Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de zanais14 : Mes envies

retour à l'index de la bibliothèque
Les chroniques d'une mère indigne Les chroniques d'une mère indigne
Caroline Allard   
Dans ce livre, l'auteur, mère elle aussi de deux enfants, démystifie le mythe de la mère parfaite en dénonçant le « côté obscur de la maternité », tout en humour et en autodérision.
Lucides Lucides
Ron Bass    Adrienne Stoltz   
4,5/5

http://wandering-world.skyrock.com/3177943243-LUCID.html

SOUFFLE COUPÉ. BESOIN DE RÉFLÉCHIR. PAUMÉ ET PULVÉRISÉ. Voilà ce que j'ai éprouvé en refermant le roman. Mon dieu, qu'est-ce que c'est que ce livre ? Avez-vous déjà écouté une chanson que vous trouviez plutôt moyenne au départ puis, d'un seul coup, et sans trop que vous compreniez pourquoi, tout explose, vous l'adorez et vous la passez en boucle jusqu'à l'overdose ? C'est exactement ce que m'a fait ressentir LUCID. Au départ, les choses étaient mal parties. Très mal parties. J'ai eu beaucoup de mal à m'attacher aux héroïnes, et l'histoire était tout sauf prenante et intéressante. Malgré tout, je sentais qu'une énorme possibilité se cachait derrière tout ça. L'univers était vraiment captivant et l'étrange lien entre Maggie et Sloane m'appelait énormément. Puis PAF. Je suis arrivé à un moment du roman où j'ai été brisé. Les auteurs révèlent enfin tout le potentiel de l'histoire, et c'est carrément TRAUMATISANT. Les 100 dernières pages de LUCID ont tout rattrapé, vraiment. Au départ, je pensais attribuer la note de 3/5 au livre. Puis les 30 derniers pour cent m'ont permis d'élever cette note à 4,5. J'étais prêt à mettre un 5, mais il aurait été en décalage avec mon ressenti du début... Et en même temps cette fin est tellement parfaite... Et... Haaaaaaa !!! Je suis officiellement déchiré !!! LUCID est un livre que je ne suis pas prêt d'oublier, je vous le garantis. L'histoire m'a marqué et m'a complètement renversé.
Mon gros problème, au départ, c'est que je ne me suis pas du tout attaché aux héroïnes. Qu'il s'agisse de Sloane ou de Maggie, je n'arrivais pas à créer un lien avec elles. Surtout qu'au début, les auteurs ne s'embêtent pas trop à nous les présenter. Ni elles, ni les nombreux personnages qu'elles côtoient. Donc en plus de devoir s'adapter à ces deux jeunes femmes, il faut aussi tenter de comprendre les personnes qui les entourent. Ça a été difficile. Vraiment. A de très nombreuses, j'ai dû retourner au début de tel ou tel chapitre pour être sûr que je suivais Sloane ou Maggie. L'alternance de point de vue est vraiment justifiée et hyper intrigante, mais elle nous perd plus qu'autre chose durant les premières pages. Je vous assure que j'ai eu beaucoup de mal à m'identifier à leurs réactions et à leurs pensées. Le truc, c'est qu'elles ne possèdent aucune profondeur. J'avais juste l'impression de lire, et non pas de ressentir. Sauf qu'une lecture qui ne me fait pas éprouver mentalement ou physiquement quelque chose, ce n'est pas vraiment pour moi.
Cette sensation de distance et d'incompréhension face aux héroïnes m'a accompagné pendant une grosse partie du roman. Il ne se passe absolument rien pour nous faciliter la tâche. En effet, les rebondissements ne se bousculent pas. On ne fait que suivre Sloane et Maggie. Leurs vies ne sont pas spécialement mouvementées, il n'y a pas de grands retournements de situation. Je vous assure qu'au bout de 200 pages, j'avais quelques doutes quant au potentiel de l'histoire. Mais j'ai continué, et il y a un premier élément qui a commencé à tout changer.
Les romances. Les deux histoires d'amour que nous découvrons dans ce récit m'ont énormément plu. Elles sont hyper naturelles et hyper touchantes. Je sais que ce n'est pas vraiment un des points-clés de l'intrigue, mais les idylles parallèles que nous suivons sont vraiment beaux. Sloane et James m'ont ému, Maggie et Andrew m'ont ému. Une fois que j'ai réussi à trouver un élément plaisant à l'intrigue, j'ai pu avancer plus facilement dans le roman. Et je suis tellement, tellement, tellement heureux de l'avoir fait. Parce qu'à partir de la page 250, tout, absolument TOUT, devient parfait.
Comme vous le savez, l'histoire traite de deux héroïnes qui rêvent qu'elles échangent leurs vies durant leur sommeil. Rien que l'idée est géniale, n'est-ce pas ? De plus, comme je l'ai dit un peu plus haut, on sent bien qu'elle reste très présente dans la première partie du récit. Du coup, une part de nous ne peut pas s'empêcher de se demander "est-ce un songe ? Est-ce vrai ? Quel monde est réel et quel monde ne l'est pas ? Y a-t-il un monde réel ?". Surtout que, petit à petit, Sloane et Maggie introduisent des doutes et des phrases coup de point qui viennent renverser nos convictions. C'est d'ailleurs à partir de là que j'ai commencé à m'attacher à elles : quand on se rend-compte qu'elles sont aussi paumées et décontenancées que nous.
Voilà pourquoi j'ai adoré LUCID, en dépit de ses défauts dans les 200 premières pages : parce que j'ai perdu absolument TOUS mes repères. Mais, genre, vraiment. J'ai été obligé de lire jusqu'à deux heures du matin pour connaître le fin mot de l'intrigue tant tout devenait obsédant et dérangeant. J'ai été obligé d'aller parler à mon demi frère à deux heures et demi pour partager mes sensations, toutes plus entremêlées et dévastées les unes que les autres. En lisant les 100 dernières pages, je hurlais à chaque ligne que je lisais. Je hurlais et je jetais mon livre à l'autre bout de mon lit. C'était plus fort que moi. QU'EST-CE QUE C'EST QUE CE LIVRE ? En plus d'être complètement désorienté, j'étais à la fois terrifié et HYPER excité. Parce qu'on ne comprend vraiment plus rien. Les derniers chapitres, et rien que d'en reparler j'ai l'estomac qui se sert, sont juste ultra forts et ultra perturbants. J'ai été ébloui devant autant de génie et de perfection. En découvrant la conclusion de LUCID, j'ai trouvé l'idée des auteurs brillante. Brillante et extraordinaire. Car, putain, que LUCID est magnifique. Je pourrai vous le répéter pendant des heures : l'ultime centaine de pages m'a dévasté. J'avais envie de pleurer parce que la folie guettait Sloane et Maggie, de crier parce que j'étais perdu, de taper contre les murs parce que je devenais dingue. LUCID m'a rendu dingue.
Il faut que vous compreniez un truc : les dernières pages de LUCID, et là je parle de 3 dernières pages, sont tellement intenses et troublantes que j'ai dû les relire quatre ou cinq fois avant de les saisir entièrement. J'ai eu le souffle coupé, les larmes aux yeux, les mains tremblantes et l'esprit complètement fragmenté. C'était juste... Spectaculaire. Le final de LUCID est spectaculaire, de toute manière. Ce roman ressemble un peu à un feu d'artifice : ça commence lentement, ça ne provoque rien, puis tout explose, et on a le corps qui vibre et le cœur qui implose. Je n'avais pas été autant dévasté par un livre depuis UNDONE de Cat Clarke. Alors, non, LUCID ne dépasse pas UNDONE, mais il n'est pas très loin d'autant me marquer dans la durée. Je me suis déjà endormi et réveillé en pensant à la conclusion époustouflante de LUCID, et je crois que l'état de choc dans lequel je suis plongé ne va pas me quitter de sitôt.
Ma chronique n'est vraiment pas top, et pourtant j'ai mis trois fois de plus de temps à l'écrire qu'habituellement. Je ne parviens pas à retranscrire tout ce que j'ai ressenti. La conclusion de LUCID reste pas mal ouverte et nous laisse quelques questions sans réponse, et, pourtant, je n'en ai strictement rien à faire. Pour qu'une fin ouverte de me gêne pas (et me plaise, même !), c'est vraiment qu'il y a quelque chose de formidable et d'indescriptible au cœur de cette intrigue. En terminant LUCID, je n'en pouvais plus. J'étais vidé. Je voulais gémir. Je voulais parler avec quelqu'un. Parce que, vraiment, ce roman nous soustrait tous nos points de repère. Toutes nos convictions. On est paumés. On est pulvérisés. On est détruits. On est choqués. Merde, quelle fin !!! Il y a même un paragraphe que j'ai trouvé tellement poétique et tellement troublant et tellement enivrant et tellement ravageur et tellement brûlant et tellement parfait que je l'ai relu une bonne dizaine de fois ♥
En résumé, LUCID est un véritable coup de cœur, sans vraiment en être un. Dans le fond, je crois que je ne m'autorise pas à le classer comme tel à cause des 200 premières pages qui sont un peu molles et pas vraiment saisissantes. Sloane et Maggie ne sont pas attachantes, et leurs vies ne sont pas plaisantes à suivre. Puis, comme je vous l'ai déjà bien expliqué je pense, tout explose et tout nous coupe le souffle. Une fois les 200 pages passées, on fond, on hurle, on pleure, et on est dévastés. LUCID est un récit qui a volé mon cœur et mon esprit. Mes convictions et mes émotions. Il y a un moment dans l'histoire où ne sait plus qui est fou, qu'est-ce qui est réel, ou encore qu'est-ce qui est imaginaire. Même moi j'ai eu l'impression de caresser la folie du doigt. LUCID confirme bien ma tendance à adorer les personnages complètement malades : comme pour Jem avec UNDONE, Sloane et Maggie vont devenir des êtres faits de pure folie, et j'ai complètement craqué. Je crois que je vais devoir prendre rendez-vous chez un psychologue, non ? C'est malsain. LUCID est malsain. Malsain, imparfait durant 200 pages, mais tellement parfait dans la suite. Je n'ai pas envie de terminer cette chronique. Parce que j'ai envie de vous donner envie de lire LUCID. D'en parler, encore et encore, parce que ce roman ne va pas me quitter avant un long, long moment. LUCID est une chanson dont les ultimes notes sont envoûtantes et hypnotiques, exaltantes et mystérieuses, déchirantes et irrésistibles. C'est un feu d'artifice duquel on ne peut pas détourner les yeux. LUCID est comme la gravité, on ne peut pas y résister. Cette fin quoi. Cette fin ♥

par Jordan
Mais qui est le père? Mais qui est le père?
Maria Beaumont   
Ce n'est pas un chef d'œuvre mais ce roman se lit facilement, ça vous faire sourire et a une écriture originale: en parallèle la vie amoureuse d'une jeune fille et son accouchement… et jusqu'à la dernière ligne on ne saura pas "Mais qui est le père?".
Entre chaque centimètres de dilatation de son accouchement, Dayna fait un retour en arrière pour retracer son parcours amoureux l'ayant amenée au stade actuel de sa vie sentimentale. Je ne peux pas dire que j’ai adoré, mais certains passages m’ont fait sourire…à voir un peut plus.
L'homme idéal existe. Il est Québécois L'homme idéal existe. Il est Québécois
Diane Ducret   
Un ramassis de préjugés et de clichés je dirais. Je viens du Québec et je peux dire que notre langage est spécial oui mais il y a des limites. Je crois que l'auteure n'y connais rien et utilise tout un tas d'expression vieillôtes ou non à la suite de l'autre sans prendre la peine de voir si elles sont bien utilisées. Ça fait vraiment très lourd à lire voire presque insultant à la longue. Parfois ça frisait l'arrogance mais bon... En gros je dirais que je n'ai pas eu l'illumination divine avec ce livre et si les français se basent sur celui ci avant de venir nous voir ils vont avoir de grosses surprises en arrivant!

par icarus
Miroir, miroir Miroir, miroir
Collectif    Serena Valentino   
J'ai vraiment adoré ce livre!!!
Moi qui une suis une grande fan de disney j'attendais énormément de ce livre et je n'ai pas du tout été déçu <3
En plus la couverture est juste MAGNIFIQUE

[spoiler]Même si on connait tous l'histoire de Blanche-neige et de son horrible marâtre,on espère que l'histoire change pour une fois.
On découvre la reine sous un jour nouveau au début, une personne aimante, gentil et pleine vie. Mais vite son comportement tant bien connu reprend le dessus et on découvre les raisons de son égocentricité. La haine que lui porte son père à cause de la mort de sa mère et ensuite la mort de son roi la fait basculer vers une noirceur extrême. Mais jusqu'au bout on sait qu'elle aime sa fille plus que tout.[/spoiler]

Je conseil vraiment ce livre et j'ai vraiment hâte de lire le tome 2 sur la belle et la bête :)

par Alouille
Un cœur de glace Un cœur de glace
Elizabeth Rudnick   
http://lireunepassion.blogspot.fr/2016/02/la-reine-des-neiges-un-coeur-de-glace.html

Bon, à force, vous devez connaître mon amour pour « La reine des neiges », non ? Non ? Bah maintenant vous savez ! Alors quand Hachette nous a proposé ce roman, je n'ai pas pu résister, même si je connaissais déjà l'histoire. Et je dois dire que durant ma lecture, j'ai été autant prise dedans quand quand j'ai vu le dessin animé !

Nous sommes à Arendelle, un pays gouverné par un roi et une reine aimants et aimés. Ils ont deux jeunes filles. La plus âgée se découvre des pouvoirs hors du commun :: elle peut gérer l'hiver à son avantage. Mais lors d'une démonstration à sa jeune sœur, Anna, Elsa la blesse et se renferme sur elle-même. Plusieurs années ont passé, et les parents meurent dans un accident de bateau. Voilà les deux sœurs livrées à elles-mêmes. Elsa est très vite promue reine d'Arendelle et sa sœur se sent exclue. La plus grande l'évite et s'enferme continuellement dans sa chambre, sans explication.

Lors du couronnement d'Elsa, Anna fait la connaissance d'un jeune prince, Hans. Venu pour des raisons personnelles au royaume, il fait succomber Anna. Mais lors d'une petite dispute avec sa sœur, Anna redécouvre les pouvoirs de la nouvelle reine, et cette dernière fuit, trop honteuse de ses pouvoirs qu'elle ne contrôle pas. Quant à Anna, elle est vite tombée amoureuse de Hans, qui est doux, gentil et à l'écoute. Mais ne cache-t-il pas bien son jeu ? À la recherche de sa grande sœur, Anna va grandir, réfléchir et comprendre que faire des choix précipités n'est pas toujours la bonne solution.

La particularité de ce roman, c'est qu'il est axé sur la romance entre Hans et Anna. Avec ce livre, nous découvrons une autre facette du premier, qui est, il faut le dire, très irritant dans le dessin animé. Ici, on apprend à le connaître et on en sait plus sur sa famille et ce qu'il vit chaque jour. Contrairement à ce que je pensais, je me suis attachée à lui au début, car il n'a franchement pas une vie facile, avec ses douze frères et son père. Cependant, plus on avance, plus son caractère et sa façon d'être changent, et il devient vite insupportable. Mais c'est aussi tout ce qui fait sa psychologie : au contact de sa famille et guidé par eux, il se découvre et pas sous le bon jour que l'on aimerait. Je dois avouer que j'ai eu un petit espoir jusqu'au bout (bien que je connaisse le dessin animé!).

Quant à Anna, on ressent tout l'amour qu'elle a pour sa sœur, mais aussi ses inquiétudes vis-à-vis d'elle. Elle ne comprend pas pourquoi Elsa l'évite, elle ne comprend pas qu'elle puisse être aussi extérieure à tout ce qu'il se passe. Elle cherche des réponses, mais sa sœur ne les lui donne pas et ça la frustre. Durant son voyage pour la retrouver, elle fait la rencontre d'un jeune homme qui n'a pas la même vie qu'elle, loin des paillettes et des châteaux. À ses côtés, elle verra sa vie changer et d'un nouvel œil. Même si ce n'est pas soudain et que sa remise en question se fait au fil des pages, elle prend tout de même conscience des erreurs qu'elle a pu faire.

En résumé, j'ai retrouvé le même plaisir qu'à la découverte du dessin animé, et j'avais plein d'étoiles dans les yeux à la lecture. Voir Hans sous un autre angle (du moins au début), aide à mieux le connaître et voir ce qu'il a vécu plus jeune. Anna, quant à elle, grandit de plus en plus, et j'ai apprécié la suivre dans tous ses questionnements. Évidemment, c'est un livre que je vous conseille ! Pour petits et grands !

* Je remercie Hachette et Aurélie pour leur confiance ! *

Justine P.

par just2iine
Au début Au début
François Bégaudeau   
Des histoires différentes, des points de vue de femme. C'est très intéressant de voir les différents parcours, entre la grossesse et la naissance, la manière dont chacune le vit.
A recommander aussi à tous ceux qui se posent des questions sur le fait d'être parent, avant, pendant la grossesse et probablement après pour se rappeler de ce qu'on a vécu.

par Garance-1
Coup de foudre au zoo Coup de foudre au zoo
Zoé Barnès   
Cally perd le même jour, son boulot, son mari sa maison... en une journée toute sa vie est boulversée. elle retourne chez ses parents et decouvre les joies de l'apprentissage... elle enchaine les petits boulots et fini par atterir dans un zoo ou tout les soigneurs ont leur particularité. entrainé par son ami Liddy et son collocataire loufoque Eddy elle va decouvrir que la vie est loin d'être une routine.
je me suis laissée entrainé par ce roman plein de surprise et de situation cocasse. les personnages sont super. j'ai passé un très bon moment de lecture.

par bamby114
Splintered, Tome 1 Splintered, Tome 1
A.G. Howard   
http://altheainwonderland.blogspot.fr/2014/04/splintered-tome-1.html

