Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs

La liste de tous les extraits faits sur les livres de booknode

# Famous
date : 01:10 par sabivilutini voir tout les commentaires de sabivilutinises comms
Là-dessus, elle descendit l'escalier sans un regard derrière elle, même quand je répondis :
- Attends ! Rachel, qu'est-ce qui se passe ?
On aurait dit qu'elle fuyait une scène de crime.
Et c'était moi le coupable.
Elle n'alla pas très loin, car Jessie vint se planter devant elle pour l'empêcher de passer.
- Qui t'a dit de partir ? lança-t-elle avec un sourire grimaçant.
Willow montait rejoindre ses amies, l'air de ne pas comprendre ce qui se passait. Ce qui était souvent le cas avec elle.
- Arrête. Je m'en vais. Pas besoin de...
- Je t'ai pas dit de parler, non plus, coupa Jessie en lui poussant légèrement les épaules.
La vache ! Plus jamais je ne serais invité chez Beau Anderson.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
# Famous
date : 01:10 par sabivilutini voir tout les commentaires de sabivilutinises comms
Pourtant, ça me rendait un peu... triste. Comme si je perdais un objet que je n'avais jamais possédé. Kyle serait hypercélèbre et je serais hypereffacée. Au mieux un post scriptum. Il ne me verrait plus comme cette fille étrange, réservé, irritante, car il ne penserait plus à moi du tout.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Aristote et Dante découvrent les Secrets de l'Univers
Il s’est effondré, en larmes, la tête dans ses bras pliés. Le cri de douleur d’un homme est similaire à celui d’un animal blessé. J’avais le cœur brisé. Pendant toutes ces années, j’avais voulu qu’il me parle de la guerre et maintenant je ne supportais pas sa douleur, intacte après toutes ces années.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Aristote et Dante découvrent les Secrets de l'Univers
Ma mère s’était rapprochée de moi. Elle passait ses doigts dans mes cheveux.
— J’ai tellement honte. Je voulais leur faire mal à mon tour.
— Ari ?
La voix de mon père était douce.
— Ari, Ari, Ari. Tu mènes ton combat de la pire façon qui soit.
— Je ne sais pas comment m’y prendre, papa.
— Tu devrais demander de l’aide.
— Je ne sais pas faire ça non plus.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Aristote et Dante découvrent les Secrets de l'Univers
Elle s’est penchée et a essuyé les larmes qui me venaient. Je ne pouvais plus parler.
— Nous ne prenons pas toujours les bonnes décisions, Ari. Nous faisons simplement de notre mieux.
Les larmes coulaient sur mes joues, comme si une digue s’était rompue.
— Je crois que nous t’avons blessé.
J’ai fermé les yeux.
— Je pleure parce que je suis heureux.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Aristote et Dante découvrent les Secrets de l'Univers
Un autre secret de l’univers : parfois, la douleur est comme une tempête venue de nulle part. La matinée la plus ensoleillée peut se conclure par un orage. Par des éclairs et du tonnerre.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les Dieux, Tome 2 : Parfait
« Cam attira aussitôt son attention, avant que son esprit ne s’engage sur ce chemin désagréable, en déboutonnant son jean et laissant glisser le vêtement le long de ses jambes jusqu’à tomber sur le sol. La bouche de Jeff s’assécha instantanément.
— Oh, murmura-t-il, oh oui bon sang.
Ses sous-vêtements en maille ne cachaient rien, mais enflammèrent l’imagination de Jeff. Cam était l’homme le plus beau qu’il ait jamais vu. Son corps était tout simplement magnifique, long et mince, avec des muscles bien définis. Il était très peu poilu, de ce qu’il pouvait en voir de là où il était assis. Pas une once de graisse, nota-t-il tandis que ses yeux dévoraient le reflet de ce corps dans le miroir. Et ces fesses…
— Vous avez dit quelque chose ? demanda Cam depuis la salle de bains.
Jeff fouilla dans son esprit, essayant de se remémorer la dernière chose que Cam lui avait dite, juste avant de s’être perdu dans son scénario classé XXX. Il essaya alors de ne pas piquer un fard au souvenir des derniers mots qu’il avait chuchoté : « Oh oui bon sang ». »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les Dieux, Tome 2 : Parfait
« Pour une fois dans sa vie, Jeff était sans voix. Tout mouvement autour de lui avait ralenti, comme figé, tandis qu’il plongeait dans les yeux turquoise les plus profonds, les plus attirants qu’il ait jamais vus. Son cœur s’arrêta de battre et fit une voltige dans sa poitrine. Il leva la tête, étourdi, tandis que le cœur en question faisait une embardée et se remettait à battre, cette fois à tout rompre. Ses oreilles rugirent et le souffle lui manqua. Puis, brusquement, le temps se dégela et la réalité reprit le dessus avec brutalité. Jeff remarqua que l’homme arborait un léger sourire sur ses lèvres.
— Elle n’a vraiment pas fait exprès, répéta ce dernier.
— Hein ?
— La serveuse, dit l’étranger en faisant un signe en direction de la jeune femme en pleurs. Elle n’avait pas l’intention de renverser les boissons. Il n’y avait aucun moyen pour elle d’éviter ce qui est arrivé.
— Oh, lâcha Jeff dont le cerveau s’était remis en marche. »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Rock Me, Tome 3 : Teach Me
« - mais qui êtes-vous ? Je suis le fiancé d’Ivy !
La fille à son bras est sous le choc et n’ose rien dire. Mais son regard exprime toute la gêne et la colère qu’elle éprouve alors que son cavalier vient de la reléguer au rang de simple maîtresse. Elle a dû penser qu’il ferait d’elle une épouse légitime. Le peu que je connais de ce type à misé sur le mauvais cheval.
- Ex, m’interpelle Ivy.
- Pour l’instant. Mais vous, qui êtes-vous pour vous permettre d’interrompre nos … retrouvailles ?
Je sens le corps d’Ivy se tendre à ces mots. Je me demande qui se retient le plus de lui sauter à la gorge : moi ou Ivy.
- Je m’appelle Damon.
- Et vous faites quoi dans la vie ? demande la maîtresse d’un ton qui montre qu’elle a repris contenance tout en restant méprisante.
- un peu de musique, je réponds avec désinvolture.
- Ah : je vois. De mieux en mieux, Ivy lui balance son ex.
- Et vous, je crois vous avoir entendu parler de fusion ? c’est ça ?
- Exactement. Je suis avocat s’affaires dans le plus gros cabinet de Seattle, voire de la cote ouest ! m’annonce-t-il, tout fier de lui.
- Oh ! et d’après ce que j’ai entendu, vous allez avoir une promotion ?!
- Eh oui ! Quand on est le meilleur, c’est normal. Comme je l’expliquais à Ivy, je suis sur une énorme affaire, et le responsable du département est incompétent. De plus, le client ne voit que par moi.
Ce type ne se prend vraiment pas pour une merde. Je me demande si, le matin, il ne demande pas à son miroir qui est le plus beau et le plus intelligent. Ce qui est drôle avec ce genre de type, c’est qu’il suffit d’un rien pour qu’il se lance et, après, plus rien ne l’arrête. Je me sens qu’Ivy n’est pas à l’aise. Mais je le rassure en caressant doucement le bas de son dos. Elle se décrispe un peu.
- C’est passionnant ! et comment s’appelle votre client ?
- Oh § c’est notre plus gros client § ça s’appelle CrossStreamOver. C’est une société qui vaut des milliards à l’heure actuelle.
Intéressant. Très intéressant.
- Oh ! mais c’est dingue, les coïncidences ! tu ne trouves pas, Ivy ?
Elle me regarde comme si j’étais devenu fou.
- Ce qui est le plus dingue, c’est que voyez-vous, Monsieur. comment vous appelez-vous déjà ?
- Bryce. Bryce Smith. Pourquoi ?
- Original comme nom de famille, lui dis-je, ironique. Pourquoi je souhaite connaître votre nom ? c’est simple : comment pourrais-je parler de vous avec mon ami si je ne peux pas lu donner votre nom ?
Bryce et Ivy sont aussi confus l’un que l’autre. Je sors mon téléphone portable et compose un numéro.
- Allo. Bonsoir, Ted. Excuse-moi de te déranger, mais figure-toi que je viens de rencontrer un type qui prétend travailler pour toi.
- Qui ça ? me demande Ted.
- Bryce Smith.
- Oui, il travaille sur ton affaire. Pourquoi ?
- Oh ! mais il m’a dit qu’il était le meilleur et d’ailleurs le seul à pouvoir traiter cette affaire. C’est vrai ?
- Bien sûr que non ! c’est quoi, cette histoire. Il y a au moins quatre de nos meilleurs avocats et une dizaine d’assistants. De jeunes avocats qui doivent encore de faire leurs preuves. Et Smith est encore assistant.
- Ah ! donc, ça poserait un problème si je te demandais qu’il soit retiré de l’affaire ?
- Aucun. Mais je peux te demander pourquoi ?
- Oh ! il vient de traiter ma petite amie de prostituée et puis un type qui prétend prendre la place de son chef de département, alors qu’il est encore un novice, je ne peux pas avoir confiance en lui. Ah § pendant que je t’ai au téléphone, je ne souhaite plus jamais qu’il ait accès à mes affaires. Aucune.
- Aucun problème. Il n’aura pas accès à tes dossiers. Et compte sur moi pour le convoquer dès demain matin. Et vois avec son chef de département ce qu’on va faire de lui. Toutes mes excuses à ton amies et bonne soirée. »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Le triomphe des graines
date : 25-05 par Annick voir tout les commentaires de Annickses comms
"Alors, que vous soyez plutôt café accompagné d'un cookie aux pépites de chocolat ou bien cacahuètes, pop-corn ou bretzels arrosés d'une bière, je vous invite à vous asseoir avec votre en-cas à base de graines préféré, le voyage va bientôt commencer."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La voix des gardiens: Revenir auprès d'elle
– Tu ne comprends pas.
– Tu as raison ! Je ne comprends rien, car tu ne me dis rien !
Le timbre de sa voix trahit son énervement et son désespoir.
– Je n’aurai pas dû venir, murmura-t-elle en lui tournant le dos.
Mais elle fut rattrapée par son bras puissant qui l’attira violemment à lui.
– Reste…
La plaquant contre le mur, il se précipita avidement sur sa bouche. Perdus dans un instant de folie qui ne leur appartenait plus, ils ne semblaient plus rien maîtriser. Samantha s’agrippa à son cou, le corps vibrant du plaisir que lui procurait ce baiser. Comme deux chiens fous, ils semblaient déchaînés par une passion incontrôlable. D’une main ferme, il la pressa davantage contre son corps pour l’épouser parfaitement. Puis ils s’arrêtèrent un instant, essoufflés. Cheveyo plongea alors ses yeux noirs dans ceux de Samantha.
– Comment ai-je pu me passer de ça, murmura-t-il d’une voix déformée par le désir.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
La voix des gardiens: Revenir auprès d'elle
Ils se regardèrent un instant et trinquèrent. Le repas s’accompagna de rires et de révélations. Samantha se sentait d’humeur légère, sans doute était-ce dû aussi à l’alcool… Quelques bribes de sa vie furent révélées. Elle se sentait si bien auprès de lui.
– Avez-vous déjà connu un amour comme celui de Dimitri et Mandy ? demanda-t-elle.
– Non. J’ai cru être amoureux une fois. Elle s’appelait Aiyana, elle était de la même tribu que nous et nos familles nous ont mariés le lendemain de mes vingt et un ans, elle en avait dix-huit. Nous avons vécu un an chez ses parents, comme la coutume l’exige. Mais à l’époque, je n’étais qu’un emmerdeur qui se cherchait. Nous nous sommes rapidement éloignés l’un de l’autre. Voulant fuir ce mariage raté, je suis parti vivre en ville.
Songeuse, la jeune femme pensa soudain à la chance qu’elle avait d’avoir toujours été libre...
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Jamais plus
date : 25-05 par Tiate voir tout les commentaires de Tiateses comms
Facile, vu de l'extérieur, de croire qu'on s'en irait sans se retourner si une personne venait à vous maltraiter. Facile de dire qu'on ne pourrait jamais plus aimer l'homme qui vous a frappée quand on n'est pas dans la peau de celle qui l'aime.
Quand ça vous arrive, il n'est pas facile de se mettre à détester l'être qui vous a fait ça, alors que, jusque-là, il représentait tout pour vous.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Shinrei Gakuen, vol.1
date : 25-05 par Moridiin voir tout les commentaires de Moridiinses comms
"Il appartient tant aux chimères de mes nuits que je doute de sa réalité lorsqu'il m'apparaît. Que le ciel me garde de sortir de mes songes s'il n'en est que le produit."
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Phobos, tome 2
date : 25-05 par Coralie181804 voir tout les commentaires de Coralie181804ses comms
Rêve comme si tu vivais pour toujours, vis comme si tu allais mourir aujourd'hui
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Jamais plus
date : 25-05 par Camille77150 voir tout les commentaires de Camille77150ses comms
-Racontez-moi votre dernière pensée la moins avouable.
Recroisant les mains derrière la tête, il fixe son regard sur moi.
- J’ai envie de vous baiser.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'agence Pinkerton, Intégrale
« Moi je suis le vent de la prairie qui court avec les bisons, et le vent n'a que des refuges temporaires. Il ne se laisse ni enfermer, ni domestiquer. »

Extrait de : Honaker, Michel. « L'Agence Pinkerton - Intégrale. »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Tu seras l'Ange
— Commissaire... vous êtes toujours là ? reprit Alberti, inquiet de son silence.
Colomba se ressaisit.
— Je ne sais pas de quoi ils sont morts, Alberti, mais il doit s'agir d'une substance qu'ils ont ingérée ou respirée.
— Sainte Vierge...
La panique gagnait Alberti.
— Reste calme, car tu vas devoir endosser une responsabilité importante : que personne ne s'approche du train, ni la Scientifique, ni le magistrat, avant l'arrivée des équipes de décontamination. Si quelqu'un veut forcer le passage, tu l'arrêtes, tu lui tires dessus s'il faut, mais tu ne le laisses pas monter.
Colomba sentait une sueur glacée lui couler le long du dos. Si c'est de l'anthrax, je suis foutue, pensa-t-elle. Si c'est du gaz neurotoxique, j'ai peut-être encore une chance.
— Deuxième chose. Tu dois trouver l'agent qui est monté dans le train – demande son adresse à ses collègues – parce qu'il faut le mettre en quarantaine. Les autres ne doivent pas partir non plus, surtout s'ils ont échangé des poignées de main ou des cigarettes. Et même chose pour les proches des victimes, empêche-les de partir.
— Et je dois leur dire la vérité ?
— Non ! Avertis la centrale, il faut qu'ils retrouvent tout le personnel roulant, tous ceux qui sont potentiellement entrés en contact physique avec les passagers. Mais d'abord appelle les équipes de décontamination. Uniquement par téléphone, n'utilise pas la radio ou tu vas semer la panique. C'est clair ?
— Et vous, madame le commissaire ?
— J'ai fait la connerie de monter dans le wagon. Le poison est peut-être encore actif et il se peut que je sois contaminée. Je ne peux plus sortir sans risquer de contagion. Tu as bien compris ?
— Oui.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
L'agence Pinkerton, Intégrale
« Rien n'est plus irrémédiable que la peine de mort. »

Extrait de : Honaker, Michel. « L'Agence Pinkerton - Intégrale. »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Les Gardiens du Temps et de l'Histoire, La reine perdue, tome 1
Je ne viens pas d’un monde, mais bien de plusieurs. Lequel réellement, qui sait ? J’aimerais terriblement m’identifier à l’un d’eux, mais aucun ne me rend plus moi-même que tous à la fois. J’ai une mission et je ne suis pas la seule. Seulement peu de gens peuvent se vanter d’en faire partie. Nous sommes les Gardiens du Temps et de l’Histoire et nous avons la mission de protéger les huit mondes contre nos plus grands ennemis, les Migergonts.

Je suis Mia Litoni, je suis une gardienne depuis que j’ai quatorze ans et encore aujourd’hui à vingt ans, j’aime la vie à laquelle j’ai eu droit. Seulement, ma vie n’a jamais été très simple et je crains réellement qu’elle ne le sera jamais. Depuis un temps, je n’ai de pensées que pour un homme, Michael St-Cyr. Je viens de passer un bon moment sans le voir et enfin aujourd’hui, je l’espère, avoir la chance de le voir.

Notre Grand Gardien a demandé audience pour certains d’entre nous et je souhaite qu’il ait demandé la présence de Michael. Je connais cet homme depuis plusieurs années, mais ce n’est que depuis les deniers mois que je me suis rendu compte d’une chose, je l’aime plus que tout. Alors, espérons qu’il y sera, j’ai peur, mais une envie me hante, lui avouer ce secret.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Keleana, tome 3 : L'héritière du feu
Aedion parle à ces soldats dans la taverne auprès de chaol:

Soldat dit il d'une voix à la fois forte et douce grave et empreinte de respect, je bois à votre sang, à vos cicatrices, à chaque entailles sur vos boucliers et à chaque rayures sur vos épées, à chaque amis et chaque ennemies morts sous vos yeux...
Il leva sa choppe et inclina la tête dont les cheveux dorés brilleront dans la lumière.
À vous qui avez tout sacrifié et qui êtes encore prêts à le faire, conclut-il.
En cet instant où la salle résonnait de rugissements et des cris d'enthousiasme, chaol comprit ce qui faisais d'aedion à la fois une menace pour ses ennemis et un dieu pour ses soldats, et pourquoi le roi tolérance toutes ses insolences.
Aedion n'était pas un noble qui buvait du vin dans son château. C'était un véritable guerrier assis dans la même taverne crasseuse que de se hommes et buvant la même bière qu'eux. Et à tort ou à raison, ils croyaient qu'il les aimait et qu'il les écoutait. Ils rayonnaient quand il se rappelait leurs noms, ceux de leurs femmes et de leurs sœurs, et s'endormaient tous les soirs certains qu'il les considéraient comme ses frères. Ils les croyaient prêt à combattre et à mourir pour eux, et ils étaient en retour prêts à combattre et à mourir pour lui.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Jamais plus
date : 25-05 par Tiate voir tout les commentaires de Tiateses comms
Imaginez tous ces gens que vous rencontrez dans une vie. Tant de gens. Ils arrivent par vagues, et se retirent avec la marée suivante. Certaines sont plus puissantes que d'autres et ont un impact plus profond. Parfois, les vagues apportent avec elles des traces venues du fin fond de l'océan et les lâchent sur le rivage où elles laissent une empreinte sur leur passage, longtemps après qu'elles se sont retirées.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Emmanuel Macron, un jeune homme si parfait
" ........ Pas « tout à fait normal », singulier, en effet, mais moins par la différence d’âge qui les sépare que parce que tout laisse à penser que Brigitte est la seule femme qu’Emmanuel ait vraiment aimée. La seule, l’unique. Celle aussi qui, jusqu’alors, l’a fait renoncer au fait d’avoir lui-même des enfants.

Le temps a passé et a permis en tout cas de panser les plaies et de réduire les bosses. Même la mère d’Emmanuel, qui a vécu comme une souffrance le choix de son fils d’élever des enfants et des petits-enfants qui ne sont pas les siens, est désormais apaisée.

Elle a baissé les armes devant l’évidence de cet amour. « Avec Brigitte, c’est l’adoration, raconte-t-elle. Je me souviens que, quand il faisait l’ENA, je voyais des lettres de jeunes filles qui traînaient et n’étaient même pas ouvertes.

On pourrait déshabiller Laetitia Casta devant lui que cela ne lui ferait rien. Car entre Emmanuel et Brigitte, c’est un amour complètement fusionnel. » Et d’ajouter drôlement : « Brigitte est une amie pour moi, pas une belle-fille........"
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Jamais plus
date : 25-05 par Tiate voir tout les commentaires de Tiateses comms
«La vie est parfois bizarre. On n'a que quelques années pour la vivre, il faut donc faire tout ce qu'on peut pour les remplir autant que possible, sans perdre son temps avec ces choses qui pourraient peut-être arriver un jour, peut-être jamais. »
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
Blanche comme le lait, rouge comme le sang
Rien à foutre de la vie, puisque la mort existe.
Avez vous apprécié cet extrait ? 0
À pas de loup
date : 25-05 par Patpepette voir tout les commentaires de Patpepetteses comms
« Elle en venait à croire qu'il n'était pas un simple humain, tout comme il semblait persuadé qu'elle n'était pas juste un animal. »
Avez vous apprécié cet extrait ? +1