Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
728 978
Membres
1 069 107

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Univers de la Littérature Classique



Le livre du moment

Les Diaboliques, Tome 1

Extraits du moment

  • Pendant cette matinée, au-delà de la station de Malligaum, les voyageurs traversèrent ce territoire funeste, qui fut si souvent ensanglanté par les sectateurs de la déesse Kâli. Non loin s'élevaient Ellora et ses pagodes admirables, non loin de la célèbre Aurungabad, la capitale du farouche Aureng-Zeb, maintenant simple chef-lieu de l'une des provinces détachées du royaume du Nizam. C'était sur cette contrée que Ferringhea, le chef des Thugs, le roi des Etrangleurs, exerçait sa domination. Ces assassins, unis dans une association insaisissable, étranglaient, en l'honneur de la déesse de la Mort, des victimes de tout âge, sans jamais verser de sang, et il fut un temps où l'on ne pouvait fouiller un endroit quelconque de ce sol sans y trouver un cadavre. Le gouvernement anglais a bien pu empêcher ces meurtres dans une notable proportion, mais l'épouvantable association existe toujours et fonctionne encore.

    Extrait de Le Tour du monde en 80 jours
  • Scène I

    Le théâtre représente une chambre. Une chaise longue est d'un côté. Pauline, dessus, est livrée au sommeil. Elle se réveille et chante.

    Pauline, à demi-voix.

    Ah! Grands dieux! Est-ce un songe?

    Dans quel trouble il me plonge!

    Quelle ivresse je sens!

    Elle embrase mes sens.

    Délicieux plaisir où mon âme s'égare,

    Si tu n'es qu'une erreur que le sommeil prépare,

    Amour, prolonge cette erreur:

    Elle vaut le plus grand bonheur,

    Non, jamais, cher amant, ton plus heureux délire

    N'eut sur moi tant d'empire.

    Mais, grands dieux, est-ce un songe?

    Dans quel trouble il me plonge!

    Ah! D'un si doux mensonge,

    Amour, embellis mon sort.

    Pour rêver à mon Lindor,

    Fais-moi sommeiller encor.

    Elle se remet sur l'oreiller, s'agite et chante. (Récitatif.)

    Je ne dors plus. J'ai cessé de jouir.

    Je n'embrassais qu'une ombre vaine,

    Et mon réveil l'a fait évanouir.

    Dans un songe qui nous entraîne,

    Faut-il que l'excès du plaisir

    Soit un commencement de peine?

    Extrait de Le sacristain
  • On n'aime qu'une fois! Le coeur peut s'émouvoir souvent à la rencontre d'un autre être, car chacun exerce sur chacun des attractions et des répulsions.Toutes ces influences font naître l'amitié, les caprices, des envies de possession, des ardeurs vives et passagères, mais non pas de l'amour véritable. Pour qu'il existe, cet amour, il faut que les deux êtres soient tellement nés l'un pour l'autre, se trouvent accrochés l'un à l'autre par tant de points, par tant de goûts pareils, par tant d'affinités de la chair, de l'esprit, du caractère, se sentent liés par tant de choses de toute nature un faisceau d'attaches. Ce qu'on aime, en somme, ce n'est pas tant Mme X... ou M.Z..., c'est une femme ou un homme, une créature sans nom, sortie de la Nature, cette grande femelle, avec des organes, une forme, un esprit, une manière d'être générale qui attirent comme un aimant nos organes, nos yeux, nos lèvres, notre coeur, notre pensée, tous nos appétits sensuels et intelligents. On aime un type, c'est-à-dire la réunion, dans une seul personne, de toutes les qualités humaines qui peuvent nous séduire isolément dans les autres.

    IIe partie, chapitre IV

    Extrait de Fort comme la mort
  • HAROLD : Tu es d'accord pour trouver aussi qu'un mariage réussi représente le plus grand avantage humain ?

    VITA : Oui.

    HAROLD : Et qu'il doit être fondé sur l'amour guidé par l'intelligence ?

    VITA : Oui.

    HAROLD : Et que la condition essentielle est d'avoir le même sens des valeurs ?

    VITA : Oui.

    HAROLD : Et que les seules choses capables d'apaiser la nervosité conjugale sont la discrétion, la bonne humeur et, par-dessus tout, l'activité ?

    VITA : Oui.

    HAROLD : Et de donner et de prendre ?

    VITA : Et de donner et de prendre.

    HAROLD : Et de s'estimer l'un l'autre. Je ne crois pas à la permanence d'un amour fondé sur la pitié, la protection ou sur l'instinct maternel. cela doit être fondé sur le respect.

    VITA : Oui, je suis d'accord. La théorie de l'homme des cavernes uni à la charmante-petite-chose est dépassée depuis longtemps. Cette théorie était une insulte aux meilleures qualités des deux.

    Extrait de Portrait d'un mariage
  • Il y a dans le coeur humain une génération perpétuelle de passions, en sorte que la ruine de l'une est presque toujours l'établissement d'une autre.

    --- 11 ---

    Les passions en engendrent souvent qui leur sont contraires. L'avarice produit quelquefois la prodigalité, et la prodigalité l'avarice; on est souvent ferme par faiblesse, et audacieux par timidité.

    --- 12 ---

    Quelque soin que l'on prenne de couvrir ses passions par des apparences de piété et d'honneur, elles paraissent toujours au travers de ces voiles.

    --- 13 ---

    Notre amour-propre souffre plus impatiemment la condamnation de nos goûts que de nos opinions.

    --- 14 ---

    Les hommes ne sont pas seulement sujets à perdre le souvenir des bienfaits et des injures; ils haïssent même ceux qui les ont obligés, et cessent de haïr ceux qui leur ont fait des outrages. L'application à récompenser le bien, et à se venger du mal, leur paraît une servitude à laquelle ils ont peine de se soumettre.

    Extrait de Maximes et réflexions diverses

Membres de l'Univers Littérature Classique

Classique

Souhaitez-vous rejoindre cet univers ?

Nombre de membres : 482


Membres récents

2024-07-19T15:02:37+02:00
2024-07-16T17:01:59+02:00
2024-07-07T04:05:06+02:00
2024-06-28T21:00:15+02:00
2024-06-01T14:18:31+02:00
2024-05-23T13:40:42+02:00
2024-05-18T20:58:32+02:00
2024-04-30T14:29:27+02:00
2024-04-23T11:48:41+02:00
2024-04-22T13:21:48+02:00
2024-04-22T00:19:03+02:00
2024-04-20T12:14:28+02:00
2024-04-16T19:35:35+02:00
2024-04-15T21:56:22+02:00
2024-04-08T13:21:36+02:00
2024-04-01T15:12:33+02:00
2024-03-16T20:42:15+01:00
2024-03-06T07:58:30+01:00
2024-02-14T12:12:06+01:00
2024-02-13T15:09:48+01:00
2024-02-13T00:59:43+01:00
2024-01-25T23:24:33+01:00
2024-01-22T14:50:37+01:00
2024-01-20T20:45:35+01:00
2024-01-19T14:33:43+01:00
2024-01-18T17:19:11+01:00
2024-01-14T13:36:24+01:00
2023-12-20T14:36:47+01:00
2023-12-07T18:38:00+01:00
2023-12-06T19:39:42+01:00

Lu en ce moment

Votes récents