Livres
550 202
Membres
590 668

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tous les extraits ajoutés sur les livres

Le jeu de l'assassin
J’ai mal dormi. La chaleur est étouffante sur la capitale depuis début août, après un mois de juillet pluvieux et plutôt frisquet. Cette nuit, dans ma chambre située sous les combles, le mercure n’a pas dû descendre en dessous de vingt-cinq degrés malgré le ventilateur que j’ai acheté hier chez Darty.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Le neutrino de Majorana
Trois notes de Louis de Broglie paraissent aux Comptes rendus de l’Académie des sciences dans lesquels le physicien émet l’idée nouvelle qu’une onde peut être associée à tous corpuscules, généralisant ce qu’Einstein avait conçu pour la lumière et son quantum, le photon.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Le neutrino de Majorana
Quand ils franchirent la porte du club-house pour y retrouver l’adjudant Neaume, un bonhomme à la carrure de rugbyman mais possédant une toute petite tête se rua sur l’inspecteur Zellweger.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Le neutrino de Majorana
Dans son laboratoire de Manchester, Ernest Rutherford découvre le noyau atomique.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Le neutrino de Majorana
La silhouette des montagnes commençait à se détacher dans le ciel couleur aluminium brossé. Les masses sombres en dégradé de gris formaient une étonnante barrière naturelle. Assis côté passager, le lieutenant Loïc Boudier les observait avec le visage fermé de celui qui aurait pris une cuite la veille.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Le neutrino de Majorana
À l’École normale supérieure de jeunes filles de Sèvres, Jean Baptiste Perrin détermine une nouvelle valeur du nombre d’atome-gramme qui vient confirmer les précédentes et valide un peu plus la théorie atomique.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
La position des tireurs couchés
C’est un homme d’une quarantaine d’années. Il est rasé de près pourtant quelques poils noirs subsistent au niveau de sa pomme d’Adam, signe qu’il est parti précipitamment de chez lui. Il porte un costume gris râpé de mauvaise qualité. Une chemise blanche élimée au col. Une cravate bordeaux avec une tâche de graisse sous le nœud. Un double nœud, assez large.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
La position des tireurs couchés
Zlatan est chez lui. Dans cette ville où il est né. Dans cette ville qui l’a vu grandir. Dans cette ville qui l’a vu mourir aussi, en quelque sorte.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
La position des tireurs couchés
Il est dix-huit heures trente quand Zlatan arrive chez lui. Ce qui est relativement tôt et certaines mauvaises langues pourraient arguer qu’on voit bien là le fonctionnaire.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
La position des tireurs couchés
La porte cède sous le coup de bélier et la colonne rentre comme un seul homme dans la pièce. Elle s’y engouffre bouclier pare-balles en avant. Zlatan a l’image sans le son. Mais le son, il le connaît, il l’entend à l’entraînement plusieurs fois par mois : « Police ! Police ! Bouge pas ! À terre ! Mets-toi à terre ! »
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
La position des tireurs couchés
Les stores se lèvent. Pas d’un coup, c’est une femme qui les remonte, les uns après les autres. Depuis la droite jusqu’à la gauche. La scène apparaît, comme au théâtre mais en tranches successives. Zlatan s’est tendu sans toutefois se crisper sur son arme. Garder le détachement et la souplesse qui assurent un tir parfait. C’est sa concentration qui a augmenté d’un cran. Il détaille ce qu’il voit dans sa lunette de visée, réglée sur un grossissement fois huit.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
La position des tireurs couchés
Pas un souffle d’air ne s’engouffre dans la pièce. La température doit excéder les vingt-cinq degrés. Celsius pas Fahrenheit. Il fait très chaud donc, et c’est étrange pour la saison. Zlatan est installé sur une table pour être au niveau de la fenêtre.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Un palais de glace et de lumière
I showed him my palms, the eye in both of them. “I want these changed.” “Oh?” “Since you’re no longer using them to snoop on me, I figured they could be something else.” He set a hand on his broad chest. “I never snoop.” “You’re the greatest busybody I’ve ever met.”
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Murmures du Moi
date : 05:24 par Robotophe | ses comms
Bien souvent, une opinion revêtue d'autorité n'est qu'une conjecture apprise.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Murmures du Moi
date : 05:22 par Robotophe | ses comms
La continuité de l'espace correspond à la continuité de durée dans le temps. Si l'espace a une existence qui est infinie, alors, sa durée dans le temps est également infinie. Une chose ne peut pas être, sans être aussi un *événement*.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Murmures du Moi
date : 05:20 par Robotophe | ses comms
Le destin est une étoffe d'événements tissés sur le métier du temps.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Noël, toi & moi
Son message me fait frémir. Alors, lui aussi a passé une journée difficile ! Mais, même s’il a respecté mon choix, il me rappelle qu’il ne l’approuve pas. Il respecte surtout sa parole et je l’en aime encore davantage pour ça. Je sursaute, non je ne l’ai pas dit. Non ! Je ne l’aime pas ! Je le trouve gentil, attentionné… craquant… sexy… addictif… irrésistible… adorable… Mais c’est tout ! oh ! il me manque… tellement… je n’ai plus envie de le quitter… Et merde ! Je suis vraiment dans de sales draps. Parce que je crois que je me suis piégée toute seule. Mais que je dois partir quand même.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Noël, toi & moi
La voix chaude d’Alexandre m’enveloppe, bien qu’il soit à un mètre de moi. Je sursaute. Je ne l’avais pas entendu arriver dans mon dos. – Quand tu regarderas ces photos, tu te rappelleras à quel point nous étions bien assortis, et à quel point notre couple était évident. Pourquoi crois-tu que je n’ai pas voulu être seul sur cette photo ? Parce que mon regard ne devient beau que lorsqu’il se pose sur toi. Et regarde le tien Héloïse. Moi je ne vois pas une handicapée des photos sur cette série. Parce que tu étais heureuse. Et tu sais pourquoi tu l’étais ? Parce que tu étais dans mes bras. Moi, je vois la photo d’une femme qui est amoureuse mais qui s’enfuit parce que cela ne colle pas à son plan de carrière.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Noël, toi & moi
– Pour la première fois, tu me déçois, Héloïse. Pas parce que je sais que dans les deux minutes, tu auras franchi le seuil de mon appartement et de ma vie, mais parce que pour la première fois, tu te montres menteuse et faible. Et cela me blesse, et me navre pour toi. Parce que dans toutes nos conversations, j’ai entendu, compris que tu trouvais ta famille factice, mais Héloïse, dès la première difficulté tu deviens comme eux ! Fausse et lâche. Et je ne m’y attendais vraiment pas. Quoique. Non, pour être honnête, je le redoutais, mais je pensais que nous étions tous deux bien au-delà de ça. – Eh bien oui Alexandre, c’est la preuve que tu t’es trompé sur beaucoup de choses
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Noël, toi & moi
– Je me suis demandé toute la nuit comment tu allais gérer cette matinée. – Et je la gère comment ? Mon ton est tranchant. Le même que celui que j’emploie parfois en réunion. – En faisant ta garce pour me donner envie de fuir ou de me planquer dans un coin. Et je ne ferai rien de tout ça. – Tu dis n’importe quoi ! J’ai mal dormi, c’est tout. – Je sais, je te rappelle que j’ai dormi avec toi, tes larmes et ta tension. – Je ne vois pas de quoi tu parles ! On a couché ensemble seulement quatre nuits et tu crois que tu me connais ?! Mon ton est cassant. Je n’en suis pas très fière, mais je sais que je n’ai pas le choix vu la tournure de la discussion.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Les Légendes d’Himéria, Tome 1 : Au-delà du temps
Le sort faisait endurer au tueur qui le subissait toutes les souffrances qu’il avait causées, multipliées par mille, avant de l’éliminer. La torture elle-même était douce à côté. C’était ce qui expliquait pourquoi les êtres démoniaques se tenaient autant à carreau. Mais seuls les plus hauts sorciers connaissaient l’incantation, car elle pouvait tuer son lanceur si celui-ci n’était pas assez puissant. — Peut-être veux-tu que je te livre au Destroy ? murmura d’une voix sourde Samuel. — Ce vieux schnock ? Il est pas encore mort ? Vieux comme il est, il doit même plus savoir bouger, rigola la femme. Pourtant, à ce nom tous les démons mâles présents s’étaient tendus. Le Destroy était le sorcier qui avait su devenir plus puissant que leur espèce, qui avait imposé la paix et qu’ils respectaient tous autant qu’ils le craignaient… Elle… Elle venait de me traiter de vieux chnoque incapable de bouger ? Mon sang ne fit qu’un tour, sûrement dû à ma jeunesse retrouvée, et mon aura se répandit dans la pièce telle la mort qui venait réclamer son dû. — QUI oses-tu appeler VIEUX SCHNOCK ? grondai-je.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Les Légendes d’Himéria, Tome 1 : Au-delà du temps
— Bon sang… Qu’as-tu bien pu créer ? s’énerva-t-il contre lui-même, frustré de ne pas trouver la réponse. Là, il avait posé la bonne question. Celle qui me hantait depuis des jours. Rien ne collait à mon état. Qu’est-ce que je disais souvent à mon apprenti ? De regarder tous les éléments avant de tirer des conclusions. J’appliquai cette méthode et listai mentalement ce que nous savions : mon corps avait rajeuni ; c’était bien le mien ; ma magie n’avait pas faibli ; mes forces physiques étaient revenues ; mes cicatrices n’avaient pas bougé, mais je n’avais plus mes douleurs… Je me redressai d’un bond, me tapant le front devant l’évidence qui m’avait échappé jusqu’à maintenant et m’exclamai : — Une potion de guérison !! Sébastian sursauta et me fixa de ses yeux sombres. Il réfléchit à une vitesse folle, son esprit était toujours aussi vivace qu’au temps de sa jeunesse. — Ce serait la potion de guérison la plus puissante qui n’ait jamais été faite dans ce cas. Au point qu’elle aurait réussi à régénérer ton corps. — Régénérer… Oui, tu as utilisé le bon terme. Elle ne m’a pas rajeuni, elle a régénéré mes cellules. Ce qui a eu pour conséquence de me rendre le corps de mes vingt ans. — Ce qui expliquerait aussi pourquoi les effets n’ont pas disparu après une semaine, s’extasia-t-il. En effet, les potions de guérison étaient dans la catégorie définitive. Les plaies soignées ne réapparaissaient pas, ça aurait été coton sinon
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Un palais de glace et de lumière
“Do you see any sentries around to do it?” Even they had abandoned him. Interesting. “Feyre did her work thoroughly, didn’t she.” A flash of white teeth, a glimmer of light in his eyes. “With your coaching, I have no doubt.” I smiled. “Oh, no. That was all her. Clever, isn’t she.” Tamlin gripped the curved arm of his chair. “I thought the High Lord of the Night Court couldn’t be bothered to brag.” I didn’t smile as I countered with, “I suppose you think I should be thanking you, for stepping up to assist in reviving me.” “I have no illusions that the day you thank me for anything, Rhysand, is the day the burning fires of hell go cold.” “Poetic.”
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Un palais de glace et de lumière
I don’t know if I can do this. Rhys was quiet for a moment. Do you want me to come with you? To paint? I’d be an excellent nude model.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Un palais de glace et de lumière
He’d seen Nesta in that particular pose, too. He called it her I Will Slay My Enemies pose. Cassian had named about two dozen poses for Nesta at this point. Ranging from I Will Eat Your Eyes for Breakfast to I Don’t Want Cassian to Know I’m Reading Smut. The latter was his particular favorite.
Avez vous apprécié cette réplique ? 0
Regretting you
« C’est mon anniversaire et je suis entourée des gens qui comptent dans ma vie, mais pour je ne sais quelle raison, je me sens plus seule que jamais. Je devrais être heureuse en ce moment, pourtant quelque chose ne va pas. Je n’arrive pas à déterminer quoi. Peut-être que je m’ennuie… -En fait, tu n’as pas tort. Elle aime être très routinière. -Elle se réveille à six heures du matin. Le petit déjeuner est prêt pour sept heures. -Le dîner à sept heures et demie, tous les soirs. -Avec ses menus hebdomadaires. -La gym à dix heures chaque matin. -Les courses le lundi. -Les draps lavés le mercredi. -Tu vois? Elle est prévisible. C’est plus un fait qu’une insulte. »
Avez vous apprécié cette réplique ? 0


Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode