Livres
554 909
Membres
600 172

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Pegh 2021-05-04T20:33:18+02:00

Je me traîne avec mon lourd cartable pour me mêler à la foule de 17 heures. Quelqu’un passe devant moi alors que j’attends le tram pour rejoindre ensuite le métro et enfin mon appartement après une longue journée.

On dirait que voilà l’occasion parfaite de changer mes plans !

Depuis quelques années le port de la fourrure est fortement désapprouvé. Les associations se battent et beaucoup de maisons de coutures excluent son utilisation dans leurs collections. Le caractère immoral et cruel de porter sur soi le poil d’un animal mort est assez évident.

Mais pas pour tout le monde apparemment.

D’autant qu’il est très facile de reproduire les motifs d’un pelage animal avec de nouvelles matières.

Certaines personnes s’estiment au-dessus des lois, considérant que leur argent leur offre une immunité ou plutôt une légitimité pour le port de la mort sur eux.

Je suis une femme blanche comme la neige, de l’hermine couvrant mon corps de la nuque jusqu’aux mollets, telle le manteau de Cruella d’Enfer. J’en ai la nausée. Madame se prend pour une reine. Je rêve d’une fin à la Marie-Antoinette pour elle.

À défaut de guillotine, j’ai ma petite idée. C’est de la folie mais je dois le faire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Melodie-26 2021-02-03T02:08:02+01:00

« Je suis trop froid, distant, désintéressé et égoïste pour me faire des amis. Pourtant, le fait est que Lucas est tout le temps là et que ses yeux ne me quittent plus.»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Melodie-26 2021-02-03T02:07:43+01:00

« À l'origine, le ciel fut donné à Zeus, les Enfers à Hadès et la mer à Poséidon. Il était le dieu de toutes les eaux, des sources et des fleuves.

Récemment, il a empoigné son trident et déchaîné les flots dans une vague monstrueuse détruisant tout sur son passage. On ne compte plus les pays qui doivent reconstruire des villes entières après le passage d'un tsunami.

Les hommes se méfient des océans, les pêcheurs vivent dans la misère et ce n'est plus un luxe de vivre au bord de l'eau. Au contraire, il faut être fou pour s'évertuer à s'implanter près des mers.

Plus l'homme est aisé, plus il migre vers le centre du pays. Le niveau des océans a considérablement augmenté depuis des années. La fonte des glaces s'accélère dangereusement et les pôles se constituent des tristes banquises craquelées.

Je n'oublie pas ce que la Terre était à son origine et qu'elle en veut terriblement aux hommes pour ce qu'ils lui font subir tous les jours.»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Melodie-26 2021-02-03T02:05:52+01:00

« Récemment diplômé de l'académie de Quantico, je suis profiler et j'enquête depuis des mois sur ce malade en liberté qui menace notre population.... Le problème, c'est qu'il est imprévisible, impulsif et très prudent.»

Afficher en entier
Extrait ajouté par Velandra 2020-02-15T01:26:43+01:00

On dirait des pièces, des œuvres d’art dont on voudrait vanter les mérites durant une exposition. Chaque corps est une scène de crime. Chaque scène de crime a son propre éclairage, son propre espace.

Il s’agit d’une œuvre d’une échelle stupéfiante et je ne sais plus où regarder.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Velandra 2020-02-15T01:23:31+01:00

— Est-ce que je peux vous aider ? demandé-je pour éviter de lui répondre que oui, sa présence me dérange.

— Excusez-moi, j’ai oublié de me présenter, dit-il, tout penaud.

Dans un effort de politesse, il me tend alors la main. Je prends sur moi de la lui serrer et il retrouve immédiatement le sourire. À bien y réfléchir, je crois ne l’avoir jamais vu dans ma salle de classe.

— Je m’appelle Lucas Martin. Je travaille comme profiler pour la police.

Voilà qui est intéressant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Velandra 2020-02-15T01:14:35+01:00

L’espace de quelques heures, je veux être celui qui a tant à leur apprendre. À notre époque, Internet et les séries télévisées peuvent évidemment faire une partie de mon travail, mais il y a quelque chose chez moi qui fait que mon auditoire ne cesse de croître.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Adeline-57 2020-01-26T15:33:09+01:00

Circé est une nymphomane et je sais maintenant que sa réputation se justifie. Je n’ai pas réellement besoin que l’on booste ma libido à l’aide de plantes médicinales tant je me sens excité à cet instant.

— Tu n’auras jamais connu une telle vigueur. Tu seras dur…

Elle saisit la fleur sur la table basse et la porte à ma bouche sans jamais relâcher son étreinte sur mon sexe.

— Et ça durera des heures, termine-t-elle.

J’entrouvre les lèvres et les referme sur son doigt. Elle entame un va-et-vient de son doigt dans ma bouche. Cette plante n’a aucun goût et je doute de son effet miraculeux. Ne tenant plus, j’allonge Circé sur le canapé et me place au-dessus d’elle après m’être allégé de mon jean et de mon caleçon. Je recouvre son corps à peine vêtu. Elle est sans cesse représentée la poitrine nue, et il me tarde de découvrir si le talent des artistes en exagérait la perfection.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Adeline-57 2020-01-26T15:32:00+01:00

J’ai un sourire discret alors qu’il semble s’éloigner de plus en plus de la bonne piste, et donc de moi.

— Tout dépend de ce que vous entendez par « étonnant »…

— Très franchement, avec tout ce que j’ai vu ces derniers temps, je crois que plus rien ne peut m’étonner.

Est-ce une façon de me mettre au défi ? Malgré moi, la phrase de Lucas élargit mon sourire. Mes œuvres sont impressionnantes mais je ressens toujours le besoin de me surpasser, alors il risque d’être étonné dans les semaines à venir.

Sans réellement craindre un piège, je relève le challenge.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Adeline-57 2020-01-26T15:29:58+01:00

Certaines personnes s’estiment au-dessus des lois, considérant que leur argent leur offre une immunité ou plutôt une légitimité pour le port de la mort sur eux.

Je suis une femme blanche comme la neige. Telle Cruella d’Enfer, de l’hermine couvrant son corps de la nuque jusqu’au milieu de ses mollets. J’en ai la nausée. Madame se prend pour une reine. Je rêve d’une fin à la Marie-Antoinette pour elle.

À défaut de guillotine, j’ai ma petite idée. C’est de la folie mais je dois le faire.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode