Livres
568 846
Membres
624 096

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par francesca21 2021-10-11T21:44:12+02:00

Elle a senti sa respiration se couper, comme un clou qu'on aurait enfoncé dans une horloge pour en arrêter l'aiguille, et elle n'a plus bougé pendant de longues secondes, interdite en somme, le cerveau à l'arrêt.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Tomette 2021-10-11T17:30:19+02:00

Tant mieux que certains jours dans nos vies fassent comme des crêtes au-delà desquelles on sent bien qu'on bascule, quand en dessous les pointes rocheuses font se lever la mer, et qu'alors certains jours, oui, il faut les contourner prudemment, comme on passe un mauvais cap à la voile. " Page 129

Afficher en entier
Extrait ajouté par Blandine1 2021-10-01T22:37:53+02:00

C’est un fait établi qu’en matière de pouvoir, la panique s’accroît à mesure qu’on s’approche du sommet, à cause de cette propension des plus hauts dignitaires à croire que si quelque chose parvient à les effleurer, alors c’est qu’il en va du sort de l’humanité tout entière, à moins que rien ne les vexe plus que d’être rattrapé par la trivialité du monde dont un temps ils ont oublié qu’ils faisaient encore partie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Blandine1 2021-10-01T22:36:59+02:00

Elle a dit que ça ne durait jamais longtemps, à cause de cette manière de faire qu’ont tous les politiques, de venir en plein jour entre deux rendez-vous, et ne voulant rien d’autre qu’assouvir au plus vite ce désir masculin si maladif et si urgent à la fois.

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2021-09-16T18:45:37+02:00

« [Ç]a peut vous surprendre mais je me suis dit que j'avais fait le bon choix, ça et les baskets blanches qu'on a toutes à vingt ans, de sorte qu'on aurait pas pu deviner si j'étais étudiante ou infirmière ou je ne sais pas, la fille qu'on appelle.

La fille qu'on appelle ? a demandé l'un d'eux.

Oui, ce n'est pas comme ça qu'on dit ? Call-girl ? »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2021-09-16T18:43:11+02:00

« C'est seulement à ce moment, elle a dit, que j'ai compris que dans cette chambre il n'y avait rien d'autre pour s'asseoir que le lit — rien d'autre où respecter cette distance qui lui aurait peut-être éviter la suite mais qui là, à moins de dire sèchement non, à moins de le rendre ridicule à lui-même dans sa position assise, cette distance, créée n'était pas possible, il fallait qu'elle fonde comme neige au soleil. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par dadotiste 2021-09-16T18:40:14+02:00

« [S]i vous en êtes là, forcément au bord d'un grand lit dans une chambre avec un homme comme lui, eh bien, voilà, vous, oui, vous le faites.

Vous le faites ?

Oui, vous le faite, c'est-à-dire que vous laissez sa main vous guider jusqu'à son sexe et vous comprenez qu'il vous appartiendra d'entreprendre — et elle a dit ce mot-là, entreprendre, que c'est elle qui l'a entrepris.

Il ne vous a rien demandé ?

Non. Pas vraiment.

Donc vous l'avez fait de votre propre volonté ?

Non, je vous dis, c'était ce que je devais faire, ça ne veut pas dire que c'était ma volonté. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par francesca21 2021-10-11T21:48:36+02:00

Une ambiance chabrolienne dans ce roman de Tanguy Viel : des bourgeois magouilleurs, des responsables politiques profiteurs, un suspense de roman noir qui parle d'emprise et de domination sociale. Une réussite servie par le talent d'écriture de l'auteur.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode