Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

La liste de tous les extraits faits sur les livres de booknode

Les Héritiers d'Enkidiev, Tome 11 : Double allégeance
" - N'essayez pas de me garder ici, se hérissa la déesse-aigle. J'en ai assez de cette vie oisive. Tout ce que je veux désormais, c'est retrouver mon mari, construire une maison avec lui, cultiver mon jardin et élever nos enfants.
Theandras fit de gros efforts pour ne pas pouffer de rire, car elle ne pouvait tout simplement pas s'imaginer Aquilée ménagère et mère de famille. "
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La Cité des ténèbres, Tome 2 : La Cité des cendres
- Je suis la flèche de Valentin, murmura
Jace. Qu'il le sache ou non.
Et, à ces mots, il s'élança.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'école du style, tome 1: Glamour, projecteurs et histoires de coeur
D'abord, découvrir Londres est merveilleux. Ensuite, Tower Bridge devrait clairement être considéré comme l'une des merveilles du monde. Enfin, Alonso est super. Sans lui, ce voyage ne serait pas le même.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Sea of Ink and Gold, tome 3: The Storyteller
Sefia sat up in the shadows of the sick bay, startled out of some half-remembered dream.

The ship rocked and plunged beneath her, making the jars of ointment and bottles of tonic rattle on their shelves. Outside, rain spattered the portholes, blurring her view of the waves, high as rolling hills.

A storm. They must have come upon it in the night.

Sefia shivered, hugging her knees to her chest. In the four days since she’d returned to the Current with Archer, she’d had the same dream again and again. She was back in the house on the hill, and ink was seeping — no, flooding — from the secret room in the basement where her parents had kept the Book, the dark waves reaching across the floor to grasp them by the ankles and crawl up their calves. In the dream, Lon and Mareah scooped her up. In the dream, they shoved her out the door. But they were always too slow to save themselves, always too slow to escape the growing pool of ink that drew them, screaming, into its black depths.

Destiny. Her parents had been destined to die, their futures recorded in the Book with everything that had ever been or would ever be, from the flicker of a mayfly’s wings to the life spans of the stars overhead.

Somewhere in the Book was the passage where her mother got sick.

Somewhere were the paragraphs that described her father being tortured.

It had been written, so it had come to pass.

But they’d fought it. They’d betrayed the Guard, the secret society of readers to which they’d sworn their undying allegiance. They’d stolen the Book, the Guard’s most powerful weapon, to protect their daughter from her own future. They’d run.

They’d lost, in the end, but oh, how they’d fought.

As Sefia had to fight now. Fight and win, or she’d lose Archer to destiny too.

Beside her, he lay curled beneath the blankets, hair tousled, fingers twitching in his sleep. He always slept so little, his dreams haunted by memories of the people he’d killed.

He felt fractured, he’d told her. At all times, he was the same small-town boy he’d been before the Guard’s impressors took him, and yet, at all times, he was an animal, he was a victim, he was a killer, he was loud as thunder, he was the boy from the legends, with a bloodlust that could not be slaked.

Lightning forked in the distance, pulsing like veins in the restless sky.

As if in response, Archer’s body spasmed. He let out a wordless gasp.

Sefia shifted out of his way. “Archer. It’s okay. You’re safe.”

His eyes opened. For a moment, he seemed to have trouble coming out of his dreams, seemed to have trouble recognizing where he was, who he was.

But the moment would pass. It always did. And then —

The smile. It spread across his face like dawn racing over water — his lips, his cheeks, his golden eyes. Every time, it was like he was seeing her for the first time, his expression full of such hope that she longed to see it again and again for the rest of her days.

For a second, the storm abated. For a second, the ship was still. For a second, Sefia’s whole world was light and soft and warm.

“Sefia,” he whispered, tucking her hair behind her ear.

She bent closer, drawn to him as a hummingbird is drawn to a flower, her mouth gently landing on his.

He leaned into her kiss, responding to her lips and wandering hands as if her very touch was magic, making him moan and arch and yearn for more.

He laced his fingers in her hair, like he needed to be closer to her, like he couldn’t get enough of her, but as he tried to sit up, he let out a sudden hiss of pain and reached for his injured side.

“I’m sorry,” she said.

“Don’t be.” Propping himself up on his elbows, he grinned. “I’m not.”

Her cheeks warmed as she pulled aside the blanket to examine his bandages. Doc had stitched and dressed the wound twice now: first when he’d arrived, half-conscious, with the gash below his ribs black and nauseatingly deep, and a second time when Archer had torn his sutures trying to help Cooky dump a pot of potato peels overboard. Sefia would never hear the end of it if Doc had to redo the stitches again.

“I’m fine.” Archer tried batting her away.

“You almost died.”

“Only almost.” He shrugged. He’d told her about the fight with Serakeen. There had been the smell of cordite and blood. A gust of magic that had swept Archer’s lieutenants, Frey and Aljan, into the wall of the alley before dropping them, unconscious, onto the cobbles. The resistance of bone as Archer severed Serakeen’s hand at the wrist.

“I should’ve been there,” Sefia said, not for the first time. If she’d been there, she could have protected him. She had the same magic as Serakeen— a magic the Guard called Illumination — she might have even matched him in a fight. After all, she thought bitterly, I’m the daughter of an assassin and the most powerful sorcerer the world has seen in years.

No. She didn’t want to believe in that future. She wouldn’t become a weapon in some war for control of the Five Kingdoms. She wouldn’t lose Archer, the boy she loved.

“You’re here now. That’s what matters,” Archer said quietly. “Without you, we wouldn’t be able to rescue Frey and Aljan.”

His bloodletters, his friends, had followed him into the fight with Serakeen, and Serakeen still had them. The Guard’s Apprentice Soldier, known to Sefia’s parents as Rajar, had once been their friend and collaborator. Together, they’d orchestrated the war that was supposed to claim Archer’s life.

How many of Lon and Mareah’s mistakes would Sefia have to fix? She’d loved them, but they’d made so many.

“Frey and Aljan will be all right,” Sefia said.

“You really think so?”

She trailed her fingers down his arm, over the fifteen burns that marked his kills in the impressors’ fighting rings, and took his hand. “Yes,” she said.

The plan was to return to the bloodletters, organize a rescue, and meet up with the Current of Faith again at Haven, an island in the unexplored reaches of the Central Sea — one of those places you could get to only if you knew how to get there. Reed had set it up months ago to take in outlaws on the run from the widening scope of the war. If Sefia and Archer got there with the bloodletters, they would all have a place to wait while the fighting — and destiny — passed them by. If they got to Haven, Archer would live.

But first, they needed the Book. Sefia couldn’t teleport to the bloodletters without a clear image of where they were, and only the Book, with its infinite pages of history, could provide that.

She’d hidden it in the safest place she could think of: the Jaharan messengers’ post. The messengers’ guild dealt in all kinds of secrets —delicate packages, incriminating information — and they never broke their trust. They were respected and powerful, and with them, no one could touch the Book.

Not even the Guard. She hoped.

The Current of Faith was on its way to Jahara now; they were only a few days away. A few days, and she’d have the Book back. A few days, and she’d be able to find the bloodletters and mount a rescue. A few days. Frey and Aljan just had to hold on a few more days.

Archer lifted Sefia’s hand to his lips. “What would I do without you?”

“You’ll never have to find out.” She kissed him again, and the kiss was a promise. A promise of high winds and open waters, of lying, legs tangled, on a white beach with nothing but the firmament for a coverlet, of succulent days and hot breaths and damp skin and years rich as wine and endless as the sea.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La dame du cirque
date : 00:18 par DarkTales voir tout les commentaires de DarkTalesses comms
Que voudriez-vous donc faire dans la vie ?

- N'importe quoi, si ça ne ressemble pas à ce que font les autres femmes !
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La dame du cirque
date : 00:17 par DarkTales voir tout les commentaires de DarkTalesses comms
Il y a trop de gens qui se croient forts parce qu'il ont l'usage de tout leur corps mais qui, en réalité, ne sont que des faibles parce qu'ils n'ont pas de cerveau.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le Crash
date : 00:16 par Nourine57 voir tout les commentaires de Nourine57ses comms
Depuis deux jours, je flottais emporté par de petites vagues. Je ne sais par quel miracle des gouttes de pluie me réveillèrent. Cette eau douce miraculeuse me ruisselait le visage pendant que je regardais le ciel maquillé de nuages. En adossant les galets de cette plage, la pluie me dessalait en me réconfortant.
Des éclairs de cette tempête venaient me faire découvrir brièvement ce paysage. J’ai su que j’étais sur la terre ferme et que le danger du naufrage s’est écarté. C’est alors que je venais
de réaliser qu’il fallait me débarrasser du gilet de sauvetage.
Avant le crash du Boeing, j’ai porté ce gilet en suivant les directives préconisées par l’hôtesse de l’air...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Babitchka
date : 00:15 par Angel69 voir tout les commentaires de Angel69ses comms

Chapitre 1

Grand-mère avait un fils et deux filles. L’aînée vécut de nombreuses années à Vienne chez des proches qu’elle quitta pour se marier. La cadette prit alors sa place. Son fils était indépendant lui aussi ; artisan, il avait pris femme et s’était installé dans une maisonnette de bourg. Grandmère habitait un petit village de montagne à la frontière silésienne. Elle vivait contente dans sa chaumine en compagnie de la vieille Bětka, femme de même génération et qui était déjà au service de ses parents.

Elle ne vivait pas isolée dans sa chaumière : tous les habitants du village étaient pour elle des frères et soeurs, elle était pour eux une mère, une conseillère ; sans elle aucun baptême, aucun mariage, aucun enterrement ne s’accomplissait.

Voici qu’un jour arriva de Vienne une lettre qui lui était adressée. Sa fille aînée lui annonçait que son mari était entré au service d’une princesse possédant un grand domaine en Bohême, à quelques milles3 seulement de son village de montagne. Elle allait à présent déménager là-bas avec sa famille, son mari n’y séjournerait qu’au cours de l’été, tant que la princesse voudrait bien y demeurer. La lettre était conclue d’une ardente supplique afin qu’elle se rendît et demeurât pour le restant de ses jours chez sa fille et ses petits-enfants, qui se réjouissaient déjà de la rencontrer. Grand-mère se mit à pleurer. Elle ne savait que faire ! Son coeur la poussait vers sa fille et ses petits-enfants qu’elle ne connaissait pas encore, une ancienne habitude la liait à sa chaumière et à ses amis si bons ! Mais le sang n’est pas de l’eau, le désir eut raison des habitudes, grand-mère se décida à partir. Elle donna la chaumière et tout ce qu’elle contenait à la vieille Bětka en ajoutant : « Je ne sais si je me plairai là-bas et si je ne mourrai parmi vous. » Un jour, une charrette s’arrêta à côté de la chaumine. Václav, le cocher, chargea la malle ornée de peintures, le rouet dont grand-mère n’aurait su se séparer, une corbeille où se trouvaient quatre poussins huppés, un sac de toile contenant deux chatons tigrés et, enfin, grand-mère qui à force de larmes ne voyait plus rien devant elle. Avec la bénédiction de ses amis, elle fut emportée vers son nouveau foyer.

Quelle attente, quelle joie trépidante à la Vieille blanchisserie ! C’est en effet ainsi qu’était appelée la bâtisse isolée dévolue à madame Prošková, la fille de grandmère, dans cette délicieuse petite vallée. Les enfants accouraient sans cesse au chemin pour voir si Václav arrivait et ils déclaraient à tous ceux qui passaient : « Notre grand-mère arrive aujourd’hui ! » Entre eux, ils se disaient sans cesse : «Comment pourra-t-elle bien être, cette grand-mère ? »

Ils connaissaient nombre de grands-mères dont les apparences se mêlaient dans leurs têtes sans qu’ils sachent laquelle rapprocher de la leur. Voilà enfin la charrette qui s’avance ! « Grand-mère arrive ! » Ce cri retentit par toute la maison et monsieur Prošek, madame, Bětka portant un nourrisson aux bras, les enfants et les deux grands chiens, Sultán et Tyrl, tout ce monde accourut sur le seuil pour l’accueillir.

De la charrette descendit une femme portant un grand fichu blanc, vêtue à la paysanne. Les enfants, tous trois alignés côte à côte, se figèrent sur place, les yeux rivés sur leur grand-mère. Papa lui serra la main, maman l’embrassa en pleurant, puis la grand-mère, en larmes elle aussi, baisa sa fille sur les deux joues. Bětka lui présenta le nourrisson, la potelée Adelka ; la grand-mère lui sourit, l’appela « petit poupon » et lui fit un signe de croix. Puis elle se retourna vers les autres enfants et leur parla d’un ton très franc : «Mes enfants, mes trésors, mes petits, je me suis tant réjouie de vous voir ! » Mais les enfants baissèrent les yeux, restèrent immobiles, comme frappés d’un sortilège, et ce n’est que sur l’injonction de leur mère qu’ils lui tendirent leurs joues roses pour le baiser. Ils étaient si étonnés! Comment! Cette grand-mère était entièrement différente de toutes celles qu’ils avaient vues auparavant, pareille grand-mère, ils n’avaient jamais vu ça de leur vie ! Ils auraient usé leurs yeux à tant l’observer ! Où qu’elle se plaçât, ils venaient lui tourner autour afin de l’examiner de pied en cap.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Wait For It
date : 00:14 par laflut voir tout les commentaires de laflutses comms
“Gooey, did you get something from the fridge?”
“Apple juice.”
I pinched the tip of my nose again. “Did you grab the ketchup bottle by any chance?”
He stopped playing his game to glance up and give me a curious expression. “How’d you know?”
“Because there’s a big red stain on your shirt, Goo.”
Louie’s hands immediately went to his chest and started patting around as he tried to find the spot. “I didn’t eat anything!”
“I believe you,” I moaned, trying to think if he had any other dress shirts that he hadn’t out grown.
He didn’t, and we didn’t have time to wash this one. Ginny’s wedding was in half an hour.
“I’m sorry,” he apologized.
It was just a shirt and he was just a kid. It wasn’t the end of the world. “It’s fine.”
“I promise! I didn’t eat anything!”
“I believe you. You probably just held the ketchup bottle too close to you, you sloppy mess.” I stared at him for a moment longer before telling him, “Come here. Maybe I can wipe off the worst of it with a napkin.”
He tipped his chin down to try and see his collar. Without a warning, he poked at the button closest to his neck, tugged the material away from him and stuck his tongue out. He licked at the ketchup spot. Over and over again.
“Louie! Oh my God, give me a towel. Don’t lick it off, Jesus.” I laughed, knowing I shouldn’t but not being able to stop myself.
One blue eye peeked at me as he licked it again. “Why? I’m saving water. I’m saving the Earth.”
Saving the Earth. If I hadn’t just spent twenty minutes putting on makeup, I would have smacked myself in the forehead. “Stop. Stop. Leave it alone. It’s fine. You can save the Earth another way.”
“Are you sure? I can lick more.”
That really made me laugh. “Yes, stop. Put your tongue back in your mouth, nasty.”
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La dame du cirque
date : 21-05 par DarkTales voir tout les commentaires de DarkTalesses comms
Ne pas vouloir corriger les défauts de son métier n'est pas une preuve d'originalité, mais de paresse.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Leçons de danse
date : 21-05 par Sleepwxlker voir tout les commentaires de Sleepwxlkerses comms
- Ne commence même pas. Tu sais que tu es séduisant, se moqua-t-il, faisant sourire Rafael encore plus.
Maintenant qu’il l’avait dit, Chico continua avec sa main en l’air pour anticiper les dénégations de Rafael.
- D’abord, il y a ton visage, ta mâchoire, tes yeux et la façon dont tu souris. Puis tu as ce truc des danseurs. Tes cuisses, tes bras, ton ventre sont juste ... il n’y a pas de mots pour les décrire. Et nous ne parlerons pas de ton cul par respect pour tes parents dans la salle à côté. Mais ne faisons pas comme s'il n’était pas là.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le journal intime
date : 21-05 par Diego-4 voir tout les commentaires de Diego-4ses comms
Il fait encore nuit lorsque le réveil du portable de Linda vibre. D’une main maladroite, elle pousse son journal intime qui tombe sur le tapis, elle attrape son téléphone et éteint la sonnerie. La chambre rose est toujours baignée dans le noir, et c’est à tatillon qu’elle trouve l’interrupteur de la lampe de chevet. La luminosité traversant le globe opaque en forme de fleur l’éblouit. Elle frotte ses yeux et se lève difficilement. La nuit a été courte. Telle une morte vivante, elle sort de son lit, saisit son peignoir en doudou bleu qui pend à la porte et elle l’enfile en bâillant. Le couloir est dans la pénombre et elle manque de trébucher sur la guitare que son frère a abandonnée n’importe où.
- Putain, Tony, j’en ai marre que tu laisses traîner tes affaires, marmotta-t-elle.
Elle se dirige vers la cuisine, ouvre l’armoire et attrape le paquet de café. Il l’a encore mal refermé et l’arabica se répand copieusement sur le plan de travail.
- Putain Tony, répète-t-elle en prenant l’essuie-tout.
Deux bonnes cuillères feront l’affaire ; elle ajoute l’eau dans le percolateur et appuie sur le bouton. Elle passe quelques minutes à regarder le liquide s’écouler lentement dans le filtre et elle pense à l’horrible journée qu’elle va vivre. « L’examen final et je ne me sens pas prête, se dit-elle. »
Elle a la nausée et une grosse boule au ventre. C’est sa dernière chance, elle n’a plus droit à la moindre erreur. Elle essaye de boire une gorgée du précieux nectar, mais il est encore trop chaud. Elle se dirige vers la salle de bain et en ouvrant la porte, elle sursaute et manque de s’ébouillanter avec la tasse de café qu’elle n’a heureusement pas lâchée.
- Putain Tony. Tu m’as fait peur, qu’est-ce que tu fais par terre devant les toilettes ?
En une fraction de seconde, elle a compris. Son frère a tourné son visage vers elle et la regarde avec des yeux globuleux.
- Jsuismalaaaade, chevrote-t-il en retournant la tête et en fixant à nouveau le fond de la cuvette.
Il est accroupi et son corps se reflète dans le coffrage en carrelage blanc de la baignoire.
- Putain, Tony, t’es encore bourré ? éructa-t-elle ?
- Mais non, dit-il en hoquetant, je n’ai même rien bu... enfin, juste un p’tit peu.
Elle sait qu’il n’y a rien à faire. Elle devra se passer de la salle de bain. Elle, qui avait mis son réveil bien tôt pour se préparer, devra se contenter de l’évier de la cuisine. En prenant ses affaires de toilette, elle bouscule son frère qui, tel le balancier d’une horloge, oscille de gauche à droite comme s’il ne trouvait plus la position idéale. Elle claque la porte et le laisse monologuer avec la cuvette des w.c. Elle peste encore une ou deux fois sur lui alors qu’elle se maquille à l’aide du petit miroir en forme de soleil qui est accroché sur le mur du salon.
L’aube pointe son nez lorsqu’elle sort de l’appartement que lui ont légué ses parents et qu’elle doit malheureusement partager avec son aîné, artiste de profession. L’immeuble de cinq étages se trouve sur une chaussée importante, mais à cette heure, il n’y a que la boulangerie située à quelques maisons qui est ouverte. Linda, qui s’arrête normalement chaque jour pour acheter un croissant, est aujourd’hui écœurée par l’odeur du pain chaud.
Elle doit faire un quart d’heure à pied pour prendre le tram qui l’emmènera à la première bouche de métro. Depuis leur mort, dans ce terrible accident de train, Linda n’est plus la jeune fille insouciante qu’elle était. L’image de ses parents, emballés dans des sacs en plastiques noirs lors de la reconnaissance à la morgue, ne cesse de hanter ses jours et ses nuits. Un petit bruit la fait sursauter, la moindre odeur l’inquiète et depuis, même la confiance qu’elle avait dans ses capacités intellectuelles a disparu. C’est dans cet état d’esprit qu’elle vit jour après jour, et c’est avec un visage crispé et fermé qu’elle monte dans le tram. Elle a le choix, il n’y a qu’une dizaine de personnes et elle trouve un siège individuel sur lequel elle se jette lourdement.
Elle chasse ses idées noires ; elle doit se concentrer et réussir son examen. Lorsqu’elle aura décroché son diplôme de journalisme, elle pourra se mettre à chercher du travail et gagnera son indépendance par rapport à son aîné qui, il faut bien l’avouer, paye toutes les factures, mais lui occasionne bien du tracas. Au moment où elle sort du tram, son téléphone sonne. C’est le meilleur ami de son frère, et comme à chaque fois quand il ne parvient pas à joindre Tony sur son portable, c’est elle qu’il appelle. Elle aime beaucoup Charles pour la joie qu’il lui apporte, car elle ne sait pas pourquoi, mais lorsqu’elle parle avec lui, c’est comme si ses soucis disparaissaient.
- Bonjour Charles, dit-elle en descendant les escaliers de la bouche du métro.
- Coucou Linda, comme tu dois t’en douter, j’essaye de contacter ton frère, mais il ne répond pas.
- En effet, il est en tête-à-tête avec les w.c.
- Comment Linda ? Qu’est-ce que tu dis ?
- Je dis qu’il est en train de faire la conversation avec la cuvette des toilettes ; il est malade si tu préfères, dit-elle en comprenant que sa petite touche d’humour a du mal à être captée par son interlocuteur.
- Ah ! Merde alors. On a rendez-vous avec un gros producteur de musique... Tu peux me le passer. Il faut que je lui parle.
- Désolée Charles, je suis dans le métro ; d’ailleurs, on va sans doute être...
- Allo, Linda ? Tu m’entends, qu’est-ce que tu as dit ? Je n’ai pas saisi.
Merde alors, elle a raccroché, imagine Charles qui vient de perdre la communication. Il essaye à nouveau de contacter la sœur de son ami, mais elle ne répond plus. Il dépose son téléphone sur la table de la salle à manger et regarde sa femme en train de préparer le petit déjeuner.
- Tu n’as pas réussi à le joindre ? demande Sophie en retournant le pancake dans la poêle.
- Non, encore bourré, comme d’habitude. Je ne comprends pas ce type, c’est mon meilleur copain, mais des fois, je lui mettrais bien des claques. Un pur génie point de vue artistique, mais tellement nul pour se gérer.
Sophie s’approche de son mari et lui dépose l’assiette avec le pancake fumant. Elle se penche vers lui et l’embrasse dans le cou.
- C’était drôlement bon ce matin mon cœur.
Il esquisse un sourire, mais il n’a déjà plus la tête à ça. Il faut qu’il contacte son ami. Cette entrevue est trop importante pour la
carrière de son poulain. Cela fait des semaines qu’il s’échine à obtenir ce rendez-vous. Il est sur le point de se lever lorsqu’il réalise qu’il doit d’abord faire honneur au plat que son épouse vient de lui préparer avec tant d’amour.
Après l’avoir englouti, il embrasse sa femme, prend son manteau et sort de la demeure. Sur le perron, il s’arrête quelques secondes pour regarder quelques oiseaux qui s’ébattent dans la fontaine ronde centrée au milieu du parking en gravier blanc. Il va vers la voiture garée devant sa maison. La Mercedes noire cabriolet émet le petit bip du déverrouillage des portières de véhicule.
Grâce à la télécommande qui se trouve dans la boîte à gants, il ouvre la grille de la propriété, met les gaz et se dirige rapidement vers l’appartement de son ami.
Il est très fier de son succès. Cela fait à peine un an que sa société de production de drone a été lancée et il a réussi à s’implanter au niveau national. Le programme qu’il a développé permet à ses micro-drones de faire une surveillance sans aucune assistance humaine. L’appareil volant, pratiquement silencieux, détecte les sources de chaleur et le moindre bruit est analysé par l’ordinateur qui envoie, si nécessaire, l’alerte au service de police le plus proche. Plus besoin de vigile, le drone parcourt la distance prévue en quelques minutes et peut sécuriser une belle superficie. Il ne s’endort pas, est actif 24 h sur 24 et consomme très peu d’énergie.
Une petite demi-heure plus tard, Charles se gare en face de l’appartement de Tony. Il passe une bonne dizaine de minutes à appuyer sur la sonnette avant d’entendre la voix d’outre-tombe de son ami.
- Ouais, c’est qui ? dit Tony d’un ton traînant.
- Ouvre, c’est Charles. Ouvre.
- Minute, minute papillon.
La gâche de la porte vitrée décorée de fer forgé vient de vibrer et permet à Charles de s’engager dans le hall. Il monte quatre à quatre les escaliers imitation marbre et manque de trébucher lorsqu’il regarde sa montre. Une demi-heure, se dit-il en arrivant haletant à l’encadrement de la porte.
- Salut ma poule, lui dit Tony en titubant.
Il se tient dans le chambranle et tente de sourire à son ami.
- Tony, purée, le rendez-vous !
- Quel rendez-vous ?
- Tu as oublié, purée. Cela fait des semaines que j’essaye de te l’obtenir et toi tu, tu,.. tu mériterais des claques, lui dit Charles énervé.
- Cool ma poule.
- Non, pas cool, allez, on va te dégriser. En route pour la douche.
- Non, pas la douche, s’il te plaît, pas cette fois. Pas la douche.
- Si, si, la douche bien fraiche pour te remettre les idées en place.
Il attrape son ami par le bras et l’emmène dans la salle de bain.
Tony aimerait bien pouvoir lui résister, mais Charles est bien trop fort pour qu’il puisse faire quoi que ce soit pour l’en empêcher. Lorsqu’ils étaient gamins, c’était déjà le cas. Le père de Tony les avait d’ailleurs surnommés Laurel et Hardy, ce qui ne plaisait pas vraiment à Charles qui s’estimait plus costaud que gros.
- Je vais d’abord me déshabiller, dit Tony en hoquetant.
- Non, non, pas le temps.
Charles sait que s’il veut que son ami se bouge, et s’il y a une chance pour qu’ils soient tous les deux à l’heure au rendez-vous, il n’a pas d’autre choix que de le pousser sous la douche afin de le dessoûler rapidement. Malgré les supplications de Tony, sans pitié, son meilleur ami ouvre le robinet d’eau froide.

*****




- Alfaro, à votre service, annonce la réceptionniste d’un ton las.
- Bonjour Magali, c’est Caroline du Département gestion, pourrais-je avoir le service de production, s’il vous plaît ?
- Un instant Caroline, je vais essayer de te les transférer et je croise les doigts cette fois-ci, dit-elle avec plus d’entrain que pour son message d’accueil.
Caroline bouillonne, cela fait dix fois qu’elle les appelle. J’espère qu’ils vont décrocher cette fois-ci, marmonne-t-elle. Assise sur le bord de sa chaise derrière son bureau en teck, elle tambourine sur un rythme régulier son bic bleu sur le buvard de son plan de travail.
- Service production, Allan, pour vous aider.
- Bonjour Allan. C’est Caroline du Département gestion, c’est vous qui vous occupez de l’impression des étiquettes de la ligne de production 10 ?
- Oui, Caroline, c’est moi.
- Vous savez que cela fait trois fois que je corrige votre épreuve et vous avez encore oublié de mettre la bonne dimension au code-barres !
- Ah bon, désolé.
Caroline prend sur elle. Elle a déjà eu affaire à ce fameux Allan quelques fois dans le passé. Elle se souvient quand on lui avait présenté le loustic, lors de la visite à l’usine. Un mètre quatre-vingt, des cheveux roux bouclés et un anneau dans le nez. Elle n’avait même pas remarqué qu’il avait de beaux yeux bleus tellement cet accessoire l’avait obnubilé. Ce n’était pas un piercing sur le bord du nez comme on peut en voir de temps à autre, mais un anneau qui passait d’une narine à l’autre et qui ressemblait étrangement à celui de « La vache qui rit ». Rien qu’à y repenser, cela lui donnait la chair de poule.
- Bon Allan, quand pourrez-vous faire la correction ? soupira-t-elle en soufflant plusieurs fois afin de contenir sa rage et voulant faire comprendre à son interlocuteur qu’elle était à bout.
- Ben, je vais le faire maintenant. C’était ma pause, mais je vais le faire, vous inquiétez pas.
Allan n’en pense pas le moindre mot, il est aussi réceptif à la plainte que le fromage blanc étalé sur son bout de pain. Il avait hésité à décrocher le poste de téléphone qui résonnait dans la salle de repos et plusieurs de ses collègues lui avaient dit de laisser sonner, mais c’est lui qui vient d’être muté, pour ne pas dire rétrogradé, et il avait juré à sa petite amie qu’il garderait ce travail quoiqu’il lui en coûte. Il s’en veut à présent d’avoir pris cet appel. Il connaît la « Caroline » de réputation et il a déjà entendu dire d’elle que c’était une véritable emmerdeuse ce dont il vient d’avoir la preuve.
- Je ne m’inquiète pas, mais si je ne valide pas votre épreuve, c’est des milliers de boîtes de conserve qui vont se retrouver sans étiquette, Allan, vous comprenez ? Et si on me demande à cause de qui cela s’est produit, je ne pourrai pas vous couvrir, vous comprenez Allan ?
Il avale sa salive et comprend qu’il est temps qu’il fasse le nécessaire s’il ne veut pas se retrouver au chômage.
- Vous inquiétez pas, Madame Caroline, je le fais de suite et je vous le transmets dans le quart d’heure.
Caroline savait comment gérer le personnel et le « Madame » ajouté la rassura. Elle avait bon espoir de recevoir l’épreuve correcte très rapidement. Elle raccrocha soulagée, mais toujours au bord de la crise de nerfs. Sa collègue la regarde en souriant.
- Tu sais comment parler aux hommes, toi, s’esclaffa-t-elle.
Sandrine travaillait depuis près de deux ans avec elle. Les débuts n’avaient pas été faciles, car elle croyait que cette nouvelle venue essayerait de lui marcher sur les pieds, mais ce fut finalement tout le contraire qui se passa finalement. Caroline faisait tout pour valoriser ses compagnons de travail auprès de ses supérieurs et lorsque Sandrine se rendit compte qu’il n’y avait que du bon en cette personne, elles devinrent les meilleures amies du monde.
- À propos d’homme, comment s’est déroulé ton rendez-vous d’hier ?
- Ne m’en parle pas, un tocard. Il m’attendait à la Brasserie Georges. Il avait une rose dans la main.
- Nooonnnn.
- Siiii, un parfait gentleman, enfin, jusqu’au moment où je me suis aperçue qu’il n’arrêtait pas de regarder mon décolleté. On a pris un verre, mais après quelques minutes, c’était le blanc. Je ne savais pas quoi lui dire et lui non plus.
- Ce n’était pas encore le bon alors ?
- C’est bizarre, les échanges de mails étaient sympathiques et là, devant moi, c’était le néant.
La sonnerie du téléphone de Sandrine retentit. Elle décroche le combiné.
- Oui, très bien, faites-le patienter, j’arrive.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Morpho
Morpho écrit par Diego Rica
date : 21-05 par Diego-4 voir tout les commentaires de Diego-4ses comms
Westside, petit quartier tranquille de Los Angeles, Géraldine vient d’ouvrir un œil dans l’appartement meublé qu’elle a loué depuis moins d’un mois. Il est cinq heures du matin et dès la première minute, elle sait qu’elle ne se rendormira plus. Elle déteste traîner au lit et s’il était possible de ne pas se coucher, elle s’en passerait volontiers. Elle a essayé un jour, mais elle a vite remarqué que la privation de sommeil la rendait inapte à réfléchir et dans le métier qu’elle exerce, c’est inconcevable. Elle s’oblige donc à dormir au minimum cinq heures, c’est la limite qu’elle ne dépasse plus depuis dix ans. Elle se lève d’un bond, s’allonge sur le tapis à côté de la garde-robe et commence à faire des séries d’exercices physiques.
Ses abdominaux, en action, sont bien visibles sur son ventre plat. Le reste de son corps a été dessiné par le sport. Elle mesure un mètre soixante-dix-sept et fait à peine soixante-cinq kilos dont une bonne partie n’est que du muscle.
Depuis plus de dix ans, elle s’entraîne une heure le matin et une heure avant de se coucher. C’est un minimum pour elle. Elle est haletante et s’est assise sur le fauteuil en velours vert, usé et vieilli par le temps, qui se trouve en face d’un bureau. L’ameublement de cet appartement est vraiment à chier, se dit-elle en reprenant son souffle. Si elle vit assez longtemps ici, elle en achètera des nouveaux, plus modernes, plus pratiques ! Ce qu’elle aime dans ce logement, c’est qu’il est situé très près de son travail ; un quartier avec un mélange de centres commerciaux, de restaurants et de maisons de plage.
Un aboiement de chien se fait entendre dans la rue. Voilà bien un animal qu’elle n’apprécie pas. La seule qualité qu’on peut lui reconnaître, c’est qu’en général, ce sont d’excellents gardiens. Le plus gros de ses défauts, c’est que c’est tellement con que cela aboie sur n’importe quoi. Un jour, elle en a vu un s’exciter sur une canette de coca qui avait été déplacée par le vent ! Par réflexe, elle se rend à la fenêtre pour inspecter les lieux et aperçoit l’animal qui jappait juste avant.
— Sur quoi as-tu aboyé, espèce de stupide chien ? dit-elle à mi-voix.
Ne trouvant pas la réponse à sa question, elle reste quelques minutes à contempler l’aube. Les premières lueurs illuminent le ciel qui s’est paré d’une couleur gris clair et de nombreux nuages l’obscurcissent, ce qui est plutôt inhabituel pour le ciel de la Californie en cette saison.
Elle aime la Californie, du moins, elle apprécie beaucoup le climat semi-tropical du sud.
Dans la rue, une voiture rouge qui était en stationnement démarre brusquement. Des lumières s’allument par-ci, par-là dans les maisons bourgeoises du quartier qui commence à se réveiller. La lampe de la cuisine de son voisin vient d’attirer son attention.
À travers les voiles, elle peut nettement apercevoir l’homme se diriger vers l’évier afin de remplir un récipient d’eau pour préparer son café.
C’est un vieux docteur, presque à la retraite, qui a passé l’entièreté de sa vie dans cette grande demeure de coin avec ce beau jardin sur lequel se dresse majestueusement un chêne centenaire. C’est une voisine qui l’avait croisée hier dans le couloir qui le lui avait raconté. Sous prétexte qu’elle était fraîchement arrivée dans l’immeuble, elle l’avait accostée. Elle avait visiblement le désir de faire connaissance. Peut-être même, de se trouver une amie et elle commença à lui détailler toute l’histoire du quartier, mais Géraldine détestait papoter et souhaitait encore moins se faire une nouvelle copine.
Malgré le manque d’intérêt évident qu’elle lui témoignait et les monosyllabes qu’elle prononçait, la pipelette avait continué à lui raconter sa vie comme si de rien n’était. Elle avait une envie furieuse de lui dire : « tu ne vois pas que je m’en cogne de tes histoires, connasse » et en d’autres circonstances, elle l’aurait écartée de la main et serait passée sans y faire la moindre attention, mais il fallait qu’elle soit discrète si elle voulait qu’on lui fiche la paix. Elle avait patienté un moment et n’y tenant plus, dès que la commère reprit son souffle, elle lui souhaita une bonne journée et sortit rapidement de l’immeuble sans se retourner. La mégère devait être verte de rage !
Elle avait donc appris de sa voisine que ce vieux docteur habitait là depuis près de quarante ans et elle se demandait et ne comprenait pas comment certaines personnes pouvaient vivre autant de temps de leur vie au même endroit !
Conformément à la nature de son métier, elle changeait régulièrement d’habitation. Sa garde-robe tenait dans une grosse valise. Une autre pour ses affaires personnelles, elle avait fait le décompte : elle possédait moins de cent objets et aurait aimé pouvoir encore réduire ce nombre.
De sa jeunesse, elle n’avait plus qu’une photo jaunie et décolorée par le temps. C’était une image de son père la tenant dans ses bras devant cette maison en grosse pierre blanche dont elle n’avait aucun souvenir.
Derrière la photo, une date qui lui avait permis de savoir qu’elle avait huit ans à cette époque et une inscription, sans doute écrite de la main de son papa : « Je t’attendrai ». Sur le cliché, eux deux, le ciel bleu, les montagnes et une petite chapelle qu’on aperçoit vaguement à l’arrière-plan.
Elle avait déjà parcouru de nombreux lieux afin de retrouver cet endroit. C’était comme chercher une aiguille dans une meule de foin, mais elle savait qu’un jour, elle finirait par arriver à dénicher cette maison, et peut-être par la même occasion, ce père qui avait disparu du jour au lendemain sans laisser d’adresse lorsqu’elle avait dix ans.
La lumière de la cuisine de son voisin vient de s’éteindre et elle décide d’aller se laver et se dirige vers la salle de bain.
Un placard à balais transformé avec une douche et un évier ridiculement petit qui ne permet même pas de rassembler les deux mains sous le robinet. Au-dessus, un miroir carré, piqué, et qui tient miraculeusement au mur avec trois attaches. Il n’y a pas d’eau chaude, qu’importe, elle se plante sous le jet froid, sa peau frissonne légèrement, mais elle ne cligne pas d’un œil.
Depuis des années, elle s’était endurcie et participait à tous les camps de survie possible et imaginable. Elle regrettait amèrement de ne pas être un homme. Elle n’aimait pas discuter des heures, mais monter aux arbres, ramper dans la boue et se battre sont, entre autres, des activités qu’elle adorait pratiquer. Elle se disait aussi que sa vie serait plus simple si à la place de ses deux petits seins, elle pouvait avoir deux beaux pectoraux ! Tous ces gros cons qui l’accostaient avec des : « Tu sais que t’es jolie toi » à qui elle a envie de casser toutes les dents.
A chaque fois, le même refrain avec son correspondant qui insistait sur la difficulté pour une femme de participer à ce genre de camps lorsqu’elle procédait à l’inscription. Ça l’énervait !
Quand elle arrivait au point de rendez-vous, la plupart des mecs rigolaient ; certains faisaient des commentaires : « Dis Poulette, c’est pas un stage de maquillage, tu sais ? ». C’était souvent ceux-là qu’elle retrouvait à pleurnicher lorsqu’il pleuvait un peu trop, s’il y avait trop de boue sur les sentiers, des araignées, des moustiques, et tout ce qu’on peut trouver dans la jungle, la forêt, ou même dans le désert. Et là, elle prenait sa revanche en leur disant « Et bien mon poulet, tu t’es trompé de stage ? ».
Au fur et à mesure qu’elle effectuait ce genre d’activité aux quatre coins du monde, on l’avait surnommée « l’IronG », un terme pour définir qu’elle était la Géraldine en fer, et il suffisait qu’après la présentation, elle annonce son sobriquet pour que les hommes, qui rigolaient et se moquaient d’elle juste avant, se taisent subitement en comprenant qu’ils n’avaient pas affaire à n’importe qui et qu’il fallait mettre leur côté macho en veilleuse s’ils ne voulaient pas paraître trop ridicules par la suite.
Elle savonne délicatement la plaie qu’elle a sur le bas. La cicatrice est encore fraîche et la croûte, légèrement durcie, ne va pas tarder à se détacher pour laisser la place à la dixième marque en forme de lune qui décore son avant-bras gauche.
Elle les regarde et est assez fière de sa dernière création. Sa main n’a plus tremblé lorsqu’avec un cutter, elle a taillé cette forme sur sa peau. Son geste est bien plus précis et ce quartier de lune sera le plus réussi, pense-t-elle.
Son portable se met à vibrer. Elle sort rapidement de la douche. L’hôpital, dans lequel elle travaille depuis un mois, lui signale une urgence et le message demande à toutes les personnes disponibles de venir en renfort.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Lumière, Tome 1 : Un éclat dans l'obscurité
Page 233, vestiaires

"Tout à coup, la porte des vestiaires s'ouvrit et deux garçons apparurent sur le seuil. Tous les regards se tournèrent vers eux. Quelques secondes passèrent lorsque, certaines filles qui étaient à moitié déshabillées s'élancèrent dans tout le vestiaire provoquant ainsi un effet de panique. D'autres en profitèrent pour se rincer l’œil en examinant avec attention l’imposante carrure de Nathan qui était tout de même, rappelons-le, torse nu. Reyne fut complètement désorienté et William lui demanda discrètement :
- Bon et qu'est-ce que l'on fait maintenant ! C'est toi la tête pensante en règle générale !
- J'en sais rien ! Invente quelque chose ! T'as un sacré don pour ça, je crois ! Épate-moi !
- Mais quoi ?
William réfléchit. Il leva les bras et rentra dans le vestiaire en hurlant de toutes ses forces :
- AU FEU ! AU FEU ! Vite sortez de là, il y a le feu !
[...]
- Il faut évacuer le bâtiment !
- AU FEU, AU FEU, AU FEU ! hurlait William en courant dans tout le vestiaire derrière les filles qui avaient bien plus peur de lui que de l'incendie en lui-même.
Marion fut rouge de honte et hurla vers Nathan :
- MAIS DÉGAGE DE LA ! DÉGAGE ! PERVERS ! cria-t-elle en lui lançant sa paire de chaussettes à la figure.
Le jeune homme fut pris au dépourvu et resta planté sur place, son regard ne se détachant plus de Lucie. Soudain, Iselda entra dans le vestiaire et demande le silence. Personne ne l'écouta. Elle aperçut ensuite William qui continuait de courir dans le vestiaire avec le sourire aux lèvres. Elle se demande ce qu'il pouvait bien fabriquer. C'est alors qu'elle vit son neveu juste à côté d'elle. Celle-ci lui donna un coup-de-poing sur sa tête :
- Mais qu'est-ce que tu fiches ici ! Tu risques d'avoir de gros ennuis ! Tu n'as pas honte ! A ton âge, faire ce genre de chose !
- Ce n'est pas ce que tu crois... protesta-t-il en la regardant dans les yeux.
- Qu'est-ce qu'il faut que je croie ? Hein ? Tu retournes dans ton vestiaire ! IMMÉDIATEMENT ! hurla-t-elle en lui montrant du doigt la direction qu'il devait prendre."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Fables, tome 2 : La Ferme des animaux
Goupil : - Pourquoi les militants purs et durs s’obstinent-ils à vivre dans un monde symbolique ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Une veuve dort seule
- Je ne sais comment t'expliquer ! préluda-t-elle. Je... Je suis affreusement malheureuse !
Félix lui jeta un regard de biais :
- Pas possible ? Plus malheureuse que tu ne l'étais avec moi ? questionna-t-il, prenant un virage à la corde.
- Non, naturellement, mais...
- Ce "naturellement" me flatte, dit Félix. J'aime dominer en toutes catégories.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Lumière, Tome 1 : Un éclat dans l'obscurité
Page 226, cours de sport

"Reyne l'entendit et sourit. Sans que Lucie ne s'y attende, il lui agrippa la main et la rapprocha de lui. La tension sur la corde se fit moins forte. Lucie fut complètement prise au dépourvu. Elle trébucha sur un objet qui traînait par terre et se rattrapa en se tenant à son T-shirt. Elle l'empoigna fermement et se colla littéralement à lui. Reyne sourit en silence. D'une certaine manière, il appréciait."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Que personne ne sorte
Sir John n'aimait pas les contes de fées. Il n'y croyait plus depuis le jour de son mariage.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Je ne suis pas moi sans toi
Quand je sors, toujours le nez dans mes notes, c'est là que la catastrophe se produit. Je me fais sauvagement attaquer à la gorge par un café brûlant qui dégouline sur mon petit top. Ce petit haut que j'aime particulièrement, qui est était bleu, il y a encore quelques minutes. En levant les yeux, je me noie ( oui carrément ) dans des yeux d'un bleu profond.
— Désolé, mademoiselle, je ne regardais pas où j'allais.
Une voix très grave me fait sortir de ma contemplation.
— Euh, n..non c'est euh pas grave m...mais cela brûle.
Je bafouille comme une adolescente.
— Je peux vous refroidir.
C'est moi ou j'ai l'esprit très mal placé.
— Hein !!!
— Non, je voulais dire, il faut mettre de l'eau froide pour vous soulager.
— Soulager !!!
Soit j'ai l'esprit qui est décidément très mal placé, soit il ne le fait pas exprès. Des mots qui sont tout à fait banals font très cochon dans sa bouche ( oh ! Sa bouche qui ne demande qu'à faire des choses ) Ouh ! Là je m'égare.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Lumière, Tome 1 : Un éclat dans l'obscurité
Page 145, magasin d'Iselda

"Lucie écoutait mais d'une certaine manière, elle commençait à avoir peur. Elle n'était pas la seule, Emma et Lyve la soutenaient. Pour ce qu'il en était de Marion... jugez par vous-mêmes:
- OUAIS, T'AS RAISON, MA GROSSE, ON VA ÊTRE DÉCHAÎNÉS COMME DES...
Soudain la porte principale s'ouvrit. Un jeune homme fit son entrée, les bras chargés de cartons. Lyve et Emma le reconnurent aussitôt. Lyve se pencha vers Emma et lui glissa à l'oreille :
- T'as vu qui vient d'arriver? Je me demande ce qu'il peut bien faire ici !
- Il n'est sûrement pas venu pour s'acheter une robe! répondit-elle en posant les yeux sur lui.
Lucie fronça les sourcils. La discussion semblait devenir intéressante.
- ... DES TIGRESSES EN CHALEUR ! ON VA ALLER A LA CHASSE AUX MECS ! ON VA FAIRE UN MALHEUR !
Il n'y eut plus aucun son."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Madame la mort
- Cette pauvre Danielle... Elle était votre maîtresse ?
- Non.
- Mais elle allait le devenir ?
- Je crois.
- Un cadeau de Noël ?
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Lumière, Tome 1 : Un éclat dans l'obscurité
Page 142, magasin d'Iselda

"-Mais qu'est-ce que ça veut dire? demanda soudainement Lyve qui n'en croyait pas ses yeux.
-Elle va fermer? demanda à son tour Emma qui ne comprenait pas.
-Pourquoi ce monde est-il si cruel avec moi? dit soudainement Marion en posant la tête sur l'épaule de Lucie.
-Ah, tu vois, je te l'avais bien dit que le bon Dieu n'existait pas! s'exclama Lyve.
-Pourquoi... pourquoi... POURQUOI! hurla Marion, désespérée."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Chants
date : 21-05 par Allebei voir tout les commentaires de Allebeises comms
All'Italia
"O patria mia, vedo le mura e gli archi
E le colonne e i simulacri e l’erme
Torri de gli avi nostri,
Ma la gloria non vedo,
5 Non vedo il lauro e ’l ferro ond’eran carchi
I nostri padri antichi. Or fatta inerme,
Nuda la fronte e nudo il petto mostri.
Oimè quante ferite,
Che lividor, che sangue: oh qual ti veggio,
10 Formosissima donna. Io chiedo al cielo
E al mondo: dite dite;
Chi la ridusse a tale? E questo è peggio
Che di catene ha carche ambe le braccia;
Sì che sparte le chiome e senza velo
15Siede in terra negletta e sconsolata,
Nascondendo la faccia

Tra le ginocchia, e piange.
Piangi, chè ben hai donde, Italia mia,
Le genti a vincer nata
20 E ne la fausta sorte e ne la ria.

Se fosser gli occhi miei due fonti vive,
Non potrei pianger tanto
Ch’adeguassi il tuo danno e men lo scorno;
Chè fosti donna, or se’ povera ancella.
25 Chi di te parla o scrive,
Che, rimembrando il tuo passato vanto,
Non dica; già fu grande, or non è quella?
Perchè, perchè? dov’è la forza antica,
Dove l’armi e ’l valore e la costanza?
30 Chi ti discinse il brando?
Chi ti tradì? qual arte o qual fatica
O qual tanta possanza
Valse a spogliarti il manto e l’auree bende?
Come cadesti o quando
35 Da tanta altezza in così basso loco?
Nessun pugna per te? non ti difende
Nessun de’ tuoi? L’ armi, qua l’armi: io solo
Combatterò, procomberò sol io.
Dammi, o ciel, che sia foco
40 A gl’italici petti il sangue mio.

Dove sono i tuoi figli? Odo suon d’armi
E di carri e di voci e di timballi:
In estranie contrade
Pugnano i tuoi figliuoli.
45 Attendi, Italia, attendi, Io veggio, o parmi,
Un fluttuar di fanti e di cavalli,
E fumo e polve, e luccicar di spade
Come tra nebbia lampi.
E taci, e piangi, e i tremebondi lumi
50 Piegar non soffri al dubitoso evento?
A die pugna in quei campi
L’itala gioventude? O numi, o numi:
Pugnan per altra terra itali acciari.
Oh misero colui che in guerra è spento,
55 Non per li patrii lidi e per la pia
Consorte e i figli cari,
Ma da nemici altrui
Per altra gente, e non può dir morendo:
Alma terra natia,
60 La vita che mi désti ecco ti rendo.

Oh venturose e care e benedette
Le antich’età, che a morte
Per la patria correan le genti a squadre;
E voi sempre onorate e gloriose,

65 O tessaliche strette,
Dove la Persia e ’l fato assai men forte
Fu di poch’alme franche e generose.
Io credo che le piante e i sassi e l’onda
E le montagne vostre al passeggere
70 Con indistinta voce
Narrin siccome tutta quella sponda
Coprìr le invitte schiere
De’ corpi ch’a la Grecia eran devoti.
Allor, vile e feroce,
75 Serse per l’Ellesponto si fuggia,
Fatto ludibrio a gli ultimi nepoti;
E sul colle d’Antela, ove morendo
Si sottrasse da morte il santo stuolo,
Simonide1 salia,
80 Guardando l’etra e la marina e ’l suolo.

E di lagrime sparso ambe le guance,
E ’l petto ansante, e vacillante il piede,
Toglieasi in man la lira:
Beatissimi voi,
85 Ch’offriste il petto a le nemiche lance
Per amor di costei ch’al Sol vi diede;
Voi che la Grecia cole, e ’l mondo ammira.
Ne l’armi e ne’ perigli

Qual tanto amor le giovanette menti;
90 Qual ne l’acerbo fato amor vi trasse?
Come sì lieta, o figli,
L’ora estrema vi parve, onde ridenti
Correste al passo lagrimoso e duro?
Parea ch’a danza e non a morte andasse
95 Ciascun de’ vostri o a splendido convito:
Ma v’attendea lo scuro
Tartaro, e l’onda morta;
Nè le spose vi fòro o i figli accanto
Quando su l’aspro lito
100 Senza baci moriste e senza pianto.

Ma non senza de’ Persi orrida pena
Ed immortale angoscia.
Come lion di tori entro una mandra
Or salta a quello in tergo e sì gli scava
105 Con le zanne la schiena,
Or questo fianco addenta or quella coscia;
Tal fra le pérse torme infuriava
L’ira de’ greci petti e la virtute.
Ve’ cavalli supini e cavalieri;
110 Vedi ingombrar de’ vinti
La fuga i carri e le tende cadute,
E correr fra’ primieri

Pallido e scapigliato esso tiranno;
Ve’ come infusi e tinti
115 Del barbarico sangue i greci eroi,
Cagione a i Persi d’infinito affanno,
A poco a poco vinti da le piaghe,
L’un sopra l’altro cade. Oh viva, oh viva:
Beatissimi voi
120 Mentre nel mondo si favelli o scriva.

Prima divelte, in mar precipitando,
Spente ne l’imo strideran le stelle,
Che la memoria e ’l vostro
Amor trascorra o scemi.
125 La tomba vostra è un’ara; e qua mostrando
Verran le madri a i parvoli le belle
Orme del vostro sangue. Ecco i’ mi prostro
O benedetti, al suolo,
E bacio questi sassi e queste zolle,
130 Che fien lodate e chiare eternamente
Da l’uno a l’altro polo.
Deh foss’io pur con voi qui sotto, e molle
Fosse del sangue mio quest’alma terra.
Che se ’l fato è diverso, e non consente
135 Ch’io per la Grecia i moribondi lumi
Chiuda prostrato in guerra,

Cosi la vereconda
Fama del vostro vate appo i futuri
Possa, volendo i numi,
140 Tanto durar quanto la vostra duri."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
le démon  de sainte croix
Son magasin était un tout petit magasin à la vitrine étroite et à la façade couleur chocolat. Et pour que nul ne puisse prendre - par on ne sait quel mystérieux et prodigieux concours de circonstances - ce tout petit magasin pour autre chose que ce qu’il était (pour un grand bazar, par exemple), l’enseigne en avait était ainsi conçue : à la petite boutique.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La nuit du 12 au 13
Floriane recula jusqu’à ce qu’elle sentit dans son dos la barre d’appui de la fenêtre ouverte. Derrière elle, toute proche, la rade de Cherbourg sortait lentement de la brume qui l’ouatait depuis le matin.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
J'arrête de surconsommer !
Comment arrêter d'être gouverné par cette norme sociale ? Vous savez, c'est comme quand on découvre les ficelles d'un tour de magie, après on ne voit plus qu'elles, et le tour, justement, perd de sa magie, il ne nous happe plus tel un trou noir. Eh bien, c'est le même principe. La meilleure façon de prendre de la distance avec les normes sociales, c'est d'en percevoir le mécanisme. Or, ce sont des mécanismes sociaux et inconscients qui guident nos actions, nos envies et même nos besoins. On a l'impression que ça vient de nous et uniquement de nous, mais, en réalité, sociologiquement parlant, notre choix est limité aux options déterminées par la société dans laquelle on vit. Ce que chacun considère comme obligatoire/sain/nécessaire du point de vue de l'hygiène ou de la santé ou même de la beauté sera totalement différent ici, en Norvège, aux Etats-Unis, en Inde, en Chine, au Japon,...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0