Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

La liste de tous les extraits faits sur les livres de booknode

Zoo
Zoo écrit par James Patterson
date : 21:38 par misssbrown voir tout les commentaires de misssbrownses comms
Dans les secteurs touchés par l'épidémie- c'est-à-dire à peu près partout -, les hôpitaux sont pleins. Les gens se terrent chez eux. Les transports, les lignes aériennes, les Bourses, plus rien ne fonctionne. Le monde industrialisé est paralysé, et la situation ne risque pas de s'améliorer tant que la population de la planète aura peur d'être dévorée par ses chiens.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Cherub, tome 10 : Le grand jeu
Vous savez ce qu'il y a de pire qu'une femme en colère ? Une femme en colère avec une matraque.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Lily
date : 21:36 par Clemdnil voir tout les commentaires de Clemdnilses comms
-Dis, Lily, tu trouves que je suis grosse ?
La question a dérouté Lily. Nicky toujours si belle, si sûre d'elle...
-Non, Nicky, tu n'est pas grosse, ce sont les danseuses qui sont maigres. D'ailleurs, pourquoi on ne pourrait pas être danseur sans être menu? Imagine, un ballet où les corps des danseurs ne seraient pas tous identiques, un spectacle avec des graciles, des gros, des plus grands et des tot-petits. Ce pourrait être quelque choses !
Nicky s'est étouffé en avalant sa boisson de travers.
-Un lac des cygnes avec une étoile dodue comme une dinde de Noël, ça changerait la face de la danse, c'est sûr.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Cherub, tome 10 : Le grand jeu
Le policier poussa la porte coupe-feu. Aussitôt, une sirène retentit.
_ Il n'a pas pu partir par l'escalier sans déclencher l'alarme, dit-il en se tournant vers ses collègues.
Ces derniers entreprirent de passer la pièce au peigne fin.
_ Bonjour, monsieur, dit James lorsqu'il aperçut la tête de l'un d'eux apparaître au-dessus du bar. Qu'est-ce que ce sera pour vous ? Une pinte, un ballon de rouge, des cacahuètes ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Lily
date : 21:26 par Clemdnil voir tout les commentaires de Clemdnilses comms
Nicky était en train de s'entortiller dans son justaucorps rose poudré. Lily n'a pas vu Mlle Bellesjambes arriver, elle l'a senti déchirer l'espace derrière elles.
-Nicole !
Son cri a percé l'air, qui s'est épaissi d'un coup.
-Vous avez encore grossi. Je vous avais pourtant avertie. Vous êtes grasse comme trois oies, et vous voulez entrer dans le ballet de l'Opéra ? Regardez-moi ça...
Mlle Bellejambes a tiré sur la peau du ventre de Nicky, elle l'a fait avancer en la tenant par ce bout de peau à peine enrobé de gras, est passée devant nous toutes. Le silence.
On a baisé les yeux. Le corps de Nicky tremblait. Lily entendait son souffle trop rapide.
-Voyez,Mesdemoiselles, ce qu'il ne faut jamais jamais faire, vous m'entendez ? Grossir est la pire insanité que puisse vivre une danseuse.
-Mais, Mademois...
Une des filles a essayé d'adoucir la torture de Nicky, le regard noir de Mlle Bellejambes l'a fait taire. Lily ne disait rien, après la scène de l'autre jour et son tatouage, elle n'était pas la mieux placée pour défendre son amie.
Mlle Bellejambes en a rajouté.
- Une oie, vous êtes une oie grasse,Nicole.
Nicky a éclaté en sanglots.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Echo
Echo écrit par Nanou11
date : 21:20 par Ehowene voir tout les commentaires de Ehoweneses comms
"Ils se trompaient tous.

Cette mort n'était que le résultat d'une erreur absurde : celle de croire que l'on vaut mieux que les autres. La conséquence d'une conviction de triompher là où des dizaines d'autres avaient échoué, l'orgueil de penser que l'on avait pour soi tout un roman alors que seule une page vierge était accordée. Précédée d'une centaine, suivie d'un millier...

Bêtise, naïveté, idiotie, crédulité, haine, peur, sang, et finalement le gouffre. "
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Cherub, Tome 2 : Trafic
James savait qu'il allait à nouveau devoir se lever tous les jours à l'aube pour participer à d'épuisantes séances d'entraînement ou assister à des leçons assommantes. Mais chaque matins, en entrant dans le réfectoire en uniforme pour prendre son petit déjeuner, il savait qu'il lirait le respect dans les yeux des autres agents, qu'il y trouverait toujours des amis pour échanger des blagues et des ragots.
Un an plus tôt, il n'avait trouvé à CHERUB que des visages anonymes, des couloirs aux murs nus et des instructeurs tyranniques.
A présent, il se sentait chez lui.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Cherub, tome 3 : Arizona Max
_ J'ai appris que tu avais profité de mon absence pour me tromper.
Sous le choc, James avala de travers et cracha sur la table une bouchée de spaghettis. Il n'arrivait pas à croire que Lauren ait pu le dénoncer dès son retour au campus, alors qu'elle avait promis de garder le secret.
_ Écoutes, bredouilla-t-il entre deux quintes de toux. Je ne sais pas ce qu'elle t'a dit, mais je te jure que...
Kerry secoua la tête. James essuya les pâtes mâchouillées à l'aide d'une serviette en papier.
_ Ne mens pas, c'est inutile. Bruce et une demi-douzaine d'autres garçons ont assisté à la scène.
James se sentait complètement perdu.
_ Bruce ?
_ Oh, tu sais, moi, ça ne me choque pas, poursuivit Kerry. Tu es libre d'explorer le côté gay de ta personnalité. Tu te cherches. C'est parfaitement normal à ton âge.
_ Mon côté quoi ? s'étrangla James. Oh, eh, qu'est-ce que tu racontes, là ?
_ Écoute, je veux juste te mettre à l'aise. Que ce soit bien clair : si tu ressens à nouveau le besoin de sortir avec Kyle, je ne t'en voudrais pas.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Black Romance Zugswang
date : 21:07 par Ehowene voir tout les commentaires de Ehoweneses comms
"C'est ici, maintenant, que se dressait le constat de mon existence. Le jugement n'avait fait que confirmer mon angoisse, la sentence avait définitivement coupé la corde qui retenait mon épée de Damoclès. J'avais été condamné à rester entre Enfer et Paradis, torturée par ma peur la plus ancienne. L'obscurité. Partout elle m'encerclait, me tiraillait, m'attirait. Ma fin étai aussi noire et terrible que mes derniers jours avaient été lumineux, étincelants et chatoyants."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La femme de nos vies
On vit très bien sans portable, vous savez, quand plus personne n'a besoin de vous.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Lily
date : 21:05 par Clemdnil voir tout les commentaires de Clemdnilses comms
Il y avait des choses plus importantes que d'autre en ce moment, les relations entre sa mère et le marchand de télévision ne pesaient pas très lourds face à la guerre et à tout ce qu'elle impliquait dans nos vies,
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Lily
date : 21:01 par Clemdnil voir tout les commentaires de Clemdnilses comms
-Je l'aime bien cette Marthe...Elle est un peu comme toi, daddy, elle arrange les choses.
-Oh, toi, tu es encore en panne d'argent de poche, c'est ça ?
-Même pas ! Je disais ça comme ça.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Cherub, tome 3 : Arizona Max
_ Tout va bien ?
_ Je crois que tu m'as cassé la clavicule, gémit Jake.
James se sentit submergé par une bouffée d'angoisse. il se voyait déjà dans le bureau de Mac, en train d'essayer de justifier la blessure accidentelle infligée à un résident de huit ans, le jour où sa sœur rentrait du programme d'entraînement.
_ Je suis désolé, murmura-t-il en posant une main sur l'épaule de sa victime. Tu as essayé de bouger le bras ?
Alors, le rictus douloureux de Jake se changea en sourire maléfique. San main se referma sur le poignet de James, puis sa jambe droite balaya ses chevilles, l'envoyant rouler sur la pelouse. il saisit une motte de terre, l'écrasa sur la joue de son adversaire, essuya ses doigts dans ses cheveux, puis se remit sur pieds d'un bond en s'exclamant :
_ Ah ah ! Comment tu t'es fait avoir !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Pour un soupçon de bonheur
— Alessia ?
Elle est trop près du vide, je n’aime pas cela. Mes peurs reviennent en force. Elle ne semble pas regarder en bas. Son visage est levé vers le ciel. Je ne le sens absolument pas. Mon estomac semble vouloir se retourner. Il me reste moins de cinquante mètres. Elle est debout dorénavant. La distance me fait peur. J’ai peur de ne pas être assez rapide. Ma marche devient une course. Non, elle ne peut pas faire cela. C’est impossible. Je me concentre, mes poumons explosent sous l’effort, mes jambes tremblent de ne pas pouvoir la prendre dans mes bras à temps. Mes doigts se tendent vers elle. Je la touche presque, j’y suis presque.
— NON !
Mon cri se répercute dans le vent. Elle ne s’est pas retournée, mais je sais que c’est elle. Son corps est parti en avant. Ses pieds ont décollé, à moins qu’elle n’ait fait un pas en avant. Je ne sais pas. Je ne saurais même pas répondre à cette question. Tout ce que j’ai vu c’est son corps là, juste devant moi et puis plus rien. Une hallucination bien trop réelle. Ma respiration se coupe, mon cri s’estompe, mes genoux frappent le sol. Je pose mes mains devant moi, tentant de la voir. Il n’y a pas de rochers par ici, mais sous l’eau qui peut dire ce qu’il y a ? Je dois rester concentré et ne pas penser à tout ce qui s’est passé depuis qu’elle s’est évanouie. Mais c’est difficile. Je revois en boucle les différentes scènes jusque là et cherche à savoir si j’aurais pu le prévoir, le prédire, mais je ne suis sûr de rien. Tout défile si vite que je suis pris de vertige
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Pour un soupçon de bonheur
« Madame,
Suite à cette hypothétique erreur administrative, Maître Davis souhaite vous rencontrer ce vendredi à 10 h 30… Nous attendons la confirmation ou la non-confirmation de votre part au sujet d’un mariage à Las Vegas… Monsieur Miller… rendu compte… problèmes…
Cordialement…. »
 
Assise sur le siège de ma voiture, je ne cesse de lire ce courrier qui me fait autant rire que pleurer. Moi ? Mariée ? Non. Impossible. Il s’agit bien d’une erreur administrative comme indiqué dans cette lettre. Je regarde l’heure, je n’ai que peu de minutes pour arriver. Forcément, vu le temps que j’ai mis à venir la chercher, je me retrouve dos au mur. Je soupire en la jetant négligemment sur le siège passager. Encore un problème à résoudre. J’espère juste que cela va vite se terminer.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Jeux interdits - Bonus : L'été où tout a changé
Putain...Je n'ai pas envie qu'elle parte.
Et toi, Liv Sawyer? En vrai, tu as envie de quoi?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Jeux insolents, tome 1.5 : Bonus
Liv Sawyer, tu es enfin de retour dans ma vie...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La Comédie humaine : Tome 1
Mademoiselle Augustine, à peine âgée de dix-huit ans, ne ressemblait ni à son père ni à sa mère. Elle était de ces filles qui, par l’absence de tout lien physique avec leurs parents, font croire à ce dicton de prude : Dieu donne les enfants. Augustine était petite, ou, pour la mieux peindre, mignonne. Gracieuse et pleine de candeur, un homme du monde n’aurait pu reprocher à cette charmante créature que des gestes mesquins ou certaines attitudes communes, et parfois de la gêne. Sa figure silencieuse et immobile respirait
cette mélancolie passagère qui s’empare de toutes les jeunes filles trop faibles pour oser résister aux volontés d’une mère.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Colocs (et rien d'autre)
S'il était là, c'est qu'il y croyait encore.
Si j'étais là, c'était que je voulais y croire.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Colocs (et rien d'autre)
En technicolor, ma vie est. Amoureux d'elle, je suis.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Colocs (et rien d'autre)
Dans le côté obscur, je vis. Dingue d'Ashley, je suis.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Pushing the Limits, Tome 1 : Hors Limites
Etre "sociable" ne m'apportait que des désagréments.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Colocs (et rien d'autre)
J'avais embrassé ma colocataire et je voulais l'embrasser encore.
Et la toucher.
Et la sentir sous moi.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Colocs (et rien d'autre)
- Il n'y a que toi, Ash.
Un misérable gargouillis se coinça dans ma gorge, et une vague de chaleur m'envahit.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Colocs (et rien d'autre)
- Ne change pas de sujet. Tu sais ce qu'on a fait là-dedans. On a failli... passer du côté obscur, m'agaçai-je.
- Et j'en ai adoré chaque seconde.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Guadalquivir
date : 20:08 par Marine_fmbt voir tout les commentaires de Marine_fmbtses comms
La gare est une ville, un monde, un univers. Je suis un atome.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0