Livres
360 368
Comms
1 242 707
Membres
234 789

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Univers de l'histoire



Le livre du moment

Azteca

  • Anglais
  • Gary Jennings
  • Histoire, Aztèques, Aventure

Extraits du moment

  • S'il vous plait, madame, ayez pitié de moi. Grâce, je vous en supplie. Vous devez me comprendre, vous qui êtes jeune et belle, seriez-vous prête à mourir maintenant ?

    Seriez-vous heureuse si un vilain surgissait pour vous tuer à l'instant ? Alors pourquoi êtes-vous venus me poursuivre, m'isoler, m'épuiser, me tuer ?

    Seriez-vous plus grande, plus belle ou plus noble quand je serai morte ?

    Extrait de Pays d'Évreux
  • Tu parles du critère de "facilité". Tu visualises un site où, à l’évidence, la construction d’un barrage est possible facilement. Est-ce que cela peut être parfois le critère de difficulté qui prévaut ? Un endroit où l’eau est si profonde, le lit si large, que tu te lances un pari motivé par le handicap ?

    – Non, jamais. Je suis un gagneur. J’ai toujours détesté les châteaux de sable. On sait dès le début que la marée monte et que la construction va être rasée. Ce n’est pas agréable.

    – Donc, tes barrages de rivière ne sont pas concernés par la guerre, hormis, justement, le souci de s’en exclure. Tu n’es pas attiré par le choc.

    – Non. Avec les barrages de rivière, il s’agit de trouver un équilibre, une transition éphémère, mais qui a une durabilité plus grande que celle du château du sable.

    Extrait de Les barrages de sable
  • — Il est temps qu’elle oublie ces rêves puérils, rétorqua Hugh avec froideur. Après tout, Jack n’a rien pour se distinguer aux yeux d’une femme de bon sens bien éduquée.

    — Si c’est ce que vous pensez, mon cher frère, je vous conseille de mettre le nez hors de votre presbytère et de sortir un peu dans le monde ! répliqua Biddenden avec un petit rire. Et ne montez pas sur vos grands chevaux en me parlant de son goût pour le jeu et de ses manières libertines – oui, je sais que vous alliez le faire ! Jack est peut-être tout ce que vous voulez, mais cet homme est terriblement séduisant et n’a pas froid aux yeux ! Bien sûr que Kitty a un faible pour lui !

    — Non, ce n’est pas vrai, intervint Dolphinton, qui avait suivi l’échange en fronçant les sourcils. Vous n’avez pas écouté ! Elle a dit qu’il était encore plus détestable que nous tous réunis. Et maintenant que j’y pense, ajouta-t-il sous le coup d’une illumination soudaine, elle a peut-être raison !

    Satisfait de son éclair de lucidité, il hocha la tête et poursuivit sans se départir de son amabilité :

    — Je ne vois pas souvent Jack, ça pourrait expliquer pourquoi je pensais que c’était vous le plus détestable, George.

    Lord Biddenden, l’ayant foudroyé du regard pendant quelques secondes sans le moindre résultat, traversa la pièce à grandes enjambées et agita violemment la clochette.

    — Puisque ce vieux pingre n’a pas daigné donner d’ordres pour qu’on nous serve des rafraîchissements, je me charge moi-même de demander aux domestiques d’apporter un peu de cognac, annonça-t-il d’un air maussade.

    Extrait de Cotillon
  • Le drame de la guerre a commencé.

    Le 7 août 1870, une proclamation de l'impératrice-régente annonce les premières défaites. Malgré l'impératrice, malgré Emile Ollivier, le cabinet décide de convoquer le corps législatif. Le décret de convocation paraît au" journal Officiel" en même temps qu'un autre qui met Paris en état de siège.

    Nantes: 16 mai 1873

    La révolution, c'est purement et simplement la foi nouvelle parmi les hommes. Les efforts des siècles sont venus aboutir à la révolution française pour produire parmi les nations des bienfaits plus grands que l'affranchissement d'une église....

    La révolution française, c'est l'affranchissement de toutes les créatures vivantes, non seulement comme individus, mais comme membres d'une société collective.

    Extrait de Gambetta
  • Philippin, qui travaillait lui-même à quelques centaines de pas du fermier, avait vu le chef de la troupe s'emparer de lui, et avait deviné, aux gestes des soldats et du prisonnier, qu'ils parlaient entre eux du château. Alors, il s'était glissé, en rampant, jusqu'à un chemin creux, et, arrivé là, voyant que la situation topographique du terrain dérobait sa fuite à tous les regards, il était accouru à toutes jambes pour annoncer à sa maîtresse ce qui se passait, et lui donner le temps de prendre une résolution. La châtelaine se leva, alla vers la fenêtre, et vit effectivement la troupe distante de cent pas à peine du château ; elle était d'une cinquantaine d'hommes, comme l'avait dit Philippin, et paraissait commandée par trois chefs. Près du cheval d'un de ces trois chefs marchait le fermier les mains liées derrière le dos ; l'officier à côté duquel il marchait tenait le bout de la corde, sans doute pour que le fermier ne tentât point de s'échapper, ou, s'il tentait de s'échapper, fût arrêté dès le début de la tentative. Cette vue n'était rien moins que rassurante...

    Extrait de Le page du Duc de Savoie, tome 3

Membres de l'Univers Histoire

Histoire

Souhaitez-vous rejoindre cet univers ?


Membres récents

2017-02-20T17:15:15+01:00
2017-02-17T16:38:18+01:00
2017-02-14T15:35:54+01:00
2017-02-12T17:32:48+01:00
2017-02-12T14:34:09+01:00
2017-02-12T12:55:14+01:00
2017-02-11T00:23:51+01:00
2017-02-10T15:48:39+01:00
2017-02-09T18:38:39+01:00
2017-02-07T22:30:51+01:00
2017-02-06T19:38:40+01:00
2017-02-04T11:34:56+01:00
2017-02-01T09:31:17+01:00
2017-01-30T18:19:39+01:00
2017-01-27T14:56:33+01:00
2017-01-26T00:07:45+01:00
2017-01-24T22:17:21+01:00
2017-01-24T21:18:46+01:00
2016-12-27T17:18:50+01:00
2016-11-23T19:04:50+01:00
2016-11-08T17:34:31+01:00
2016-11-01T11:00:34+01:00
2016-10-21T20:15:14+02:00
2016-10-19T12:47:15+02:00
2016-10-08T14:07:36+02:00
2016-09-30T08:23:01+02:00
2016-07-18T20:52:46+02:00
2016-07-15T19:14:01+02:00
2016-07-13T15:53:07+02:00
2016-07-11T21:33:04+02:00

Livres commentés récemment

Lu en ce moment