Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
Par viedefun le 21-02 Editer
Le secret du lac
Gray… la seule évocation de son prénom la faisait frissonner. Mais ce n’était rien comparé à la violence des sensations qu’elle éprouvait en sa présence. Il suffisait qu’elle l’aperçoive et son cœur s’emballait, ses jambes se mettaient à trembler et le rouge lui montait aux joues. Elle avait bien essayé de maîtriser ses émotions, mais sans succès. Pour se rassurer, elle se disait que son admiration pour lui n’avait rien que de très normal. Après tout, Gray était considéré comme un dieu à Prescott. Un dieu un peu vaurien sur les bords. Protégé par la fortune des Bouvier, il faisait les 400 coups et sa réputation de séducteur était déjà bien établie. Son charme insouciant faisait des ravages parmi les femmes de la région et quoique les Bouvier eussent déjà engendré bon nombre de noceurs, Gray semblait bien parti pour être le pire de tous.
Par viedefun le 21-02 Editer
Le secret du lac
Elle était pieds nus et son short élimé découvrait ses petites jambes grêles. Elle ne craignait pas les égratignures, ni même les morsures de serpent ; Clémence était une créature farouche, la forêt était son élément. Elle avait attaché ses longs cheveux auburn avec un élastique pour être libre de ses mouvements et se faufilait entre les arbres comme un elfe.
Par viedefun le 21-02 Editer
Le secret du lac
Le dernier des Devlin était mongolien. Gray ne l’avait vu qu’une ou deux fois, toujours accroché aux jambes de la plus jeune. Comment s’appelait-elle déjà ? Ah oui, Clémence. Drôle de prénom pour une Devlin. Clémence, cela évoquait l’innocence, la pureté, mais avec une famille comme la sienne, l’avenir de cette pauvre gamine était déjà tout tracé. Dans quelques années, elle serait exactement comme sa mère et sa sœur ; dès qu’elle serait un tant soit peu formée, tous les garçons de Prescott la poursuivraient simplement parce qu’elle s’appelait Devlin et elle ne leur résisterait pas bien longtemps.
Par viedefun le 21-02 Editer
Le secret du lac
Elle ne le lui demandait que pour la forme. Scottie mangeait plus facilement la purée et c’était ce qu’elle préparerait de toute façon. Elle passa la main dans les cheveux bruns de son frère et retourna peler les pommes de terre. Ces derniers temps, Scottie était moins vif et ses lèvres prenaient de plus en plus souvent une coloration bleu foncé lorsqu’il jouait. Son cœur faiblissait, comme les médecins l’avaient prédit et il n’y aurait pas de transplantation cardiaque miraculeuse pour lui. Même si les Devlin en avaient eu les moyens, aucun chirurgien n’aurait accepté d’opérer un petit garçon qui ne serait jamais capable de s’habiller normalement, de lire ou même de balbutier quelques mots. La gorge de Clémence se serrait lorsqu’elle songeait au peu de temps qui lui restait encore à vivre. Les médecins étaient déjà étonnés qu’il eût survécu aussi longtemps. À une époque, Clémence s’était souvent demandé si Scottie était le fils de Guy Bouvier. Matériellement, c’était plus que possible ; cela l’avait rendue furieuse. Il aurait eu les moyens de le soigner, lui, ou au moins d’adoucir sa brève existence. Mais bien sûr, engendrer un fils débile n’avait rien de glorieux, mieux valait faire comme s’il n’existait pas !
Par viedefun le 21-02 Editer
Le secret du lac
Et cependant, il lui avait fallu beaucoup de courage pour se décider à revenir. Les paroles de Gray Bouvier marquaient encore sa mémoire au fer rouge. Même si elle parvenait parfois à les oublier des jours durant, la douleur était toujours là, insidieuse, lancinante. Vous n’êtes que de la racaille… ! La blessure que Gray lui avait infligée cette nuit-là ne s’était jamais refermée. Il les avait chassées, elle et sa famille, comme des chiens galeux et le plus ironique était qu’il l’avait fait pour rien. Car contrairement à ce que tout le monde avait pensé à l’époque, Renée était parfaitement innocente du crime qu’on lui reprochait. Oh, sa mère n’avait jamais été une sainte et si Guy le lui avait proposé, sans doute aurait-elle accepté de s’enfuir avec lui. Seulement voilà, il ne l’avait pas fait et Renée était totalement étrangère à la mystérieuse disparition de Guy Bouvier douze ans auparavant.
Par viedefun le 21-02 Editer
Le secret du lac
Depuis toute petite, Clémence avait appris à saisir chaque moment de liberté. Il y en avait trop peu dans sa vie pour les laisser échapper. La plupart du temps, elle les consacrait à lire. Elle adorait les livres et dévorait tout ce qui lui tombait sous la main. Les mots étaient comme un philtre magique. Lorsqu’elle lisait, la vie et ses misères disparaissaient ; elle naviguait alors dans un univers merveilleux où la « racaille Devlin » n’existait plus. Elle devenait quelqu’un de différent, quelqu’un de bien. Elle avait appris à ne pas lire devant son père ou ses frères qui se moquaient d’elle ou allaient même parfois jusqu’à lui arracher le livre des mains pour le jeter au feu. Ses efforts pour le récupérer provoquaient toujours chez eux des hurlements de rire. Sa mère, elle, se contentait de grommeler, prétendant que Clémence perdait son temps et qu’elle ferait mieux de s’occuper à quelque chose d’utile, mais Renée ne s’en était jamais prise aux livres. Jodie aussi se moquait d’elle, mais pas méchamment comme ses frères. Elle ne comprenait pas que sa sœur préfère rester le nez dans un livre au lieu de l’accompagner dans ses sorties.
Par viedefun le 21-02 Editer
Le secret du lac
En cet instant pourtant, le sentiment bizarre d’avoir retrouvé ses racines l’emportait presque sur l’amertume. D’autant plus bizarre d’ailleurs que, lorsqu’elle vivait à Prescott, on lui avait toujours fait sentir qu’elle n’était qu’une paria. Mais au-delà de toute raison, son instinct lui disait qu’ici elle était chez elle. Tout le lui prouvait. Les parfums colorés qu’elle n’avait retrouvés nulle part ailleurs, les visions imprimées dans sa mémoire depuis l’enfance, les lieux que chaque cellule de son corps reconnaissait. Elle était née ici, avait grandi ici, et ses souvenirs avaient beau ne pas être joyeux, des liens invisibles qu’elle n’aurait jamais soupçonnés la rattachaient indissolublement à Prescott.
Par viedefun le 21-02 Editer
Le secret du lac
Toute la région savait que son père couchait avec Renée depuis des lustres. Gray n’y trouvait pas spécialement à redire. Même s’il aimait sa mère, il ne pouvait blâmer Guy d’aller se distraire ailleurs. D’ailleurs sa mère elle-même ne s’en plaignait pas. Noëlle Bouvier avait horreur des contacts physiques, y compris de la part de ses enfants. À trente-neuf ans, aussi belle qu’une madone, elle en avait également la froideur. Comment diable avait-elle pu avoir des enfants ? Et comment Guy aurait-il pu lui être fidèle ? Doté du tempérament fougueux des Bouvier, Guy était un homme au sang chaud et il était passé dans de nombreux lits avant de prendre Renée pour maîtresse plus ou moins attitrée. Moyennant quoi il se montrait un mari attentionné pour Noëlle, laquelle s’accommodait très bien de ses frasques. Il ne la quitterait jamais. Gray ne se faisait pas le moindre souci à ce sujet.
Par Manou- le 20-01-2014 Editer
Le secret du lac
Comme elle sortait du bureau du shérif, elle aperçut soudain dans le couloir une haute silhouette carrée aux longs cheveux attachés en catogan debout devant l’accueil.
Son cœur fit une embardée. Affolée de se trouver en face de Gray, elle pivota aussitôt et repartir en sens inverse vers le bureau du shérif. C’était ridicule, mais elle avait beau se dire qu’il faudrait tôt ou tard qu’elle lui parle, ses jambes ne lui obéissaient pas.
Elle entendit sa voix grave l’appeler et accéléra. Au bout du couloir, elle jeta un coup d’œil derrière elle et le vit arriver à grandes enjambées. Il n’était plus qu’à quelques mètres et ses yeux noirs la transpercèrent. Elle repartit comme une flèche. Les toilettes pour dames ! Elle s’y précipita. Adossée à une porte, une main sur la poitrine pour essayer de calmer les battements de son cœur, elle songea un instant à aller s’enfermer dans une des cabines, mais n’en eut pas le temps.
La porte s’ouvrit brutalement et Clémence dut bondir pour ne pas se faire assommer. Gray se tenait dans l’embrasure, immense, menaçant, la mine sombre et les prunelles glacées. Elle recula et buta la rangée de lavabos. La petite pièce ne lui laissait guère d’issue.
— Tu n’as pas le droit d’entrer ici ! bredouilla-t-elle, paniquée.
Gray s’avança et referma tranquillement la porte.
— Vraiment ?
Elle respira à fond pour se calmer.
— Quelqu’un peut venir.
— Et alors ? fit-il en se rapprochant.
Il était si près qu’elle dut renverser la tête en arrière pour le regarder dans les yeux.
— C’est toi qui as choisi le lieu, pas moi.
— Je n’ai rien choisi du tout, lança-t-elle. J’essayais de t’éviter.
— J’avais remarqué. On peut savoir ce que tu faisais au palais de justice ?
Il n’y avait aucune raison de ne pas l’informer.
— J’ai trouvé une autre lettre anonyme sur le pare-brise de ma voiture ce matin et je l’ai apportée au shérif.
L’expression de Gray s’assombrit encore d’un cran.
— Bon Dieu, Clémence, tu…
— Mc Fane m’a conseillé de prendre un chien, lança-t-elle pour l’empêcher de continuer, et j’allais justement au chenil. Si tu veux bien me laisser passer…
— Inutile d’aller là-bas, je t’en donnerai un, répliqua Gray, peu disposé à s’écarter. Pourquoi n’as-tu pas répondu quand je t’ai appelée hier ?
— Parce que je ne voulais pas te parler ! Et je m’achèterai mon chien moi-même, merci ! Je te signale aussi que si tu espérais être père, c’est loupé !
Il haussa les sourcils.
— Comment le sais-tu, tu as eu tes règles ?
— Non, mais tu as déjà entendu parler de cycles, pas vrai ?
— Ma chérie tu ne serais pas la première à tomber enceinte alors que ce n’est pas le bon moment !
— Je sais ce que je dis, répliqua-t-elle en glissant vers la porte.
Gray la saisit par la taille.
— Tiens-toi tranquille, bon sang ! Tu essaies toujours de t’enfuir. Qu’est-ce que tu crois que je vais te faire ?
— Ce que tu as fait la dernière fois.
Aussitôt, elle rougit. Finalement, l’instinct qui lui avait commandé de fuir n’était pas aussi ridicule que ça. Il suffisait que Gray soit près d’elle pour que son corps la trahisse. Elle avait beau s’efforcer de l’ignorer, le désir s’insinuait peu à peu en elle. Son ventre se crispait, une douce chaleur l’envahissait…
Gray lui coula un regard tendre.
— Ne me dis pas que tu n’as pas aimé, je ne te croirai pas… Je t’ai sentie vibrer entre mes bras.
Clémence s’empourpra, et pas seulement de gêne. Si seulement il ne la tenait pas plaquée contre lui, si seulement elle ne sentait pas la chaleur de son corps dur et viril !
— Eh bien, je te le dis quand même, répondit-elle calmement en s’apprêtant à proférer le plus gros mensonge de sa vie. Je n’ai pas aimé et je ne veux plus jamais recommencer.
— Tu mens, dit-il les yeux soudés aux siens. Et en ce moment même, tu meurs d’envie que je t’embrasse.
Le cœur de Clémence battait à tout rompre. Ses seins sensibles à l’extrême se tendaient douloureusement contre la dentelle de son soutien-gorge. Elle leva les yeux et se perdit dans l’éclat de ses prunelles sombres.
— Clémence, murmura-t-il.
Le désir les enchaînait l’un à l’autre comme une corde. Et petit à petit, la corde se raccourcissait, les rapprochant inexorablement. Soudain affolée elle plaqua les mains sur son torse et le repoussa. Mais elle aurait pu aussi bien essayer de déplacer un bloc de marbre.
— Non Gray pas ici !
Il n’écoutait pas ses yeux étaient rivés à ses lèvres. Ses mains lui enserraient la taille et l’attiraient contre lui. Elle ne peut retenir un gémissement au contact de son corps musclé et brulant. Il baissa le visage pour l’embrasser et elle entrouvrit instinctivement les lèvres. Sa bouche était chaude, douce. (…)


Des coups résonnaient maintenant sur la porte.
— Qu’est-ce que vous fichez là-dedans ? cria une voix aigüe de femme. Ce sont des toilettes pour dame !
Gray redressa la tête et dédia à Clémence un sourire en coin en lui chuchotant d’un air complice :
— Si on lui jure que je suis une femme, tu crois qu’elle nous croira ?
Clémence éclata de rire.
Par Matoline le 20-01-2014 Editer
Le secret du lac
" Elle s'approchait, une pile de vêtements dans les bras. Non, c'était vers le camion qu'elle se dirigeait. Il regarda au passage ses yeux verts, félins, mystérieux et troublants. Son cœur se mit à battre plus vite. A la voir ainsi, si proche, il perdit son sang-froid et la colère l'étouffa presque. Il voulait lui faire payer le désir honteux qu'elle suscitait en lui. Il voulait lui faire mal.
- Vous n'êtes que de la racaille ! lança-t-il avec hargne lorsqu'elle fut à sa hauteur. Toi, autant que les autres !
Elle s'arrêta net, le petit dans ses jambes, mais ne le regarda pas, gardant les yeux fixés droit devant elle. La pureté de son visage augmenta encore la rage de Gray.
- Ta mère est une putain, ton père un ivrogne et tôt ou tard tu leur ressembleras. Alors fiche le camp d'ici, et ne reviens jamais !"
  • aller en page :
  • 1
  • 2
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.