Livres
392 486
Comms
1 376 231
Membres
284 125

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Univers de l'horreur



Le livre du moment

Everville

  • 11 Mars 1999
  • Clive Barker
  • Terreur

Extraits du moment

  • Phileas Smith bouillait devant cette porte. Sa femme, Janey, l’avait fait relever parce qu’elle avait entendu des bruits suspects provenant de la chambre des filles. Janey s’y connaissait, elle les épiait en cachette depuis qu’elles habitaient ensemble chez M. et Mme Campbell. Il ne s’en amusait plus comme les premières semaines où sa femme surprenait une caresse, un baiser volé, un mot tendre ou un regard complice. Phileas pensait que le fantasme de sa femme tournait à l’obsession, mais, ce soir, elle semblait vraiment inquiète. Il aurait l’air bien idiot s’il les surprenait dans une position scabreuse. Janey n’en démordrait pas. D’ailleurs, elle se planta dans l’embrasure du couloir pour lui intimer l’ordre silencieux de frapper. Il n’y avait aucun bruit de l’autre côté. Phileas leva la main gauche, et toqua d’une phalange agacée. Les filles ne répondirent pas, personne ne bougea. Il recommença, une fois, deux fois ; Phileas s’alarma aussi. Il tapa plus fort et interrogea d’une voix bourrue :

    — Eh ! Là-dedans, qu’est-ce qui se passe ?

    Phileas écouta, rien. Il poursuivit :

    — J’entre !

    Non verrouillée, la porte s’ouvrit. M. Smith avança d’un pas et demi, disparaissant à la vue de Janey. Il s’immobilisa, frappé de stupeur.

    — Impossible !

    Il n’eut pas le temps d’en dire plus. Un crochet à la mâchoire lui démit l’articulation et brisa quelques dents. Les années de boxe remontèrent à la surface et, à presque soixante-dix ans, Phileas prit la garde. Désarçonné et sonné, il recula dans la chambre en esquivant un direct du droit et un deuxième crochet. Il plongea vers la droite, passa sous le coude et enchaîna trois coups dans les côtes de John avant de rompre. L’équilibre précaire, la vue floue et ce jeu de jambes qui ne revenait pas, tout juste piétinait-il.

    Phileas aperçut le cadavre sans tête et Lynn recroquevillée au pied du lit. Il reconnaissait les morts au premier coup d’œil après avoir traversé la France à l’été 44. L’instant de déconcentration lui fut pourtant fatal. Il amortit un direct dans sa garde avant de prendre deux crochets vigoureux. Il recula encore, à la limite de perdre connaissance. Il n’encaissait plus aussi bien. John marchait sur lui avec un regard mauvais et résolu. Phileas adopta un jeu de jambes de danseuse et tourna autour de son adversaire qu’il jugea pataud. L’ombre de l’espoir le titilla. Il enchaîna, mais le garçon Campbell semblait hermétique à la douleur alors que les phalanges rongées de rhumatismes des mains de Phileas lui faisaient souffrir le martyre. Chaque coup devenait une torture.

    John, le visage tuméfié et couvert de sang, ne taperait bientôt plus dans le vide. Il chargea tête baissée. M. Smith ne réussit pas à abattre le monstre lancé. Le sinciput le percuta au plexus solaire. Le souffle coupé, plié en deux, Phileas n’était plus dangereux. Un direct broya son nez. Deux crochets lui enfoncèrent les arcades avec des bruits mous. Un coup de tête le plongea dans un semi-coma. Une massue lui brisa le crâne. Il respirait à peine lorsqu’il toucha le sol. John lui défonça la cage thoracique avec les talons pour terminer le travail. Une cavalcade dans le couloir le distrait du massacre. John se retournait lorsque les lumières s’éteignirent. Gonflé d’une assurance neuve, John s’aventura dans le couloir. Aucune lueur bleue ne trahissait ses déplacements.

    Affolée par les bruits de lutte, Janey Smith s’enferma à double tour dans la chambre plongée dans l’obscurité. La porte barricadée ne résista pas, l’encadrement en bois gémit puis céda. À la lueur tremblotante de quelques bougies, la vieille femme accroupie dans le coin droit entre le lit et le mur se tenait la poitrine. John se nourrit de la terreur de Janey. Le pyjama taché d’une mosaïque de projections rubicondes, il avança. Mme Smith pleurait, ahanait des suppliques incompréhensibles. La vessie de la vieille femme se vida d’une urine aigre. Alors qu’il s’approchait avec lenteur pour que dure le calvaire, elle eut un sursaut. Janey se recroquevilla sur elle-même puis s’immobilisa.

    Extrait de Le Château de Tanna'Saoghal
  • De toute évidence, cet homme avait l'air plus emmerdé par tout le tapage et les allées et venues dans sa maison que réellement sous le choc de la mort de son propre gosse. Vauvert se fit la réflexion que, après tout, cet individu aurait mieux fait de s'acheter un coeur plutôt que de claquer tout son pognon dans sa jolie maison pour Barbie et Ken.

    Extrait de L'Enfant des cimetières
  • LE DÉBUT DE LA FIN.

    "On dirait une vieille usine désaffectée ou un asile abandonné. À ma droite, il y a des perfusions remplies d’un drôle de liquide gélatineux verdâtre. Je me retourne à gauche, je veux crier mais je n’y arrive pas. Il y a un corps à moitié décomposé et pourtant, il semble respirer. Où suis-je ? Est-ce que je suis mort ? Ah ! J’entends un bruit de pas, je ne vois pas très bien s’il y a une ombre. C’est flou, gris, il y a des « flashs » de temps en temps. La silhouette se rapproche de moi, dépose sa bouche sur le bord de mon oreille."

    Extrait de Virus

    Extrait de Virus
  • Vous avez peur du sang noir ? demandait Thomas, le patient schizophrène, au vide de la pièce. Dites, vous avez peur du sang noir ?… parce que mon sang est noir vous savez… je l’ai goûtée… »

    Fou.

    Il en était fou, de la belle Élise. Il l’avait dans la peau, dans les yeux, dans les tripes... et sur les lèvres à longueur de journée.

    Il l’avait eue au bout de son couteau, un après-midi gris de décembre.

    Et c’était de l’amour, oh ! oui, c’était bien de l’amour qu’il avait ressenti en retirant la lame de son cœur. Une envie terrassante d’amour et de chair.

    De sexe une envie de sexe… une envie de la déshabiller et de lui faire l’amour avant qu’elle ne se refroidisse…

    Aussi, lorsque le diable apparaît, Thomas cède à la tentation.

    Mais cet après-midi gris de décembre a-t-il vraiment existé ? Ou n’est-ce que le fragment d’un esprit malade et torturé par le remords ?

    Extrait de Je l'ai goûtée
  • En me relisant, je vois que j'ai appelé "maison de retraite" l'endroit où je vis désormais, Georgia Pines. La direction n'apprécierait pas. Les brochures qu'on peut consulter à la réception et qu'ils envoient à leurs clients potentiels font état d'une "luxueuse résidence pour le troisième âge". Il y aurait même, dixit le dépliant, un centre de loisirs. Les résidents (que je traite parfois de "détenus") se contentent de l'appeler la salle de télé.

    Extrait de La Ligne Verte, Tome 3 : Les Mains de Caffey

Membres de l'Univers Horreur

Horreur

Souhaitez-vous rejoindre cet univers ?


Membres récents

2017-11-09T00:30:01+01:00
2017-11-03T23:34:08+01:00
2017-11-03T19:06:39+01:00
2017-11-03T16:16:47+01:00
2017-11-01T12:38:44+01:00
2017-10-25T14:14:35+02:00
2017-10-17T00:39:18+02:00
2017-10-15T17:16:18+02:00
2017-10-13T21:22:51+02:00
2017-10-06T17:16:31+02:00
2017-09-24T21:20:49+02:00
2017-09-14T15:54:45+02:00
2017-09-14T13:56:00+02:00
2017-09-14T11:50:35+02:00
2017-09-13T04:12:11+02:00
2017-09-05T10:35:52+02:00
2017-08-30T23:13:25+02:00
2017-08-10T22:09:24+02:00
2017-08-08T12:44:12+02:00
2017-07-29T15:07:25+02:00
2017-07-26T13:58:57+02:00
2017-07-26T13:19:22+02:00
2017-07-19T20:30:21+02:00
2017-07-15T14:31:57+02:00
2017-07-14T17:48:11+02:00
2017-07-14T13:16:02+02:00
2017-07-10T23:59:29+02:00
2017-06-28T22:09:26+02:00
2017-06-27T18:24:39+02:00
2017-06-21T16:38:50+02:00

Livres commentés récemment

Lu en ce moment

Votes récents

Sheilap15 à voté pour un extrait
2017-11-16T18:19:44+01:00
Lunnii à voté pour un extrait
2017-11-14T16:50:13+01:00
Cassy33 à voté pour un extrait
2017-11-13T17:22:28+01:00
ainho64 à voté pour un extrait
2017-11-10T18:11:27+01:00
lulu2003 à voté pour un extrait
2017-11-02T14:37:27+01:00