Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Yann-Pedron-Flores : Je n'ai pas apprécié

retour à l'index de la bibliothèque
Le Voile noir Le Voile noir
Anny Duperey   
Un livre qu'une amie m'avait prêté et que j'ai lu avec beaucoup d'émotion. Témoignage très émouvant.

par coucougi
Une vie Une vie
Guy De Maupassant   
Complètement d'accord avec marshmallow, j'avais moi aussi très envie de la secouer pour lui dire de se bouger ! Ce côté passif est vraiment agaçant pour ne pas dire autre chose mais le roman reste écrit par Maupassant et par conséquent est vraiment une oeuvre à lire. Ce qu'il raconte c'est, comme l'indique le titre, une vie. La vie de Jeanne qui va perdre ses illusions de jeune adulte, petit à petit, et qui m'a profondément touchée, ce qui explique pourquoi ce roman reste un de mes préférés de Maupassant

par emy27
World War Wolves, Tome 1 : Dieu a de l'humour World War Wolves, Tome 1 : Dieu a de l'humour
Jean-Luc Istin    Kyko Duarte   
Cette histoire de monde post-apocalypse provoquée par une épidémie lycanthropique est assez distrayante, avec un dessin relativement soignée et une intrigue pas inintéressante.

Cependant, ce style a déjà été très exploité, et j'ai eu du mal à trouver une vraie originalité dans celui-ci, que ce soit du côté de la situation, ou des personnages avec certains pouvoirs surnaturels. D'un certain côté on trouve 'Le Fléau' de Stephen King, de l'autre on a 'Je suis une légende' de Richard Matheson, avec les loups-garous en plus, mais ça ne m'a pas passionné outre mesure.

par Kid_A
La Bibliothécaire La Bibliothécaire
Gudule   
J'ai adoré ce livre qui m'a entraîné dans un voyage inoubliable dans le monde de la littérature classique. Une pure merveille !
Les voies d'Anubis Les voies d'Anubis
Tim Powers   
Tout d’abord, une petite précision semble s’imposer : Les voies d’Anubis, de l’auteur américain Tim Powers, et paru en 1983, est souvent considérer comme étant l’un des plus connus, mais aussi, l’un des meilleurs romans Steampunk. Or, a y regarder de plus prêt, il est très difficile d’affirmer que celui-ci puisse véritablement rentrer dans cette catégorie littéraire. Personnellement, car c’est dans mes habitudes mais que j’aime aussi savoir où je mets les pieds, j’aime me renseigner à l’avance sur les œuvres que je prévoie de lire, ainsi, ce constat m’était connu avant coup, cependant, j’imagine le passionné de Steampunk, habitué a déambuler au beau milieu de dirigeables, de diverses machines a vapeur et autres accessoires du folklore du genre s’attaquer aux Voies d’Anubis et, se rendre compte que tous ces éléments en sont tout bonnement absents. Certes, il y a bien une histoire de voyage temporel qui entraine le personnage principal dans le Londres du dix neuvième siècle, mais même pas l’habituelle et mille fois vue et revue époque Victorienne puisque, outre manche, un certain Napoléon (le premier, pas l’autre) est encore au pouvoir ; quant a Londres, c’est le notre, point barre, enfin, a peu de choses prêts liées au récit en tant que tel, bien évidement. Ainsi donc, de mon point de vu personnel, si des œuvres comme (pour n’en citer que quelques unes que j’ai put lire ces derniers temps) les bande dessinées Empire et Hauteville House ou les romans La Lune seule le sait, L'Instinct de l'équarisseur ainsi que, bien entendu, Le nomade du temps, peuvent être considérées comme faisant partie du genre, je serais plus dubitatif avec le livre qui nous préoccupe aujourd’hui, Les voies d’Anubis.


Mais quelque part, cela a-t-il une grande importance ? A moins de vouloir cataloguer chaque œuvre dans toutes les catégories existantes, franchement, non. Cependant, ce simple constat évoqué plus haut peut, du moins je pense, décevoir les inconditionnels pur et dur du genre. D’ailleurs, cela serait plutôt dommage tant le roman de Tim Powers, sans être un monument de la littérature fantastique de ces dernières décennies, n’en reste pas moins un incontournable que tout amateur se doit de lire. Après, c’est une question de choix qui se pose : soit on est un fan inconditionnel d’un genre et on ne voit que par lui, soit ce qui nous importe avant tout, c’est le plaisir de la lecture, la qualité, quelque soit les genres (Space opéra, Uchronie, Fantasy, Horreur, Steampunk etc.). Et dans le cas des Voies d’Anubis, indéniablement, la qualité est au rendez vous, et quelque part, c’est ce qui compte.


Une histoire prenante de bout en bout avec une intrigue plutôt bien ficelée, des personnages bien souvent pittoresques et que l’on pourrait croire a la base peu crédibles pour un sou pour ce qui est de certains mais auxquels on croit et que l’on n’est pas prêt d’oublier de si tôt, mais aussi, avec cet énième récit de voyage temporel, il est incontestable que Tim Powers réussit son coup et se démarque de la concurrence par le fait que, plutôt que de rentrer dans des explications pseudo rationnelles quand a la possibilité d’un tel voyage ainsi que sur les dangers de ce que tout amateur connaît comme étant les fameux paradoxes temporels, ici, l’auteur nous présente les faits, bruts tels qu’ils sont : oui, Brendan Doyle voyage bel et bien dans le passé, plus précisément dans le Londres du début du dix neuvième siècle, oui, ce n’est pas un quelconque Londres d’un univers parallèle, et oui, cela aura des implications non négligeables quant a cette fameuse trame temporelle. Mais là où certains nous auraient sortis des paradoxes, d’autres dimensions, dans Les voies d’Anubis, Tim Powers s’en sort d’une autre façon, quelque part, si j’ose, plus terre à terre, mais, ma fois, avec un certain brio. Bien évidement, je ne vous dirais pas ici comment, inutile de vous gâcher le plaisir de la découverte, mais personnellement, j’ai assez bien aimé ce sacré beau sac de nœuds que l’auteur nous a sortis pour s’en sortir, encore une fois, de belle façon.


N’oublions pas non plus les protagonistes de cette histoire car ils occupent une place non négligeable dans la réussite finale de cette œuvre : si Brendan Doyle n’est pas, avouons le, le « héros » le plus charismatique de la littérature fantastique (le contraire serait plus exact) et apparaît un peu fade par moments, et si les autres personnages que je qualifierais de cent pour cent humains sont un peu, plus ou moins, dans le même cas, il en est tout autrement de figures marquantes comme le fameux Joe face de chien (le soit disant loup garou qui sévit à Londres), les mages égyptiens (oui, pour les étourdis du fond de la classe, il sera beaucoup fait état de l’Egypte dans cette histoire, d’où le titre), que cela soit le « vrai » ou son Ka, ainsi que, celui que je place au dessus de tous les autres, le fameux chef des mendiants, un clown monté sur échasses qui n’est pas sans rappeler, de mon point de vu, un autre grand allumé qu’est Kefka dans Final Fantasy VI. Celui là, malgré son allure grotesque qui pourra vous laisser perplexe au départ, s’avérera être le personnage le plus intéressant, a proprement parlé de ce récit et vous ne serez pas prêt de l’oublier par la suite.


Mais dans Les voies d’Anubis, Tim Powers réussit aussi le tour de force de nous proposer un Londres fort bien décrit, assez crédible dans l’ensemble ce qui permet au lecteur une espèce d’immersion dans le récit, chose qui n’arrive pas forcement toujours, surtout que ce Londres, aussi semblable soit-il du notre (enfin, celui d’il y a deux cent ans) n’en possède t’il pas une faune pour le moins curieuse, où des lutins marchent au milieu de créatures sorties d’un laboratoire d’un quelconque savant fou, où les dieux de l’ancienne Egypte ne sont pas une création de l’esprit et où la magie est présente, sous une forme un peu différente que celle que l’on a l’habitude de rencontrer dans le genre fantastique (et oui, utiliser celle-ci a un prix) mais néanmoins redoutable. Bref, vous l’avez compris, Les voies d’Anubis, sans être a proprement parler un roman Steampunk, de part la qualité de son intrigue, les excellentes trouvailles de son auteur, son univers et quelques bonnes idées, mérite largement de figurer dans la bibliothèque de tout amateur de littérature fantastique. Bien évidement, il y a mieux, beaucoup mieux par ailleurs, mais sincèrement, si vous ne connaissez pas encore ce roman, n’hésitez pas une seconde car il fourmille de bonnes idées et vous fera passer a coup sur un fort bon moment.
Les Boucliers de Mars, tome 3 : Sémiramis Les Boucliers de Mars, tome 3 : Sémiramis
Gilles Chaillet    Christian Gine   
le début de l'histoire est un peu lent, et l'histoire le périple avec semiramis est trop long, la partit la plus intéressante réside dans le dénouement finale et les révélations sur le complot qui ne sont pas malheureusement assez exploité. un peux déçu par ce dernier tome.

par jeromeM
Les Boucliers de Mars, tome 1 : Casus Belli Les Boucliers de Mars, tome 1 : Casus Belli
Gilles Chaillet    Christian Gine   
[le parthe Vahram au romain Charax]
- Qu’ils écrivent en grec, en latin ou ne persan, leurs mots sont des bonbons sucrés qui nous plongent dans la volupté d’un monde merveilleux où seul, à dire vrai, les dieux ont accès. En de la terre ingrate du Latium un nouveau jardin des Hespérides, votre Virgile ne procédait pas autrement.
- Je n’ai jamais lu Virgile, seigneur Vahram. Pas davantage Properce ou Catulle. Ma mère était une demi-barbare et mon père un simple paysan dalmate. C’est à l’armée que j’ai appris à lire. Dans les manuels de stratégie militaire ! La poésie est un luxe réservé à ceux qui ont des loisirs. Moi, ma vie se résume à des batailles. A patauger dans la neige et dans la boue. A défier les Parques, loin des douceurs de la vie citadine et de leurs chantres… J’ai usé ma jeunesse à me battre contre ces barbares qui se bousculent à nos frontières et nous menaces. Mes galons, grand satrape, je les dois à la vigueur de mon bras, pas à ma naissance ! Alors la poésie…


par Didie6
L'Attaque des Titans, Tome 1 L'Attaque des Titans, Tome 1
Hajime Isayama   
Un des meilleurs manga que je n'ai jamais lu!!=0
Moi, qui n'aime pas l'horreur, j'adore... pourtant c'est une histoire horrible, mais j'ai tellement envie de les voir s'en sortir!!
J'aime beaucoup les dessins, surtout dans les derniers tomes, une vrai réussite selon moi!!
(J'ai découvert l'histoire grâce à l'anime)

Attention aux âmes sensibles, ce manga est sanglent est assez dure aussi!!=s
Les Boucliers de Mars, tome 2 : Sacrilèges Les Boucliers de Mars, tome 2 : Sacrilèges
Gilles Chaillet    Christian Gine   
Rome, Ier siècle. L'empire de la louve est à son apogée. Après des siècles de conquêtes, l’empereur Trajan voudrait donner à son peuple ce qu'il attend : la paix. Pour cela, il voudrait mettre fin à la guerre contre les Daces sur le Danube et maintenir de bonnes relations avec ses voisins. Parmi eux, à l'Orient, se trouvent les puissants Parthes. Et le jour où, lors d'une cérémonie, l'un des boucliers de Mars s'ébranle, symbolisant une menace pour l'Empire, les Parthes sont les premiers suspectés. Vahram, leur roi, fait mine de s'indigner de ces accusations… Pourtant, c’est ce même Vahram qui met le feu aux poudres quelques mois plus tard en détruisant le fort romain Zeugma à la frontière. Mais il semble ne pas avoir agi seul !

Le torrent du destin peut alors se déverser. L’homme qui l'a libéré saura-t-il l'endiguer avant que son tumulte n'emporte tout sur son passage ?

par jeromeM
Soul Guardians, Tome 1 Soul Guardians, Tome 1
Ikori Ando   
Lorsqu’une personne meurt, son corps de décompose rapidement, mais il libère auparavant un papillon qui contient toutes les données de la vie du défunt. Ces papillons sont recueillis et conservés par une unité spéciale, la SOUL BRIGADE. Les proches des individus disparus ont alors la possibilité de communiquer avec eux sous forme d'hologramme, ce qui rend le deuil plus supportable. Ono qui a perdu ses parents lors d'un accident a intégré la Soul Brigade dans un seul but : retrouver l'homme qui a volé le papillon de sa sœur, la laissant dans un état végétatif.
Avec une équipe de choc, ils traquent les trafiquants d'âmes qui vendent les papillons au plus offrant. Ono est une véritable tête brûlée qui va au-devant de l'action, peu importe le danger. Retrouvera-t-il l'homme au sabre qui a privé sa sœur du repos éternel ? La traque ne fait que commencer !

par nobodyel
  • aller en page :
  • 1
  • 2