Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...
<< Voir tous les extraits
Par Folize le 10-08-2015 Editer
Sarangins, tome 6 : Amnésie
Ragaillardis par cette petite bagarre, les Sarangins remontaient en voiture, pleins d’énergie, mais ceux qui se trouvaient dans la voiture avec Nuffert déchantèrent rapidement.
- Maintenant qu’ils savent que vous êtes de mon côté, plus aucun d’eux n’osera s’opposer à moi, se rengorgea l’homme.
Anhem, qui se trouvait à sa droite, lui jeta un regard noir, mais Nuffert l’ignora avec insouciance, continuant sur sa lancée.
- Je savais que nous étions faits pour nous entendre.
- Je vais le tuer, gronda Anhem.
- Impossible, ma promesse à Claire est toujours d’actualité, répondit Hellus tout aussi contrarié.
- Jusqu’à quand ? Parce que si c’est juste pour aujourd’hui, je me sens d’humeur à revenir demain pour une petite conversation en tête à tête.
- Je t’accompagne quand tu veux, proposa Sanjay le chauffeur.
- À ta place, j’éviterais, s’amusa Hellus, ça pourrait être mal interprété.
- Comment ça ?
- Claire est persuadée qu’il en pince pour toi. Si tu retournes le voir, il pourrait s’imaginer que l’attirance est réciproque.
Anhem gronda de manière audible, jetant un nouveau regard noir à son voisin. Celui-ci avait continué à monologuer et, croyant voir là une réponse à sa conversation, s’empressa de se tourner vers lui.
- En fait, j’avais toujours cru que vous étiez juste plus grand que la moyenne. Je réalise cependant que je faisais erreur, ce n’est pas juste de la gonflette, vous êtes vraiment fort.
Tout en parlant, et totalement inconscient de l’interprétation qu’on pouvait faire de ses actes, Nuffert leva la main pour tâter le biceps du Sarangin.
De l’autre côté, Hellus ne retint pas son rire mental en commentant.
- Comme c’est mignon, il commence par un petit pelotage en douceur.
- Je vais le tuer, gronda Anhem.
- Et dire que Claire prétendait que tu avais de l’humour et que tu aurais contribué à le faire sortir du placard, continua Hellus sans vergogne. Je vais devoir détruire ses illusions, quel dommage !
Tous les Sarangins – même ceux des autres voitures – se mirent à rire. Anhem, qui jusqu’alors fusillait Hellus et Nuffert du regard, s’apaisa.
- Tu sais que ta femme a toujours raison, répliqua-t-il.
Et dans le même temps, il posa une main sur le genou de son voisin.
Le silence qui envahit l’habitacle fut impressionnant, tout juste couvert par le ronronnement du moteur et la respiration difficile de l’homme. Au bout d’une longue minute, Nuffert sembla reprendre ses esprits, il inspira profondément, les yeux rivés sur cette main qui reposait sagement sur sa jambe.
- Heu… je…
Il suffit à Anhem d’effectuer une légère pression et quelques ronds du bout des doigts pour le réduire au silence.
- Magique, soupira Hellus avec bonne humeur. Il sait se taire finalement.
- Tu aurais dû le dire plus tôt, plaisanta Anhem qui avait retrouvé sa bonne humeur. On aurait pu avoir la paix à l’aller.
L’homme tenta une nouvelle fois de prendre son souffle pour manifester son malaise à ce geste, mais Anhem se contenta de remonter un peu sa main sur la cuisse en une caresse sans équivoque, et si Nuffert se redressa, tentant de manière visible de s’écarter, il n’osa pas prononcer le moindre mot ou essayer de retirer la main du Sarangin.
- J’ai trouvé le bouton on/off ? s’amusa Anhem.
- Off pour le son, mais On pour le reste, ironisa Hellus en voyant le pantalon prendre de l’ampleur au niveau de l’entrejambe.
- Monte encore ta main pour voir. Ça compte s’il fait une crise d’apoplexie ? demanda Edris à Hellus depuis le siège avant. Claire ne peut pas nous en vouloir pour ça, si ?
- Évitons de prendre le risque. Et puis savoir qu’il va bander de manière inconfortable pendant presque une heure suffit à mon bonheur.
- Rabat-joie, plaisanta Anhem.
- Imagine que ça le fasse jouir au lieu de le faire convulser, il serait susceptible de se remettre à parler.
- Tu as raison, on va éviter de prendre le risque.
C’est donc dans le calme – hormis quelques plaisanteries mentales – que se déroula le reste du trajet. Chaque fois que Nuffert faisait mine de prendre la parole, Anhem déplaçait ses doigts, le réduisant au silence avant même qu’il n’ait le temps d’ouvrir la bouche.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.