Livres
505 482
Membres
513 211

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Chapitre 4 :

«…C’était la question à un million et je n’avais pas arrêté d’y penser.

— Pour plusieurs raisons, je suppose.

— Alicia, je ne sais pas si tu te rends compte de ce que cela implique. Quelqu’un t’en veux, et il fera tout pour t’avoir. Il n’y avait pas qu’un golem à ta poursuite, aujourd’hui, mais deux. Je te repose la questions : pourquoi ?

— Hé Ho ! Je ne suis pas la seule experte ici ! m’écriai-je. Tu en sais beaucoup plus que moi. Il s’agit de ton monde ! Pas le mien !

— Il s’agit de notre monde. Nous sommes tous concernés. Quelqu’un a tenté de tuer une humains qui travaille pour l’Agence.

— Et alors ? l’interrompis-je. Il ne s’agit que de l’Agence et des répercussion politiques que cela aura sur les accord. Pour ton informations, tous les agents sont susceptibles d’être tués quand ils sont en mission. Ce sont les risques. Nous le savons tous.

— Il n’y a pas que cela, Alicia, répondit-il gravement, après quelques secondes.

— Et qu’y a-t-il d’autre ? Demandai-je.

Il croisa les bras et me toisa.

... »

Afficher en entier

Chapitre 3 :

«…

— En parlant de travail, intervient Peter. J’ai reçu les échantillons relevés un peu plus tôt. On m’a raconté que tu avais reçu de l’aide.

— Oui, Nate était dans les parages quand le golem a attaqué, indiquai-je.

Je fronçai les sourcils en repensant à ce qu’il avait dit au sujet du message qu’il avait reçu. Depuis quand est-ce que ces deux-là jouaient le rôle de nounou ?

— Qu’est-ce qu’il y a ? demanda Karol en remarquant l’expression sur mon visage.

— Je repensais juste à un truc que m’a dit Nate quand nous nous sommes vus, répondis-je. Il a demandé à notre cher ami Caleb de l’avertir si j’avais le moindre problème.

— Et tu ne le savais pas, devina Peter.

— C’est surtout que j’aimerais bien savoir pour qu’elle raison ils ont décidés de me surveiller comme ça.

— C’est dans la nature des loups de protéger les leurs, répondit Julian, les bras croisés sur sa poitrine et les jambes tendues devant lui. Mais je n’ai pas besoin de te le rappeler. Pour l’autre, j’ai ma petite idée.

Il eut un petit sourire en coin tout en m’observant.

— Quoi ?

Il ne répondit rien et glissa la paille entre ses dents, aspirant le liquide clair.

— Tu m’énerves ! Grommelai-je.

Il ricana.

— Peut-être que Caleb ressent aussi quelque chose de fraternel, supposa Karol, et que c’est pour ça qu’il souhaite te protéger.

Je jetai un coup d’œil à Julian. Ce dernier me regardait également. Nous nous répondîmes vers elle.

— Non, nous répondîmes en même temps.

— S’il devait ressentir quelque chose, ce serait plus l’envie de m’étrangler, continuai-je.

... »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode