Livres
475 899
Membres
454 308

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par nadoss 2016-07-09T10:46:51+02:00

je compatis, mec.il suffit que tu leur passes la bague au doigt et elles serrent les cuisses.

- Cary! m'exclamais je en le fusillais du regard. Tu mérites que je te colle mon poing dans la figure

...

Attends de la voir en bikini bleu Perla(...) tes bijoux de famille seront de la même couleur!

- j'ai bien envie de te coller mon poing dans la figure moi aussi, répliqua gideon d'un ton suave. Ainsi tes yeux seront eux aussi assortis à son bikini

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2016-07-09T09:10:36+02:00

- Pauvre conne, grinçai-je. Avec qui crois-tu que les monstres se marient ? Avec des petites filles fragiles ? ou avec des monstres ?

Je fis une pause avant de lui cracher au visage :

- Tu as raison pour le conte de fées. Mais ce n’est pas lui la Bête. C’est moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2016-07-09T09:13:03+02:00

- Cary ! m'esclaffai-je.

- Quoi ? Il n'y a qu'à te regarder, baby girl. Tu es tonique grâce à ton Marathon Man, là.

Gideon leva les yeux de son téléphone.

- Tu peux me la refaire ? demanda-t-il.

- Je n'aurais su mieux dire, riposta Cary en me décochant un clin d’œil.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2016-07-09T09:11:46+02:00

Je m’écartai de Gideon, bien décidée à faire valoir mon point de vue.

- J’aime dormir avec lui. Parfois, je me réveille au milieu de la nuit et je le regarde. Parfois, je me réveille et je n’ouvre même pas les yeux, je me contente de l’écouter respirer. Je perçois son odeur, la chaleur de son corps. Et je sais que ça lui permet de mieux dormir, à lui aussi.

- Mon ange, murmura Gideon.

Afficher en entier
Extrait ajouté par la-voyageuse 2016-07-13T04:24:02+02:00

Je m’étais battue pour lui. Il avait tué pour moi. Le lien qui nous unissait, ancien et primitif, transcendait toute définition. Il pouvait me prendre, se servir de moi. Je lui appartenais. Je l’avais fait attendre et il m’avait autorisée à le faire pour des raisons que je n’étais pas certaine de connaître. Il me rappelait à présent que je pouvais toujours m’éloigner de lui et chercher à garder mes distances, mais que sa main tiendrait toujours les chaînes qui nous reliaient. Et qu’il me ramènerait vers lui quand cela lui chanterait, parce que je lui appartenais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2016-07-09T09:12:51+02:00

- Tout à fait. Aimer et accepter l’autre. Nouer des liens d’amitié. Faire confiance. Un monde entièrement nouveau s’ouvre à vous.

Je me passai la main sur la nuque.

- Et que suis-je censé en faire ?

- Rire davantage est un bon début, répondit Petersen en souriant. Pour le reste, on verra ensuite.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2016-07-09T09:11:28+02:00

- Ton bonheur passe donc avant tout le reste, et au diable, le mien ?

- Tu n’es pas heureux de partager mon lit ?

Un muscle de sa mâchoire tressaillit.

- Ne finasse pas, Eva. Tu refuses de prendre en considération ce que je ressentirais si je te faisais du mal,

D’un coup, ma contrariété se mua en honte.

- Gideon…

Afficher en entier
Extrait ajouté par MelieGrey 2016-08-20T14:13:47+02:00

Mon pauvre mari ! Il était habitué à ce que sa parole ait force de loi et il avait eu l'idée saugrenue d'épouser une femme que moi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2016-07-09T09:13:42+02:00

Pas de robe, pas de fleurs, pas de formalités ni de rituel. Rien que Gideon et moi, engagés l'un envers l'autre, entourés de ceux qui nous aimaient.

Gideon me souleva dans ses bras et me fit tourner en l'air, m'arrachant un rire de pur plaisir.

- Je t'aime ! criai-je à la face du monde.

Mon mari me reposa et m'embrassa à perdre haleine. Approchant ensuite les lèvres de mon oreille, il chuchota :

- Crossfire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par FiftyShadesDarker 2016-07-09T09:12:34+02:00

Quant à moi, je mourais d’impatience de retrouver mon mari. Sachant que le stress se traduisait par des cauchemars, je sortis mon portable et lui envoyai un texto. Rêve de moi.

Sa réponse lui ressemblait tellement qu’elle me fit sourire. Vole plus vite.

Ces trois mots suffirent à m’apprendre qu’il avait repris les choses en main.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode