Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

La liste de tous les extraits faits sur les livres de booknode

Elements, Tome 1 : The Air He Breathes
Mon cœur me disait de tout simplement m'autoriser à ressentir, de vivre le moment présent, car tout ce qu'on avait c'était ici et maintenant, et qu'en un clin d'œil tout pouvait vous être repris.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Elements, Tome 1 : The Air He Breathes
– Quand est-ce que la vie arrête de vous faire souffrir ?
– Quand on apprend à dire à la vie d'aller se faire voir et que l'on apprécie les plus petites raisons de sourir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Spag
Spag écrit par Émilie Rivard
date : 02:00 par Car29 voir tout les commentaires de Car29ses comms
C'est parce que tu n'as jamais goûté ma sauce à spag!
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le secret des druides, Tome 2 : Les trésors de Merlin
C'est une déception inimaginable pour nos héros, pour l'auteure et pour le lecteur, alors que chacun pensait découvrir un rêve. Un paysage idyllique, maintes fois évoqué par Reglemntix et ses compères Naturalix, Oeilbionix, Merveillonix et Historix. Un paysage lunaire, un vent glacial, des cadavres d'arbres, voilà la description d'un paradis perdu à la dérive.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le Collier De Tante Verity, Tome 2 : La Magie De L'Opale
Farley Haynes serra les mâchoires, prit Aurore par le coude et la poussa vers la porte. Il s'enorgueillissait d'être un homme patient, mais cette femme l’exaspérait au-delà de toute mesure! Le sentiment bizarre qu’il éprouvait chaque fois qu’il la voyait n’arrangeait rien à l’affaire...
—Une minute ! protesta-t-elle. Vous ne m’avez pas récité mes droits !
Pour l’empêcher de s’échapper, il la serra un peu plus fort, en prenant soin cependant de ne pas lui faire mal. Il n'aimait pas arrêter une femme, même si, comme c’était le cas aujourd'hui, elle alliait une indéniable séduction à un comportement totalement inconvenant.
— Quels droits ? lui demanda-t-il alors qu’ils sortaient du saloon.
— Peu importe, murmura-t-elle. Il est clair que dans cette ville, je n’en ai aucun ! Profitez-en bien, shérif, car bientôt vous aurez en face de vous des suffragettes qui ne se laisseront pas aussi facilement bousculer !
Bousculer ? Mais il l’avait à peine touchée ! songea-t-il, agacé. Ce n’était pourtant pas l’envie qui lui manquait : il rêvait de la pousser contre un mur et de l’embrasser à en perdre haleine ! Non, décidément, jamais aucune femme ne l'avait autant agacé de sa vie!
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les optimistes meurent en premier
« Parfois, la douleur était physique, comme si on m'était passé dessus avec un rouleau compresseur, me laissant aplatie comme une crêpe. »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les optimistes meurent en premier
« Mais il s'est accroché à moi, et je me suis accrochée à lui. Ensemble, nous avons réussi à ne pas tomber. »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les Guerriers du Silence, tome 2 : Terra Mater
Qu'est-ce qui est préférable ? Croire aux légendes ou se résigner à une existence sans espoir ? Moi, je préfère la beauté des menteries à la laideur de certaines vérités..."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dette de sang, Tome 1 : Un paquet d’os et d’or
— Waouh, je crois que c’est une première, dit Patrick.
— Une première à quoi ? s’enquit Casale.
— C’est la première fois que je vois un avocat signer un contrat sans le lire. Vous ferez quoi, s’il y a une petite clause stipulant que vous léguez votre premier-né au BCS ?
Sage lui lança un regard acéré.
— Ce n’est pas drôle.
— C’est déjà arrivé. Le coup de l’enfant, pas de l’avocat.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dette de sang, Tome 1 : Un paquet d’os et d’or
Affronter un démon à mains nues, sans l’équipement tactique et sans renforts, n’était pas l’idée du siècle – il put presque entendre son ancien capitaine hurler un « putain de tête brûlée » dans sa tête – mais sur le moment, c’était le dernier de ses soucis.
Il n’avait pas le choix.
Il ne pouvait pas laisser le dévoreur d’âmes s’échapper du bar et se repaître des passants innocents.
Il savait ce qui arriverait s’il ne s’interposait pas.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Dette de sang, Tome 1 : Un paquet d’os et d’or
— Qu’est-ce que je vous sers ? s’enquit-il, son accent londonien clairement identifiable dans le brouhaha des conversations.
C’était donc un seigneur loup européen, même si Patrick n’avait aucune idée de ce qu’il pouvait bien faire à New York. Le barman lui offrit un sourire poli, son regard s’attardant juste assez sur ses lèvres dans un langage silencieux que Patrick avait très vite appris à décrypter.
Il lécha sa lèvre inférieure, vit le regard du loup se reporter brièvement sur sa bouche pulpeuse.
— Et si je réponds « vous » ?
— Ça ne serait pas la première fois qu’on me le demande, répondit celui-ci d’une voix traînante, un sourire en coin aux lèvres. Mais je suis de service.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Captive-Moi, Tome 5
- Je vais à un dîner, chez Peachy Van Farten.
Lisa esquissa un sourire et je levai la main pour qu’elle me laisse continuer.
- Arrête. Si tu commences à me faire rire quand je prononce son nom, ça va être encore pire quand je vais la rencontrer.
- D’accord, mais c’est quand même ridicule comme nom.
- En effet.
- Imagine, avoir la pêche tous les jours.
- Lisa…
- Regarde, je suis Peachy, j’ai la pêche. Je brille de mille feux. Tiens, je suis un arc-en-ciel.
Elle fit un tour sur elle-même.
- Arrête !
- Ok… Je prendrai une Peachy Melba !
- Maintenant je ne vais vraiment pas pouvoir la regarder en face. C’est malin, imbécile, va.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Captive-Moi, Tome 5
Est-ce que je voulais vraiment vivre comme ça ? Avec des gardes sur les talons ? Sans aucune vie privée ? La réponse me vint d’un coup. Je ferais le nécessaire pour être avec Alex.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Captive-Moi, Tome 5
- J’ai eu une très belle conversation avec Blackwell tout à l’heure. J’ai beaucoup de respect et d’admiration pour elle. C’est devenu une vraie amie, ce qu’elle n’aime pas du tout entendre, d’ailleurs. Mais bon, on a tous nos petits complexes. Elle se croit indigne d’amitié, et moi indigne d’amour. On fait une belle paire toutes les deux. - Tu es digne d’amour. Moi, je t’aime. - Oui, je sais. Et ça me rend très heureuse. Blackwell m’a répété ce que je savais déjà : si j’ai du mal à faire confiance aux gens, c’est de ma faute. Je te le jure, Alex, je veux tout faire pour m’ouvrir à toi, physiquement mais aussi tout entière. Ça risque de prendre un peu de temps à ton goût, mais ça viendra. Je fais des efforts. Je sais que tout ça paraît ridicule, surtout dit honnêtement comme ça, mais si tu savais ce que j’ai subi de mon père pendant tout ce temps… Ça ne sera pas facile, mais tu me donnes envie de dépasser tout ça pour pouvoir être avec toi. Quand je dis que je suis ta petite amie, c’est que j’y crois, ce n’est pas parce que c’est ce que tu veux entendre. Et tu sais quoi ? Je suis heureuse de te l’avoir dit parce que, officiellement, tu es mon premier petit ami. Je reprenais ma respiration. Je tiens tellement à toi. J’ai juste besoin d’un peu plus de temps pour assimiler tout ça, pour me débarrasser des complexes que ce salopard m’a légués. Et une fois que je te dirai que je t’aime, tu sauras que c’est la vérité.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Captive-Moi, Tome 5
- Je suis en train de tomber amoureuse de toi, Alexander Wenn. Je tombe, très vite, et je suis terrifiée, pour des raisons que tu ne comprendras peut-être jamais. Mais j’y travaille. Je fais de mon mieux pour dépasser tous ces problèmes débiles.
- Rien de tout ça n’est débile.
- Peut-être que oui, peut-être que non. Mais je ne peux pas nier que ce qui s’est passé entre moi et mon père pendant toutes ces années m’a affectée. C’est sûr que quand tu as six ans et qu’un imbécile d’ivrogne te balance des coups de ceinture sans raison, il y a de quoi s’en rappeler. Et ma mère, qui regardait tout ça sans rien dire, parce qu’elle avait peur de lui, elle aussi.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Captive-Moi, Tome 5
Ses lèvres me communiquaient toute sa passion, son soulagement, et ses sentiments : ce que Blackwell appelait de l’amour, et je me laissais emporter. Mon cœur commençait à battre de plus en plus vite. Je me sentais presque étourdie.
- Je t’aime.
- Oh, Alex.
- Je sais que tout ça va un peu trop vite pour toi, je sais que tout ça c’est nouveau. Mais, dis-moi, tu ne ressens pas d’amour ?
Je ne savais pas pourquoi, mais mes yeux se remplirent de larmes à nouveau. J’avais l’impression que deux sentiments se battaient en moi. D’abord, la joie d’avoir quelqu’un dans ma vie qui me croyait digne de son amour, ce qu’aucun homme n’avait jamais fait pour moi. Ensuite, la peur de recevoir tant de lui, alors que je m’en sentais moi-même encore indigne. Il fallait que je me détache de cette partie de moi. Que je suive les conseils de Blackwell. Que je recommence à faire confiance aux hommes. L’idée avait beau me paraître étrange, terrifiante même, il fallait que je fasse confiance à Alex. Bien entendu, je ne pourrais jamais passer l’éponge sur ce que mon père m’avait fait subir, mais ça ne voulait pas dire que je devais me punir toute ma vie. Il fallait que je mette mon histoire de côté, que j’aille de l’avant, et que j’aborde tout ça avec raison. Tous les hommes n’étaient pas comme mon père. J’avais besoin d’y croire.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
The Player
date : 25-03 par Accrocauxlivres voir tout les commentaires de Accrocauxlivresses comms
– Si tu devais choisir une princesse Disney, ce serait laquelle ?
Brody sourit.
– Elle est pas mal, celle-là. Laisse-moi réfléchir.
Il resta silencieux pendant un moment ; cela me surprit. Il prenait ma question au sérieux.
– La belle au bois dormant, sans le moindre doute. Elle passe sa journée au lit, à dormir, en attendant qu’un abruti quelconque en collants vienne l’embrasser.
– Je ne l’aurais pas exactement présentée comme ça. Mais OK, continue.
Il se frotta le menton.
– La voix de Blanche-Neige me rendrait dingue. Et puis, je fais un mètre quatre-vingt-huit, alors qu’elle s’intéresse plutôt aux mecs petits.
Il fit une pause.
– Je ne pense pas connaître d’autres princesses. Attends. Non. Cette petite, là, dans Aladdin, elle est très bonne. Ou alors, la petite sirène. Mais est-ce qu’une sirène peut écarter les jambes ? D’ailleurs, est-ce que c’est une princesse ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Captive-Moi, Tome 5
- Et merci pour la lettre, c’était adorable.
Son visage s’assombrit. Je ne l’avais jamais vu si inquiet.
- Tu l’as lue ?
- Bien sûr que je l’ai lue.
- Quand ?
- Quand on était sur le toit- terrasse, pendant que tu parlais avec Henri Dufort.
- Ah, pile avant que tout bascule. Je me débrouille bien, dis-donc. Moi qui m’imaginais passer une soirée merveilleuse après cette déclaration, c’était tout sauf ça.
- Et alors ? On est tous les deux, non ? Tu vas mieux. Et moi aussi, je vais bien. Mes bleus, mes contusions, tout ça va se remettre.
C’est à ce moment-là que je pris ma décision. Je mis de côté tous mes scrupules et mes blocages pour lui chuchoter à l’oreille ce que je ressentais vraiment.
- Et, maintenant que je suis ta petite amie, j’ai plutôt hâte que tu sortes d’ici pour qu’on puisse faire l’amour dans ton lit.
Je l’embrassai, et il me le rendit avec une telle vigueur que j’en tombais presque du lit. Moi qui le croyais encore affaibli, je m’étais bien trompée.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Captive-Moi, Tome 5
- Vous voulez que je vous laisse tous les deux un moment ?
- Non, reste. Je suis sûre qu’Alex veut te voir.
- Bien sûr qu’il veut me voir. Ma nature joyeuse devrait le guérir d’un coup.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Captive-Moi, Tome 5
- Est-ce que vous êtes fidèles, Alex et toi ?
- Verbalement, oui. Il sait que je suis avec lui, et c’est tout. Mais il a beau vouloir que j’admette le titre de petite amie, je n’y arrive pas. Je ne sais pas pourquoi. Évidemment que je suis sa petite amie, évidemment que je suis folle de lui. Qu’est-ce qui ne va pas chez moi ?
- C’est tout à fait normal. Tu as besoin d’être à l’aise pour lui dire. Tu veux être sûre que c’est vraiment ce que tu veux. Je comprends, et ça risque de prendre du temps. Je te demande juste parce que j’essaie de comprendre pourquoi Alex ne t’a pas parlé de la menace. C’est possible que ce soit parce que tu n’as pas encore admis que tu étais sa petite amie. Peut-être qu’il ne sent pas encore que vous êtes un vrai couple. Peut- être qu’il avait peur que ça t’effraie. Tu l’as déjà quitté une fois, Jennifer, et pas sans raison. Il a peut-être pensé qu’en te parlant de cette menace il te donnerait une raison de t’éloigner de lui à nouveau.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Captive-Moi, Tome 5
- Je ne suis pas entièrement d’accord. Tu ne peux pas changer ton passé, certes, et tu ne peux pas l’oublier non plus. Mais tu es tout à fait maîtresse de ton présent et de ton futur, Jennifer. Regarde ce que tu as accompli toute seule. Quand je t’ai rencontrée pour la première fois, j’ai essayé de te mettre des bâtons dans les roues, mais tu as persévéré. Même moi je n’ai pas pu t’en empêcher. Et ça, ce n’est pas rien, ma chère. Je les compte sur le bout des doigts.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Captive-Moi, Tome 5
- Alex est un peu comme toi. Après ce qu’il a vécu, il a tendance à se protéger. Est-ce que tu l’aimes ?
- Je ne sais pas. Je pense que oui. Peut-être.
- Comment ça, tu ne sais pas ?
- Parce que je n’ai jamais vraiment aimé quelqu’un.
- Bon, moi je vais te dire ce qui se passe. Je vous ai observés tous les deux, indépendamment et ensemble, et de plus en plus je vous vois tomber amoureux l’un de l’autre. Alex connaît l’amour. Toi, tu ne le reconnais pas tout de suite, parce que tu ne l’as jamais vécu. Mais la femme que j’ai trouvée dans sa chambre, assise à ses côtés, en train de pleurer d’inquiétude ? Ça, c’est une femme amoureuse. Pas une femme qui se sent forcée de pleurer en public parce que son mari est milliardaire et que tout le monde s’attend à ce qu’elle montre son chagrin. Tu étais seule avec Alex. Il dormait et ne pouvait pas te voir. Quand je t’ai vue dans cet état, j’ai tout compris. Tu l’aimes. C’est ça, l’amour, du moins dans votre situation. Quand tout va bien, c’est tout ce que tu as pu en entendre dire, ou lire sur le sujet. C’est enivrant et merveilleux, le plus grand bonheur que tu aies jamais vécu. Mais tu peux aussi te retrouver à genoux, comme maintenant.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
A comme Aujourd'hui
Certains jours, je me sentais plutôt fille, et d'autres plutôt garçon, mais cette alternance n'était pas toujours synchronisée avec les corps que j'occupais. Et puis, je croyais encore les gens affirmant qu'il fallait être soit l'un, soit l'autre. Personne ne me proposait une vision différente, et j'étais trop jeune alors pour me forger ma propre opinion. Ce n'est que plus tard que j'ai compris que je n'étais ni fille ni garçon, tout en étant les deux à la fois.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
A comme Aujourd'hui
D'après mon expérience, il y a le désir, et il y a l'amour. Je ne suis jamais tombé amoureux de quelqu'un parce qu'il s'agissait d'une fille ou d'un garçon. Je suis tombé amoureux d'individus en raison de ce qu'ils manifestaient d'unique. Je sais que la plupart des gens ne fonctionnent pas selon cette logique, et pourtant, elle me paraît la seule valable.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le chat du jeu de quilles  L'intégrale
Monsieur Thomas était devenu le Saint-Louis local. Il ne siégeait pas sous un chêne, mais au bord du terrain de quilles de huit.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Captive-Moi, Tome 5
- J’ai beau passer pour une salope, Jennifer, je n’en suis pas tout à fait une.
Elle avait l’air très sérieuse.
Pour la première fois depuis deux jours, je riais de bon cœur.
- Non, tu n’es pas une salope. Tu es compliquée, merveilleuse,intimidante, intelligente, talentueuse, et même émouvante, parfois. Je n’ai jamais rencontré quelqu’un comme toi, mais je suis heureuse de te connaître.
Elle rejeta le compliment d’un geste de la main.
- Tu dis ça parce que j’ai rafraîchi ton maquillage tout à l’heure.
- Arrête, tu sais bien que ce n’est pas vrai. Ça me fait un bien fou que tu sois ici. Tu es l’une des personnes sur lesquelles je peux vraiment compter. Une amie, quoi.
- Personne ne me considère comme une amie.
Elle étudia mon visage pendant un moment, et je compris qu’elle ne mentait pas.
Peut-être qu’elle avait très peu d’amis.
Après tant d’années passées dans cette ville glacée, centrée sur le pouvoir, surtout dans son entourage, ça devait être dur de tisser de vraies amitiés.
- Et bien, pour moi, tu en es une.
- Très bien.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0