Splintered nous offre donc une réécriture solide et totalement dans la lignée de l'oeuvre originale. Si les adaptations de contes qui pullulent en ce moment s'éloignent parfois énormément de l'oeuvre dans laquelle elles prennent leur source, A. G. Howard respecte avec beaucoup de mérite les bases posées par Lewis Carroll tout en y ajoutant son propre grain de sel. En effet le Pays des Merveilles dans lequel on est plongé ici est loin d'être merveilleux et est bien plus sombre et effrayant que l'original. Et, de ce fait, il en est peut-être même encore plus fascinant et attrayant ! Si je suis une grande fan de l'univers original, qui a un côté plus féerique, j'ai tout de même été complètement captivée par celui-ci. Le Pays des Merveilles de Splintered a définitivement quelque chose de "Tim Burtonien" qu'on ne retrouve même pas dans la version cinématographique du célèbre réalisateur. Je ne peux vraiment que tirer mon chapeau à A. G. Howard pour ces superbes ajustements !

Alyssa se trouve être une héroïne efficace que j'ai particulièrement apprécié de suivre. Elle ne perd jamais de vue son objectif principal qui est de délivrer sa mère de la folie qui la ronge et de faire en sorte que Jeb ressorte sain et sauf de ce voyage inattendu. Alors même que les révélations auxquelles elle doit faire face ne manquent pas, à juste titre, de la retourner, elle reste fidèle à ses croyances et ses objectifs. Sa relation avec Jeb, qui est donc son meilleur ami, reste pour sa part assez basique bien que mignonne. On reste dans une configuration très classique où elle a des sentiments pour lui alors qu'il sort avec LA peste du lycée qui la hait mais avec qui il reste pour préserver Alyssa des sentiments qu'il éprouve pour elle... Bref rien de bien nouveau sur le soleil des tropiques du Young Adult. Cependant Jeb reste un vrai soutien infaillible pour Alyssa et prouve donc particulièrement son utilité et sa loyauté alors qu'elle vacille face aux révélations qui lui sont faites durant leur voyage. Bon après, son complexe du héros, à vouloir toujours se sacrifier, peut parfois être un peu pénible mais c'est encore une fois assez habituel des héros de YA qui semblent croire que les filles ne peuvent pas se sauver par elle-même (NB: Elles le font très bien toutes seules, merci messieurs).

Les personnages du Pays des Merveilles sont quant à eux pour le moins étranges, voir carrément flippants. Et en parlant de flippant je pense surtout à Morpheus, le guide d'Alice. Sérieusement, il m'a complètement foutu des sueurs froides celui-ci ! Il a clairement son propre agenda et on ne sait jamais réellement ce qui lui passe pas la tête, quel sera son prochain coup et de quel côté sa loyauté repose-t-elle vraiment. Élusif, sans cesse sur la brèche entre bien et mal, proche de la folie, il m'a laissé un sentiment plus que mitigé. Même le roman terminé depuis maintenant plusieurs jours, je ne sais toujours pas que penser de son personnage qui m'angoisse encore rien qu'en y repensant.

Le récit est bien sur, avec l'univers, le point fort du roman par sa solidité. Le seul petite reproche que j'y ferais est la difficulté à le manœuvrer qui devient assez évidente une fois les personnages arrivés au Pays des Merveilles. Il y a beaucoup de vocabulaire spécifique et soutenu à intégrer, j'ai d'ailleurs rarement passé autant de temps sur certaines scènes pour être sûre de bien en comprendre toutes les subtilités. Si on rajoute le fait que les événements s’enchaînent parfois avec beaucoup de vitesse, il peut être assez facile de se laisser déborder.

Splintered est donc, à ce jour, la meilleure réinterprétation d'Alice que j'ai pu lire. L'univers sombre et tordu repensé par A. G. Howard est un vrai régal et les retournements de situations ne manqueront pas de vous laisser la tête retournée dans tous les sens. Attention cependant aux débutants en anglais, ce roman risque d'être beaucoup trop complexe pour vous et je ne conseillerais sa lecture qu'à ceux qui ont déjà roulé leur bosse dans cette langue.

par Althea
Ne jamais tomber amoureuse Ne jamais tomber amoureuse
Melissa Marr   
J'ai beaucoup aimé ce livre car il change totalement de ces nombreuses histoires de vampires. On change de thème tout en retrouvant quelques similitudes: je parle de l'amour. Je suis une lectrice de romans fantastiques (je suis passé par twilight, la cité des ténèbres, les livres de anne rice, ect) , et je recommande ce livre à tous ceux qui ont des goùts similaires.