Livres
476 095
Membres
454 848

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Dans le roncier, Jalam avait commencé à tout dire parce qu'il croyait mourir. Mais la vie était revenue en lui avec ses verrous et ses barricades. On ferait mieux de donner à toute sa vie la transparence des derniers instants.

Afficher en entier

Au sommet de la coquille, Léo Blue tendit l'oreille. Nils Amen allait parler.

En effet, Nils ouvrit la bouche pour tout dire à Elisha. Mais son regard s'arrêta sur une auréole de soleil à ses pieds.

Il était midi. Le soleil était au plus haut dans le ciel. Le trou du sommet de l'œuf laissait passer un rayon parfaitement dessiné qui se projetait sur le sol.

Dans cette tache de lumière, on voyait une ombre. Le profil d'un visage.

Quelqu'un les écoutait.

Nils ravala ses envies de sincérité

- Mademoiselle, je veux vous parler de Léo Blue. Je crois que vous vous trompez sur son compte.

Le cœur d'Elisha se serra.

Un moment, elle avait cru avoir trouvé un ami.

Afficher en entier

Quand il se réveilla le soir, sa tête était bien retombée sur ses épaules, il avait écarté sa soif de vengeance et l'ivresse du héros (car l'ivresse et la soif vont souvent ensemble). Il pouvait enfin réfléchir.

Afficher en entier

« Si la bêtise avait un poids, le major aurait déjà fait craquer la branche. Il était assis sur l’écorce, les pieds dans le vide, et il jetait des flèches vers une forme noire qui gesticulait juste en dessous.

Le major Krolo était bête, infiniment bête, et il mettait une très grande application dans sa bêtise. Dans cette discipline, c’était plus qu’un professionnel : c’était un génie. »

P.11

Afficher en entier

[...] les feuilles mortes ne tombent pas toutes seules. Elles tombent poussées par le bourgeon de la feuille future. C'est la vie qui les pousse ! La vie ! [...] Avec sa femme, ils mourraient un jour, et le bourgeon qui aurait dû être derrière eux, plein de vie et d'espoir, ce bourgeon qui les aurait poussés dehors, ce bourgeon n'était plus là. Leur fils avait disparu. p-103

Afficher en entier

On connaît la réputation des bûcherons. Le moins que l'on puisse dire est qu'ils ont du mal à aborder avec sincérité les sujets sensibles. Eux-mêmes se moquaient parfois de ce qu'ils appelaient leur "langue des bois". L'expression s'est ensuite transformée en "langue de bois" et s'est répandue bien au-delà de leur corporation.

Afficher en entier

"L’équinoxe, dit Sim Lolness.

-Les quoi?

-L’équinoxe de printemps.

-On se fiche de vos kinox!"

Afficher en entier

Difficile de dire ce qui rend inoubliables des moments de fête.

Une fête est un mystère qui ne se commande pas.

Mais il y avait, dans ce petit groupe caché au fond des bois d'Amen, les mille ingrédients qui font d'un repas un enchantement: des parents, des grands-parents, une petite fille, un ami qu'on croyait perdu, du bon pain, des absents auxquels on pense, une réconciliation, un feu dans la cheminée, quelqu'un qui s'attendait à passer Noël tout seul, de la neige à la fenêtre, la fragilité du bonheur, la beauté de Mia, du vin doux, des souvenirs communs, et du boudin.

C'est incroyable tout ce qu'on peut faire rentrer dans une petite pièce dans laquelle une bête à bon Dieu ne tiendrait pas debout.

P. 148

Afficher en entier

Quand Tobie revient vers Sim et Maïa,les yeux rougis,quelques instant plus tard, il portait une jeune femme sur le dos.

Ne disons pas qu'elle était jolie. Elle était mieux que cela.

Elle avait ses cheveux roulés en galettes auprés des yeux.

Sim et Maïa lui firent de la place. Tobie soufflait. Il était à bout de force.

-Et hop,dit-il en riant.

-Elle n'est pas si lourde,dit Maïa.

-Ce n'est pas elle qui est lourde,s'écria Tobie. C'est l'autre ...

Spoiler(cliquez pour révéler)Elisha portait un tout petit enfant dans ses bras.

Pol Collen,

Basses-Branches,

Noël de l'an 6

Afficher en entier

Un revenant

Tout en bas de l'arbre, avant de toucher terre, le bois du tronc se soulève et forme les plus hautes chaînes de montagnes.

Des flèches, des précipices sans fond... On dirait que la surface de l'écorce est parfois chiffonnée, parfois ondulée comme les plis d'un rideau. Les forêts de mousse s'accrochent aux sommets et attrapent les flocons de neige en hiver. Le lierre bouche avec ses lianes tous les passages entre les vallées. C'est un pays infranchis­sable et dangereux.

En creusant l'écorce au fond des canyons, on trouve quelquefois les restes d'aventuriers malchanceux qui se sont risqués dans ces montagnes. Avec le temps, le bois a fini par les digérer. On découvre une boussole, une paire de crampons ou un crâne d'un quart de millimètre. C'est tout ce qui reste de leurs rêves héroïques.

Pourtant, au milieu de ces montagnes peu hospitalières, il existe un petit vallon protégé où on installerait bien un chalet pour passer Noël sous la couette en écoutant ronfler la cheminée. Un vallon verdoyant qui recueille l'eau de pluie dans une petite mare entourée d'écorce douce.

Seul habitant du secteur, un cloporte venait chaque matin y brouter un peu de verdure.

Il y a dans l'arbre bien des coins de paradis qu'on ferait mieux de laisser aux gentils cloportes.

Ce matin-là, la petite bête se penchait pour boire dans la mare transparente quand la surface de l'eau se mit à trembler.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode