Livres
458 292
Membres
411 373

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par x-Key 2012-08-21T15:46:12+02:00

Mais peut-être n'ai-je pas su t'écouter ? Écouter tes silences, tes absences. Moi qui passe mes journées à écouter, pourtant.

Je t'aurais expliqué... Qu'on n'oublie pas, qu'on ne guérit jamais de la passion. Ni de l'humiliation. L'humiliation d'avoir offert ce que l'on a de plus précieux avec, en retour, le mépris absolu.

Non, on ne guérit pas. Mais avec le temps, on reconstruit sa vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par x-Key 2012-08-21T15:45:26+02:00

Mais avoir froid ou mal, c'est encore être vivant.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Hrader 2012-02-16T01:54:35+01:00

Il sursaute. Ça vient de l’obscurité. Il plisse les yeux, distingue une forme dans le fond de l’immense cave, de l’autre côté de l’infranchissable séparation.

— Qui… Qui êtes-vous ?

— Vous ne vous souvenez pas ?!

Soudain, cette voix… Une cascade d’images jaillit brutalement de son esprit. Une femme. Rousse, plutôt charmante. Oui, il se souvient. Un peu…

Il l’a suivie chez elle… Mais où l’a-t-il rencontrée ?

Ça, il ne s’en souvient plus. Ils ont partagé un verre, il l’a prise dans ses bras… Ensuite, c’est le trou noir.

Comment elle s’appelle, déjà ?

Il s’approche des barreaux, s’y accroche des deux mains. Fait une tentative.

— Lydia ?

— Je vois que la mémoire revient, commandant !

Afficher en entier
Extrait ajouté par vivie10 2018-03-31T18:02:27+02:00

"Il frappe trois coups contre la porte, n'obtient aucune réponse. Normal, la télé beugle à tue-tête ; "les Feux de l'amour", cette éternelle série qui ne disparaître des écrans qu'après une catastrophe nucléaire mondiale".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sara-Rose 2017-10-28T12:59:59+02:00

Mais.......... est-ce qu'on a couché ensemble au moins ? Je m'en souviens même plus ! En tout cas, si je l'ai sauté, ça n'a pas dû lui plaire ! Sinon, je me serais réveillé dans son pieu, pas dans sa cave !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Stephanelefort 2017-01-01T10:47:22+01:00

Mercredi 15 décembre

 

Il ouvre les yeux sur une aube hostile, glacée.

Des courbatures partout. Le béton en guise de matelas, sans doute. Le froid aussi, qui l’a enlacé furieusement, des heures durant…

Il a très mal dormi mais beaucoup rêvé. Déliré, presque.

Rêvé de son pieu, chaud et confortable ; de sa femme.

Et d’elle, aussi. Encore et toujours le même songe fantasmatique : chacun d’un côté des barreaux, le plaisir inouï…

Ces barreaux qui, justement, le narguent en silence. Inébranlables. Il scrute non sans angoisse la pénombre qui l’encercle. Non, le monstre n’est pas là…

La fringale se réveille en même temps que lui. Bientôt quarante-huit heures de jeûne.

Là encore, une sensation inconnue ; il avait toujours bouffé à sa faim.

Il se déplie, s’étire, grimace d’inconfort.

Dehors, le ciel est dégagé, une belle journée s’annonce. Ce constat lui serre le cœur ; une belle journée, oui. Pas pour moi. Moi qui suis là, à me décomposer dans une cave.

Allez, Ben, bats-toi ! Reste fort ! Ils sont en train de te chercher, vont bien finir par te trouver !

Me trouver ? Comment feraient-ils ?… C’est là qu’on va voir s’ils tiennent à leur chef ! Curieuse pensée…

Il se plante devant le lavabo, constate qu’il n’y a pas d’eau chaude, évidemment. Il vire sa chemise, s’asperge d’eau gelée. Frissonne de la tête aux pieds, les muscles tétanisés. Pas le courage de prendre une douche dans ces conditions…

Il y a une serviette, un savon. Rien de plus. Le minimum pour rester encore un être humain.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2015-08-19T21:02:48+02:00

Mieux qu'une armada de caméras de surveillance : une mamie postée derrière une fenêtre !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2015-08-19T10:21:16+02:00

Eh bien, laisse-moi crever, c'est pas un problème ! Je préfère mourir plutôt que de jouer au clebs devant toi !

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alias-Rosiel 2015-08-19T10:20:35+02:00

Elle a couché sur le papier l'extase, puis la douleur infinie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par annick69 2015-05-31T20:16:20+02:00

Impression étrange.

Comme une gueule de bois, un lendemain de cuite. Sauf qu'il peine à se souvenir de la veille... Neurones en vrac.

Enfin, ses yeux s'ouvrent complètement. Il réalise qu'il gît par terre, à même un béton sale. Un mélange d'effluves importune ses poumons; peinture, détergent, grésil, essence ? Désagréable, surtout de bon matin ! Mais est-ce seulement le matin ?

Ça sent pas comme ça chez moi, d'habitude...

Première certitude : je ne suis pas dans ma piaule.

Mais où, alors ?

Ses paupières aspirent à se refermer. Il lutte, de toutes ses forces.

Au plafond, une peinture blanche qui s'effrite.

À gauche, un mur en béton brut lui aussi; avec un renfoncement assez obscur au beau milieu où il croit distinguer une vasque en porcelaine blanche...

En face, un soupirail paré d'un quadrillage en fer rouillé; juste derrière, une impression de soleil timide. La seule et unique lumière vient de là.

Il tourne la tête sur la droite, déclenchant une douleur assassine dans ses cervicales. Et là, il aperçoit...

Les barreaux.

Il tente de se lever. Ça tangue, ça chavire. À quatre pattes d'abord, puis à genoux; et enfin, debout. Tour d'horizon rapide : il ne reconnaît rien.

Il s'essaie à quelques pas, se heurte aux tiges métalliques qui le cernent, essaie d'ouvrir la grille. Il s'acharne sur la poignée de la porte avec une énergie d'avorton et des gestes d'ivrogne. Peine perdue. Enfermé.

Son coeur s'extirpe lentement de la léthargie. Commence à battre fort. Très fort.

Dans un réflexe stupide, il cherche son arme. Pour se réconforter. Sauf que son holster est vide. Un vide effrayant. Deuxième certitude : je suis dans la merde... Au-delà de la cage qui le retient prisonnier, une inquiétante pénombre lui fait face. Il discerne malgré tout des étagères crasseuses, pleines de cartons, de bouteilles vides et de bocaux. Des outils entreposés contre les murs; encore des cartons, à même le sol; un escalier. C'est tout ce qu'il peut voir de là où il se trouve.

Un garage ou une cave. Un gourbi. Un trou à rats, de toute façon. Mais qu'est-ce que je fous là, putain ? Dans le renfoncement, une parodie de salle de bains; un lavabo, un bac à douche, des chiottes alignés.

Il préfère se rasseoir, équilibre encore précaire. Il y a une couverture jetée par terre, il se laisse tomber dessus, s'adosse au mur, en face de la grille qui continue en angle droit sur sa droite.

Il accomplit un effort énergique pour secouer ses méninges. Essaie de se souvenir comment il a atterri là. Mais n'y arrive pas.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode