Livres
482 053
Membres
468 549

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Tous les livres de François Lebrun

Dans la France très chrétienne du XVIIe siècle où l'œuvre de réforme religieuse initiée par le concile de Trente (1545-1563) met en place, pour plus de trois siècles, un catholicisme fortement marqué par l'encadrement clérical des fidèles, l'enseignement d'une doctrine désormais " épurée " n'empêche pas la survivance de croyances beaucoup plus anciennes.

Fustigées par le clergé sous le nom de " superstitions ", celles-ci coexistent avec la religion officielle dans de nombreux comportements, notamment dans les attitudes face à la maladie et à la mort. Cette coexistence est surtout le fait des classes dites " populaires ". Jusqu'à quel point peut-on pour autant parler d'une culture populaire quasi autonome dont se séparerait, de plus en plus nettement aux XVIIe et XVIIIe siècles, une culture des élites ?

10 lecteurs

" Synthèse très réussie d'un demi-siècle de travaux historiques tant français qu'étrangers sur notre espace national.

" Philippe Joutard, le Matin " Nous tenons avec ce livre notre nouveau petit Lavisse, avec la gloriole républicaine en moins et la pudeur des vrais savants en plus... " Jean-Pierre Rioux, Le Monde " Pour tous ceux qui, soit par goût personnel, soit par obligation professionnelle, ont à connaître de l'histoire de la France, le Carpentier-Lebrun est actuellement la référence fondamentale et indispensable.

" Jean Peyrot, Historiens et Géographes

La transmission d'un capital spirituel, moral, intellectuel et technique reste la question centrale de l'enseignement et de l'éducation.

Mais, entre 1480 et 1789, les conditions politico-religieuses ainsi qu'un bouleversement des techniques vont entraîner une césure durable aux formes multiples. Césure religieuse : la fin de l'unité nationale oppose les hommes du Livre, propagateurs de la lecture et de l'alphabétisation, aux catholiques défenseurs d'une instruction donnée par le clergé, donc orale. Césure sociale entre une culture des élites savantes, adeptes de la raison, de l'expérience et du partage entre science et foi, et une culture populaire attachée aux gestes, aux usages, aux fêtes magico-religieuses.

Césure intellectuelle enfin entre Anciens et Modernes, ceux-ci curieux des arts techniques-de Pascal à Diderot-tandis que les premiers privilégient l'apprentissage des enfants, le rôle du maître.

4 lecteurs

«Voici un livre qui (…) apporte des réponses aux questions que l'actualité pose aux Européens sur leur identité et l'avenir de leur continent. Arrivant à point nommé, ce livre obéit aussi à une nécessité indépendante des circonstances : il nous explique notre temps.»

1 lecteurs

Dans son grand livre sur la Méditerranée à l'époque de Philippe II, Fernand Braudel écrivait en 1949 : «Une étude historique, centrée sur un espace liquide, a tous les charmes, elle a plus sûrement encore tous les dangers d'une nouveauté.» Si le livre même de Fernand Braudel interdit de parler aujourd'hui de nouveauté, il fallait surmonter toutes les difficultés de la très longue durée. Voici une histoire, scientifique et vivante de la «mer intérieure» et des peuples qui habitent sur ses bords depuis les lointaines origines jusqu'à nos jours, voici un livre qui situe les quatre cents millions d'habitants actuels dans un site habité depuis la préhistoire et qui a été le théâtre de migrations, d'échanges, de conflits, de catastrophes naturelles qui ont fait un mare nostrum bordé de continents parfois à la dérive.

3 notes
13 lecteurs

XVIe, XVIIe, XVIIIe : trois siècles durant lesquels l'histoire du monde est bien d'abord celle de la domination de l'Europe sur le reste du monde.

Période qui s'ouvre avec les grandes découvertes et voit se dessiner les grandes évolutions telles que le renforcement des appareils d'États, avec la tendance générale à la centralisation dont bénéficient les grandes monarchies de l'Europe de l'Ouest, de la France de Louis XIV à la Prusse de Frédéric II, de l'Angleterre des George à la Russie de Pierre le Grand et de Catherine II ; puis à la fin de l'unité religieuse qui fait de l'Europe le théâtre d'affrontements sanglants ; l'émergence de la notion de l'équilibre européen après l'échec des tentatives d'hégémonie d'un Charles Quint puis d'un Louis XIV ; enfin la naissance de la science moderne avec Galilée et Newton et les débuts de la révolution industrielle.

Ce livre offre aux étudiants de premier cycle d'histoire et à tous ceux qu'intéresse cette période la trame événementielle indispensable. Des tableaux généalogiques, des cartes, un glossaire, un index et une chronologie complètent l'ouvrage et en font un outil clair et commode.

3 lecteurs

Présentation de l'éditeur

Une analyse des réalités de la vie conjugale (le mariage, la famille conjugale, les problèmes de la sexualité, l'enfant, la limitation du nombre des enfants) qui conduisent à une nouvelle lecture de la société d'Ancien Régime. Nouvelle présentation et ajout d'une bibliographie commentée sur les derniers ouvrages parus sur le sujet.

Biographie de l'auteur

François Lebrun, Professeur émérite d’histoire moderne à l’Université de Rennes II. On peut citer, parmi ses principales publications, Les hommes et la mort en Anjou aux XVIIe et XVIIIe siècles, La vie conjugale sous l’Ancien Régime, Se soigner autrefois. Médecins et sorciers aux XVIIe et XVIIIe, L’Europe et le monde. XVIe, XVIIe et XVIIIe siècle, Croyances et cultures dans la Finance d’Ancien Régime, Louis XIV le roi de gloire.

1 lecteurs

Quand est apparu le premier homme? Qui a inventé l'écriture?

Pourquoi les barbares déferlent-ils sur l'Europe? Comment vivait-on à l'époque de Christophe Colomb? Pourquoi et comment l'Europe se construit-elle? "Le Grand livre de l'Histoire" répond à toute ces questions.

Avec plus de 300 document, près de 500 cartes, 50 chronologie, des lexiques, des généalogies, "Le grand livre de l'Histoire" explique, illustre et restitue les grands moments de notre histoire mais aussi celle de l'Europe et du Monde, de la préhistoire à nos jours, offrant ainsi une vision complète du programme d'histoire du collège.

1 notes
2 lecteurs

Qu'est-ce que le 17e siècle

Depuis longtemps déjà, les historiens recherchent, au-delà des récits traditionnels de l'histoire politique, les réalités plus complexes d'une histoire totale. Totale parce que, ne se limitant plus à la seule Europe, voire à la seule France, elle veut faire leur place légitime aux autres continents. Totale parce que, sans négliger l'événement, elle entend mettre l'accent sur toute la vie du passé, s'efforçant d'en éclairer tous les aspects. Ce " nouveau " 17e siècle ne peut se ramener à une image simple, pas même celle du Roi-Soleil. C'est à la fois le siècle de Cromwell et de Louis XIV, des procès de sorcellerie et de Descartes, de Calderon et de Racine, de Rubens et de Rembrandt, et aussi d'Aureng-Zeb et de K'ang-hi, des " réductions " jésuites et des débuts de la traite des Noirs. Siècle foisonnant, complexe, comme la vie même

1 lecteurs
2 lecteurs

" Le métier de roi est grand, noble et délicieux "...

affirme le jeune Louis XIV qui, pendant un demi-siècle, régnera en monarque " absolu " sur vingt millions de Français. Héritier d'un royaume pacifié, il mène une politique hégémonique en Europe, part en guerre contre les Provinces-Unies et l'Espagne, affirmant sans relâche sa puissance militaire. Au faîte de sa gloire, il s'installe dans le grandiose palais de Versailles. Le faste de sa cour et le génie de ses artistes rehaussent l'éclat du Roi-Soleil.

Mais la misère du plus grand nombre, les guerres incessantes, les conflits religieux, les deuils de la famille royale assombrissent la seconde moitié du règne. " La France n'est plus qu'un grand hôpital désolé ", s'indigne Fénelon. Éclairant un pan majeur de l'histoire de France, François Lebrun retrace les splendeurs et les misères du " siècle " de Louis XIV.

3 notes
6 lecteurs

Une étude de cette période tout entière dominée par la figure du roi Louis XIV à qui revient l'entière responsabilité d'avoir voulu assurer et accroître sa puissance par la guerre, quitte à s'en repentir tardivement.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode