Livres
528 632
Membres
548 781

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de xMikuChuu : Mes envies

Not a fuckin' romance Not a fuckin' romance
Ena L.   
POPOPOPOPOOOOO !! je ne sais même pas par où commencer ... ce livre est un extraterrestre , cette auteure est une extraterrestre . .Elle m'a fait adorer la romance ! mais pas que .. il y a tout dans cette histoire C'est Bad romance, dark Romance , romance tout court c'est .... j'en dis pas plus où je vais dévoiler des choses . Ça sort des codes , ça vous bouscule , ça vous choque , ça vous faire rire ( punaise , j'ai pas arrêté de glousser) , ça vous étreint, ça vous embrase ... ça fait TOUT ! il ne faut pas avoir peur de sortir de sa zone de confort et le lire car ça vaut vraiment le coup ! Il est parfait !!!!

par skye67
Silver Batal et le dragon d'eau Silver Batal et le dragon d'eau
Kristin Halbrook   
Quand on me dit "éditions Lumen" + "romans avec des dragons", je ne peux pas résister. Surtout avec une couverture aussi belle !!! Cette lecture n'a pas sommeillé très longtemps dans ma Pal et j'ai passé un formidable moment de lecture en compagnie de Silver !

L'univers est sans conteste l'un des plus gros points positifs de ma lecture ! L'autrice nous décrit un univers aux allures orientales qui avait vraiment tout pour me plaire. Etant une grosse lectrice de Fantasy, ce n'est pas l'univers le plus complexe que j'ai pu voir. Toutefois, je m'en suis pris plein la vue.
La présence des dragons a suffit de me convaincre ! J'ai aimé le fait que l'autrice détourne le rôle de créatures du feu qu'on leur associent pour en faire des créatures aquatiques. Grâce à leur présence, elles abordent également le thème de la souffrance animale. En effet, dans cet univers, les dragons ne sont pas toujours bien traitées par les humains ce qui peut rapidement faire lien avec le traitement des animaux dans notre société actuelle.

C'est en partie grâce à cet univers onirique que j'ai été aussi embarquée dans l’histoire ! Il n'y a pas beaucoup d'actions dans ce tome car c'est avant tout un récit initiatique où l'on voit Silver apprendre et s'imposer comme dresseuse de dragons. Malgré tout, il y a des rebondissements qui m'ont beaucoup surpris ! La première partie était un peu lente mais la seconde partie est beaucoup plus dynamique et m'a un peu plus passionnée. La conclusion est vraiment bien et promet une suite à la hauteur de ce premier tome !

En conclusion, c'est un très bon roman de Fantasy pour les jeunes ados qui voudraient débuter ! L'héroïne Silver est vraiment attachante et déterminée et j'ai hâte de la redécouvrir dans le tome 2 !
Le Portail des mondes, Tome 1 Le Portail des mondes, Tome 1
Audrey C.   
Chronique pour le blog Les Aventures d'une Plume :

"J’ai croisé Audrey totalement par hasard sur Booknode et j’ai été intriguée par son roman, son premier roman qui est un coup de coeur. Et merci au Père Noël de l’avoir déposé sous le sapin XD

« Le Portail des Mondes » nous plonge dans un futur pas si lointain, où la Terre cohabite avec trois autres peuples ; Fiore, Coedena et Mörkera, et dont chacun a ses propres particularités. Une bonne partie du début de l’histoire nous fait découvrir ces nouveaux mondes issus d’autres planètes que la nôtre. Pour y accéder, il suffit d’emprunter un portail dans le style de la Porte des Etoiles. On rencontre ainsi plusieurs personnages ; Mila la Fée, Idris la Princesse de Coedena et les créatures de pierre de Mörkera. J’avoue avoir une petite préférence pour Fiore que je trouve vraiment féerique. D’ailleurs, Fiore m’a beaucoup fait penser au monde des Minimoys, et Coedena à Pandora dans Avatar. Quand on connaît les films, on ne peut pas passer à côté XD Cela n’est pas dérangeant étant donné qu’Audrey a quand même créé un univers propre à chaque espèce.

Cassie, notre héroïne, est chargée d’encadrer un groupe d’adolescents dont le programme est de s’instruire et de découvrir ces autres mondes. Il y a les jeunes sérieux, intéressés, tout comme il y a les « casse-couilles » et ceux qu’on a envie de baffer…bref, des adolescents quoi, lol. On cerne très facilement Cassie, ainsi que sa relation avec Amy, sa petite sœur. Ce début de roman pourrait paraître long et ennuyant, mais il y a un petit truc qui sonne comme une alerte ; de plus, cela permet de connaître les personnages pour mieux souffrir par la suite. On suit donc le petit groupe durant un mois (il me semble) avant qu’il ne reparte sur Terre. Et là, c’est le drame.

A partir de là, toute la douceur, la joie, l’insouciance disparaissent d’un claquement de doigts. Le roman prend un violent virage et sombre dans la violence et la noirceur. Tout s’effondre. Il y a une rupture nette d’ambiance, mais c’est géré avec brio. Cela retourne l’estomac. On ne s’y attend pas du tout. La cruauté prend aux tripes ; on a peur pour ces personnages qu’on a appris à connaître ; certains ont un sort funeste, alors que d’autres disparaissent. Les descriptions et les réactions rendent l’ensemble crédible. L’écriture est simple, mais efficace et il n’en faut pas plus. C’est ce retournement de situation, la manière dont cela est géré qui fait de ce roman un coup de cœur. C’est surprenant, glaçant. Oui, le style m’a énormément plu.

Mention spéciale pour Gawan, Mila et Idris. Sven aussi à sa façon. Maintenant, je me demande si Cassie va réussir à retrouver certains personnages. Par contre, j’ai trouvé Cassie bien imprudente à la fin de se jeter comme ça à découverte. C’est bien risqué vu les circonstances. En même temps, sa réaction peut aussi se comprendre. Il est assez difficile de la juger, car nous-mêmes, qu’est-ce qu’on ferait ? Au final, elle est dans la mouise quand même XD

J’ai vraiment hâte d’avoir le tome 2. « Le Portail des Mondes » est un roman que je recommande. Il est prometteur et Audrey a du talent. Je ne m’étais pas attendu à cela en démarrant la lecture."

Gros bisous,

Léhonora

par Lehonora
Briar Université, Tome 1 : The Chase Briar Université, Tome 1 : The Chase
Elle Kennedy   
Sortie en France prévue en juin 2019!!

par Mailys20
U4 : Stéphane U4 : Stéphane
Vincent Villeminot   
Un des quatre romans de U4 qui m'a le plus intéresser. J'étais un peu fasciner par le personnages de Stéphane, et je ne suis pas mécontente de l'avoir garder pour la fin. Même si je reste déçu par la fin, que j'aurai aimé comme celle de Koridwen (mais qu'on connaissait déjà un peu suite à la fin de Yannis), j'ai vraiment préférer ce tome là.

par aciantar
Les Seigneurs de Bohen Les Seigneurs de Bohen
Estelle Faye   
Les seigneurs de Bohen est vraiment un livre ambitieux. Avec ses 600 pages et quelques et le résumé dense qui nous ai proposé, on sait avant même de commencer qu'Estelle Faye va nous raconter une grande histoire. Et cette histoire, l'auteure aurait pu continuer de ma la conter sur des milliers de pages, je pense que je ne m'en serais jamais lassée !

Bohen cache beaucoup de secrets. Bâtie sur les restes d'une ancienne et obscure civilisation d'êtres-dragons, les Wurms, Bohen est un Empire dont les dirigeants, maudits, peinent à régner. La chute de cet Empire va nous être conté. Pour se faire, l'auteure nous propose de suivre des personnages différents qui vont finir par se retrouver dans leur vision du futur et leur envie de changement.

Dès les premiers chapitres, j'ai été impressionnée par la maîtrise et la justesse de l'auteure. Le lecteur doit en effet assimiler beaucoup de choses en peu de temps. Le récit alterne le parcours de plusieurs personnages différents. Bohen est un Empire très vaste, les croyances sont diverses et les cultures variées. Il y a de la magie, des êtres surnaturels et différents éléments imaginaires que l'on ne connait pas. Pourtant, pas une fois je n'ai été perdue, l'auteure nous rappelant toujours ce qu'il faut où il faut, les interludes aidant beaucoup.

En fait, j'ai été complètement happée par cet univers, par sa richesse et son originalité. Lorsqu'on lit beaucoup de fantasy, les mondes proposés finissent parfois par se ressembler. Mais celui d'Estelle Faye n'est pas comme les autres. Les créatures que l'on croise nous sont plus ou moins connues : vouivres, goules ou encore métamorphes, mais elle réussit à s'approprier et à complètement renouveler ces figures de la fantasy. Chaque région de Bohen est très différente, que ce soit au niveau des croyances, de la mode ou encore de l'architecture. Elle mélange les genres, les inspirations, glissant par exemple la poudre et les armes à feu ou encore l'imprimerie qui vont faire basculer son univers dans une nouvelle époque. Et il y a toujours ces questions et ce mystère autour de l'étrange civilisation des Wurms dont on veut connaître les secrets !

Mais ce sont avant tout les différents personnages que l'on va croiser qui portent le livre. Ils ont tous leur importance, et ce sont parfois leurs faiblesses et leurs erreurs qui vont finir par faire changer le cours de l'histoire. Ils ne sont pas parfaits, ce ne sont pas des héros, ce sont des personnages vraiment humains, animés par leurs sentiments et leurs différences. Ils ont en effet tous une particularité un peu étrange : Sainte-Etoile a un monstre dans sa tête, Maëve est une magicienne dont le pouvoir n'est au premier abord pas très utile, pour ne citer qu'eux. Ils sont presque tous animés par l'amour, l'amour dans toute sa différence, sans être niais, mais juste et beau. Des relations qui m'ont profondément touchées, surtout à la fin lorsque nous, lecteurs, sommes au courant du destin d'un personnage alors que son âme sœur a toujours l'espoir de le revoir. Toute petite déception pour le monstre de Sainte-Etoile, j'en attendais beaucoup plus de lui, une raison peut-être.

Dans tous les cas, on a terriblement envie de continuer à suivre tous ces personnages. La fin de l'Empire est peut-être la fin du livre, mais, comme dit plus haut, j'aurais pu continuer ma lecture indéfiniment. Estelle Faye arrive vraiment à nous toucher et à nous transporter. J'aurais aimé continuer à voguer avec Maëve, en découvrir plus sur les Wurms, assister à la renaissance de la magie apportée par Janosh et Wens... Je n'en ai pas fini avec Bohen et j'espère qu'Estelle Faye non plus car je n'attends qu'une chose, c'est de pouvoir replonger dans cet univers et en découvrir toujours plus !

http://bookshowl.blogspot.fr/2017/03/le-mois-destelle-faye-les-seigneurs-de.html
Codex Aléra, Tome 1 : Les Furies de Calderon Codex Aléra, Tome 1 : Les Furies de Calderon
Jim Butcher   
Ayant entendu énormément de très bonnes critiques sur ce livre, et connaissant déjà un peu l'auteur grâce à ses Dresden Files (bien que le style soit totalement différent !), je n'ai pas hésité une seule seconde avant de me le proccurer. Et je ne le regrette pas !
Si les premières pages ne sont pas les plus intéressantes, la suite s'enchaîne de façon hallucinante ! Très vite, on est plongé dans le livre et le lâcher devient presque une torture !! Point positif, c'est que l'auteur a écrit son livre de façon à nous tenir en haleine durant 478 pages. A chaque fin de chapitre, le suspense est à son paroxysme, et le plus impressionnant c'est que tout se passe systématiquement dans les quelques dernières lignes !
Tout ça pour dire que ce livre est un petit bijou à dévorer sans modération ^^

par Fantasyae
Les Refuges Les Refuges
Jérôme Loubry   
Le GRAND thriller psychologique de cette rentrée littéraire !
Coup de coeur phénoménal, Les Refuges, de Jérôme Loubry, vous emmènera très loin.

Si l'auteur n'en est qu'à son troisième roman, il franchit pourtant déjà, avec celui-ci, un cap qui sera difficile à concurrencer.

N'allez pas imaginer, à la lecture du synopsis, que c'est le genre d'histoires cent fois racontée, car vous vous méprendriez grandement.

J'ai moi-même commencé ce roman presque en dilettante, et j'ai rapidement compris mon erreur.
D'abord légèrement sonnée par la première surprise qu'il nous réserve, le rythme des gifles et des uppercuts s'est ensuite enchaîné à une allure telle que je suis restée, en refermant ce livre, deux bonnes heures assise sur mon canapé à ne rien faire d'autre que d'y penser et y repenser encore et encore.

Comment avais-je pu me faire avoir à ce point ? Ne rien voir venir ? Avoir pensé à tout sauf à ça ?

Tout simplement parce que Mr Loubry s'est donné le mal de construire une partie redoutable, dans laquelle il nous tient en échec durant 360 pages, avant de retourner complètement le plateau à la toute dernière.

Et c'est à la fois cruel et parfaitement délicieux.

J'ai été tour à tour stupéfiée et épatée, j'ai eu la chair de poule, et le souffle coupé.
Car si la fin est tout simplement remarquable, tous les chapitres qui nous y mènent ne le sont pas moins.

Et si Jerome Loubry installe au départ une ambiance sombre mais à la mécanique assez douce, c'est pour mieux nous tromper, et croyez-moi, à ce jeu là, il gagnera à de nombreuses reprises durant cette lecture.

Même en tentant d'imaginer tout est son contraire, chaque twist nous prend de cours. Mais surtout, chacun d'eux à ce côté fascinant qu'ont toujours les choses auxquelles on ne s'attend pas.

Ce thriller, véritable bombe atomique dans son genre, ne vous laissera pas une seconde de répit, et sa fin vous laissera sans voix.

C'est un roman que vous ne pourrez pas l'oublier, ni vous empêcher de le recommander à vos proches, pris entre la hâte de discuter avec eux du grand final et l'idée sadique, mais Ô combien satisfaisante, de voir leur réaction en le découvrant.

À lire, à dévorer, à conseiller, sans retenue aucune !
Sleeping Beauties Sleeping Beauties
Stephen King    Owen King   
Dans l'ensemble, j'ai passé un bon moment avec Sleeping beauties : une histoire originale et vite addictive, des personnes vraiment bien développés, qui ont tous un background qui permet de comprendre leurs actions et de sympathiser même quand ce n'est pas gagné au premier abord. Le style de Stephen King est bien présent, je ne sais pas dans quel mesure celui d'Owen King l'est aussi, n'ayant lu aucun de ses écrits.

On se retrouve donc dans une petite ville, avec des tas d'habitants dont on va pouvoir entrer dans l'intimité, et dont les histoires vont entrer en collision les unes avec les autres. Un décor à la Stephen King, quoi. Où les personnages se croisent, s'allient ou s'antagonisent, où les petites histoires de chacun se recoupent.

J'ai eu un souci avec les nombreux personnages, parce qu'ils ne sont quasiment jamais décrits physiquement. Du coup, pas simple de les identifier clairement et de ne pas les mélanger, au début. Je ne me rappelle pas si c'est toujours le cas chez Stephen King, mais ici ça m'a un peu dérangée au début. (par exemple, on apprend seulement à plus de la moitié du roman que Jeanette est noire ou que je ne sais plus qui est rousse. Quand on se les est imaginés autrement, il faut se contorsionner le cerveau pour faire entrer les nouvelles données et c'est assez agaçant).

J'ai aimé la note de mysticisme aux accents bibliques, comme l'auteur nous en réserve souvent dans ses bouquins. J'aime bien ce genre de surnaturel un peu mythologique.

J'ai ressenti quelques longueurs quand même. Stephen King m'a habituée aux gros bouquins et quand l'histoire suit, ça ne pose aucun problème, mais là, j'ai trouvé certains passages un peu fastidieux à lire, notamment ceux avec les femmes de l'autre côté. Il ne s'y passe jamais grand chose et j'avais à chaque fois hâte de revenir à l'action dans le vrai monde.

Le roman est très accès sur les relations femme/hommes, sur les problèmes de société qui y sont liés, et il n'évite pas toujours les messages féministes un peu clichés (les hommes ne savent pas faire la vaisselle ou repasser, ils sont violents alors que les femmes ne sont que paix et amour, ou que sais-je). Même si le roman fait un effort pour conserver une certaine neutralité en donnant une voix à tous les points de vue, c'est justement comme ça que je l'ai parfois ressenti : un effort. Stephen King m'a plus habituée à des situations ambiguës qui renversent les préjugés et les attentes.

Pour ce qui est des personnages : celui d'Evie Black est parfait. Un mélange de Randall Flagg et du du méchant dans La tempête du siècle (me rappelle plus de son nom, désolée).
Le personnage qui m'a le moins convaincue est Don Peters, il est un peu une caricature du connard sexiste et n'a aucune nuance. On a parfois l'impression qu'il est méchant pour être méchant [spoiler](pourquoi il tue sa mère ??)[/spoiler]
J'ai beaucoup aimé Franck Geary, j'ai trouvé qu'il était le plus abouti parce qu'il porte en lui toutes ces contradictions qui le rendent assez fascinant. Il n'est pas un personnage mauvais, il essaie toujours de faire ce qu'il y a de mieux. Son objectif est louable : il veut sauver sa fille. Et s'il se laisse aller à être parfois trop violent, s'il a certaines pensées peu charitables envers son ex-femme ou s'il commet parfois des erreurs, c'est parce qu'il est humain, il n'est pas parfait, loin de là. Le face à face entre lui et Clint est intéressant parce que ce sont sensiblement les mêmes personnes, sauf que Clint a déjà vaincu les démons qui possèdent encore Franck. J'ai trouvé un peu dommage que leur bras de fer se résolve aussi rapidement, j'aurais bien aimé un peu plus d'interaction entre les deux pour vraiment voir une évolution dans les façons de penser.
Oh, et Angel Fitzroy est géniale aussi, cinglée à souhait.

La scène finale où les hommes se créent un champ de bataille était assez bien faite, et renvoie bien l'idée que, confrontés à un problème, les hommes finissent toujours par en venir aux mains ou par se faire la guerre, à plus ou moins grande échelle.
Le dénouement m'a satisfaite aussi : il nous laisse avec un message d'espoir et de réconciliation.

En bref : Sleeping Beauties est un bon Stephen King avec une intrigue originale et prenante et quelques personnages très marquants. Je regrette les thèmes féministes trop poussés qui occultent parfois l'histoire et les accents moralistes de certains passages. Heureusement, l'intrigue parvient à ne pas s'embourber là-dedans et reste à flot jusqu'à la fin.

par Anna19
Drama Queen Drama Queen
Lindsey T.   
Tout d’abord, merci à la maison d’éditions pour l’envoi du service presse numérique ainsi qu’à Lindsey T pour cette comédie romantique qui fait un bien fou au moral. Une pépite gaguesque que je recommande pour chasser les idées noires. Ou tout simplement, si vous aimez vous délecter des histoires d’amour mâtinées de beaucoup d’humour, d’un soupçon de suspense et de rebondissements. L’auteure vous a concoctées moult situations épiques au point que vous ne pourriez lâcher votre livre avant le mot fin.

C’est un grand plaisir de retrouver Lindsey T dans ce nouveau registre dans lequel, il est question d’une marmotte, d’un ours mal léché et d’une couronne à hauts risques. Mais aussi d’une Drama Queen gaffeuse qui rendrait Calamity Jane verte d’envie.

Princesse fêtarde, Éléonore s’est retrouvée, du jour au lendemain, et à son grand dam, propulsée au devant de la scène politique. Hier, elle n’avait de soucis que d’honorer de sa brève présence quelques galas de charité, de serrer des mains, de sourire aux caméras, de visiter des hôpitaux, d’embrasser des enfants… Bref, un quotidien qui semble immuable et inintéressant entaché de quelques frasques bien évidemment qui lui attiraient le courroux parental et le dévouement de la presse à scandale…

Aujourd’hui, le destin de la jeune princesse connue par son mépris du protocole a basculé. Jeter dans le piège à haut risque de la couronne sans armes, Sa Majesté la reine, non seulement bafouille les exigences de l’étiquette, mais aussi elle fait fi des mesures de sécurité. La présence d’un Bodyguard s’impose d’elle-même pour la protéger de ses propres entorses au règlement, la soutenir en cas de chute (et il y en aura), mais aussi d’un éventuel ennemi extérieur même si cela s’avère inutile. Qui pourrait bien vouloir intenter à la vie d’une reine écervelée, gauche et qui ne s’intéresse nullement à la politique ? Sauf, si Eléonore décide de démentir les préjugés ainsi que poursuivre la politique de son défunt père qui n’a pas que de sympathisants !

Le garde royal qui lui est attitré s’est avéré non seulement rustre mais aussi parano. Depuis sa prise de fonction, la vie d’Éléonor est devenue un enchaînement d’épisodes d’une série de seconde zone racontée dans la presse people en mal de sujets à se mettre sous la dent. Et dont le héro, un ex-vétéran souffrant probablement d’un stresse post-traumatique et voyant le complot là où elle n’y voit qu’une série d’incidents dus au hasard. Elle serait sûrement morte de rire si ces torchons ne s’évertuent pas à étaler sa vie privée et de la tourner en dérision !

Heureusement, l’écossais n’avait pas que de mauvais points à son actif. Malgré son envie de l’ignorer, Eléonore a bien remarqué le pouvoir de séduction de son ténébreux garde corps. Sous ses airs de personnage grossier et inquiétant, Mister Freeze comme elle aime l’appeler, a quelques failles et la princesse gaffeuse compte bien en profiter pour s’y glisser !

Drama Queen est un vrai bol d’air frais ! Une comédie romantique qui alterne humour en grande dose, sentiments et suspense. Lindsey m’a embarquée pour un magnifique voyage où rien n’est lisse ou fade ni laissé au hasard. Un voyage où les contraires s’attirent, turbulence et légèreté riment en symbiose. Une ambiance aussi bon enfant qu’électrique qui fait la différence à l’instar du jeu brillant des personnages.

Tout oppose Eléonore et son garde de corps, mais ils sont d’accord sur un point : Aucun des deux n’aime être contraint à cette situation. La première réclame son indépendance et pense qu’elle n’a aucunement besoin d’être « baby-sittée » et le deuxième aurait préféré s’amputer d’un bras que finir sa carrière comme garde à une reine pourrie gâtée. Surtout si la dite reine est de souche anglaise. Une hérésie pour cet écossais mal dégrossi fier de ses origines ! Leurs différences ne prétendent pas à un quelconque approche. Et pourtant… Eléonore est aussi solaire, loufoque et excentrique que lui, est psychorigide, ténébreux et taciturne. Et pourtant, l’attraction entre eux n’est que plus palpable et intense. La reine ingénue n’est pas juste gauche et gaffeuse. Mais aussi percluse de fissures qui ont ému notre impénétrable écossais. Des émotions toutes neuves qui ont ébranlé son flegme et touché son cœur. Lui qui se croyait hermétique à toute émotion, la détresse d’Eléonore ne l’a pas laissé indifférent. Et pas que…Son corps voluptueux qu’elle déteste tant n’a pas manqué de chambouler ses sens et de réveiller la bête en mode veille. La tension sexuelle entre eux était à son paroxysme manquant de si peu d’enflammer le palais royal. Au temps pour le garde super entraîné qui croyait pouvoir museler sa libido devant les charmes de sa protégée !

Cette comédie romantique est une histoire que je qualifierai d’amour, d’humour et de turbulences. Elle est aussi originale, émouvante que lumineuse. De la gym pour nos zygomatiques et mille et un bien-être certain pour le moral. En tout cas, ça l’était pour moi au moment où j’en avais vraiment besoin. Autant de rire que moult émotions intenses.

L’auteure n’a pas failli en changeant son registre habituel. Au contraire, par ce roman, elle n’a fait que confirmer son talent brillantissime à nous embarquer quelque soit l’histoire qu’elle nous concocte. Romance contemporaine, military ou comédie romantique, rien ne résiste à sa plume ni à son imagination sans limite. Et pour cela, respects ! Je lui connaissais ce sens d’humour mais, pas au point de me faire rire jusqu’à en avoir mal à quelque reste d’abdos que je ne savais même avoir encore ! (rire)

Un récit fluide, une plume addictive, des situations invraisemblables, autant loufoques qu’émouvantes, beaucoup, beaucoup de rire, manipulations et traîtrise, des personnages attachants, tous des ingrédients imparables pour un excellent moment de détente. Un scintillement de mille couleurs que je verrais bien adapter à la télé car, c’est assurément, l’une des meilleures comédies romantiques que j’ai lues cette année. Et pas que… Une intrigue captivante brillamment menée avec son lot de rebondissements et un suspense haletant.

En somme, rejoignez la reine dans ses délires les plus loufoques et un prince pas si charmant tourné en bourrique, à eux deux, ils vous garantissent des fous rires ininterrompus !
Mya

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode