grâce au commissaire Dumouthier.

Je suis une fan inconditionnelle de Karine Giébel, auteur à qui je trouve énormément de talent et de brio. J'ai adoré chacun de ses romans, tous imaginés et écrits de façon exceptionnelle avec art et maîtrise.
Si "Post Mortem" ne fait pas exception à la règle, dévoilant une intrigue très intéressante et maintenant un suspense réel, je trouve la seconde moins réussie, avec un style inhabituel et un dénouement qui laisse perplexe.
C'est une lecture que je recommande bien entendu.

par SuperNova
Le Testament des Templiers Le Testament des Templiers
Glenn Cooper   
Je viens tout juste de le finir. Je suis restée dubitative sur l'histoire et le titre.
Mais l'intrigue est bien faite, les personnages sont sympathiques. Je reste quand même sur ma faim. Rien à voir avec le livre des Morts et le livre des Ames.

par NONETTE
Agence 13, Tome 2 : Ceux d'en-bas Agence 13, Tome 2 : Ceux d'en-bas
Serge Brussolo   
Après avoir lu le premier tome, je savais un peu plus où je mettais les pieds avec celui-ci. On se retrouve dans un village isolé, dominé par une dynamique proche d'une secte, et Mickie s'enfonce encore une fois au milieu d'une histoire entre fantastique et réalité.
Après deux tomes, j'ai un avis mitigé ... d'un côté l'ensemble est assez prenant, de l'autre l'ambiance du roman ne me convainc pas totalement.

par Gaelline
Autre-Monde, Tome 5 : Oz Autre-Monde, Tome 5 : Oz
Maxime Chattam   
Passionnant

Quel plaisir de retrouver Matt, Ambre, Tobias, Plume (oh la la, j'aime trop Plume, qui ne rêve pas d'avoir une Plume à la maison franchement ^^ !), et les autres, qui cette fois doivent absolument gagner l'Europe afin de trouver le deuxième coeur de la terre et avoir une chance de sauver leurs vies car Entropia se rapproche à une vitesse terrifiante. Si ils croyaient avoir affronté le pire, l'Alliance des Trois et les kloropanphylles ne sont pas au bout de leurs peines, la route est semée d'embûches plus effrayantes les unes que les autres, des monstrueux raptors au Buveur d'Innocence, des Tourmenteurs aux effroyables usines à élixir, les pans vont encore devoir faire des sacrifices... La magie de Chattam opère inlassablement dans cette suite digne d'un grand blockbuster, les pages défilent à la vitesse de la lumière et la pression augmente à mesure qu'on approche de la fin et qu'on tremble toujours pour nos héros. Heureusement, cette fantastique aventure pour petits et grands, n'est pas terminée.

Argent : 8/10