Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

La liste de tous les extraits faits sur les livres de booknode

Le Roi Candaule
date : 10:08 par Ormagoden voir tout les commentaires de Ormagodenses comms
Que celui qui tient un bonheur, - qu’il se cache ! / Ou bien qu’il cache aux autres son bonheur.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Emma
Emma écrit par Jane Austen
date : 09:34 par clarenceglyndon voir tout les commentaires de clarenceglyndonses comms
-Oh, s'écria Emma, je sais qu'il n'existe point de meilleure femme au monde, mais vous avouerez que la bonté et le ridicule se trouvent fort malheureusement mêlés en elle.
-Oui, je le reconnais et, si elle était riche, je tiendrais compte de ce que le ridicule l'emporte parfois en elle sur la bonté.

Chapitre 43
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Emma
Emma écrit par Jane Austen
date : 09:18 par clarenceglyndon voir tout les commentaires de clarenceglyndonses comms
-Peut-être seront-ils amenés à voyager eux-mêmes. Ma tante risque de se voir un jour conseiller des cieux plus cléments que les nôtres, et je vous assure que j'espère bien m'en aller. je sens que je vais bientôt faire un grand voyage. Je suis las de ne rien faire et j'ai besoin de changement.

Chapitre 42
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Emma
Emma écrit par Jane Austen
date : 08:53 par clarenceglyndon voir tout les commentaires de clarenceglyndonses comms
Emma n'eut point à modifier par la suite son opinion sur Mrs. Elton. Elle l'avait parfaitement jugée lors de leur seconde entrevue et cette femme apparut à chacune de leurs nouvelles rencontres tout à fait égale à elle-même, c'est-à-dire vaniteuse, présomptueuse, familière, ignorante et mal élevée.

Chapitre 33
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Emma
Emma écrit par Jane Austen
date : 08:43 par clarenceglyndon voir tout les commentaires de clarenceglyndonses comms
Miss Smith était à coup sûr un meilleur parti , car si elle n'était pas elle-même instruite ou raffinée, elle connaissait grâce à son amie des êtres dotés des qualités qui lui faisaient défaut. La morgue de Mrs. Elton laissait cependant supposer que jeune fille, elle avait brillé dans le petit monde qu'elle fréquentait, et le riche beau-frère, avec sa belle demeure et toutes ses voitures avait apporté à cette Miss Hawkins le prestige qui lui manquait.

Chapitre 32
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Emma
Emma écrit par Jane Austen
date : 08:40 par clarenceglyndon voir tout les commentaires de clarenceglyndonses comms
(...) Emma put observer la dame tout à son aise durant le quart d'heure qu'elles passèrent en tête à tête, et ce petit entretien suffit à la convaincre que son interlocutrice était une femme vaine, contente d'elle et fort imbue de son importance. Elle cherchait à briller et voulait passer pour un esprit supérieur, mais on voyait que ses manières avaient été formées à mauvaise école et péchaient par un excès de prétention et de familiarité. Ses idées et sa manière de vivre étaient manifestement calquées sur celles d'un petit cercle de personnes et, si elle n'était point sotte, elle était certainement ignorante. En bref, on ne pouvait guère espérer que sa société profitât le moins du monde à son époux.

Chapitre 32
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La Guerre des fleurs
date : 07:20 par JLB21 voir tout les commentaires de JLB21ses comms
Qui était ce producteur de cinéma qui faisait ainsi l’objet d’une filature ? Guy Hamilton était-il vraiment le représentant de la London Films ? Quel rôle voulait-il proposer à Clara ? À la voir, elle ressemblait à une touriste profitant d’une journée à Paris. Pourtant, Clara ne s’était jamais sentie aussi méfiante, ni aussi seule. Ce serait sans doute une folie d’entrer en contact avec un homme suivi par des agents allemands. Un instant, elle envisagea d’oublier Guy Hamilton et sa proposition, mais à peine l’idée l’avait-elle effleurée qu’elle sut que sa curiosité l’emporterait.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La Guerre des fleurs
date : 07:19 par JLB21 voir tout les commentaires de JLB21ses comms
Elle n’avait pas revu Ralph Sommers, l’homme qu’elle avait rencontré à Berlin l’année précédente, depuis le jour où il était parti pour Londres. Entre-temps, ses activités d’agent de renseignement britannique avaient été découvertes et revenir en Allemagne eût été suicidaire. Il avait adressé à Clara un message qui lui suggérait de l’oublier. Elle en souffrait, mais elle faisait de son mieux pour y parvenir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La Guerre des fleurs
date : 07:18 par JLB21 voir tout les commentaires de JLB21ses comms
L’hommage du matin était suivi d’une séance éprouvante d’exercices physiques sur le pont, de gymnastique, d’escrime, ou de ping-pong, sans oublier les cours de danses de salon, récitals de piano, concours de natation, ou autres tournois de bridge pas vraiment obligatoires mais fortement recommandés par l’encadrement de la croisière, lequel ne vous lâchait pas tant que vous n’aviez pas cédé.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La Guerre des fleurs
date : 07:14 par JLB21 voir tout les commentaires de JLB21ses comms
Chaque jour, elle se demandait pourquoi elle restait à Berlin. Et, chaque jour, la réponse était la même. Elle resterait à Berlin aussi longtemps qu’elle pourrait voir Erich, son filleul. Pour l’heure, il était le seul homme de sa vie et, dans son intérêt, elle espérait que la guerre serait d’une façon ou d’une autre évitée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La Guerre des fleurs
date : 07:13 par JLB21 voir tout les commentaires de JLB21ses comms
À la fin du mois d’août 1938, Paris était sous tension.
Des rumeurs de guerre couraient les rues comme des rats, des réfugiés venus de tous les pays d’Europe se pressaient sur les boulevards, et les cafés, véritables Babel de langues incluant l’espagnol, l’italien, le tchèque et, bien sûr, l’allemand, bruissaient de conversations où perçait l’inquiétude.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Des yeux comme les miens
Je me lève et quitte la table, aussi abruptement que j’étais arrivée. L’idée me vient de m’excuser, mais je n’ai jamais compris ce besoin canadien de demander pardon quand on n’a rien fait de mal.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Des yeux comme les miens
Il n’y a rien de plus dévalorisant que de se faire snober par des gens convenables. Je me retiens de le laisser paraître, et trouve une maigre consolation dans le constat que leur vie s’effondre visiblement plus vite que la mienne. Je comprends à présent pourquoi Everett tenait tant à me voir.
Je suis son dernier recours.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Des yeux comme les miens
Vingt minutes avant l’heure convenue, une Audi sport de couleur sombre fait le tour du parking. Un couple propre sur soi, portant lunettes noires, jette un regard à l’intérieur du troquet. Ne trouvant pas la personne recherchée, ils commencent à se disputer. L’Audi met les voiles pour revenir cinq minutes plus tard.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Des yeux comme les miens
L’appel me surprend juste après 5 heures du matin.
Je suis immédiatement en alerte car chacun sait que rien de bon n’arrive jamais si tôt. Pas par téléphone, en tout cas. On n’apprend jamais avant 9 heures qu’un parent cousu d’or a passé l’arme à gauche et nous lègue sa fortune. Une chance, donc, que je sois déjà debout et en train de siroter mon deuxième café : je suis au moins un peu préparée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Sept jours pour une éternité...
- Traverse cette ruelle, accepte de ne pas intervenir, tu verras, c'est d'une simplicité déconcertante de ne rien faire; fais comme eux, passe ton chemin devant cette misère, je t'attendrai de l'autre côté; quand tu seras arrivée là-bas, tu auras changé. [...]
Dans un brouillard de larmes, submergée d'une nausée indicible, elle reconnut à l'autre bout de la ruelle l'ombre de Lucas qui l'attendait, les bras croisés.
Elle s'arrêta, son être tout entier se figea et elle hurla son nom. Dans un cri d'une douleur qu'elle ne pouvait imaginer, elle l'appela si fort qu'elle déchira tous les silences du monde, condamna tous les abîmes, le temps d'une fraction de seconde que personne ne vit. Lucas courut jusqu'à elle, la dépassa et saisit l'homme, qu'il envoya rouler à terre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'Auberge Entre les Mondes, Tome 1 : Péril en Cuisine !
À mesure que les pièces succédaient aux pièces, plus anciennes, plus encombrées, voire moins entretenues, royaume de poussière, d'ombre et de silence, la fréquentation se faisait de plus en plus rare.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Mémoires de chat
Son dernier enfantillage fut de me tailler la moustache, en sorte que toutes les vibrisses eussent la même longueur. Elle ne se rendait pas compte du dommage qu'elle m'infligeait. Je l'aimais tant que je la laissais faire.

- Pas de ça ! ronchonna Griset. C'est stupide et dangereux pour toi. Si elle recommence, allonge-lui un coup de griffe !

Elle ignorait que les vibrisses sont nos antennes, nos instruments de direction, notre boussole dans la nuit.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dear Evan Hansen
date : 17-01 par Cressy voir tout les commentaires de Cressyses comms
“Also, i realized that avoiding people didn't actually ease any of my anxieties. Out there in the woods, i still had to live with myself.”
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Fight, Tome 2 : Fièvre au corps
— Viens.
Je recule. Il fronce les sourcils, interrogateur. Il fait encore un pas, mais pas davantage. Il regarde la salle, puis moi, comme s’il avait peur que je ne m’enfuie.
Il a raison.
Je me penche pour retirer une chaussure à talon et la laisser tomber sur le sol. Il incline la tête, les lèvres serrées. Je lâche la seconde chaussure, et ses épaules s’affaissent. Perdu.
Alors…
Je cours.
Poussée par toute mon inquiétude, mon angoisse, des jours de déprime, je m’affale contre sa poitrine solide. Il m’absorbe aussitôt, m’engloutis entre ses bras puissants noués autour de ma taille, et il me soulève du sol. Il enfouit le visage dans mon cou, et je m’accroche à lui de toutes mes forces.
— Oh, merde, la Souris, tu m’as manqué !
La foule siffle et crie. Un sanglot m’échappe, et il me serre plus fort.
— Non, ma belle, ne pleure pas.
— J’ai cru… t’avoir… perdu.
— Jamais.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dictionnaire amoureux des chats
Je suis sûr que, pour votre chat, vous finirez bien par trouver une étiquette ou un titre (comme on parle d'un titre de noblesse) qui lui conviendront. Mieux encore, parce que votre chat ne ressemble en vérité à personne, vous irez encore plus loin, vous lui inventerez une race qu'il sera le seul à incarner.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
They used to call him dangerous
Ouais, relaxe, Skyler. C’est pas comme si tu étais en route vers je-ne-sais-où avec l’homme le plus recherché des États Unis...
Avez vous apprécié cet extrait ? +1
Chair de poule, tome 17 : Sous-sol interdit
Soudain le docteur Brouwer apparut. Il avait l’air furieux. Son teint semblait légèrement vert sous la lumière vive des halogènes. Il s’était blessé la main droite. Quelques gouttes de sang avaient taché sa blouse blanche.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Chair de poule, tome 16 : Le fantôme d'à côté
« Ca ne tient pas debout, se disait Anna. Comment ont-ils pu s’installer à côté sans que je m’en aperçoive ? Hier encore, j’ai joué dans le jardin avec les jumeaux une bonne partie de l’après-midi et cette maison était fermée, j’en suis sûre !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Chair de poule, tome 15 : L'attaque du mutant
- Hé! Laisse ça!
Je saisis la bande dessinée que Wilson tenait à la main et lissai soigneusement la pellicule de plastique qui la recouvrait.
- Du calme! Je regardai seulement, grogna-t-il.
- Oui, mais s'il y a une trace de doigts, elle va perdre la moitié de sa valeur!
J'examinai attentivement la couverture, tout en poursuivant mes explications.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Chair de poule, Tome 13 : Le Loup-garou des marécages
- Vous croyez aux loups-garou, vous ?
Cette question était venue malgré moi. Papa se mit à rire.
- Ta mère et moi sommes des scientifiques, nous ne croyons pas à ces sornettes.
- Ton père est un loup-garou ! plaisanta Maman. Je dois lui raser le dos tous les matins pour lui rendre une apparence humaine.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0