Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de yaleina : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Les Chroniques lunaires, Tome 1 : Cinder Les Chroniques lunaires, Tome 1 : Cinder
Marissa Meyer   
J'en entendais vaguement parler depuis quelques semaines (et merci la couv' du catalogue PKJ !), sans vraiment m'y intéresser de plus près. Et puis finalement, je me suis laissée tenter. Avec vampires, loup-garous, sorciers, démons ou je ne sais quoi d'autre à la pelle, pourquoi pas un cyborg ? Histoire d'avoir un brin d'originalité...

Eh beh franchement, pour quelqu'un qui n'avait pas d'attente particulière, j'ai été comblée. Sérieux mais... WOUAH ! Je n'ai pas pu me coucher avant de l'avoir fini, malgré mes paupières qui n'avaient qu'une envie : se fermer.

Et pourtant, quand j'ai eu le livre entre les mains et que j'ai aperçu la mention "entre Cendrillon et Star Wars" au dos, j'étais très sceptique. C'est quand même vachement large comme fossé, quoi XD imaginez, une Cendrillon avec un sabre laser. Ou même un Jedi qui fait les poussières. Flippant, non ? Enfin bon, rien de tout ça, mais une fois fini, je peux dire que ce livre peut mériter ces deux "thèmes".
* Star Wars à cause de tous ces androïdes-cyborgs, et par les jeux de complots et alliances, voire menace de guerre inter-planétaire.
* Et Cendrillon parce que... l'ambiance, quoi ! Il y a pas mal d'éléments qui rapellent ce fameux conte de Perrault (en trèèèès remasterisé, certes, mais c'est qui est bon). Belle-mère, soeurs, bal, prince... et comme quand on voit (ou lit) le Cendrillon original, cette irrésistible envie de lui hurler "mais bouge-toi, bon sang, cogne-les !!!" (... bon, ok, il n'y a peut-être que moi qui ait ce besoin de la voir se rebeller ^^)
Donc, s'il y a des gens qui apprécient Cendrillon ET Star Wars, franchement, ne pas hésiter (même s'il n'y a pas de sabre laser ou de souris qui parlent !)

Et puis même Cinder vaut le coup. Sarcastique, attachante, on la prend facilement en pitié... [avec une [spoiler]mère adoptive et tante[/spoiler] pareilles, ce n'est pas dur. Sans oublier ses problèmes de pied (a)].

Bref, on entre très vite dans le contexte, dans l'histoire, on s'attache vite aux personnages, il n'y a pas vraiment d'action pure et dure, mais c'est tellement addictif qu'on n'y prête même pas attention, tout s'enchaîne à la perfection pour maintenir l'intérêt. Surtout que, eh ! pour une série Young Adult, tout n'est pas rose et mignon, tout ne se passe pas à merveille (bien au contraire, j'ai envie de dire), et c'est justement ça, qui fait qu'on a toujours envie d'en savoir plus, savoir comment va finir Cinder et son entourage.

Conclusion : Un très bon début de série Young Adult, et mon premier gros coup de coeur pour cette année 2013 !
(Faites que le tome 2 ne tarde pas. Please.)

par Zinthia
The Book of Ivy, Tome 1 The Book of Ivy, Tome 1
Amy Engel   
Mon avis sur…
L’histoire
Autant vous prévenir, cette chronique risque de partir dans toutes les sens, un peu comme mon cœur qui s’est fait bourlinguer à gauche et à droite pendant ma lecture. Ce que je peux vous assurer, c’est que c’est un livre aussi génial que frustrant (et comme là je suis, vraiment, très frustrée, c’est vous dire à quel point il est magique !).
On s’immerge dès les toutes premières pages dans le monde post-apocalyptique créé par Amy Engel. Après une guerre nucléaire. On en apprend plus sur les nouvelles règles mises en place : le conflit entre les deux familles, les mariages forcés… Et qu’est-ce qu’on peut détester, tout comme Ivy, les Latimer, familles ennemies depuis des générations ! Puis, on découvre que tout n’est pas noir ou blanc, mais que cet univers est teinté de nuances, tout comme Ivy va finalement le réaliser.
Ivy est une jeune femme qui, au départ, souhaiterait être aussi forte que sa grande sœur Callie, celle qui, initialement, devait s’occuper des Latimer et en particulier du fils, Bishop. Puis, au fil du roman, elle va ouvrir les yeux, non seulement sur lui et son père, mais également sur sa propre famille. Je l’ai trouvée courageuse, sensible, timide et prête à tous les sacrifices pour ceux qu’elle aime. C’était une déchirure que de l’abandonner à la fin de ce livre.
Bon… sinon y a Bishop. Non. Sinon y a BISHOP ! Le Bishop charmant ! Le meilleur Book Boyfriend au monde ! Non, je n’exagère pas ! Damn, il est tellement parfait : beau, sexy, téméraire, humain, honnête, droit… Le genre qui ferait fondre même un bloc de glace en plein pôle Sud (contrairement à ce qu’on croit, c’est là qu’il fait le plus froid). Bref… Vous avez compris : je l’ai adoré. Et pour le coup, l’abandonner fut une réelle torture. Surtout de la sorte ! Amy Engel est une sadique… une vraie, une pure, une dure !
Dans les personnages secondaires, nous avons le père d’Ivy, un homme froid, distant, prêt à tout pour accéder au pouvoir et même à sacrifier sa propre fille. Plus on avance dans le livre et plus on le déteste, à mesure qu’on découvre qui il est réellement.
Puis, il y a Callie. Alors là, je n’aurais qu’une phrase pour elle : Callie, JE TE HAIS !!!
Voilà, c’est dit. Y a pas à dire : on se sent mieux après.
Parlons un peu histoire et action : autant vous le dire tout de suite, on ne s’ennuie pas une seconde dans ce roman. Et on est tellement pris que la fin arrive bien trop vite ! On suit Ivy dans la découverte de sa nouvelle vie de femme mariée, où elle doit mettre en place le plan établi depuis longtemps par son père. La tension augmente à chaque page du livre, pour finir en apothéose à sa toute fin… et QUELLE FIN ! Le genre qui vous donne envie de traverser les océans pour aller trouver l’auteur et mettre tout en œuvre pour lui soutirer les informations sur le tome 2 ! Sérieusement, c’est presque de la torture ! Surtout quand on apprend que cette suite sort en VO en novembre 2015 ! *PAN ! *
Bref, vous l’aurez compris : « The Book of Ivy » est une lecture totalement addictive, palpitante et haletante. Je l’ai refermé à la limite de pleurer toutes les larmes de mon corps, mais surtout avec la furieuse envie de tout casser chez moi.
C’est un roman que vous ne pourrez tout simplement pas lâcher dès l’instant où vous l’aurez ouvert. Un gros coup de cœur chez Lumen qui réussit là l’exploit que, sur quatre livres lus chez eux en ce début d’année, c’est le troisième Coup de cœur/Coup-de-poing/Coup de foudre !

L’écriture :
La plume d’Amy Engel est fluide tout en étant délicate. Elle parvient à nous toucher en plein cœur et on s’attache si facilement à ses héros au fil du livre, qu’on ne veut plus les abandonner. Elle décrit parfaitement les sentiments qui évoluent au fil des pages, en même temps que la réalité de la société se dévoile. Et des personnages qu’on adore au début, on en vient à la haïr à la fin, et inversement. Sa plume est tout simplement parfaite… et elle vous chamboulera à coup sûr !

Et si vous doutez encore de l’acheter, voici 15 raisons qui vous feront courir jusqu’à vote libraire :
Pourquoi faut-il avoir Ivy dans sa bibliothèque ?
1. Bishop.
2. Il y a un max d’action.
3. Bishop.
4. L’héroïne est vraiment touchante.
5. Bishop.
6. La société créée par Amy Engel est particulièrement saisissante de réalisme.
7. Bishop.
8. Les pages se tournent toutes seules tant on est happé par l’histoire.
9. Bishop.
10. On en ressort totalement chamboulé.
11. Bishop.
12. La couverture est juste sublime.
13. Bishop.

The Book of Ivy, Tome 2 : The Revolution of Ivy The Book of Ivy, Tome 2 : The Revolution of Ivy
Amy Engel   
Tiré de l'article → http://alizeabooks.blogspot.fr/2015/11/the-book-of-ivy-tome-2-revolution-of.html
Tiré du blog → http://alizeabooks.blogspot.com

Je ne sais pas vous mais moi je suis complètement accro de ce livre ! Le premier tome avait été un gros coup de cœur pour moi et celui-ci l'est également. Certes, il y a eu quelques points négatifs mais ceux-ci n'étaient pas assez nombreux et importants pour que je juge le livre bien alors qu'il était génial.

Je savais d'avance que l'univers du livre serait complètement différent – la fin du premier tome nous mettait la puce à l'oreille – mais je ne pensais pas autant apprécier ce nouvel environnement ! Il y avait beaucoup plus d'action par rapport au premier tome ce qui nous stimulait davantage pour le lire. C'était un des plus gros points positifs du roman !

L'intrigue était également très présente : je ne savais jamais à quoi m'attendre et s'en était déroutant ! J'avais toujours peur qu'il se produise quelque chose d'horrible qui changerait alors toute l'histoire et qui nous laisserait sur notre faim. Bien heureusement ce moment n'est jamais arrivé et j'en suis bien contente !

Amy Engel a toujours une belle et délicate plume. Lorsqu'elle décrit des paysages, nous avons l'impression d'y être tellement les détails sont précis. J'ai énormément voyagé durant ma lecture !
Les moments émouvants étaient eux aussi très bien écrits. J'avoue avoir eu la larme à l'oeil plus d'une fois, ce qui ne m'était par arrivée pour le premier tome. Le fait qu'il y ait de l'émotion m'a vraiment plu... le livre paraissait encore plus vivant qu'il ne l'était déjà !

La couverture du roman est vraiment très jolie : on y retrouve quelques éléments du premier tome notamment le poignard que tient Ivy ainsi que sa robe de mariée désormais en mauvais état. J'ai trouvé qu'ils étaient vraiment – et je pèse mes mots – primordiaux. Simplement avec la posture d'Ivy nous pouvons comprendre qu'il y a un énorme changement vis-à-vis du premier tome.

Ivy m'a bien plu mis à part pendant quelques chapitres où je la trouvais assez agaçante ! Vous comprendrez pourquoi en lisant le livre.
Elle est beaucoup plus courageuse qu'avant et son caractère bien trempé est toujours présent. C'est ce que j'avais bien aimé chez elle, son caractère. Je suis bien heureuse qu'il n'ait pas changé !
Au risque de vous spoiler sur l'histoire, je ne vais pas vous parler des autres personnages mais sachez que, comme dans tout bon livre, il y a des gentils et des méchants (vraiment méchants ! XD) mais je suppose que quand vous lirez le livre, car vous le lirez, vous saurez de qui je veux parler.

Je dois vous avouer que cela m'attriste beaucoup que la saga soit terminée... J'ai vécu tellement d'aventures avec Ivy et Bishop, devoir les quitter est vraiment dur. Mais je sais que l'histoire restera à jamais gravée dans ma mémoire. Et puis si j'en ai envie, qu'est-ce qui m'empêche de relire les bouquins ?

S'il y a quelque chose que j'aimerais par dessus-tout, c'est qu'un hors-série sur Bishop voit le jour. Savoir ses pensées et ses émotions me plairaient énormément ! Qui sait... un jour peut-être... ^^

Conclusion : un superbe volume qui conclut très bien la saga. Je n'en attendais pas moins d'Amy Engel ! Je vous le conseille vivement !

GAME - Entre nos corps, Tome 1 GAME - Entre nos corps, Tome 1
Mai Nishikata   
Je suis agréablement surprise par ce manga ! J'avoue que c'était surtout les extraits que j'avais lus qui m'ont rendue curieuse et m'ont tentée pour l'acheter haha, parce que les dessins sont vraiment magnifiques et que mine de rien, l'histoire est plutôt addictive.

Je craignais malgré tout qu'on tombe dans un érotisme vulgaire mais en réalité il n'y a rien de tout ça. Tout est très joliment fait, avec finesse et élégance... c'est très sensuel, très agréable à regarder.

J'aime également les touches d'humour qui sont glissées par-ci par-là et même si je dois avouer que les personnages sont assez stéréotypés (je m'y attendais donc pas de problème de ce côté là) et que le sexe prend une grande part du récit, j'ai très envie de voir où va mener ce petit jeu entre Sayo et Kiriyama.

par Nelouchou
Bye Bye Liberty, Tome 1 Bye Bye Liberty, Tome 1
Ayuko Hatta   
En prenant ce manga à la médiathèque, je n'avais pas fais le rapprochement entre le nom de la mangaka et les dessins mais je me suis rendue compte au fil de ma lecture que j'avais déjà vu ce genre de dessins et effectivement, il s'agit de la mangaka du manga Wolf Girl and Black Prince, que je n'ai pas lu mais dont j'ai vu l'animé que j'ai beaucoup apprécié. Et encore une fois, elle fait vraiment fort car j'adore sa nouvelle série!

Rina est une lycéenne qui ne se prend pas la tête, elle ne pense pas aux garçons, elle ne cherche pas spécialement l'amour, ce qui fait qu'elle sort du lot. Sa petite vie simplette va être complétement chamboulée quand elle va se rendre compte que le type le plus beau et le plus populaire du lycée, Takumi, est en fait son voisin. Tout au long de l'histoire, il va la pousser à se remettre en question, à se dévoiler enfin, à lui faire pas mal de propositions pour la bousculer un peu, pour lui montrer ce qu'est l'amour. Même si au début, elle reste hermétique à ses conseils et riposte face à ses taquineries, elle va lui demander de l'aide quand elle commence à ressentir des choses qu'elle ne comprend pas vis-à-vis de Sugihara, le patron de Takumi qui est beaucoup plus âgé. Et on se doute bien qu'ils risquent tous les deux de se surprendre l'un l'autre, de se découvrir des sentiments l'un pour l'autre par la suite!

J'aime beaucoup le duo, il créé des étincelles! Ils ont tous les deux un caractères bien trempé, ils ont du répondant et c'est super chouette! Ils sont comme chien et chat en fait! Ce qui est bien aussi, c'est que la romance n'est pas flagrante, ils n'ont pas de sentiments l'un pour l'autre dès le premier tome même si évidemment, cela risque de changer par la suite. Ils vont apprendre à se connaître petit à petit et se rendre compte que les apparences sont parfois trompeuses. Takumi n'est pas que le beau gosse taquin de service, il a aussi des soucis dans sa vie et on ne peut que lui dire chapeau d'arriver à se relever de cette manière à son âge! Rina prétendait que l'amour ne l'intéressait pas mais en fait, elle ne sait pas réellement ce que c'est, comment le reconnaître, ce qu'on éprouve.

On ne va pas se mentir, ce n'est pas vraiment original, c'est un peu du vu et revu mais c'est tellement prenant, tellement addictif! Je "fangirlisais" à fond et c'était assez drôle par moment! Une lecture d'une fraîcheur folle, qui fait du bien et qui fait sourire!

Coup de cœur pour le graphisme! J'aime beaucoup, c'est tellement "shojoesque" mais moderne, bien dessiné et le design des personnages est des plus plaisants!

On a un petit bonus en plus à la fin sur l'autre série de la mangaka Wolf Girl and Black Prince, où l'on voit ce que sont devenus nos deux protagonistes Erika et Satta avec une histoire inédite sur leur passé. Très sympa. ça me donne vraiment envie de lire ce manga!

En bref, c'est un véritable coup de cœur, je ne m'y attendais pas! ça faisait longtemps que je n'avais pas eu de coup de cœur pour un shojo, surtout que je deviens de plus en plus exigeante avec le temps! J'ai désormais très hâte de découvrir la suite!

par MaMt
Banale à tout prix, Tome 1 Banale à tout prix, Tome 1
Nagamu Nanaji   
Ce premier tome est une romance justement très "banale" le beau gosse du lycée s'interesse à notre héroine, qui refuse toute passion pour ne pas souffrir et préfère une vie banale et une surtout une vie amoureuse banale. Elle va évidemment se voiler la face et fuir le héros. Un peu déçue donc, à voir si le tome 2 me fait changer d'avis.

par Lilith86
Breath of fire IV, Tome 1 Breath of fire IV, Tome 1
Hitoshi Ichimura   
C'est la couverture qui m'a attirée à l'origine, le résumé je ne m'en rappelais même pas avant de le lire. Au final, je n'ai pas spécialement accroché, les évènements s'enchainent sans répit et sans qu'on nous dévoile grands choses sur ce mystérieux lien. Je viens tout juste d'apprendre qu'il est tiré d'un jeu vidéo, et après avoir lu Tales of Symphonia, bizarrement, ça ne m'étonne pas, vu le déroulement de l'histoire..

par Zinthia
Lyla et la bête qui voulait mourir, Tome 1 Lyla et la bête qui voulait mourir, Tome 1
Asato Konami    Ejiwa Saita   
Ce premier tome me laisse perplexe en effet les deux personnages principaux si ils sont attachants mon l'air quelque peu plat. Je m'explique la jeune fille volontaire et martyrisée par la vie qui va pour tuer celui qui a fait du mal a sa famille, mais qui va en faite se rendre compte que se dernier n'est qu'un instrument d'une plus grande machination. Ben c'est un plot assez vue et revue, et leur relation ne semble pas être beaucoup plus originale, j'attend donc de voir. Comptant en plus un méchant mafieux très méchant; ce premier tome malgré une très belle qualité graphique me laisse un peu de marbre accumulant les facilitées de scenario.

par Achlyss
Les Larmes des cigognes Les Larmes des cigognes
Lawren Schneider   
Prologue : Gabriel MEYER est psychanalyste sur Strasbourg depuis tellement d’années qu’il envisage sérieusement de tirer sa révérence. Le temps que son rendez-vous de 17h se mette à l’aise sur le canapé, Gabriel reste posté devant sa fenêtre un mug de café à la main. Il regarde la place Kleber s’animer à l’approche des fêtes de Noël, une période qu’il affectionne particulièrement. A ce moment précis, il est loin de se douter que son patient va changer son existence.

L’histoire commence aux côtés d’une bande de jeunes adolescents, dans les années 80, qui aiment profiter de la vie et qui se retrouvent régulièrement pour griller des clopes, boire des bières, le tout sur un blockhaus qui leur sert de repaire, un peu à l’écart de la ville. Une période que nous avons tous connue étant gamin : l’envie de ne pas trop traîner à la maison et de pouvoir profiter de ses potes en jouant les « grands ».
Rapidement on comprend que l’un d’entre eux, Christophe est capable de voir des choses que les autres ne voient pas… Il est d’abord perturbé et peine à y croire, mais finit par en parler à ses amis. Sa révélation va en amener d’autres de la part de ses potes et nous voilà embarqués avec ces mômes dans une aventure périlleuse.

Autre époque, autre aventure, autres gamins. Lawren nous embarque dans les années 40, seconde guerre mondiale, où Louis, qui n’est autre que le grand-père de Christophe, va être embarqué de force sur le front. On va apprendre et comprendre que Louis à les mêmes visions que son petit-fils. Et nous allons découvrir en quoi ses visions vont l’accompagner.

Le lecteur lui, va passer de 1986 avec cette bande d’adolescents en quête de vérités, à Tambov, en 1943 où la guerre imprime dans le cœur et l’esprit des combattants les pires cruautés. Lawren s’est très bien documenté pour ce livre, aucun doute là-dessus. Il en profite pour témoigner de sa connaissance de l’histoire des « Malgré-nous » en gardant l’angle d’un roman permettant à chacun de nous de découvrir le quotidien de ces hommes envoyés au front sur un fond d’histoire souvent méconnu.

Je n’ai jamais vraiment été attiré par l’Histoire, préférant de loin notre époque, même si je dois bien reconnaître que notre société est de moins en moins un exemple, et pourtant, ce genre de livre (comme beaucoup d’autres que je n’ai pas encore lus), nous apporte un éclairage précis du quotidien de ces soldats partis défendre notre pays, et on prend toute la mesure des difficultés de l’époque.

J’ai aimé suivre les destins croisés de ces personnages avec 40 ans d’écart, vivant des expériences traumatisantes. On se rend compte que la souffrance dépasse le temps et l’espace. Et surtout, que l’Homme reste un animal, un prédateur, l’acteur principal d’une société dans laquelle on vit, dans laquelle on évolue. La cruauté par l’exemple, la sagesse par l’exemple.

J’aime beaucoup l’écriture de Lawren qui utilise des mots simples sur des situations parfois dures pour les personnages, la double intrigue (je dirais même la triple intrigue) est bien menée et le mélange 1943-1986 opère à merveille. Il y a un côté très visuel dans le style, je n’ai eu aucune difficulté à m’immerger dans chaque scène, prenant place aux côtés des différents personnages même si certains passages vous glacent le sang.

L’auteur partage avec nous une partie de sa propre histoire. Il a écrit ce livre avec les souvenirs riches en émotions de sa famille et plus particulièrement de sa maman (partie trop tôt, au moment de la finalisation du livre) qui lui aura permis d’écrire un roman de qualité et d’alimenter sa curiosité sans fin sur son passé familial.

Est-ce que je vous recommande de lire ce livre ? Bien sûr ! Vous passerez un bon moment de lecture avec des personnages attachants, d’autres qu’on aurait envie de détester plus que tout. Certains passages peuvent se révéler « durs » à lire, on remue une partie de l’Histoire avec un angle intimiste, mais on tourne les pages encore et encore pour connaitre le destin de Chris, Louis et les autres…

Bonne lecture
Tales of Symphonia, Tome 1 Tales of Symphonia, Tome 1
Hitoshi Ichimura   
L'histoire est un peu basique, toutes les notions dedans, c'est de vu et revu, bon ça se laisse lire, et l'intrigue est plutôt bien menée mais je n'ai pas vraiment accroché, peut-être un peu trop simpliste à mon goût, il n'y a rien qui m'ait vraiment plu. Les dessins sont pas mal pourtant, et l'ambiance sympa, mais rien à faire, c'est juste un manga de plus que j'aurais lu sans vouloir particulièrement lire la suite.

par Jenna95