Livres
472 471
Membres
445 038

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Lecturesdunenuit 2015-09-22T13:22:09+02:00

« Bon, où retrouvons-nous Anjali?

- Toi, tu ne retrouves Anjali nulle part.

- Bien sûr que si. Je suis têtu, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué.

- Je ne comprends pas, Aaron. Tu penses réellement que nous complotons quelque chose? Parce que, si nous voulions comploter, nous pourrions parfaitement le faire quand tu n'es pas là pour nous espionner. Alors réponds-moi: pourquoi tu me suis?

- Je ne sais pas, Elizabeth

- Peut-être parce que je ne supporte pas d'être séparé de toi ?

Son sourire, un mélange exquis de sarcasme et de sincérité, découvrit ses magnifiques dents blanches.

- Si c'était vrai, tu ne l'avouerais jamais.

- Tu as peut-être raison. Ou alors je pense ne rien risquer du tout en te le disant parce que je sais que tu ne me croirais jamais capable d'avouer une telle chose si elle était vraie.

- Ou bien tu t'exprimes par circonlocutions dans le but de m'embrouiller, pour ne pas avoir à répondre à ma question.

- S'exprimer par circonlocutions n'est pas pire que de décrire des circonvolutions pour aller aux toilettes.

- Si tu n'aimes pas ma façon de marcher, tu n'as qu'à pas me suivre.

- Oh mais si, j'aime ta façon de marcher ! Beaucoup même. Je te regarderais marcher volontiers toute la soirée. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par MaMt 2014-09-20T23:47:16+02:00

_ Le Doc t'a donné une clé et la première chose que tu fais, c'est jouer avec la magie?

Aaron s'était exprimé d'un ton aussi sévère que celui que M. Mauskopf employait lorsqu'il rendait des interrogations écrites.

_ Je ne suis pas en train de jouer, me défendis-je avec autant de dignité que je pus trouver en moi dans cette position. Marc a réparé ces sandales, et je les testais.

Aaron se pencha, si bien qu'il me regardait à présent à l'endroit:

_ Oh, tu les "testais", hein? Je dois dire qu'il est un peu difficile de te prendre au sérieux quand tes cheveux sont dressés sur ta tête. Même si tu es mignonne, comme ça. On dirait un balai avec un visage.

_ Merci _ tes cheveux aussi sont rigolos, répliquai-je assez puérilement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MaMt 2014-09-20T23:46:07+02:00

Comme je m'ennuyais et m'impatientais, j'allai de nouveau flâner pour me distraire. Du coin de l’œil, je vis quelque chose bouger derrière moi. Je me retournai vivement et me figeai sur place.

Je constatai, rassurée, que c'était juste moi, _ enfin, mon reflet dans un grand miroir accroché au râtelier à tableaux. Avais-je réellement cette mine sombre et défaite?

Je me fis une grimace et dis:

_ Miroir, miroir joli, qui est la plus belle du pays?

Les lèvres de mon reflet remuèrent, et une voix parfaitement identique à la mienne me répondit:

_ Tu ne le sais toujours pas, Eliza? Alors, écoute ça: ce n'est pas toi.

Je me considère comme une personne assez sensée. J'ai grandi à New York; j'en ai vu des choses! Je ne suis pas le genre de filles qui confond les contes de fées avec la réalité! Cependant, dès que j'entendis le miroir parler, je sus que ce n'était pas le fruit de mon imagination _ c'était réellement de la magie. Je le sus avec autant de certitude que l'on reconnaît la voix de sa mère, que l'on sait qu'il faut retirer sa main d'une plaque de cuisinière chaude avant même que son cerveau n'enregistre la douleur. Mon cœur se mit à battre d'excitation _ d'excitation, mais pas de doute.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Tamira 2016-06-13T20:58:32+02:00

Il posa une main sur mon épaule et me chuchota à l'oreille:

-T u peux t'adosser contre moi; ça ne me dérange pas.

Je m'appuyai alors contre ses jambes, les joues enflammées. D'un geste distrait, il joua avec mes cheveux. J'aurai voulu avoir un peigne de sirène en état de fonctionnement. Pourtant, Aaron paraissait aimer mes cheveux tels qu'ils étaient. Jaya sourit, satisfaite. J'essayai de me concentrer sur les basketteurs et de l'ignorer, mais c'était difficile.

Afficher en entier
Extrait ajouté par snoukette74 2015-02-26T20:53:10+01:00

Lorsque Aaron alla aux toilettes après le troisième quart-temps, Katie, une élève de mon cours de français, se pencha vers moi et me demanda :

- C'est ton petit copain ? Il est vraiment mignon !

- Qui ? Aaron ? non, ce n'est qu'un ami, niai-je.

- C'est faux ! me contredit Jaya. C'est carrément ton amoureux !

- Ce n'est pas vrai. Nous travaillons juste ensemble après les cours.

- Ne m'écoute pas, insista Jaya. Elle lui plaît. Ils se disputent tout le temps, et il lui met toujours des fleurs derrière l'oreille.

- Jaya ! Tu racontes n'importe quoi !

Katie sourit et ajouta :

- J'ai compris. Il est mignon, mais il est pris. C'est toujours pareil !

Afficher en entier
Extrait ajouté par MaMt 2014-09-26T23:57:14+02:00

_ Bon, où retrouvons-nous Anjali?

_ Toi, tu ne retrouves Anjali nulle part.

_ Bien sûr que si. Je suis têtu, au cas où tu ne l'aurais pas remarqué.

_ Je ne comprends pas, Aaron. Tu penses réellement que nous complotons quelque chose? Parce que, si nous voulions comploter, nous pourrions parfaitement le faire quand tu n'es pas là pour nous espionner. Alors réponds-moi: pourquoi tu me suis?

_ Je ne sais pas, Elizabeth _ peut-être parce que je ne supporte pas d'être séparé de toi?

Son sourire, un mélange exquis de sarcasme et de sincérité, découvrit ses magnifiques dents blanches.

_ Si c'était vrai, tu ne l'avouerais jamais.

_ Tu as peut-être raison. Ou alors je pense ne rien risquer du tout en te le disant parce que je sais que tu ne me croirais jamais capable d'avouer une telle chose si elle était vraie.

_ Ou bien tu t'exprimes par circonlocutions dans le but de m'embrouiller, pour ne pas avoir à répondre à ma question.

_ S'exprimer par circonlocutions n'est pas pire que de décrire des circonvolutions pour aller aux toilettes.

_ Si tu n'aimes pas ma façon de marcher, tu n'as qu'à pas me suivre.

_ Oh mais si, j'aime ta façon de marcher ! Beaucoup même. Je te regarderais marcher volontiers toute la soirée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par MaMt 2014-09-26T23:56:57+02:00

Je pris mon temps, lus les graffitis sur les murs de la cabine, puis me remis du brillant à lèvres. Je m'aperçus que j'avais belle allure: un air assuré, un peu féroce, et de très beaux cheveux. Était-ce l’œuvre du peigne magique?

Je le pris dans mon sac et me coiffai de nouveau.

Lorsque je ressortis des toilettes, Aaron m'attendait, appuyé contre le mur. Il inclina la tête et scruta mon visage.

_ Tu n'avais pas besoin de passer tant de temps à te remaquiller pour moi, dit-il. Non pas que tu ne sois pas jolie, bien entendu, mais tu as mis trop de mascara. Je préfère le look naturel.

_ Je ne porte pas de mascara.

_ Non? Hmm...

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marie-3 2017-06-21T17:22:37+02:00

- Non seulement les objets de cette collection sont extrêmement dangereux, mais avoir connaissance de leur existence l'est également.

- Absolument, confirma le doc. Souviens-toi Elizabeth : ne parle à personne de la magie qui est présente ici. Au mieux, les gens ne te croiraient pas. Au pire, ils te croiraient.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Tamira 2016-06-13T20:55:52+02:00

Je dus me concentrer très fort pour que mon anneau me conduise sur le bon quai. Chaque fois que je laissais mon esprit vagabonder, je m'aperçus que ma bague me tirais vers l'ouest-sur les traces d'Aaron qui traversait le parc bus.

Afficher en entier
Extrait ajouté par queenregina 2016-05-29T14:27:33+02:00

— Oh, nous avons de la chance ! se réjouit Anjali. Petite-table-sois-mise ! Quelqu’un a faim ?

— C’est le modèle français ou allemand ? se renseigna Marc.

— Allemand. Le modèle français a été emprunté, comme d’habitude.

— Qu’est-ce que c’est, « Petite-table-sois-mise » ? m’enquis-je.

Anjali sortit de l’armoire une petite table en bois :

— Tu ne connais pas le conte de Grimm intitulé Petite-table-sois-mise, ou l’Âne-à-l’or et Gourdin-sors-du-sac? Lorsque tu le lui demandes, la petite table se couvre de nourriture.

— Mais elle est cassée, puisqu’elle est entreposée ici? supposai-je.

— Ça m’étonnerait. Elle a sans doute juste besoin d’un bon nettoyage, comme chaque fois.

Anjali lut un bout de papier attaché à l’un des pieds de la table :

— Ouais. Quelqu’un y a renversé de la bière, fait tomber du boudin noir ou quelque chose comme ça. Nous allons devoir la frotter, alors nous ferions bien de casser la croûte avant. Petite table, sois mise !

En un clin d’œil, il y eut tant de plats fumants sur la table qu’elle s’incurva légèrement en son centre et produisit un petit grincement.

— Waouh! Ça a l’air bon! Mais... Enfin... A-t-on le droit de faire ça? objectai-je. Ne sommes-nous pas censés ne toucher à aucun article magique ?

— Là, c’est le même principe que pour la traite des vaches. La table devient nerveuse si elle reste trop longtemps sans nourrir personne, m’expliqua Anjali. Et, de toute façon, il faudra bien qu’on la touche pour la nettoyer.

Anjali souleva le couvercle d’un plat. Une forte et appétissante odeur de chou emplit la pièce.

— Vous voulez commencer par les saucisses ou les pommes de terre ? demanda Anjali.

— Par les saucisses ! décida Marc.

— D’accord...

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode