Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de Zamy : Ma PAL(pile à lire)

retour à l'index de la bibliothèque
Barbe bleue Barbe bleue
Amélie Nothomb   
Ce livre est un chef d'oeuvre... ! Franchement j'ai retrouvé tout ce que j'aimais chez Amélie : Des personnages mystérieux, des dialogues sublimes, son humour noir et le champagne. Franchement je l'ai dévoré et je ne regrette pas d'avoir attendu un an pour le lire. Vivement la sortie du prochain. L'idée des couleurs est géniale, et comme d'habitude la fin est inattendue. J'ai adoré.

par MFHPT
Being Being
Kevin Brooks   
Un récit que je trouve fort mal écrit. On accepte les vulgarités dans les romans car elles sont à notre quotidien (...), et sont naturellement employées par les personnages, mais dans Being, elles sont omniprésentes et finissent par agacer.
De plus, rien ne donne envie de découvrir la suite. Un jeune garçon cherche à savoir pourquoi on le recherche, ce qu'il a de spécial, et passe son temps à se cacher de ses poursuivants sans jamais rien apprendre. Le lecteur est lui aussi dans l'ignorance totale, n'a aucun indice, et avance à l'aveuglette. Aucune action.
Je ne sais pas combien de pages j'ai tenu, mais me rappelle que ce fut un exploit! Je suis persévérante, mais dans ce cas, me suis vraiment forcée à dépasser le tiers du livre.

par Bookfile
Comment bien raconter des histoires ? Comment bien raconter des histoires ?
Dorian Lake   
Avec la participation de Cécile Pommereau et Sara Pintado


En France, on considère l’écrivain comme un génie au talent inné. Aux États-Unis, au contraire, on perçoit l’écriture comme un artisanat qui demande simplement de la méthode et du travail.

Dans ce guide d’écriture, je partagerai mon approche, quelque part entre ces deux extrêmes. Nous discuterons du cœur des histoires, de leur âme et de la manière de créer des personnages, des intrigues qui vous correspondent et captivent les lecteurs. Nous parlerons aussi de la structure du récit et d’aspects plus techniques, utiles pour bien comprendre les possibilités qu’offre cet Art.

La simplicité et l’honnêteté se trouveront au cœur de votre démarche tout au long de votre périple. C’est ce qui vous permettra de terminer un premier roman et, ce faisant, de devenir écrivain.
Dictionnaire amoureux de l'humour Dictionnaire amoureux de l'humour
Jean-Loup Chiflet   
Si on est d'humeur morose ,prenez cet ouvrage ,d'un article à l'autre ,sans se presser ,et lisez cet excellentet joyeux dictionnaire passant en revue tous les modes d'expression de l'humour.
Du sourire,de l'ironie à la farce,de l'humour juif à l'humour noir du calembour au non-sense anglo-saxon ,nous trouvons tout un univers facétieux .
Les digressions génèrent parfois des longueurs .
J C Chiflet a répertorié des personnalités à toutes les époques :Montesquieu,Coluche,Faydeau,Frédéric Dard ,
Jules Renard,,Bourvil,Molière ...
Des citations sont accompagnées ,tout au long de ce
dictionnaire amoureux de commentaires pertinents afin d'analyser le mécanisme complexe et nous permettre
de mieux cerner cette façon de s'exprimer qu'on appelle humour .
Un ouvrage à savourer ,à lire et à relire , avec le sourire en embuscade à chaque page .

par 21la
Eon et le douzieme dragon Eon et le douzieme dragon
Alison Goodman   
Je l'ai lu avant de lire le Clan des Otori (c'est d'ailleurs ce qui m'a probablement poussé à le lire), et il est vraiment génial.
En revanche, j'ai appris à la fin qu'il y avait un tome 2, or il n'est pas à la bibliothèque où je vais, ce qui m'énerve ! Je le veux !!!

par Kato
Eon et le douzieme dragon, tome 2 : Eona et le collier des dieux Eon et le douzieme dragon, tome 2 : Eona et le collier des dieux
Alison Goodman   
Suite et fin absolument éblouissant d'Eona et de son dragon mirroir. Cette suite tient toutes ses promesses et même bien plus !!! J'adore les relations qui se lient entre les différents personnages et le dénouement est superbe.
J'aurai tellement aimé qu'il y ait une troisième tome. J'ai à peine eu le temps de découvrir l'univers fabuleux d'Eona que déjà je dois le quitter, c'est vraiment triste !

Je le conseil de tout coeur à tout les lecteurs, vous ne serez pas déçu !

par kookies
Éternel-22 Éternel-22
Yvan Barbedette   
Éternel-22 est donc un roman de science-fiction qui nous plonge dans deux époques, vers 2090 puis 1000 ans environ plus tard. Cela permet de voir comment la société est devenue à l'époque de Roy, ce que j'ai beaucoup aimé. J'ai trouvé ça super intéressant de voir les deux histoires en parallèle.

Tout d'abord, la vision utopique de cette société est de suite niée par le lecteur contemporain car leurs pratiques nous paraissent immorales. Il y a une sorte d'inversement des tabous qui est plutôt perturbant au début, mais qui est très original.

Ensuite, l'intrigue est vraiment bien construite. Le fait que ce soit à la fois dans plusieurs époques et dans plusieurs lieux à ajouté quelque chose en plus qui m'a davantage fait apprécier ma lecture. J'ai surtout aimé les moments dans l'espace, avec Claire. Cette dernière est le personnage auquel je me suis le plus attachée, elle a un caractère aussi atypique que son physique! Elle est indépendante, fière, plutôt violente et à un côté rentre-dedans qui est génial. En général, on n'a que des personnages profonds qui ont leurs qualités et leurs faiblesses, personne n'est parfait.

Et pour finir, j'ai adoré les petits détails en plus qui rendent ce livre encore plus original. On a quelques images qui sont réparties dans le roman, et il suffit de scanner un QR code pour avoir les musiques qui peuvent accompagner votre lecture! Je n'ai pas l'habitude de lire un livre avec de la musique, mais j'ai tout de même trouvé ça super sympa de trouver ça.

Éternel-22 est donc un très bon roman de SF, même si c'était un peu trop compliqué pour mon esprit littéraire lorsqu'on s'égarait dans les sciences et la physique? C'est souvent mon problème avec ce genre! Mais sinon je vous conseille grandement ce livre, surtout aux amateurs de SF.
Expéron Expéron
Hélène Cruciani   
L'histoire se déroule dans 40 ans, en 2050, en France, dans une société bouleversée, une société qui je dois l'avouer me fait froid dans le dos et dans laquelle je n'espère pas vivre. Les naissances sont contrôlées, les parents ont le choix du sexe, de l'apparence, et pour ne pas procréer dans l'illégalité, les parents sont dans l'obligation d'obtenir une sorte de certificat suivi d'une psychanalyse. Autant dire que l'évolution de la société prévue par l'auteure fait réellement peur et l'environnement des personnages m'aura certainement influencé dans mon appréciation de cette lecture.

Les personnages, puisqu'on en parle, sont bien décrits autant sur le plan physique que sur le plan psychologique. Et tout le mal-être de cette société ressort dans les personnages féminins qui l'une avec son autorisation revient sur ses envies et refuse d'avoir un enfant, qui l'autre qui souhaite procréer en toute illégalité pour avoir le plaisir d'être mère. Je trouve que les personnages sont particulièrement bien réussis.

L'écriture est fluide, simple, en somme, c'est bien écrit. Et heureusement que l'écriture nous transporte facilement, parce que l'histoire ne m'a franchement pas emballée.L'intrigue est vraiment très pauvre et les rebondissements ne m'ont pas assez fait "rebondir". C'est dommage, parce que je suis persuadée que ce roman aurait pu devenir un excellent roman, mais il manque quelque chose... le rythme.

par Skritt
Immortel ad vitam Immortel ad vitam
Cécile Pommereau   
http://papillonvoyageurbloglivresque.weebly.com/chroniques/immortel-ad-vitam-cecile-pommereau

Je ne m’attendais pas du tout à ça ! Telle a été ma réaction dès les premières lignes. La couverture ne m’avait préparée, le résumé non plus… C’est une sensation étrange. Je pensais tomber dans un autre type de récit, mais je me suis frottée à du Cécile Pommereau. Au début, ça procure un sentiment bizarre, mais on ne peut pas s’empêcher de continuer pour connaître le fin mot de l’histoire. Et puis, au final, on ne lâche plus le livre, on le dévore. On se retrouve happé par une intrigue farfelue, mais Ô combien réaliste en même temps. L’autrice mélange le policier et le fantastique avec brio. Ce que j’ai trouvé chouette, c’est que le côté surnaturel régit le texte sans pour autant que cela domine ; elle a tenu avant tout à rendre ses personnages authentiques et le scénario cohérent. On bascule entre les narrations aussi aisément qu’en tournant les pages, et tout avance très vite, mais en même temps… il est si difficile de se freiner ! C’est le genre de lecture parfaite pour l’été, la venue du soleil et du beau temps, le roman à lire d’une traite en bronzant ou en sirotant un petit cocktail. Bien qu’ayant une thématique sérieuse, cette histoire ne vous laissera pas indifférent. D’ailleurs, je dois bien admettre qu’elle a une double fonction : en plus d’être intéressante, elle muscle vos abdos avec son humour décalé. ​

Ce qui m’a vraiment surprise, c’est la plume de Cécile Pommereau. Ah ça, pour être étonnée, je l’ai été. Je n’ai pas pour habitude de lire un roman policier avec un style aussi oral. Mais, un style oral divinement bon et en adéquation avec les protagonistes, chargé de références (Lost, par exemple, une série qui a une grande place dans mon cœur) et de symboliques (c’est dingue comme l’autrice fait passer des messages puissants à travers un texte aussi humoristique). C’est compliqué à décrire, mais ce roman se divise en deux aspects : le sérieux et l’humour. Les deux s’entremêlent facilement, ce qui peut en dérouter plus d’un. Surtout quand, au final, Fred parle de sa mort de la même manière qu’il dirait « j’ai mangé une frite, ce matin ». C’est assez drôle, mais dans ce changement de gravité dans la narration, que cela soit chez Jean ou chez Fred, on finit par évoquer la mort sans peur avec une pointe d’ironie. Tout change, et pas que du point de vue de l’intrigue, mais aussi chez les personnages, leurs pensées, leurs façons de parler… et de ce fait, l’écriture se métamorphose. En gardant sa légèreté, elle amène des questions, parfois des réponses – mais très peu – sans oublier de faire passer des messages importants. Et de laisser aux lecteurs une certaine liberté de penser… J’ai apprécié cette façon d’aborder l’immortalité, cette plume rafraîchissante et incroyablement fine. Cela faisait du bien de lire un livre léger traitant du thème un peu tabou de la mort, mais aussi d’autres éléments de la vie qui peuvent effrayer. J’ai eu l’impression que ce livre démystifiait l’angoisse de la fin, du temps qui passe, tout en nous donnant une leçon. Le tout saupoudré de quelques gros mots, d’humour et de « pan pan ! ».

En ce qui concerne les personnages, je vais parler des principaux – enfin des narrateurs, en l’occurrence. D’abord, Fred. C’est le premier que l’on voit parler, si je ne me trompe pas. Il est jeune, a tout perdu… En gros, sa vie c’est de la « merde ». Donc, forcément, il tente de se suicider mais… surprise, il ne meurt pas ! Et c’est ce souci d’immortalité qui va le mener sur la route de Jean, obsédé par un gars tué par balles mais qui se balade tranquillement en ville. Jean, lui, il est plus âgé que Fred. Si leur rencontre s’est montrée explosive, je ne vous parle même pas de l’évolution de leur relation. Une véritable montée d’adrénaline ! Fred a un caractère bien à lui, aussi têtu et borné qu’un ado en pleine crise. Jean s’avère plus sage, et un certain équilibre s’installe entre eux. Séparés, les personnages ne me paraissaient pas aussi attachants que quand ils se sont retrouvés à deux. Un véritable duo épique, drôle et décalé ! J’ai kiffé leurs interactions, leurs façons de penser propres à leurs personnalités à chacun (personnalités que vous découvrirez en lisant, je vous laisse ce plaisir !), la tournure que prend l’intrigue… Comme je le disais, c’était rafraîchissant, et Fred et Jean ont fort contribué à cette légèreté par leur franche authenticité.

La fin m’a vraiment plu. Pour faire un parallèle avec Lost – l’une des références de ce livre –, je dirais que c’est le genre de fin qui risque de frustrer plus d’une personne. Comme on dit, ça passe ou ça casse. Avec moi, c’est passé, parce que j’aime énormément les fins ouvertes, la liberté d’imaginer toutes les possibilités, je ne vois pas ça comme une facilité, surtout quand c’est bien fait. Je ne dirai pas pourquoi, mais Cécile Pommereau a su insérer un message à la fin de son récit, une ultime leçon qu’on décide d’apprécier ou de déprécier, mais qui nous est quand même proposée. J’ai aimé cette fin, elle convient parfaitement au livre, à Fred, à Jean, à l’autrice, à tout. Elle était parfaite, c’est exactement le genre de conclusion dont le roman avait besoin. En lisant, j’avais peur d’être déçue du dénouement, et pourtant… c’est vraiment ce que j’ai préféré dans ce récit si spécial... On peut dire qu’il est à part des autres jusqu’au bout !

Grosso modo, Immortel Ad Vitam est un court one-shot mêlant magie, enquête policière, immortalité et humour. En décidant d’entrer dans le quotidien « merdique » de Fred, vous ne savez pas dans quoi vous mettez les pieds, ça je peux vous le dire. Mais ce que je peux vous dire, aussi, c’est que la plume franche et familière de Cécile Pommereau devrait vous conquérir par sa fraîcheur et sa légèreté ! De plus, le roman ne fait pas qu’entretenir correctement vos abdos ; il vous offre un véritable message, une leçon touchante… avec un dénouement (très) ouvert à prendre ou à laisser ! Une lecture parfaite en période estivale (même s’il se dévore à n’importe quelle saison) où le thème de la mort est démystifié le temps d’une intrigue loufoque.

par Rosalys
Ki et Vandien, Tome 4 : Les roues du destin Ki et Vandien, Tome 4 : Les roues du destin
Robin Hobb   
Un final en beauté ! C'est pour moi le meilleur des 4 tomes, je me suis laissé prendre au jeu, intriguée par des personnages vraiment atypiques, et captivant ! On découvre une nouvelle race en même temps que nos héros, et ce qui passe pour un jeune homme horrible se révèle être un gamin perdu !
L'histoire entre Ki et Vandien atteint son apothéose elle aussi, et on découvre que Vandien ne sait pas "que" raconter des histoires ^^
Bref, un tome captivant !

par mielou35