Livres
477 239
Membres
457 535

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Pour créer le personnage du Fléau, Joseph Delaney eut quelques difficultés, jusqu'à ce que la solution lui apparaisse d'étrange façon.

Une nuit, tandis qu'il dormait, il dit soudain à voix haut: "On m'a entravé. Je suis captif. Tel est mon sort!"

Était-il possédé par le Fléau? Sa femme, Marie, nota ces mots et les lui montra le lendemain matin. Dès lors, le problème était résolu. Cette phrase devint celle que la créature murmure à Tom quand il rêve.

Afficher en entier

L'Epouvanteur a eu de nombreux apprentis, me dit maman. Mais peu ont achevé leur formation. Et ceux qui y sont parvenus sont loin d'être à la hauteur. Ils sont fragiles, veules ou lâches. Ils se font payer fort cher de bien maigres services. Il ne reste que toi, mon fils. Tu es notre dernière chance, notre dernier espoir. Il faut que quelqu'un le fasse. Il faut que quelqu'un se dresse contre les forces obscures. Tu es le seul qui en soit capable.

Afficher en entier

Spoiler(cliquez pour révéler) Des trois qui affronteront le Fléau, deux seulement sortiront vivants des galeries. Toutefois, si maintenant tu renonces, sache que ceux qui sont déjà en bas mourront, et qu'ils mourront pour rien.

Afficher en entier

En cette vie, il est parfois nécessaire de se sacrifier pour que d'autres soient sauvés.

Afficher en entier

le fléau a plus de mal à contrôler une femme qu'un homme. Les femmes sont des êtres obstinés et souvent imprévisibles.

Afficher en entier

"[...]le début de la connaissance est d'accepter son ignorance."

p.53, chap.3

Afficher en entier

Quelle force démoniaque pousse des hommes qui furent bons à infliger de telles souffrances à leurs semblables et convainc de braves gens à accepter ces atrocités, voire à les encourager ?

Afficher en entier

Mes mains se mirent à trembler si fort que je pouvais à peine continuer à lire. J’appris ensuite que certaines sorcières utilisaient la magie des ossements, et que d’autres tiraient leur pouvoir de l’invocation des morts. Mais Mère Malkin était la plus redoutable : elle se servait de la magie du sang. Elle puisait ses forces dans le sang humain, et se montrait particulièrement avide du sang des enfants.

Afficher en entier

Dans ce travail, on ne cesse d'apprendre, et le début de la connaissance est d'accepter son ignorance.

Afficher en entier

Il marqua une pause, puis il poursuivit :

- C'est à propos de ta mère, de notre rencontre...

- Tu verras d'autres printemps, papa ! m'écriai-je.

Cependant, j'étais surpris. De toutes les merveilleuses histoires de mon père, il y en avait une, justement, qu'il ne nous avait pas contée : celle de sa rencontre avec maman. Il n'était jamais disposé à en parler. Si on l'interrogeait, soit il changeait de sujet, soit il nous envoyait le demander à notre mère. Nous n'avions pas osé. Il y a des choses qu'on ne comprend pas, quand on est enfant, mais on ne pose pas de questions. On sait d'instinct que les parents n'ont pas envie d'y répondre. Aujourd'hui, c'était différent.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode