Livres
494 892
Membres
493 645

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Kizuna 2019-03-31T17:51:59+02:00

— Qu’est-ce que tu fabriquais là-bas ? Pourquoi est-ce que tu es allé la voir ?

— Parce que je voulais des réponses. J’ai tenté de te parler, non ? Mais tu avais plus important à faire. Genre prendre une cuite avec une navigatrice pélagienne.

Agnès pouffa.

— J’avais effectivement des choses pressantes à régler, précisa-t-elle.

— C’est ce que je constate. (Leo se gratta la nuque.)

Afficher en entier
Extrait ajouté par Kizuna 2019-03-31T17:49:30+02:00

— Qu’est-ce que tu as vu ? demanda Agnès.

— Grand-mère McLellan, charmante comme à son habitude, ironisa Leo. Robert et sa mère, avec qui je faisais des anges dans la neige. J’ai vu son amie lui donner le collier et j’ai aperçu ses trois mères. C’est bizarre, hein ? Trois mères ?!

— Je les ai vues moi aussi. Ainsi que sa cité de verre.

— Comment conçoivent-elles les bébés ? Je n’ai pas vu d’hommes !

— Je sais. C’est merveilleux, non ? (Elle se rallongea.) Une cité sans hommes !

— Merci…

— Parthénogenèse ! s’exclama Agnès en redressant soudain le buste.

— Euh… à tes souhaits !

Afficher en entier
Extrait ajouté par miranda10 2020-01-31T14:53:45+01:00

" - Tu es notre plus grand amour, dit-elle d'une voix qui se brisa. Tu nous a changées. Ta joie est contagieuse, ton cœur énorme et ton âme sublime. (elle prit la main de Sera dans la sienne.) Souviens-toi de ce que je t'ai dit.

- Tant que les étoiles brilleront dans le ciel, tu m'aimeras, chuchota Sera. "

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elfy_rose 2019-10-26T16:20:05+02:00

« — Je te connais.

La voix surgit de nulle part ; elle résonna dans la tête de Sera comme celle d’Errol. A cette différence près que cette voix, grave et profonde, était clairement féminine.

— Tu as entendu ? s’exclama-t-elle.

— Quoi donc?

Errol leva le menton ; il avait la bouche pleine de fleurs.

— Je te connais, répéta Boris.

Cette fois, Sera était certaine que ces paroles lui étaient entièrement adressées. Les trois yeux de l’arboréal se tournèrent dans sa direction. Ils étaient sombres et lisses comme des galets sur les berges d’un lac, et emplis d’une sagesse et d’une tristesse infinies.

— Mère, fredonna-t-il. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elfy_rose 2019-10-25T12:28:19+02:00

« Son cœur battait si fort qu’elle se demanda s’il n’avait pas été volé durant la nuit et remplacé par les ailes d’un colibri »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lovelybook 2019-10-09T10:59:33+02:00

Fascinée, elle observa ses mains. A quoi ressemblait sa magie hors de son corps, hors de son sang?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lovelybook 2019-10-09T09:55:56+02:00

Elle avait toujours rêvé d'aventures, non? Suffisait qu'elle considère sa mission comme un voyage, un voyage qu'aucune autre Céruléenne n'avait effectué en près de deux mille ans...

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lovelybook 2019-10-09T09:55:42+02:00

Sera était effrontée, curieuse et étourdie. Son rêve était de vivre assez longtemps pour voir une autre planète, un rêve qui lui avait valu d'être réprimandée, car elle l'avait exprimé à voix haute. Et ce serait la seule d'entre elles à ne pas découvrir la future planète. C'était injuste.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lovelybook 2019-10-09T09:55:24+02:00

Elle n’était pas ronde comme un ballon mais plate, un disque ovale flottant avec un temple en son centre et un jardin tentaculaire à ses deux extrémités.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Lovelybook 2019-10-09T09:55:15+02:00

La Grande Tristesse s’était produite sur la dernière planète à laquelle la Cité avait été attachée. C’était la pire tragédie qui soit jamais arrivée dans l’histoire céruléenne – deux cents de leurs membres furent massacrées par les humains vivant sur cette planète, contraignant la Cité à partir avant l’heure.

Il était hors de question que ça se reproduise. Sera aimait sa Cité de tout son cœur. Seulement, par moments… elle s’ennuyait un peu. Elle s’était habituée à la planète en contrebas ; les contours de ses deux pays,

Kaolin et Pelago, s’étaient imprimés dans son esprit. Elle aurait pu les dessiner dans son sommeil. Kaolin était une terre imposante en forme d’étoile asymétrique ; Pelago se composait d’une myriade d’îles. En outre, elle avait déjà glané toutes les informations possibles concernant ces territoires auprès de sa mère céladon, qui ne pouvait guère lui transmettre que ce que sa propre mère céladon lui avait enseigné avant elle, et ainsi de suite. Sera se demandait souvent dans quelle mesure les histoires s’étaient déformées au fil des générations. Pour l’heure, elle avait le sentiment qu’elle n’avait plus rien à apprendre. Tant qu’elles resteraient attachées à cette planète, le cordon demeurerait le seul mystère.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode