Livres
462 209
Membres
419 325

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Caroline 2013-11-09T15:22:10+01:00

"Je n'ose plus faire asseoir mes visiteurs dans le jardin. Récemment, alors que, installés dehors, nous prenions le thé, une amie a reçu sur sa capeline blanche quelque chose de liquide. Ca a fait une grosse tache violette, c'était la saison où ils mangent des cassis. J'ai ri.

Mon amie ne reviendra plus.

J'en ai marre des pigeons.

Je vais aller chier dans leur nid".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Facettes 2017-12-07T11:23:48+01:00

Mais le pire est ailleurs : elles ont des roulettes. L'ingénieur qui a conçu la poubelle à roulettes a dû se poser la question suivante : comment faire le plus de bruit possible avec une poubelle ?

Il a utilisé la poubelle comme une caisse de résonance. Fallait y penser, il y a pensé.

Maintenant, quand on entend une poubelle qui roule, on entend un orage qui gronde.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-11-09T15:23:29+01:00

"Les mots « bonne journée » sont des mots qu'on a usés, qui n'ont plus de sens, plus de goût, comme les escalopes de dinde industrielle du supermarché. (…)

Si vous avez envie que je passe une bonne journée, ne dîtes rien.

Souriez-moi.

Et je passerai une bonne journée".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-11-09T15:23:13+01:00

"Quand je pense à tous les jolis mots qui veulent dire quelque chose, qu'on ne sort jamais, à qui on ne fait pas prendre l'air, qui s'ennuient et finissent par moisir dans les dictionnaires, simplement parce qu'ils ne sont pas à la mode.

Je pense à ineffable..."

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-11-09T15:23:03+01:00

"Que les adultes lisent ce genre de journal n'est pas bien grave ; pour eux, le mal est fait. Dans leur cerveau en béton, rien ne peut plus se graver ni s'aggraver. Mais penser que ces journaux traînent dans les maisons où trottent des enfants curieux, au cerveau tendre, c'est plus grave, tout s'y grave.

A la campagne, les gens n'ont pas besoin de journaux intelligents ? "

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-11-09T15:22:46+01:00

"Les musiciens du Métro jouent faux, les désespérés se jettent sous mon TGV, le serveur vocal ne me dit pas un mot gentil, une mite a fait un trou dans mon pull, les croissants sont mauvais, les moustiques me piquent, ma voisine joue du Karcher, l’humoriste ne me fait pas rire, les camions m’empêchent de doubler, les pigeons me chient sur la tête… ça m’agace".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2013-11-09T15:22:29+01:00

"Heureux parce qu'ils lisent un beau livre, heureux parce qu'ils adorent la bruit du vent, heureux parce qu'ils parlent et qu'ils écoutent les autres. Heureux parce qu'ils entendent de la musique, heureux parce qu'ils ont fait un beau dessin ou réussi un bon plat, heureux parce que leur parquet brille et leur voiture aussi, heureux parce que leur enfant a eu une bonne note à sa rédaction.

Heureux parce qu'ils ont écrit une belle phrase. Heureux parce que la douleur s'éloigne.

On dit « bêtement heureux ».

C'est si bête d'être heureux".

Afficher en entier
Extrait ajouté par dibenet 2013-04-09T07:25:03+02:00

Hier, j’ai eu la mauvaise idée d’acheter des croissants à votre boulangerie. J’écris "mauvaise idée" parce que vos croissants sont vraiment mauvais.

Courageusement, le lendemain, je suis venu vous le dire. Vous m’avez sèchement répondu : « Vous êtes le premier à me le dire. »

C’est la première fois qu’on me reproche d’être le premier, moi qui me suis fait engueuler toute mon enfance parce que j’étais le dernier. Je n’avais jamais la médaille qu’on donnait au premier.

Sachez qu’il faut toujours un premier. Je suis le premier, mais peut-être pas le dernier. Vous devriez me remercier. Si j’étais commerçant, je souhaiterais avoir l’avis de mes clients

Les autres, ceux qui ne sont pas les premiers à le dire, ils ne vous diront rien. Ils ne reviendront mais, ils iront acheter leurs croissants ailleurs. Moi, je reviens. Je ne fous pas de vos croissants, ils me sont chers, très chers, ils sont plus chers qu’ailleurs.

Si je passe du temps à vous l’écrire, Madame la boulangère, c’est une marque de confiance. Je vous crois capable de faire des bons croissants.

Si un jour vos croissants sont bons, je serai le premier à vous le dire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par julie84 2013-04-07T22:24:54+02:00

J'aimerais bien vous avoir en face de moi, vous dire enfin, entre quatre vérités et éventuellement, après, vous trucider, parce que vous êtes un pousse-au-crime, Monsieur le serveur vocal.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode