Livres
528 277
Membres
548 229

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Univers de la Dystopie



Le livre du moment

L'Empire de sable

Extraits du moment

  • — T’as du nouveau à nous apporter sur les filles disparues ?

    Thorn ne peut pas s’empêcher d’ouvrir la bouche, comme chaque fois qu’il est étonné. Stelyna s’anime.

    — Arrête de nous faire languir, papou ! Hier, c’était dimanche, je me dis que t’as dû voir Pauwel Petenen. Vu la tête que tu fais, je suppose que t’as quelque chose à nous apprendre. J’imagine qu’exceptionnellement tu travaillais l’après-midi et non le matin, sinon tu serais venu nous voir. Donc t’as accompagné Évie au culte. T’as pu demander au pasteur qu’il consulte les registres où sont notés les naissances, les décès et certainement les disparitions.

    Thorn pousse un bruyant soupir et s’adresse à Sonja :

    — J’ai un conseil à te donner, n’essaye jamais de lui organiser une surprise, elle devine toujours tout. Et le plus humiliant, c’est qu’elle ne te dira pas qu’elle sait que tu lui prépares quelque chose. Elle voudra te laisser ce plaisir, mais, quand ce sera le moment de faire ton effet, comme elle ne sait pas mentir, tu comprendras que tes efforts étaient vains, et tu passeras pour une imbécile.

    Il se tourne vers sa cousine.

    — Explique-moi comment fonctionnent tes neurones.

    Extrait de Airster, Tome 1
  • « Les snakairs volaient à leur vitesse maximale.

    À la tête de l’escadron, Andrew, le visage défiguré de la planète défilant devant ses yeux, ne voyait rien. Andie était morte ! ILS l'avaient assassinée. Le Télépathe leur ferait payer le prix fort ! ILS avaient touché une innocente ! ILS avaient osé !

    Andie !

    Sa sœur !

    Il ne pouvait pas supporter cette perte. Il ne lui restait rien ! Rien ! Plus rien sinon le poids de son absence. Il se vengerait ! Il la vengerait ! Oui ! Il réclamait le prix du sang ! De la vengeance ! Comme un serpent venimeux, elle rampait douloureusement dans ses entrailles, s’enroulait autour de son cœur, le contractant avec une lenteur féroce. Un cri de rage s’échappa entre ses lèvres aussi tourmentées que son esprit.

    Que lui arrivait-il ?

    Cette sensation de haine !

    Jamais il ne l’avait ressenti auparavant. Il fallait qu’il hurle sa souffrance. Il fallait que le monde sache. Il fallait qu’ILS sachent ! Qu’ILS payent.

    Vengeance ! »

    Extrait de Mirage's Memories, Tome 2 : Orianne
  • « Je ne vous montre pas tous les modèles spéciaux, Monsieur m'a l'air on ne peut plus humain.»

    Avec la découverte de nouvelles espèces interstellaires, on avait inventé de nouvelles chaises pour éviter les incidents diplomatiques. On ne se rappelait que trop cette guerre qui dura vingt ans parce que le roi Borgras n'avait pas pu placer ses quatre fesses sur le siège qui lui était assigné lors de la réunion du grand partage des galaxies. Il existait donc maintenant des chaises à trois dossiers, à cinq assises, à dix piétements, avec toutes sortes de poches et de recoins pour placer ses fesses, ses oreilles ou ses tentacules.

    L'employé ouvrit délicatement une porte et d'une révérence invita Exupéry à rentrer dans le hangar. Il le dirigea ensuite vers un rayon proche et montra fièrement :

    « Ici, vous trouverez nos modèles artistiques néo-précurso-contemporains. Je me permets de vous recommander cette oeuvre d'un artiste très côté en ce moment, à seulement trois petits milliers de maravadols.

    — Cette bûche de bois ?

    — Remarquez le subtil jeu de mots gravé dessus : « Pour bûcher ». Et quelle signature !...

    Exupery pouvait aisément imaginer la tête de son oncle s'il achetait un truc pareil, il avança de quelques pas.

    « Tiens ! Mais je ne vois pas où l'on peut s'asseoir sur ce modèle-là...

    — C'est l'idée, enchaîna aussitôt le marchand. Une chaise où l'on ne peut pas poser son derrière, ça repousse les limites du concept de chaise, non ? »

    Exupéry, pour qui cela montrait surtout les limites de l'intelligence du concepteur, avança jusqu'au modèle suivant.

    « Euh... et là, c'est un bulldozer, non ?

    — Eh bien, il y a une chaise dans la cabine de pilotage, n'est-ce pas ? Le but de l'artiste est justement que l'on se demande si c'est une chaise avec un bulldozer autour ou bien un bulldozer où l'on peut s'asseoir.

    — Ah. Mais je cherche juste un siège pour mettre dans un bureau...

    — Je vois... Vous voulez du fonctionnel, il fallait le dire tout de suite ! tiqua le vendeur déçu de devoir renoncer à placer ses modèles les plus onéreux. Venez, reprit-il cependant d'un sourire volontaire.

    Le nouveau rayon comportait des objets qui ressemblaient davantage à l'idée qu'Exupéry se faisait d'une chaise. Il en choisit une qui lui semblait solide et pas trop chère à la fois.

    « Mmmm... ce modèle n'est pas mal en effet mais... enfin c'est dommage... dit le commercial, le menton dans la main et les yeux au plafond.

    — Quoi ? Qu'est-ce qui est dommage ?

    — Eh bien, pour seulement cinq cent maravadols de plus, vous auriez le même modèle équipé de la technologie Fast Call.

    — C'est quoi ça, la technologie Fast Call ? »

    (Caveat emptor)

    Extrait de Ab origine fidelis
  • Le bruit venait de partout. De gauche, de droite, d’au-dessus de sa tête. Même le pont du navire tremblait sous ses pieds et semblait émettre un grondement sourd. C’était la chose le plus fantastique qu’il ait jamais entendu. Il était sur la plus grande barque du monde et l’océan était bel et bien la rivière la plus belle et la plus folle dont tout homme puisse rêver. L’eau s’étalait à perte de vue, à peine éclairée par les rayons argentés. Les marins se bousculaient dans tous les sens, parlant fort sans le regarder et sans prêter attention à toute cette étendue merveilleuse, lisse comme un miroir.

    Ils avaient toute leur attention dirigée vers les deux grandes cheminées de métal qui crachaient une fumée pâle en direction du ciel, comme pour créer des nuages. Julius se demanda s’ils essayaient de masquer la Lune. Parce que si c’était cela, ça ne fonctionnait pas du tout. Elle était toujours là et il faisait toujours aussi noir, et ça, assurément, quelques nuages de plus n’y changeraient rien.

    Il posa la main sur la manche d’un marin qui passait près de lui.

    - Dîtes, Monsieur, pourquoi est-ce que vous vous embêtez à faire faire des nuages à votre bateau? La lune ne partira pas du ciel pour si peu, vous savez.

    L’homme, qui était incroyablement grand et avait des cheveux aussi jaunes que des épluchures de pomme de terre le regarda comme si il était fou.

    - Mais enfin petit, tu n’as jamais vu une machine à vapeur, ma parole! s’exclama t’il.

    Extrait de Conte de la lune et de la terre, Tome 1:La grande nuit noire
  • Heureusement pour moi, les gens sont peu nombreux à cette heure. Ici, on ne se balade pas en pleine ville simplement pour une promenade – de quoi s’attirer des ennuis. Tout le monde préfère se cloîtrer à la maison. C’est beaucoup plus sûr.

    Quant aux patrouilles armées, leur effectif ne diminue jamais. Jour et nuit, même surveillance, même sentiment d’oppression, sans répit. Il y a tellement longtemps que j’ai marché de ce côté de la République: j’en ai oublié les rondes des soldats. D’autant plus qu’elles changent aux deux semaines, pour que personne ne les mémorise et ne les contourne.

    Extrait de Insoumise, tome 3: La dernière frontière

Membres de l'Univers Dystopie

Souhaitez-vous rejoindre cet univers ?

Nombre de membres : 752


Membres récents

2020-11-20T10:00:20+01:00
2020-11-18T20:16:55+01:00
2020-11-15T19:37:39+01:00
2020-11-13T13:29:01+01:00
2020-11-13T08:38:40+01:00
2020-11-02T14:32:03+01:00
2020-10-29T13:16:52+01:00
2020-10-25T12:30:43+01:00
2020-10-24T19:31:42+02:00
2020-10-24T00:39:55+02:00
2020-10-20T14:10:40+02:00
2020-10-15T11:39:29+02:00
2020-10-10T10:34:24+02:00
2020-10-06T19:00:28+02:00
2020-10-02T11:01:19+02:00
2020-10-01T03:42:38+02:00
2020-09-07T16:37:02+02:00
2020-09-02T08:14:03+02:00
2020-08-30T23:16:58+02:00
2020-08-29T08:30:00+02:00
2020-08-28T13:30:22+02:00
2020-08-25T15:05:22+02:00
2020-08-24T22:41:56+02:00
2020-08-22T03:24:26+02:00
2020-08-14T17:06:12+02:00
2020-08-13T14:54:35+02:00
2020-08-09T21:31:02+02:00
2020-08-06T15:15:12+02:00
2020-08-01T21:56:14+02:00
2020-08-01T21:24:16+02:00

Lu en ce moment

Votes récents

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode