Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de YamiShadow : Liste de diamant

retour à l'index de la bibliothèque
Les Sept Royaumes, Tome 1 : Le Roi démon Les Sept Royaumes, Tome 1 : Le Roi démon
Cinda Williams Chima   
J’avais déjà rédigé il y a quelques temps un avis sur le tome 1, mais qui n’a jamais été diffusé, et je me souviens avoir bien galéré à vous le rédiger, et je sais par avance qu’il va être de nouveau compliqué de le refaire pour toute cette magnifique saga.

L’histoire est "coupée" en deux parties : dans la première, nous suivons Raisa, princesse du royaume de Fells. Elle va avoir 16 ans et c’est à ce moment-là qu’elle sera désignée comme future souveraine et sera en âge de se marier. Mais Raisa connait très peu les problèmes qui se posent dans le monde, à l’extérieur des murs du château, malgré son séjour dans le Camp, peuple de son père.

L’autre partie nous fait découvrir Han, lui aussi âgé de 16 ans, mais à l’exact opposé de la princesse. Il vit dans un quartier peu fréquentable et possède plusieurs identités. Le jour, il est appelé Han, un enfant normal, qui fait des livraisons, mais il est aussi connu sous le nom de Gourmette puisqu’il est un ex-seigneur de rue, le chef d’une bande de quartier.

Le monde de cette saga est se décompose principalement en deux rangs , les Camps et les Magiciens (bien qu’il y est des habitants entres les deux groupes) qui sont en paix depuis 1000 ans. Mais celle-ci repose sur des bases fragiles, et sans le savoir, Han et Raisa vont être tous deux êtres au centre de querelles, qui risquent à chaque instant de briser la fine entente encore présente entre les deux parties.

Ce résumé rapide de l’intrigue ne se place que dans le premier volume de la saga (qui comporte quatre tomes) pour ne pas trop vous en raconter et donc gâcher votre lecture, car il y a pas mal de rebondissements, même si certains sont prévisibles. Mais l’un des charmes de cette saga à mes yeux, en plus de son histoire qui m’a complètement conquis et fait voyager, c’est le style de narration de l’auteur. Malgré certains passages clairement évidents (et j’aurais été déçu dans un sens s’ils n’avaient pas été présents), on se retrouve quand même ébloui et sur les fesses lors de l’arrivée des passages pressentis, de par la manière et le style utilisés pour les décrire, mais aussi par la simplicité déconcertante à visualiser la scène qui nous est décrite. Pour ma part, je me suis retrouvé à vivre complètement certains moments avec nos héros.

Comme dit plus haut, cette saga m’a fait voyager durant les 4 tomes. Pour tout dire, j’ai été complètement incapable de lire d’autres ouvrages entre, si bien que je n’ai pu que dévorer les 4 volumes d’une traite, sans m’en lasser. Rien que d’y repenser, j’ai envie de m’y replonger, mais malheureusement, il n’y a pas de 5ème tome. À titre de comparaison, la dernière saga qui m’a autant fait voyager a été L’épée de vérité qui est, sans aucun doute, ma saga préférée.

Pour ce qui est des deux personnages principaux (même s'il y a toute une flopée de personnages qui tournent autour d’eux), Han et Raisa sont complémentaires en tout point. Han est un ancien voleur qui ne possède rien. Il a aussi été élevé avec les lois de la rue et est devenu un véritable de chef de rue. Rusé, solitaire, il ne compte que sur lui-même pour avancer et nourrir sa famille. Raisa, quant à elle, est une princesse. À part son château et ses quelques années passées dans les camps, elle ne connait rien de la misère qui sévit dans la ville. Elle ne connait pas les problèmes de la vie de tous les jours et sa seule réelle préoccupation au début de son aventure est de savoir avec qui elle se mariera.

La narration alterne principalement les points de vue des deux personnages, ce qui les met souvent en opposition frontale tout au long de la saga. Plus on avance, plus on se demande si l’un s’en sortira mieux que l’autre, bien que l’on souhaite qu’ils s’en sortent tous les deux face à ce qui semble être leur destinée. Destinée qui détruira tous les plans qu'ils avaient prévus...

J’ai eu du mal à me lancer complètement dans l’univers qui semblait au premier abord compliqué, surtout avec le titre qui annonce 7 royaumes, donc pleins de noms, lieux et je m’attendais à voir les personnages bouger souvent. Et non, on reste principalement dans le royaume des Fells, et il n’y a pas masse de personnages, ce qui ne rend pas la visualisation des protagonistes compliquée. On se fait rapidement un état des lieux et des conditions de vie de Han et Raisa. De plus, il n’y a pas une surcharge de peuple ou créatures : ici, ils sont tous humains.

Que dire de plus à part qu’il y a une histoire présente et captivante du début à la fin, des personnages tous riches en caractères et vécu, un style d’écriture fluide... Bref, tout pour faire une magnifique saga à mes yeux que je ne peux que recommander. Un véritable coup de cœur pour cette histoire.

Lien de la Chronique: http://theshadowbooks.blogspot.fr/2013/12/saga-les-sept-royaumes-cinda-williams.html
Les Sept Royaumes, Tome 2 : La Reine Exilée Les Sept Royaumes, Tome 2 : La Reine Exilée
Cinda Williams Chima   
J'attendais avec impatience ce deuxième tome et je n'ai pas été déçue. Comme pour le premier il faut un peu de temps avant de rentrer dans l'histoire mais dès qu'on y est c'est difficile d'en sortir. Vivement le tome 3.

par Loulou2a
Les Sept Royaumes, Tome 3 : Le Trône du Loup Gris Les Sept Royaumes, Tome 3 : Le Trône du Loup Gris
Cinda Williams Chima   
Un troisième tome qui confirme que cette série est une incroyable pépite. Vraiment j'ai été complètement happée par l'univers de Cinda Williams Chima.

On reprend notre voyage : Raisa tente de rentrer chez elle alors que tout le monde la traque, Amon et Han essayant de la retrouver avant leurs ennemis. J'ai attendu tout le début la révélation de l'identité de Raisa, que les secrets entre elle et Han soient rompus. Evidemment le jeune homme ne le prend pas très bien, d'autant plus qu'il se retrouve obligé par les clans de la servir.

Si dans le tome précédent je découvrais Han sous un autre jour, ici c'est Raisa qui se révèle encore plus. Elle doit s'affirmer pour devenir reine et imposer ses choix, ne pas être un pantin manipulé comme sa mère. Han et elle sont deux héros absolument géniaux, forts et pourtant plein de faiblesses, mais qui agissent pour le bien des autres. Leur relation est assez complexe car Han ne sent pas au niveau de Raisa, tout en voulant combattre cette destinée.

On apprécie également toujours les quelques moments avec Corbeau, homme dévasté auquel on s'attache immédiatement. On aimerait tellement que son histoire ait été différente...

Je ne peux pas trop en dire au risque de révéler toute l'intrigue mais l'histoire est vraiment captivante, car tous les camps sont en lice, tout le monde complote contre tout le monde et cache son jeu, ce qui crée une atmosphère chargée où il faut s'accrocher pour suivre les plans de tous. Surtout, il faut garder Raisa en vie et ce n'est pas une mince affaire...

Bref un troisième tome absolument génial !
Les Sept Royaumes, Tome 4 : La Couronne Écarlate Les Sept Royaumes, Tome 4 : La Couronne Écarlate
Cinda Williams Chima   
Je croyais qu'il n'y avait que 3 tomes et donc j'ai été surprise à la fin du tome 3 qu'il reste tant de choses en suspens. L'attente va vraiment être très longue jusqu'à la sortie en français.

par Loulou2a
Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Première partie Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Première partie
Patrick Rothfuss   
Ce découpage était certe malheureux mais nécéssaire, vu le gros pavé que nous avait pondu Rothfuss...
Et au final ce tome des Chroniques du Tueur-de-Roi (personnellement, j'appellerais toujours cette saga "le Nom du Vent" tant ce titre est accrocheur) se lit tout seul, d'un pure régal de bout en bout !
Et... ça m'a fait un bien immense ! Ce livre m'a rappelé pourquoi j'aime désespérément lire ! Pourquoi est-ce que j'aime lire ? Pour ce sentiment qui tord les tripes, pour cette écriture qui nourrit l'âme aussi bien que l’appétit vorace de la connaissance et la profonde fascination pour l'histoire qui se construit.
Ce tome était un bonheur, un enchantement hors du temps. Pendant la semaine qu'a durée ma lecture, ma vie n'avait qu'un seul sens : rentrer au plus vite chez moi, et reprendra ma lecture. Rothfuss fait parti de ces auteurs qui arrivent à me faire tellement aimer son écriture que je me surprends à reprendre ma lecture un chapitre avant celui où je m'étais arrêté, juste pour le plaisir de me replonger dans l'ambiance de son récit.
La Peur du Sage est de ces récits doux, terriblement bien menés, dont tout l'intérêt réside en l'envoutement qu'il déploie : ce tome manque un peu d'action (la faut au découpage) mais les tableaux qu'il dépeint, l'ambiance qu'il installe, tout ceci relève d'un long charme bienveillant et puissamment révélateur de son talent. La Peur du Sage n'est pas faite pour se lire vite, au contraire : elle se déguste, avec toute la patience et la délicatesse que requière ce genre de chose. Une longue étreinte, face à face avec l'écriture et ses histoires entre magie et vérités.
C'est beau, il y a là tout ce que j'aime dans l'écriture, tout ce que je voudrais un jour créer : l'harmonie presque parfaite, un récit passionnant sans jamais être racoleur, et une sensibilité profonde doté d'un sens précis de la mesure.
Ma plus belle et saisissante lecture de ce début d'année, assurément pour un bout de temps (jusqu'à ce que j'entame la seconde partie de cette Peur du Sage ? Sans doute)
Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent Chronique du Tueur de Roi, Première Journée - Le Nom du vent
Patrick Rothfuss   
Lien de la chronique: http://theshadowbooks.blogspot.fr/2014/09/chronique-du-tueur-de-roi-1-le-nom-du.html

Ce livre est longtemps resté caché au fond de ma pile à lire. Pourtant la couverture me faisait bien envie, le résumé aussi et j’ai rarement été déçu par mes lectures de la collection Bragelonne. Le seul problème qui a fait qu’il est resté longtemps sur l’étagère, c’est son poids et sa taille. En effet, c’est un véritable pavé de 700pages… Et dans un sac de cours, cela pèse son poids ! Aurait-il dû rester dans la bibliothèque encore quelques années ?

L’histoire est découpée en deux temps. Dans un premier moment, on y découvre Kothe ( un pseudonime ), un jeune barman dans un village perdu sans grand passage. Il est assisté par un apprenti. C’est aussi le lieu de rassemblement des villageois. Bref tout se passe bien dans le meilleur des mondes. L’arrivée d’une créature et d’un scribe va tromper la tranquillité de notre taverne. L’écrivain est à la recherche du grand Kvothe, et je vous laisse deviner dans le mille, c’est notre gentil et mignon barman ! L’histoire prend un tout autre tournant puisqu’à partir de ce moment, on assiste à la narration du passé de Kvothe. Il racontera au Scribe tout son parcours. Sa vie dans une troupe de spectacle, sa rencontre avec un Arcaniste, son rêve d’intégrer l’Université qui forme les Arcanistes (personnes qui ont un grand savoir, qui peuvent contrôler les noms...). Il lui racontera ses drames, ses mésaventures, mais aussi ses réussites comme son intégration dans la prestigieuse Université a un âge où nul ne peut y entrer.

Rassurez vous avant de crier au spoil, on apprend tout ce genre de choses dans les 100 premières pages (ou simplement en lisant la 4e de couverture !). On connait rapidement l’identité de Kvothe, et j’ai même envie de dire qu’il faut être naïf pour ne pas faire le rapprochement entre le barman et l’homme de la légende. On devine rapidement qu’il fera de grandes choses, qu’il ira à l’Université des Arcanistes. Ce qui importe le plus dans ce livre, c’est le pourquoi et le comment ? Comment fera-t-il pour surmonter ses drames ? Jusqu’où son intelligence va-t-elle ? Où sont ses limites ?

