Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
<< Voir tous les extraits
Par morgane.j le 08-02-2011 Editer
Filles de Lune, Tome 5 : L'Héritier
3eme partie:
Nous avons perdu Alicia seize mois plus tard, après
qu’elle eut livré un combat acharné, mais trop difficile pour
24
une si petite fille. Malgré tout son courage, elle n’a pu
survivre à la chimiothérapie ; elle n’arrivait pas à récupérer
suffisamment entre les cycles de traitements, que nous
devions sans cesse reporter. Mais le mal, lui, ne souffrait pas
les retards et profitait du sursis qui lui était accordé pour
gagner du terrain et augmenter son emprise sur un corps
trop affaibli pour se défendre. Je ne revois que trop bien
cette chambre de soins palliatifs pour enfants, ces médecins
désolés mais impuissants, ces infirmières aux regards fuyants
parce qu’elles ne savaient que dire, parce qu’il n’y avait rien
à dire... Il n’y avait pas de mots pour de telles horreurs, il
n’y en aura jamais. Il n’y avait que l’impuissance totale, la
souffrance brute et l’incompréhension. Cette incompréhension
qui m’habite encore aujourd’hui.
J’ai porté ma fille en terre au mois de mai, juste avant la
fête des Mères. Puis, six mois plus tard, ce fut le tour de
Francis, mon conjoint. Il a perdu la maîtrise de son véhicule
dans un virage et le fardier qui venait en sens inverse n’a pas
pu l’éviter. Francis est mort sur le coup. C’est la police qui a
soutenu la thèse de la perte de contrôle, pas moi. Je n’y ai pas
cru et n’y croirai jamais. Francis est parti le 16 novembre,
jour de l’anniversaire d’Alicia. Elle aurait eu trois ans. Et lui
vingt-huit, s’il avait choisi de rester. Mais il a préféré courber
le dos sous le poids d’un fardeau trop lourd pour quelqu’un
de si jeune. Je ne le blâme pas, non, mais je me demande
souvent s’il a eu une petite pensée pour moi, qui ai maintenant
un double deuil à porter et toute une vie pour le revivre.
La vague à mes pieds arriva juste à temps pour me tirer
de ma rêverie et me ramener sur les berges de Saint-Josephde-
la-Rive, dans Charlevoix, en ce soir d’avril 1999. Cinq mois
s’étaient écoulés depuis que ce deuxième vide immense
s’était installé en moi. Pour l’éternité ? Je hausse les épaules.
Je ne sais pas si je serai capable d’aimer de nouveau, de peur
de revivre cet enfer.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.