Livres
363 949
Comms
1 254 388
Membres
239 240

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Univers de la Dystopie



Le livre du moment

Les 100, Tome 1

  • Anglais
  • The 100
  • Kass Morgan
  • Science-Fiction, Dystopie, Amour

Extraits du moment

  • - Il n'y a que deux failles dans ton plan.

    - Ash...

    - La première, c'est qu je n'ai aucune envie d'être sauvée. Que je n'ai pas besoin de l'être.

    Dehors, les longues ombres des gratte-ciel achèvent de glisser sur la métropole.

    - La seconde, reprend-elle, c'est que Sissy est déjà morte.

    Extrait de Traqué, tome 3 : Piégée, la proie est plus dangereuse que le chasseur
  • Chapitre 2 , P 16,17 et 18.

    Ca sent la pluie, ce matin.

    L'odeur de pierre mouillée, de terre retournée pèse dans la pièce; l'atmosphère est froide, humide et boueuse. Je respire un grand coup et je rejoins la fenêtre sur la pointe des pieds, juste pour coller mon nez contre la surface froide. Je sens ma respiration couvrir la vitre de buée. Je ferme les yeux quand j'entends un doux crépitement dans le vent. Les gouttes de pluie, c'est la seul chose qui me rappelle que les nuages ont un cœur qui palpite. Comme moi.

    Je me suis toujours posée des questions sur les gouttes de pluie.

    Je me demande comment elles tombent en trébuchant les unes sur les autres, en se brisant les jambes et en oubliant leur parachute quand elles dégringolent direct du ciel vers une fin incertaine.

    Comme quelqu'un qui vide ses poches sur la terre et se moque de savoir ou leur contenu va tomber, de savoir que les gouttes de pluie éclatent quand elles heurtent le sol, qu'elles se fracassent quand elles chutent, que les gens maudissent les jours ou les gouttes osent pianoter sur leur porte.

    Je suis une gouttes d'eau.

    (...) La fenêtre m'indique qu'on n' est pas loin des montagnes et certainement près de l'eau, mais tout est près de l'eau, ces temps-ci. J'ignore juste de quel on côté on se trouve. Dans quelle direction on regarde.

    Je plisse les yeux dans la lumière du petit matin.

    Quelqu'un a piqué le soleil pour l'accrocher encore une fois dans le ciel, mais chaque jour il est suspendu un peu plus bas que la veille. C'est comme un parent négligent qui ne connaît qu'une partie de votre personnalité. Il ne voit jamais à quel point son absence change les gens. Combien on est différent dans le noir.

    Un bruissement soudain m'indique que mon codétenu est réveillé.

    Je fait volt-face, comme si on venait encore de me surprendre en train de voler de la bouffe.

    (...) Le codétenu m'observe.

    Il s'est endormi tout habillé. Il porte un tee-shirt bleu marine et un pantalon de treillis kaki, glissé dans des bottes noires qui lui arrivent à mi-mollet.

    J'ai du coton brut sur le corps et un teint de rose.

    Ses yeux scrutent ma silhouette et leur mouvement lent accélère mes battements de cœur. J'attrape les pétales de rose à mesure qu'ils tombent de mes joues, flottent autour de mon corps, me recouvrent d'un turc qui ressemble à de l'absence de courage.

    Arrête de me regarder, c'est ce que j'ai envie de lui dire.

    Arrête de me toucher avec les yeux et garde tes mains sur le côté, et s'il te plaît, s'il te plaît, s'il te plaît...

    -C'est quoi ton nom?

    L'inclinaison de sa tête défie les lois de la pesanteur.

    Le temps s'est arrêté pour moi. Je bat des paupières et suffoque.

    Il se déplace, et mes yeux éclatent en mille morceaux qui ricochent aux quatre coins de la pièce, prennent un million de clichés, un million d'instants figés à jamais.

    Extrait de Insaisissable, Tome 1 : Ne me touche pas
  • — Pardonnez-moi, mon père, parce que j’ai péché.

    — Qu’as-tu fait ?

    — J’ai cassé des choses. J’ai volé des choses. De l’électronique. Une voiture, peut-être deux. J’ai pu faire preuve de violence envers une fille, une fois. Je ne suis pas sûr.

    — Tu n’es pas sûr ? Comment pourrais-tu ne pas être sûr 

    — Aucun de mes souvenirs n’est complet.

    — Mon fils, tu ne peux confesser que les choses dont tu te souviens.

    — C’est ce que j’essaie de vous dire, mon père. Je n’ai pas de souvenirs complets. Que des bribes.

    — Eh bien, j’accepte ta confession, mais on dirait que tu as besoin d’autre chose que le sacrement du confessionnal.

    — C’est parce que ce sont les souvenirs d’autres personnes.

    — …

    — M’avez-vous entendu ?

    — Alors, tu as reçu les morceaux d’un fragmenté ?

    — Oui, mais…

    — Mon fils, tu ne peux être tenu pour responsable des actes d’un esprit qui n’est pas le tien, pas plus que tu n’es coupable des actes perpétrés par une main greffée.

    — J’en ai deux, aussi.

    — Pardon ?

    — Mon nom est Camus Comprix. Ce nom évoque-t-il quelque chose pour vous ?

    Extrait de Les Fragmentés, Tome 3 : Les Éclairés
  • On peut compléter l'extrait de Titime92

    Je trouve la suite tout aussi drôle ;)

    "il y en a d'autres que je buterais bien mais des fois, c'est pas facile. J'ai découpé Drake avec du fil de fer et une machette, et je lui ai explosé le crâne d'un coup de fusil. Eh ben, il est toujours pas mort ! LOL"

    Puis :

    " Je pense que je vais le découper en morceau puis les disperser un peu partout dans les montagnes et dans la mer. On va bien voir s'il peut ressusciter après ça. LOL"

    - Brise

    Extrait de Gone, tome 6 : La Lumière
  • - C'est peut-être une question idiote, mais, si nous laissons la remorque ici, qu'est-ce qui l'empêche de dériver ?

    - Je vais l'amarrer à quelque chose de gros.

    - OK, mais qu'est-ce qui l'empêchera de dériver avec ?

    - Nous sommes au cœur du tourbillon. Ces déchets ne vont plus nulle part. De toutes façons, je reviendrai la chercher demain à l'aube. Mon père ne voulait pas qu'elle passe la nuit dans le champ. Chargée de provisions, elle risquait d'attirer des pillards. Ce n'est pas parce que nous sommes les seuls colons à accepter de vendre aux Écumeurs que nous leur faisons confiance.

    - J'imagine mal ton père disant : "Va cacher la remorque dans le grand tourbillon d'ordures."

    - Il se fiche pas mal d'où je la cache du moment qu'elle est en sécurité.

    Gemma a souri :

    - Je vois.

    Extrait de Prisonnier des abysses

Membres de l'Univers Dystopie

Souhaitez-vous rejoindre cet univers ?


Membres récents

2017-03-22T17:12:31+01:00
2017-03-22T07:17:11+01:00
2017-03-21T21:40:25+01:00
2017-03-21T16:37:21+01:00
2017-03-20T22:54:30+01:00
2017-03-20T17:52:27+01:00
2017-03-20T12:00:33+01:00
2017-03-19T19:55:19+01:00
2017-03-19T19:05:18+01:00
2017-03-17T19:50:20+01:00
2017-03-17T16:26:53+01:00
2017-03-17T06:36:28+01:00
2017-03-16T17:55:40+01:00
2017-03-15T19:49:31+01:00
2017-03-14T19:55:42+01:00
2017-03-13T21:47:28+01:00
2017-03-12T18:54:09+01:00
2017-03-11T15:56:09+01:00
2017-03-10T21:13:50+01:00
2017-03-10T12:06:42+01:00
2017-03-07T17:51:19+01:00
2017-03-05T21:05:07+01:00
2017-03-05T11:47:16+01:00
2017-03-04T22:15:00+01:00
2017-03-04T18:45:37+01:00
2017-03-04T13:48:18+01:00
2017-03-04T11:22:43+01:00
2017-03-03T18:51:46+01:00
2017-03-02T22:49:27+01:00
2017-03-01T18:27:38+01:00

Livres commentés récemment

Lu en ce moment