Outre le récit entrainant, il y a la plume de l’auteur. Personnellement, il n’a pas fallu beaucoup de mots pour que je me retrouve plongé dans le récit raconté par le Barman. Je me suis retrouvé captivé par ses aventures, par son côté humain tout en étant un génie. Le personnage de Kvothe est complexe et c’est lui la pièce centrale du récit ! Lui et son histoire !


Je ne saurais en dire plus sans vous en raconter de trop, sans en dévoiler plus qu’il ne faut sur le passé de Kvothe. Je conclurai donc simplement avec le fait qu’après avoir tourné la dernière page du premier volume, j’ai couru acheter le Second volet des aventures de Kvothe (le tome 2 est divisé en 2 en France). Je peux vous assurer que la suite ne restera pas aussi longtemps sur l’étagère… À vrai dire, je me force à attendre un peu avant de sauter sur la suite de l’histoire pour mieux la savourer quand elle passera entre mes mains !
Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Deuxième partie Chronique du Tueur de Roi, Deuxième Journée - La Peur du Sage, Deuxième partie
Patrick Rothfuss   
J'ai juste adoré ce livre, est encore, c'est un euphémisme. J'ai tout aimé, tout du début à la fin ( un peu comme les deux autres avant lui ). J'ai tellement hâte de lire la suite !
Sword Art Online, tome 2 : Fairy Dance Sword Art Online, tome 2 : Fairy Dance
Abec    Reki Kawahara   
Lien de l'avis : http://theshadowbooks.blogspot.fr/2015/07/sword-art-online-2-fairy-dance-reki.html

Il est inutile de cache mon amour pour la licence « Sword Art Online ». J’ai beau la connaitre par cœur (ou presque), c’est avec une grande joie que j’ai pu enfin mettre la main sur ce second volume (Merci au Edition Ofelbe !). Encore une fois, le second volume français regroupe directement deux tomes de la version Japonaise. Après le sublime travail d’adaptation de l’editeur, que cache cette suite ? L’essai sera-t-il de nouveau confirmé ?

Kazuto Kirigaya, alias Kirito, a réussi à vaincre le terrible monde de Sword Art Online et ainsi parvenir à finir ce jeu mortel. Tout le monde semble être prêt pour retourner dans la réalité après 2ans de jeu. Tout le monde ? Absolument pas. Kazuto n’a pas pu tenir sa promesse de retrouver Asuna dans la réalité, puisque cette dernière n’ai pas revenu avec lui ! Notre héro perd de plus en plus espoir jusqu’au jour une sa dulcinée semble avoir été aperçu dans le nouveau jeu en vogue : « ALfheim Online ». Un nouveau jeu en full immersion basé sur la magie plutôt que sur les skill d’arme. Un monde où il est même possible de voler ! Il ne faut pas plus de chose pour voir Kazuto revêtir le vêtement de Kirito et partir à l’assaut de ce monde, a la recherche d’Asuna. La retrouvera-t-il ? Que cachera ce nouveau monde ?
Ce second volume regroupe la second parti de la saison 1 de l’anime de la série. Un arc qui a pas mal déplu les gens, moi le premier. L’arc de Fairy Dance n’a pas celui que j’ai préféré des 4 actuellement diffusé sur le territoire français. En effet l’anime a fait le choix de mettre l’accent sur la relation entre Suguha et Kazuto, sur l’amour de cette dernière pour son frère. Du fan service ? Peut-être … mais assez mal géré pour le coup. Quel plaisir de voir que ce surplus n’existe pas dans le roman !! Pareil pour la partie IRL, qui est certes ultra sympa à lire puisque l’on a enfin l’occasion de voir nos personnages dans leurs vrai vies en dehors du jeu, qui avait été allongé dans l’anime. Autre point assez intéressant et qui réconcilié avec cette partie de l’histoire est qu’on peut enfin découvrir les partie que l’anime a décidé de ne pas mettre… A savoir quand même un bon quart du livre ! Je n’en dirais pas plus sur le contenu, bien que les connaisseurs ne mettront pas bien longtemps à deviner ce dont je peux bien parler ! Tout est présent dans le roman (en même temps, c’est aussi l’œuvre original !)

Ce tome apporte aussi son lot de petite nouveauté, qui sont peut être totalement inutile, mais qui sont sympathique. En effet nous avons cette fois ci différents points de vue. Outre celui de Kazuto/Kirito, nous pouvons voir quelques instants à travers les yeux d’Asuna, mais aussi de Suguha, sa petite sœur ! Un apport qui donne de la fraicheur, et qui casse aussi avec la froideur de notre héro plus si solitaire !

Comme ce fut le cas pour le premier volume, nous avons toujours la présence des illustrations d’abec, qui apporte une pointe de plaisance dans le récit. Un élément représentatif des Light novel. La couverture a aussi subit une remise en couleurs avec un rouge bien profond ce qui fait ressortir pas mal de détail. La couverture donne simplement envie ! Une nouvelle fois, excellent travail de la part d’Ofelbe !

En conclusion, un second volume qui me réconcilié avec l’arc de Fairy Dance. Maintenant il ne me reste plus qu’à attendre début 2016 pour mettre la main sur le 3eme tome et découvrir Phantom Bullet ! Et surtout, plus les tomes avancent, plus nous nous approchons des arcs inédits, et c’est simplement hâte de les découvrir !! VIVEMENT !
Sword Art Online, Tome 1 : Aincrad Sword Art Online, Tome 1 : Aincrad
Abec    Reki Kawahara   
Lien de la Chronique:
http://theshadowbooks.blogspot.fr/2013/12/sword-art-online-reki-kawahara.html

Pour commencer, il faut savoir que Sword Art Online est ce que l’on appelle un Light Novel. Pour ceux qui ne connaissent pas ce terme barbare, ce sont de courts romans (généralement autour de 40 à 50 000 mots) d’origine japonaise. Ils sont aussi principalement destinés aux adolescent et jeunes adultes. Il ne faut donc pas les confondre avec les mangas, car contrairement au genre précédemment cité, les light novel sont composé majoritairement de texte avec quelques illustrations ponctuelles au moment clé de l’action. Pour un mystérieuse et obscure raison, ce genre de livre n’est absolument pas édité dans notre pays, ce qui est bien dommage je trouve. Les Light novel pourrait être un élément de lecture pour tous les fans de manga et d'animation japonaise et pourrait ensuite ouvrir la passion des livres chez certains…

Suite à cette introduction sur le genre, parlons plus en détail de Sword Art Online. Certains se seront peut être posé la question vis-à-vis du nom, mais oui, Sword Art Online nous place dans un monde de jeux vidéo. Le concept est simple, nous suivons notre jeune héros qui porte le nom de Kirito dans le jeu appeler « Sword Art Online » qui est un VMMMO, ou tout simplement un M.M.O (Massive Multi-joueurs Online) mais virtuel. Le joueur doit placer une sorte de casque et se retrouve alors totalement plongé dans le jeu, le « full drive ». Sauf que ce qui pourrait être un simple jeu et passe-temps va vite devenir un cauchemar pour les 10 000 joueurs présents sur le serveur. Ils ne peuvent tout simplement pas se déconnecter du jeu. Cela peut sembler tout bête, mais ils se retrouvent donc totalement piéger physiquement dans le jeu, et leur seul moyen de retrouver la liberté est de parvenir à finir le jeu. Pour cela, il faut grimper les 99 paliers et tuer le boss final. Autre détail qui a son importance, toute mort est définitive c’est-à-dire que si le joueur meurt dans le jeu, il meurt dans la réalité. C’est donc dans un contexte de jeu assez compliqué que l’on suit la progression de Kirito au cours de son ascension des divers paliers, mais aussi dans ses rencontres avec les autres joueurs, chose difficile pour lui qui est un joueur solo.

Chose assez étonnante, c’est le comportement des personnages dans le light novel. Tout y est fidèlement retranscrit comme la perpétuelle menace de la mort. La moindre erreur peut être fatale à notre héros, et une seconde d’inattention peut avoir un goût amer. L’univers assez complexe au premier abord est bien expliqué ce qui permet de ne pas se perdre, même si l’on ne connaît rien au monde des M.M.O, et chaque personnage est typiquement un archétype d’un joueur que l’on pourrait retrouver dans un vrai jeu vidéo. On finit par s’attacher aux personnages, et à craindre pour leurs propres vies à chaque instant. On souhaite tellement que Kirito accède au combat avec le boss final, mais ce palier semble complètement inaccessible malgré son haut niveau et son expérience du jeu.

Il faut savoir aussi qu’il y a actuellement 12 tomes pour cette saga, mais qu'ils sont compliqué à trouver en français à cause de son non-licenciement, et donc il faut parfois se tourner vers l’anglais pour se fournir en Light Novel (heureusement pour moi, une partie de Sword Art Online a été traduit par des fans en français !). Pour les curieux, il y a aussi un animé licencié par Wakanim reprenant les 4 premiers volumes de la saga.

Pour conclure, un anime qui m’a fortement plus, et un coup de cœur confirmé et renforcé avec ma lecture du premier volume. Je vais donc me plonger dans les autres volumes (et donc vous les chroniquer au fur et à mesure bien entendu). Et c’est avec espoir que j’espère voir un jour naître en support physique ce genre de livre dans notre pays. En tout cas, je serais un acheteur conquis.

 Sword Art Online, Tome 3 : Phantom Bullet Sword Art Online, Tome 3 : Phantom Bullet
Reki Kawahara   
Lien de l'avis : http://theshadowbooks.blogspot.fr/2016/02/sword-art-online-3-phantom-bullet-reki.html

Si vous me connaissez, vous ne pouvez pas être passé à côté de la série Sword Art Online. En ce début d’année, les éditions Ofelbe reviennent avec le 3e tome des aventures de Kirito. Pour ceux qui cherchent à savoir, cela correspond au 1er arc narratif présenté durant la première parti de la seconde saison de l’animé.
Kirito est une nouvelle fois rattrapé par son passé de joueur au sein de l’Aincrad. Un représentant du ministère l’envoie à la pèche à l’information dans le nouveau VRMMO du moment : Gun Gale Online. Un univers bien loin de Sword Art Online puisqu’ici tous les duels se font grâce aux armes à feu. L’épéiste noir est envoyé pour y découvrir le mystère de « Death Gun ». En effet un joueur est apparu dans ce nouveau jeu et il semble avoir la capacité de tuer les joueurs qu’il cible avec son arme. Et nul ne souhaite revoir l’ombre de la mort omniprésente sur Sword Art Online revenir dans un autre jeu vidéo. Kirito arrivera-t-il à percer ce mystère ? Que cache ce nouveau joueur ? Sonnera-t-il la fin des VRMMO et de Kirito ?
Cet arc reprend le chemin emprunté par le volume précédent. On y voit pendant un long moment notre héros en dehors du jeu. On apprend donc à le connaitre en dehors des mondes rempli de pixel et de plus on le retrouve plongé dans un univers totalement différent. Cette fois-ci, il ne sera plus dans son élément avec des épées, mais des armes à feux, ce qui peut changer beaucoup de choses d’un point de vue affrontement. Outre cet aspect-ci, l’ombre de la mort et de la pression psychologique fait à nouveau son retour. C’est cruel pour eux, mais c’est source de suspense et d’interrogation pour nous lecteur. Le tome ce focalise aussi essentiellement sur Kirito et Sinon, une joueuse de GGO qui fait donc son entrée dans le background de Sword Art Online.
L’aspect IRL présent dans le jeu, et plus particulièrement sur Sinon, nous permet vraiment de comprendre et de donnée une identité plus marquée à nos personnages et non plus qu’un simple avatar dans un jeu vidéo. Par contre pour les fans d’Asuna, il faudra attendre puisqu’elle n’est pas beaucoup présente dans ce volume, mais cela ne sera que partie remise pour le volume 4 !

En conclusion, un arc complet, qui approfondit la psychologie de nos personnages principaux tout en y en intégrant de nouveau. Et surtout avec la sortie de ce 3e volume, nous approchons enfin du fameux arc Alicization qui fait temps parler de lui ! Et vu les retours qu’il y a dessus, j’ai tout simplement hâte de l’avoir entre mes mains, mais avant il faudra passer par le 4e volume !