Livres
541 421
Membres
572 748

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Diamant

Coucou les petits amis ! Aujourd'hui, je vous retrouve pour la chronique d'un de mes livres chouchous de ces dernières années, j'ai nommé le fameux Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers écrit par Benjamin Alire Saenz.

Je sais, on en entend parler partout de ce titre young adult là ! Cela fait déjà un sacré paquet de temps qu'il continue à faire son petit bonhomme de chemin chez les lecteurs et lectrices du monde entier avec toujours autant de succès ; clairement, sa réputation n'est plus à faire. Néanmoins, il me tenait très à cœur d'ajouter ma petite pierre à l'édifice dédié à ce petit bijou de la littérature contemporaine parce que ce roman mérite véritablement que l'on chante à ce point inlassablement ses louanges à mon sens. Je ne remercierai probablement jamais assez ma petite Junette de me l'avoir choisi comme l'une de mes lectures mensuelles dans le cadre de notre challenge littéraire de l'amitié il y a presque trois ans. Eh oui, tout vient à point à qui sait attendre !

Pour être tout à fait honnête avec vous, je ne saurais vous dire pourquoi j'ai mis autant de temps avant de me décider à rédiger cet article. Très certainement parce que j'avais peur que ce dernier ne soit pas à la hauteur de la magnificence de ce livre et des émotions que j'ai ressenties à sa lecture. Il y a d'ailleurs sans doute fort peu de chance pour qu'il lui rende dignement justice, tout simplement parce qu'à mon sens, le chamboulement produit Dans le cœur du lecteur par un histoire telle que celle narrée dans Ari & Dante ne s'explique pas, elle se vit. Littéralement, intensément, passionnément, sans fioriture et sans pudeur.

Au fond, j'aurais presque envie de m'en arrêter là car Ari et Dante est tout bonnement la plus belle boîte de chocolats sur laquelle vous ne pourrez jamais tomber. Pour ma part en tout cas, la surprise fut totale, rien n'aurait pu me préparer à cela : dès la première page, la toute première ligne même, j'ai été prise par la main par une plume au pouvoir magique juste extraordinaire et transcendent. En découvrant les mots de Benjamin Alire Saenz au fil du récit, j'ai eu l'impression vivace et euphorisante d'être enfin comprise au plus profond de mon être, d'avoir rencontré une sorte d'âme sœur qui m'accompagnerait pour toujours, qu'à tout le moins je ne pourrais jamais oublier. Tout ce que lisais me semblait si juste et criant de vérité, si bien écrit, d'une poésie aussi raffinée que du velours tout en conservant une franchise brutale, fracassante et nécessaire ; en bref, un mélange d'authentique sensibilité et de rage sourde exacerbée, une singularité littéraire et philosophique frappante, lumineuse, au point que, comme j'ai pu le lire dans d'autres chroniques, j'avais juste l'envie folle de rédiger des pans entiers du livre dans un carnet afin de garder ces paroles bien aimées, chéries, sacrées sur mon cœur pour toujours et à jamais.

Mais la grande richesse de ce livre ne réside pas uniquement en l'écriture miraculeuse de son auteur, oh que non ! Benjamin Alire Saenz est également parvenu à inventer des personnages d'une épaisseur psychologique absolument grandiose, d'une grande humanité qui bouleverse et nous fait nous sentir extrêmement proche d'eux. Impossible de ne pas s'attacher à eux ou à tout le moins de compatir face aux situations qu'ils traversent. Je dirais qu'Ari et Dante, c'est l'étude très minutieuse et ingénieuse d'êtres humains certes fictifs mais qui vivent les mêmes choses que nous, les mêmes moments d'abattement, de grande joie, de solitude et de contentement, et qui finissent par apprendre comme ils le peuvent de leurs échecs et de leurs réussites, aussi minimes soient elles. Pour ma part, je suis littéralement tombée amoureuse des deux personnages principaux, j'ai nommé Ari et Dante ou la personnification même de la lune et du soleil. J'ai en effet reconnu en Aristote la partie taciturne, sombre de mon être, cette noirceur en moi qui me fait douter de ma place en ce bas monde, de la façon bien spécifique dont ce dernier ne tourne justement pas rond, c'est ce jeune garçon, cet adolescent encore au seuil de sa propre vie qui se pose un milliard de questions existentielles qui finissent tôt ou tard par nous tarabuster nous aussi, que ce soit pendant ou après la lecture. Même avant cette rencontre livresque décisive qui pour moi a changé beaucoup de choses, ces interrogations étaient déjà là, profondément enfouies dans mon subconscient. C'est le remarquable parcours initiatique d'Ari qui m'a permis de les déterrer, de m'y confronter et d'ainsi avancer, avec toujours des angoisses et des craintes qui pèsent sur mes épaules mais au moins, j'assume enfin pleinement leur poids et je les affronte la tête haute. En clair, je me suis beaucoup reconnue en Ari, en sa culpabilité et sa solitude qui me rongent et qui manquent de nous le tuer, ainsi que sa formidable famille, à petit feu. À chaque page qui se tournait, je n'avais qu'une envie, celle de le prendre dans mes bras, de le serrer à l'en étouffer et de lui dire que tout irait bien et que je le comprenais vraisemblablement mieux que personne, même si nos situations ne sont résolument pas en tout point similaires. J'ai trouvé en lui une vraie âme sœur qui m'a rappelé à quel point il est fondamental de s'estimer soi-même afin d'être utile aux autres et de ne pas passer à côté de tous les instants d'allégresse aussi rapides que l'éclair que la vie a à nous offrir. Quant à Dante, ce garçon est juste à ce point solaire, généreux, humble et adorable qu'on ne peut que tomber sous le charme sans lui opposer de résistance aucune. On n'irait même pas chercher idée aussi saugrenue dans un recoin de notre petite caboche rendue sourde par les battements frénétiques de notre petit cœur d'artichaut en émoi, voyons ! Une chose est sûre, Dante m'a tout bonnement fait craquer avec son humour imparable, pimenté, coloré, affriolant mais toujours bienveillant, ainsi qu'avec son naturel charismatique qui fait naître en nous le désir impérieux de se jeter sur lui et de ne plus jamais le quitter. On pourrait dire que Dante est plus addictif qu'une drogue dure, plus appétissant et attrayant que le plus onctueux des chocolats, plus lumineux et éclatant que le soleil à son zénith. Le jeune homme de mes rêves les plus fous, en somme. Ari est un sacré veinard de le croiser sur sa route jusqu'alors caillouteuse, grisâtre et escarpée, sans qu'une quelconque ligne d'arrivée se dessine à l'horizon. Dante deviendra son espérance, son miracle. J'ai trouvé pour ma part la complicité et la relation de dépendance tacite entre ces deux enfants qui deviennent grands au fur et à mesure de l'intrigue absolument indescriptible et épatante. On pourrait croire que c'est essentiellement Dante qui porte secours à Aristote et l'empêche de se noyer dans le méandre de ses émotions négatives et réfrénées mais en réalité, l'apport de soutien inconditionnel et prodigieux va dans les deux sens et toute cette entraide, cette affection, cette sollicitude infinie envers l'autre m'en a presque mis les larmes aux yeux. Pour tout vous avouer, j'avais une petite perle au coin de chaque œil tout au long de ma lecture. Et à la fin, autant vous dire que les yeux étaient mouillés bien joliment. Que voulez-vous, Benjamin Alire Saenz sait toucher à la corde sensible non pas pour nous faire larmoyer façon ménagère de plus de cinquante ans devant son feuilleton (no offence aux ménagères de plus de cinquante ans - je viens en paix) mais pour nous faire renouer même avec nos pensées les plus désagréables afin que l'on puisse enterrer la hache de guerre et se pardonner à soi-même pour ainsi mieux se tourner vers l'autre, y compris ceux qui sont les plus proches de nous. Ce qui m'amène justement à vous parler des familles respectives de nos héros que j'ai autant affectionné que ceux-ci, c'est dire ! J'ai effectivement ressenti un puissant sentiment d'appartenance autant envers la famille de Dante que celle d'Ari. D'une certaine manière, j'ai reconnu mes propres parents dans chacun des leurs, alors même que les deux couples parentaux semblent à la base radicalement opposés : d'un côté, nous avons les géniteurs de Dante, à l'image de leur exceptionnel fils, de vraies crèmes d'une hospitalité ahurissante qui prône la positive attitude au quotidien et sont de véritables boules d'amour vivantes. Quant aux parents d'Ari, ils sont certes beaucoup plus réservés et somme toute les partisans des non-dits et de la souffrance silencieuse, cachée sous une bonne couche de pudeur et de dignité mais cela n'empêche pas l'amour entre eux et surtout envers leur fils d'être sincère et ardent. Pour ma part, de les voir ainsi torturés m'a purement et simplement brisé le cœur car ils ne méritaient pas de s'infliger pareil tourment et mutisme, de se laisser ronger par le chagrin et l'injustice de ce monde dans lequel nous vivons.

Pour conclure, je dirais que je suis tout simplement tombée en amour pour ce livre. Je préfère néanmoins vous prévenir : il ne correspond pas à tout le monde. Il nous raconte en effet le quotidien en apparence tout ce qu'il y a de plus ordinaire de personnages qui sont comme nous, avec leurs démons, leurs secrets et leurs incertitudes, avec leur parcelle éclatante de lumière, d'espoir et d'amour aussi. En clair, ne vous attendez pas à des rebondissements et de l'action à gogo mais plutôt à une narration très contemplative qui prend le temps d'analyser à la loupe chaque petite événement qui constitue la vie de nos formidables protagonistes ainsi que chaque interrogation qui les taraude. En même temps, j'ai envie de vous dire que tout est dans le titre : Aristote et Dante découvrent les secrets de l'univers. Après la lecture, j'avais enfin percé à jour cette énigme, alléluia. Enfin, pour être tout à fait honnête avec vous, on ne cesse jamais de vouloir la résoudre car nous grandissons, nos sentiments changent et les secrets de notre propre univers aussi dans le même temps. Voilà entre autres l'une des nombreuses leçons que m'a apprises Benjamin Alire Saenz. Sérieusement, si vous recherchez un livre qui pousse à la réflexion et truffé de véritables petites pépites de sagesse sur le sens de notre vie et de nos émotions, alors Ari et Dante est fait pour vous ! Rien que de vous en avoir parlé en long, en large et en travers avec cet article, cela me donne envie de le relire séance tenante ! Voilà bien un pur bijou de roman à consommer sans modération aucune ! COUP DE FOUDRE !

Afficher en entier
Diamant

Une lecture extrêmement originale, que je ne pensais pas lire en une nuit. Aristote et Dante sont des personnages attachants à l'histoire incroyable, qui traite du mal être, du refus de soi, de l'acceptation, aussi. Sans mentir, ce roman bouleverse une fois qu'on adhère à sa poésie, sa morale et la forme extrêmement franche de l'auteur. De bout en bout, j'ai adoré. Et je recommande ce livre à tous les friands de psychologie. Vous allez adorer Ari et Dante.

Afficher en entier
Or

Tout oppose Aristote et Dante à l'exception de leurs prénoms atypiques et qui, vous l'aurez compris, ne vous sont pas inconnue. Tout va les mener à se rencontrer ainsi qu'à nouer une amitié hors du commun. C'est ce que j'aime dans ce genre de livre ; ces histoires où il est rassurant de se dire que tout était déjà écrit pour nous.

L'un est très sensible, l'autre est plus pet-sec : un cocktail pas toujours facile à avaler et qui pourtant, par le biais d'Ari et Dante deviendra une bénédiction. J'envie ces deux garçons, par ce qu'ils sont mais aussi par ce qu'ils ont trouvé ensemble. Ils sont une histoire qui perdure dans mon esprit.

C'est une amitié amoureuse, une évidence que Benjamin Alire Sáenz nous apporte toutes les beautés de l'Univers ainsi que la beauté des autres à travers ce Best-Seller.

Pour ma part, je l'ai dévoré en deux jours seulement et j'ai été éperdument triste de le terminer. Je voulais rester avec ces deux garçons diffèrent et pourtant unis par un lien indestructible. Je ne lis jamais de livre qui ne m'apprennent rien sur moi-même et je peux vous dire que j'ai appris un tas de chose sur ma personnalité, mes rêves et mes ambitions à travers ce roman. C'est un livre magique.

De plus, les mots de Benjamin Alire Sáenz sont une véritable douceur pour l'âme et le coeur. Une fluidité sans nom ! Son univers, ses dialogues ainsi que ses personnages en deviennent si réels qu'il est impossible de ne pas être transporté.

Je vous le confirme, vous pouvez vous lancer sans craintes. Pour ma part, je le lierais une centaine de fois.

Afficher en entier
Or

Une histoire captivante, douce, belle et pleine de tendresse.

J'ai adoré suivre l'évolution de ces deux ados, Aristote et Dante, en pleine recherche d'eux même.

Dante est un garçon joviale, positif et expressif, à côté, Aristote et un ado en peine recherche de soi, qui se pose de nombreuses questions et à l'esprit un peu sombre.

Ces deux jeunes sont autant adorables et attachants, autant l'un que l'autre et j'aurais pu suivre leur histoire jusqu'à plu soif.

L'histoire en elle-même est simple, sans grande complication, belle et pure. Les chapitres sont très court et on tourne les pages à une vitesse folle.

Afficher en entier
Diamant

Comme beaucoup j'ai adoré ce livre.

Ce qui me touche particulièrement c'est que je peux le relire des dizaines, des centaines de fois, j'ai l'impression de le redécouvrir. Parfois c'est la colère de Ari qui me parle, parfois c'est la tendresse de Dante, parfois l’ambiguïté de leur relation, parfois la question des relations parents/enfants, parfois tout ça à la fois.

Il y a surtout beaucoup de dialogue et on s'y perd parfois un peu mais ils sonnent tellement juste que ça ne m'a jamais dérangée.

En plus je crois que c'est le premier livre avec des personnages principaux LGBT+ que j'ai lu, forcément ça compte.

Afficher en entier
Argent

Ce livre ma énormément plus. Je l'ais trouvé très facile à lire et également passionnant. Je dois avoué que j'ais eu un énorme coup de cœur pour les deux personnages principaux. D'abord il y a Aristote qui ma troublé, j'ai été émeu par la tristesse et la mélancolie qu'il dégageait. Puis il y a Dante qui m'a fasciné par la maturité qu'il avais tout en étant un gamins avec beaucoup de rêves, alors les 2 réunit c'étais génial. L'histoire étais très bien, mais se que j'ai adoré en lisant se livre c'est que j'ai eu l'impression qu'en lisant se livre il me donnais une sorte de leçon de vie.

Afficher en entier
Bronze

J'ai lu ce roman il y a quelque années car TOUT le monde en parlait en bien.. sauf qu'à présent je n'en garde presque pas de souvenir... XD

Afficher en entier
Or

Un de mes coup de cœur de 2020 !

Spoiler(cliquez pour révéler) Le sujet de l'homosexualité y est très bien abordé ! Et je trouve que c'est vraiment chouette qu'il soit pour une audience de tout âge !

Les personnages sont vraiment chouettes !

J'ai adoré l'histoire même si il n'y pas vraiment d'action. Je n'ai pas pu le lâcher avant de l'avoir terminé !

Un très bon feel-good !

Je vous le conseille, il est pour tous les âges !

Afficher en entier
Diamant

Brillant. La plume de l'auteur permet, dès les premières pages, de comprendre le personnage d'Ari, ses pensées, ses sentiments. Benjamin Alire Sáenz capture parfaitement le sentiment de solitude, de colère qui accompagne l'adolescence. J'ai été transporté par cette lecture, ses personnages, leurs relations, et les échanges d'Ari et Dante, toujours pleins de douceur et de réflexions fascinantes. C'est un livre mélancolique, plein de splendides citations, au très beau dénouement. Un an après l'avoir dévoré en quelques jours, les débats d'Ari et Dante ne m'ont toujours pas quitté, et je sais que je reviendrais souvent à ce livre.

Afficher en entier
Bronze

Je ne sais pas vraiment quoi penser de cette lecture. J'avais lu énormément de critiques positives, beaucoup de gens expliquent que c'est un livre qui les a touchés d'une façon très particulière, et je pense que je ne fais tout simplement pas partie de ces personnes. Je ne trouve pas que ce soit une mauvaise lecture, seulement la plume de l'auteur ne m'a pas tant transportée, comme je m' y attendais devant tous les avis positifs. Peut être donc que j'en attendais trop.

Cependant, j'ai lu ce livre très rapidement, et l'histoire d'Ari est belle, et sa complexité d'esprit agréable à observer au fil des pages.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode