Livres
487 228
Membres
478 018

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-03T17:08:58+02:00

Tante Dahlia franchit en trombe le seuil de la porte. En tout temps et en toute circonstance, cette chère parente arbore un visage légèrement pourpre – complexion due à la pratique de la chasse au renard – mais on pouvait alors noter une nuance mauve un peu plus foncée que d’habitude. La respiration sortait par saccades et les yeux brillaient d’un éclat sinistre. Un homme moins intuitif que Bertram Wooster eût néanmoins pu deviner qu’il avait devant lui une tante contrariée. De toute évidence, la nouvelle qu’elle brûlait de m’apprendre bouillonnait dans son sein, mais elle la mit momentanément de côté afin de me reprocher d’être encore au lit à une heure pareille, me vautrant, dit-elle, dans une torpeur répugnante

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-03T17:08:41+02:00

J’ai l’habitude de m’attarder longtemps dans les bains turcs et il était donc assez tard quand je rentrai chez moi. J’avais fait un petit somme de deux ou trois heures dans ma cabine et ceci, joint à l’effet bénéfique d’un bain de vapeur suivi d’un plongeon dans la piscine glacée, avait ramené le rose à mes joues. À la vérité, c’est avec un gai tralala sur les lèvres que j’introduisis la clé dans la serrure et me dirigeai vers la salle à manger. Une seconde plus tard, mon allégresse était arrêtée net par la vue d’une pile de télégrammes sur la table

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-03T17:08:34+02:00

Eh bien ! j’affirme que j’aurais pu expliquer tout de cette affaire, mais je n’avais aucune envie de rester et d’entrer dans les détails. Sautant agilement de côté, je pris mes jambes à mon cou et filai comme le vent. Une voix cria : « Arrêtez ! », mais, naturellement, je n’en fis rien. Absurde suggestion, il faut bien le dire. Je me faufilai dans les petites rues et, en fin de compte, me retrouvai du côté de Sloane Square. Là, je pris un taxi et me dirigeai vers des lieux civilisés

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-03T17:08:27+02:00

Je dis « tout d’abord » parce que j’avais juste fait deux pas quand je marchai sur le chat, et marcher sur les chats est incompatible avec une démarche nonchalante et ennuyée. D’un seul bond, je franchis la porte à l’allure accélérée d’un homme poursuivi par la police qui fonce vers sa voiture après un coup de main. Le pot à crème s’échappa de mes mains et si je n’avais pas eu la chance de me cogner contre un concitoyen, j’aurais certainement atterri en vol plané

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-03T17:08:16+02:00

Je reconnus le gag – c’est un gag de Jeeves – et je me demandai où il pouvait bien l’avoir entendu. — Voyez ce garçon ! Je l’ai condamné à trois mois de prison, il n’y a pas bien longtemps, pour vol de bagages dans les gares et il est tout à fait évident que ce trimestre passé en prison a eu sur lui le meilleur effet. Il s’est réformé. — Ah oui ? fit le dictateur

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-03T17:08:08+02:00

— Eh bien ! si cela peut vous intéresser, dit Tante Dahlia, je n’ai pas non plus l’intention d’aller à ce mariage. Je n’ai aucune sympathie pour Sir Watkyn Bassett et je crois qu’il ne faut pas l’encourager. C’est une peste comme on en fait peu

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-03T17:08:00+02:00

Je frissonnai car c’est là, dans ma carrière, un incident sur lequel je n’aime pas à m’attarder. Voilà en bref ce qui s’était passé. Sa résistance nerveuse ayant souffert d’un contact prolongé avec les tritons, Gussie n’avait pas trouvé le courage de plaider sa cause auprès de Madeline et m’avait demandé de le faire pour lui.

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-03T17:07:53+02:00

D’après toutes les règles classiques, il eût été impossible de trouver un individu moins fait pour les déclarations tendrement murmurées dans de délicates oreilles, l’achat consécutif d’une bague et la publication des bans. Mais l’Amour trouve toujours sa voie. Rencontrant un jour Madeline Bassett et tombant amoureux avec pertes et fracas, il avait émergé de sa retraite, entrepris sa cour, réussi après de nombreuses vicissitudes à épingler l’objet aimé et, maintenant, le moment était proche où il revêtirait le pantalon rayé, mettrait le gardénia à sa boutonnière et descendrait les marches de l’église à côté de ce fléau de fille

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-03T17:07:45+02:00

Une chose que je ne sais jamais, quand je commence à raconter une histoire à propos d’un individu dont j’ai déjà parlé, c’est combien d’explications je dois fournir au départ. C’est là un problème qu’il faut examiner sous tous ses angles. Par exemple, dans le cas présent, si je pose en postulat que mes lecteurs savent tout de Gussie Fink-Nottle et que je me lance dans mon histoire de but en blanc, ceux qui ne sont pas au courant de la première histoire seront perdus dans le brouillard. Par ailleurs, si, avant de me lancer, je détaille la vie de mon bonhomme en huit volumes, ceux qui étaient déjà au courant bâilleront et grommelleront que c’est une vieille histoire et qu’ils aimeraient bien passer à autre chose

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-04-03T17:07:28+02:00

— Vraiment ! – Elle se mit à rire un peu plus fort que je ne l’eusse souhaité, étant donné mon fragile état de santé, mais, hélas ! c’est une femme qui a tendance à faire tomber le plâtre du plafond quand elle est amusée. – Spink-Bottle, hein ? Dieu le bénisse ! Comment était ce cher amateur de tritons 

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode