Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de YesAgainOneMorePage : Liste d'Or

retour à l'index de la bibliothèque
Jessie Jessie
Stephen King   
Une lecture douloureuse, car, si vous pensez encore que vous allez seulement assister à une histoire de survie, vous vous trompez fortement...

Stephen King fait partit des rares hommes à soutenir en quelque sorte le féminisme, et assume de dénoncer le sujet sensible qu'est l'abus sexuel. En passant par le plus "anodin" au plus dégoûtant, du genre à vous donnez envie d’arracher les pages ! Alors plastifiez le votre livre, ou lisez un e-book à moins de devenir hystérique comme moi. J'avoue avoir reposée à plusieurs reprises le livre non pas parce qu'il m'effrayait mais parce que lire ce genre de scènes si réalistes me foutait royalement très mal. Bien qu’heureusement, je ne pense pas que cela touche tout les lecteurs!

Le second thème récurent est la Schizophrénie (j’avais d’abord pensée au trouble dissociatif mais, il me semble que l’état mental de notre Jessie se rapproche plus de cette maladie ci.), Jessie entend des voix, des familières (Ruth, Minouche, Nora, bobonne…) mais également des Ovnis. Cette maladie est survenus du au traumatisme de « l’Eclipse », ces voix ne sont pas dû à la folie, au manque d’eau ni de quoi que ce soit. Elle ne se pose pas de question, elle les connaît et elle à déjà vécu avec elles. Attention , je ne parle pas de schizophrénie à la léger, c’est une vrai maladie et l’auteur nous à donné toutes les pistes pour nous diriger vers cette conclusion : Jessie n’est pas saine d’esprit, d’accord tous le monde entend des voix mais, c’est ce qu’on appel la conscience, ici ça va plus loin.

-Jessie doit donc affronter son calvaire, ses voix, son passé et, toutes les questions qu’elle se pose. En outre, Stephen King appuie de nombreuse fois sur le fait qu’elle n’est pas une Héroïne de TV ni de quoi que ce soit d’autre. Ça m’as fait rire, de lire qu’une femme pareille n’est pas une héroïne… Qui n’aurait pas abandonné, à la mort ou à la folie dans des conditions pareille ? Qui aurait eu le quart des idées qu’elle à pu avoir ? C’est une fiction oui, mais aussi réaliste qu’un de nos pire cauchemars… Donc oui, à mes yeux ce personnage qu’est Jessie est une Héroïne réaliste, qui se bat autant physiquement, que mentalement.

Une analyse plus complète sur ma chronique: https://yesagainonemorepage.blogspot.fr/2018/04/jessie.html
Simetierre Simetierre
Stephen King   
Un livre que je me suis pressé de lire (et donc de sortir de ma PAL) en vue de le lire avant sa seconde adaptation qui sort ce moi ci.

Ravie de retrouver la plume et l'univers tout aussi sombre que percutant de Stephen King, j'ai dévoré cette histoire où le mystére plane clairement.

Comme souvent, on se retrouve dans le Maine, cette fois ci avec une famille qui dégage amour et chaleur, accompagné de mignonneries appaisantes: le calme avant la tempête, le lecteur tombe dans le piège et s'attache aux personnages (bien que têtes à claques, digne d'acteurs de film d'horreur!). Puisqu'en effet; plus on avance dans le texte, plus on se rapproche du mystère, d'abord on frissone, puis vers la fin on angoisse. La peur monte crescendo tout au long de l'histoire (bien que j'ai dû pour ma part attendre les 60 dernières pages).

Dans Simetierre, l'auteur aborde comme à son habitude des thèmes et sujets très diversifiés même s'il met l'accent sur la mort et le deuil, ainsi qu'une multitude de croyances (zombies, fantômes, Wendigo...). Tous cela sur un fond d'humour noir à la King, comme on aime!

Le seul Hic que j'ai décelé dans cette oeuvre est le personnage d'Ellie, l'auteur aurait dû aller plus loin, je suis malheureusement rester sur ma faim.

Un livre à conseiller pendant la période automnale, mais pas au jeune public, aux lecteurs sensibles où aux personnes en deuil.

Ma chronique compléte: https://yesagainonemorepage.blogspot.com/2019/04/simetierre.html
Running Man Running Man
Stephen King   
Encore une fois, on se retrouve avec une plume dénonciatrice, qui s’attaque cette fois au futur. De plus, il n’est pas connu pour être le maître du suspens pour rien, il tient totalement en haleine ses lecteurs, moi y compris puisque j'ai terminée ce roman en quelques heures.

Ont y retrouve des thèmes et des messages fort : la télé (réalité). Avec une écriture noircie et exagérée, il tire la sonnette d’alarme avec sa vision du futur complètement sous la dictature. La télévision (ou le Libertel) est carrément imposé, du bourrage de crâne pure et dure dont le peuple finit par se réjouir. Des jeux mettant en péril des vies humaines ? Ont entends au loin les foules glapir et taper des pieds ! C’est ce qui nous ramène le plus à sa toute première œuvre, Marche ou crève : La même foule folle de joie à l’idée de voir du sang...En parallèle, les médias sont également clairement visés, leurs manières d’amplifier est pointé du doigt avec humour (noir, devrais-je le mentionner?).

Sans oublier l'inégalité entre les bourgeois et les pauvres. Ils sont loin d’avoir les mêmes valeurs, vous l’avez compris. L’un regarde les jeux, l’autre y participe afin de gagner un peu d’argent…

Et enfin l’argent, évidement, tout démarre de là. Ben n’a pas le choix, sa fille de 18 mois est malade et si elle n’a pas de vrais médicaments, elle risque de mourir. Marre que sa femme fasse des passes, il s’engage. Pensant se retrouver dans un des nombreux « petit » jeux, il se retrouve dans le plus important mais aussi, celui qui rapporte le plus. Il à le droit de refuser, le risque d’y rester et total tout de même, mais ne le fait pas, il lui faut cet argent.

Cette histoire m’a beaucoup fait penser aux filmes La purge, notamment dans le deuxième où une traque à l’homme dans une sorte de jeux d’arcade à lieu.

Ce qui m'a le plus intriguée dans cette oeuvre du King, c'est le décompte. Ce n’est que vers la fin, à la page 211 pour être exacte, que j’ai trouvée une théorie: le décompte proviendrait des chances de survie de Ben, notre personnage principal. Puisque plus le temps passe, plus celle-ci diminues…

Pour finir, la fin... Tellement jouissif, inattendue et pourtant froide et désarmante de tout espoir... L'auteur à comme d'habitude imposé le suspens du début à la fin.

https://yesagainonemorepage.blogspot.fr/2018/05/running-man.html
Ensemble, c'est tout Ensemble, c'est tout
Anna Gavalda   
Un vrai coup de coeur, semblable à un livre "doudou" même.

L'écriture chaleureuse et authentique d'Anna Gavalda, c'est toujours un plaisir de la lire, de la retrouver, de l'aspirer.

Ce livre m'a fait ressentir tellement de sentiments, ce qui est très rare en mon cas, je me souviens de mon stress à la fin, de mes sourires tout au long des pages mais aussi de mon inquiétude palpable de ci et là, n'étais-je pas ridicule? J'ai grand espoir que vous me ressembliez, sincèrement.

L'histoire est vivante, naturelle fluide et complètement addictif. C'est une lecture que je recommande chaudement malgré la longueur du livre.
Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part Je voudrais que quelqu'un m'attende quelque part
Anna Gavalda   
Anna Gavadla, aka l'une de mes autrice favorite, son écriture chaleureuse, ses histoires qui ont le goût du réel. Je trouve toujours du réconfort lorsque je lis ses oeuvres!

C'est un recueil de sept nouvelles, avec des personnages qui pourraîent être les inconnus que vous croisez chaques jours. Le lecteur suit de près leurs émotions, leurs pensées les plus intimes, lors de moment de joies ou de coups dures.
Des personnages auxquels on s'attache souvent très rapidement.

Un petit coup de coeur pour moi, cependant, je trouve que certaines nouvelles avaient matières a être un peu plus travaillées.

Ma chronique: https://yesagainonemorepage.blogspot.com/2019/01/je-voudrais-que-quelquun-mattende.html
La Liste de mes envies La Liste de mes envies
Grégoire Delacourt   
Première fois que je lis du Delacourt, je suis tout de suite tombé sous le charme de son écriture! Une plume légère, des mots qui vont droite au but, des chapitres courts et pour finir une histoire simple et sans chichi : Ce livre avait tout pour me plaire .

Cette plume particulièrement chaleureuse est très ressemblante à celle d'Anna Gavalda, je trouve.

On est dans un contemporain avec une histoire simple qui se lit vraiment très rapidement, malgré qu'on aborde des sujets plutôt basiques (l'amour, les peurs, les relations social, le bonheur...) Des valeurs simples qui font grand effet: C'est presque une leçon de vit que nous apporte l'auteur entre c'est - un peu moins- de deux cent pages!

Et pourtant, je vois beaucoup d'avis négatifs. Pourquoi pas, chaque lecteurs n'est pas touchés par les mêmes choses et c'est tant mieux, mais je ne comprend pas pourquoi dénigrer un tel livre ou l'on y trouve maintes émotions amenés avec candeur.
.
Ma chronique: http://yesagainonemorepage.blogspot.com/2018/08/la-liste-de-mes-envies.html
Le Passeur Le Passeur
Lois Lowry   
J'ai ADORE ! Cette oeuvre est vraiment formidable ! J'ai tout de suite été séduite par l'histoire, cette conception de la vie est vraiment... incroyable. J'ai beaucoup pleuré pour la fin.

par Roxye
Le faire ou mourir Le faire ou mourir
Claire-Lise Marguier   
Je suis tombée par hasard sur ce livre et le résumé m'a tout de suite attirée. Bien que je ne sois pas particulièrement adepte des histoires de gothique ou de scarification ce lire à su me captiver par sa profondeur et l'émotion qu'il dégage.

Très court, il se lit vite et très bien. Pour son premier livre, l'auteur à fait très fort. L'histoire est racontée par Dam, un adolescent de seize ans, mal dans sa peau, d'où le style d'écriture très particulier. En effet, le texte est "raconté" par le narrateur. On à l'impression que Dam parle à quelqu'un, qu'il lui raconte l'histoire, d'où l'absence de ponctuation et de la typographie qui indique un dialogue, car il n'y en a pas à proprement parlé.
Si c'est déstabilistant au départ, on finit par s'y habituer et cela ne dérange aucunement dans la lecture.

Ce qui m'a le plus touché dans ce livre, c'est la manière dont Dam décrit ses sentiments et ce qu'il ressent. Ignoré et incomprit par sa famille, il nous fait par de sa sollitude, de son mal-être et de sa souffrance d'une façon incroyable. De part la justesse et la simplicité de ses mots, il nous fait ressentir ses émotions comme si nous étions à sa place.
C'est poignant et parfois douloureux. Dam ne retient pas ses mots et son langue parfois cru ne fait qu'accentuer son désir de prouver qu'il existe et qu'il vaut autant que les autres.
On arrive à s'imaginer à sa place lorsqu'il doit supporter les remarques de son père, un être haïssable, bourré de préjugés, intolérent et étroit d'esprit. Sans parler de sa peste de soeur et de sa mère absente et effacée.

Cependant, je dois avouer que j'ai été très déconcertée par la fin du livre. En effet, l'auteur semble nous laisser le choix entre deux fins alternatives. Mais en réalité, il est difficile de savoir quels étaient ses desseins et s'il s'agit réellement d'une fin alternative ou d'une "projection" de ce qu'aurait pu être l'avenir de Dam. Il n'y a rien dans le texte qui nous laisse à penser à l'une ou l'autre des possibilités.
Du coup, pour ma part, je le vois plutôt comme la second solution et d'un point de vue personnel, j'aurai d'ailleurs plutôt tendance à choisir la seconde !

Ce livre est vraiment une très belle découverte et un coup de coeur, un des meilleurs livres que j'ai lu depuis longtemps !

par Fantasyae
La Mécanique du cœur La Mécanique du cœur
Mathias Malzieu   
Superbe duel entre deux hommes pour les beaux yeux d'une demoiselle. Je l'ai dévoré !

La métaphore poétique est omniprésente et naît dans chaque mot, chaque phrase, chaque page de cet ouvrage. Ce conte « cinématographique » rappelle l'univers de Burton. On devine facilement que Jack, c'est Mathias Malzieu. Miss Acacia est la muse amoureuse Olivia Ruiz. Une belle histoire d'amour sur l'amour et ce qu'elle entraîne aussi avec elle (la haine, la jalousie, l'abandon, le doute, la mort...)
La consolation La consolation
Flavie Flament   
Un témoignage qui fait parler de lui notamment pour le récit sur le photographe Hamilton, mais c'est tellement plus que ça!

A commencer par une plume dramatique et accrocheuse qui nous brise littéralement le cœur.
Flavie nous parle effectivement des différents abus sexuels qu'elle à connut, des actes et des gestes qui parfois peuvent paraître anodins, mais il n'en est rien. Elle nous ouvre les yeux, sur cette société qui n'est pas fichu de respecter autrui et les limites imposés.

Elle dévoile également sa jeunesse, ce que lui fait subir sa mère, jusqu'où elle est aller pour être aimé et la rendre fière alors que celle-ci lui projetait ses frustrations en pleine figure.

Un récit que j'ai lu avec grande peine malgré cette plume divine. Un témoignage poignant qui fend le cœur et qui ma fait découvrir la véritable Flavis Flament, cette héroïne qui n'a pas besoin de porter une cape.


Ma chronique: https://yesagainonemorepage.blogspot.com/2019/07/la-consolation.html