Livres
529 300
Membres
549 915

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Univers de la Littérature Classique



Le livre du moment

Les Diaboliques

Extraits du moment

  • Un domestique, ce n'est pas un être normal, un être social... C'est quelqu'un de disparate, fabriqué de pièces et de morceaux qui ne peuvent s'ajuster l'un dans l'autre, se juxtaposer l'un à l'autre.... C'est quelque chose de pire : un monstrueux hybride humain... Il n'est plus du peuple, d'où il sort ; il n'est pas, non plus, de la bourgeoisie où il vit et où il tend... Du peuple qu'il a renié, il a perdu le sang généreux et la force naïve.... De la bourgeoisie, il a gagné les vices honteux, sans avoir pu acquérir les moyens de les satisfaire ... et les sentiments vils, les lâches peurs, les criminels appétits, sans le décor, et, par conséquent, sans l'excuse de la richesse.... L'âme toute salie, il traverse cet honnête monde bourgeoisi et rien que d'avoir respiré l'odeur mortelle qui monte de ces putrides cloaques, il perd, à jamais, la sécurité de son esprit, et jusqu'à la forme même de son moi... Au fond de tous ces souvenirs, parmi ce peuple de figures où il erre, fantôme de lui-même, il ne trouve à remuer que de l'ordure, c'est à dire de la souffrance... Il rit souvent, mais son rire est forcé. Ce rire ne vient pas de la joie rencontrée, de l'espoir réalisé, et il garde l'amère grimace de la révolte, le pli dur et crispé du sarcasme. Rien n'est plus douloureux et laid que ce rire : il brûle et dessèche... Mieux vaudrait, peut-être, que j'eusse pleuré ! Et puis, je ne sais pas... Et puis, zut !... Arrivera ce qui pourra...

    Extrait de Le Journal d'une femme de chambre
  • Les Français l'amusaient, mais ils ne la touchaient pas.

    "Sans doute, disait-elle à sa mère, qui les lui vantait souvent, ce sont les hommes les plus aimables que l'on puisse rencontrer. J'admire leur esprit brillant, chaque jour leur ironie si fine me surprend et m'amuse ; mais ne les trouvez-vous pas empruntés et ridicule dès qu'ils essaient de paraître émus ?"

    Extrait de Mina de Vanghel
  • Lisez donc, mon fils. Les sages qui ont écrit avant nous sont des voyageurs qui nous ont précédés dans les sentiers de l'infortune, qui nous tendent la main, et nous invite à nous joindre à leur compagnie lorsque tout nous abandonne. Un livre est un bon ami.

    Extrait de Paul et Virginie
  • TEODORO

    À quoi bon m’avoir donné des espérances qui m’ont mis dans un tel état – si, quand vous voyez que je me refroidis, vous brûlez d’un feu ardent, et que, me voyant brûler, vous êtes transie d’un froid glacial? Que ne m’avez-vous laissé avec Marcela! Mais vous illustrez à merveille le conte du chien du jardinier. Embrasée de jalousie, vous ne voulez pas que je me marie avec Marcela, et, dès que vous voyez que je ne vous aime pas, vous recommencez à me faire perdre la raison et à me réveiller si je dors. Mangez donc, ou laissez manger, car je ne suis pas homme à me nourrir d’espérances aussi lassantes.

    (Acte II)

    Extrait de Le Chien du jardinier
  • On n'aime qu'une fois! Le coeur peut s'émouvoir souvent à la rencontre d'un autre être, car chacun exerce sur chacun des attractions et des répulsions.Toutes ces influences font naître l'amitié, les caprices, des envies de possession, des ardeurs vives et passagères, mais non pas de l'amour véritable. Pour qu'il existe, cet amour, il faut que les deux êtres soient tellement nés l'un pour l'autre, se trouvent accrochés l'un à l'autre par tant de points, par tant de goûts pareils, par tant d'affinités de la chair, de l'esprit, du caractère, se sentent liés par tant de choses de toute nature un faisceau d'attaches. Ce qu'on aime, en somme, ce n'est pas tant Mme X... ou M.Z..., c'est une femme ou un homme, une créature sans nom, sortie de la Nature, cette grande femelle, avec des organes, une forme, un esprit, une manière d'être générale qui attirent comme un aimant nos organes, nos yeux, nos lèvres, notre coeur, notre pensée, tous nos appétits sensuels et intelligents. On aime un type, c'est-à-dire la réunion, dans une seul personne, de toutes les qualités humaines qui peuvent nous séduire isolément dans les autres.

    IIe partie, chapitre IV

    Extrait de Fort comme la mort

Membres de l'Univers Littérature Classique

Classique

Souhaitez-vous rejoindre cet univers ?

Nombre de membres : 314


Membres récents

2020-11-30T22:31:21+01:00
2020-11-15T18:39:13+01:00
2020-11-10T22:21:22+01:00
2020-11-03T18:02:08+01:00
2020-11-03T10:20:20+01:00
2020-10-28T11:11:55+01:00
2020-10-27T20:50:32+01:00
2020-10-23T16:37:34+02:00
2020-10-11T21:24:27+02:00
2020-10-01T16:41:47+02:00
2020-09-29T12:07:47+02:00
2020-09-27T14:50:22+02:00
2020-09-27T00:44:53+02:00
2020-09-19T17:21:48+02:00
2020-09-12T16:25:43+02:00
2020-09-11T17:35:49+02:00
2020-08-23T12:27:42+02:00
2020-08-04T08:31:48+02:00
2020-07-27T10:56:50+02:00
2020-07-24T15:18:12+02:00
2020-07-15T14:35:15+02:00
2020-07-08T19:05:31+02:00
2020-07-03T18:00:07+02:00
2020-06-30T14:34:13+02:00
2020-06-17T00:19:51+02:00
2020-06-16T18:08:31+02:00
2020-06-13T18:43:51+02:00
2020-06-09T09:29:58+02:00
2020-05-08T18:17:09+02:00
2020-05-04T16:08:42+02:00

Livres commentés récemment

Lu en ce moment

Votes récents

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode