Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

Bibliothèque de zenpoete60 : J'ai lu aussi

retour à l'index de la bibliothèque
Le Chagrin des origines Le Chagrin des origines
Laurence Nobécourt   
Présentation de l'éditeur (Albin Michel, 2019) :

Laurence Nobécourt ne se paie pas de mots quand elle nous dit que l’écriture l’a sauvée : ce récit est un brûlant hommage à cette « voie du verbe » qui permet de se rapprocher de soi-même et de donner sens à la vie.
Elle nous donne en partage les moments initiatiques sur cette voie escarpée : le corps exsudant la souffrance psychique ; la quête perpétuelle du pourquoi de ce « chagrin des origines » les années douloureuses à vouloir se perdre dans l’addiction ; l’aspiration de la mélancolie mais aussi les lectures, gages d’ouverture de la ligne d’horizon ; une nuit fondatrice sous l’emprise d’un champignon hallucinogène, où lui est révélée la réalité d’un monde qui n’est qu’amour et qu’elle n’aura de cesse de retrouver dans l’écriture…

Dans cette prospection intime dont Laurence Nobécourt nous décrit les aléas, les rêves meurtris, les illusions et les éblouissements, une âme se met à nu sans tricher, toujours guidée par une foi aussi libre que fervente et communicative.

par dadotiste
Les souvenirs viennent à ma rencontre. Les souvenirs viennent à ma rencontre.
Edgar Morin   
Un livre de transmission qu'il faut aborder comme un recueil historique où se succèdent, par thèmes, les événements qui ont émaillé le dernier siècle. Des souvenirs, de l'émotion, de la rigueur, de l'authenticité.
Habiter en oiseau Habiter en oiseau
Vinciane Despret   
Qu'est-ce que serait un territoire du point de vue des animaux ? Vinciane Despret mène l'enquête auprès des ornithologues Car ce qui l'intéresse surtout, c'est d'observer la naissance et le développement de l'intérêt que les scientifiques portent aux oiseaux. Où l'on voit alors que, plus on étudie les oiseaux, plus les choses se compliquent. De nouvelles manières de faire territoire apparaissent, bien plus complexes que les ornithologues ne pouvaient l'imaginer. Et si ces manières n'étaient que du spectacle, des parades dont personne n'est vraiment dupe ? Et si ce n'était qu'un jeu, pour "faire semblant" ? Et si l'on prêtait attention au fait que les territoires sont toujours collés les uns aux autres ? Ne seraient-ils pas, alors, une façon pour les oiseaux de continuer à vivre ensemble en étant autrement organises ? Sous la plume de Vinciane Despret, oiseaux et ornithologues deviennent intensément vivants et extrêmement attachants. A l'issue de ce livre, on ne devrait plus considérer la notion de territoire comme allant de soi. Et l'on n'entendra peut-être plus de la même façon les oiseaux chanter.

par plumanna
Le Guérisseur des lumières Le Guérisseur des lumières
Frédéric Gros   
Franz-Anton Mesmer publie son Mémoire sur la découverte du magnétisme animal en 1779. Il y révèle l’existence d’un fluide universel aux pouvoirs thérapeutiques. Par simples effleurements de la main, ce fluide pourrait guérir et rétablir l’harmonie du corps et de la nature. Rejetée par la médecine officielle, portée par quelques guérisons « spectaculaires », cette théorie vaut à Mesmer une foudroyante popularité. La fièvre mesmérienne enflamme les imaginations, dans la France prérévolutionnaire des Lumières où son harmonie universelle fait écho aux aspirations à l’égalité et à la fraternité. C’est au cœur de cette histoire fascinante, celle d’un homme en qui s’incarne toute l’effervescence d’une époque, que Frédéric Gros, puisant sa matière romanesque au cœur de l’événement historique, nous entraîne.

(Source : Albin Michel)

par x-Key
Les jours s'en vont comme des chevaux sauvages dans les collines Les jours s'en vont comme des chevaux sauvages dans les collines
Charles Bukowski   
Pas l'ouvrage de Bukowki que je recommanderai. On y retrouve au final des histoires - comme ses ouvrages majeurs ont pu le proposer avant - mais ici sous forme de vers libre et donc de "poésie". Il n'y en a que la forme, malheureusement, le fond n'étant pas réellement poètique ou pas dans le sens traditionnel du terme.

Je ne doute pas que ces poèmes soient bien meilleurs en langue anglaise et que cette oeuvre a dû être une torture sans nom à traduire en français mais oui, il faut l'admettre, ici le français ne sied pas à l'oeuvre de Bukowski. Préférez plutôt Les contes de la folie ordinaire ou Au sud de nulle part qui reprennent les mêmes thèmes, n'ont pas cette prétention poétique et sont de qualité supérieure.

par Abyssos
Nos vies Nos vies
Marie-Hélène Lafon   
Une histoire qui n'as pas su capter mon intention. Je n'est pas réellement ressentie de but dans cette histoire, a part le fait que l'on vois que des vies banales aussi on leur place dans un roman, ce qui fais que c'est tellement juste la représentation d'un quotidien que je me suis ennuyé. Personnellement je n'est pas apprécié tout simplement car ce n'est pas ce que moi j'attend de mes lectures
Refus d'obéissance Refus d'obéissance
Jean Giono   
On peut pas le lire en ligne? si oui comment faire?
À lire au crépuscule et autres histoires de fantômes À lire au crépuscule et autres histoires de fantômes
Charles Dickens   
«J’ai toujours été frappé de constater à quel point le courage fait défaut, y compris aux gens les plus intelligents ou les plus cultivés, lorsqu’il s’agit de se confier sur des expériences psychiques liées au surnaturel. Presque tous craignent de s’exposer aux soupçons ou aux rires si jamais ils se hasardaient à raconter une expérience de ce type, qui n’éveille ni parallèle ni écho dans la vie psychique de leur interlocuteur. Un voyageur honnête qui aurait vu quelque créature fantastique du genre des serpents de mer n’aurait aucune réticence à l'évoquer ; mais ce même voyageur, eût-il ressenti un pressentiment, un instinct, un rêve, une divagation étranges, ou ce que l’on nomme vision, ou encore toute autre impression psychique paranormale, hésiterait longtemps avant de l’avouer.»

Une jeune mariée disparaît mystérieusement, un esprit frappeur s’amuse dans le ventre de sa victime, un homme assassiné assiste au procès de son meurtrier… Quatre nouvelles grinçantes où Dickens mêle habilement angoisse et insolite, non sans une touche de malice.

http://www.gallimard.fr/Catalogue/GALLIMARD/Folio/Folio-2/A-lire-au-crepuscule-et-autres-histoires-de-fantomes
Gare à Lou ! Gare à Lou !
Jean Teulé   
Comment vous dire ?! Heu ... ben ... donc ... perplexité ! Grande fut mon hésitation à entamer la lecture de ce nouveau Teulé et grand aussi mon embarras pour vous en faire la critique,
Autant j avais été conquise par la prose et l humour noir du roman « Le magasin des suicides », autant déçue par « Le Montespan » et « Entrez dans la danse » deux lectures d ailleurs abandonnées ... à priori ma préférence s oriente, pour cet auteur, plus vers ses romans d anticipation plutôt que ses romans historiques ... Ca tombe bien ! me dis-je, avec « Gare à Lou ! » Teulé revient justement dans le genre roman d anticipation !
Oui ... mais mon ressenti est tout en « mi » : mi-prenant, mi-captivant, mi-gonflant même ... Mitigé quoi !
En bref l histoire, qui se déroule dans le futur : une jeune-fille, Lou,découvre, du jour au lendemain, qu elle possède un don. Face à la méchanceté et l injustice, lorqu elle souhaite du mal à quelqu’un, son souhait se réalise illico. Ce pouvoir est très rapidement repéré par le gouvernement qui voit en Lou une « Arme » redoutable et va donc, en quelque sorte la recruter dans le but d éliminer ou nuire aux nations ennemies ... ce qui mène à des situations des plus loufoques ...
Alors voilà, mes points positifs : un bon univers futuriste, notre président étant un extravagant hypocondriaque, un humour décalé plutôt sympa et surtout une écriture poétique avec des détournements de mots à la « Boris Vian » : gratte-ciel devient « écorche-cieux » et d autres à découvrir ..
Et mes points negatifs : un manque d approfondissement du personnage principal, un ressenti de « trop » dans l enchaînements des situations, un final décevant.
Pour conclure, donc, un sentiment bien mitigé : je pensais : Teulé on n aime ou on n aime pas et bien, là pour le coup, Teulé j aime ET j aime pas !

par Cetsak
Les Rêveries du promeneur solitaire Les Rêveries du promeneur solitaire
Jean-Jacques Rousseau   
Voici encore une œuvre de Rousseau qui comme toujours me pose le même problème : je l'apprécie énormément quand je me contente d'en lire et étudier des extraits mais la lecture de l'œuvre intégrale m'est impossible. L'histoire et les thèmes abordés sont sublimes (introspection, souvenirs, jardins imitant la nature, prose poétique...) mais je me butte toujours au style d'écriture de Rousseau que je n'arrive pas à dépasser. Déception donc, autant pour l'œuvre que pour mon incapacité à m'y adapter.

par Brit