Livres
447 062
Membres
387 019

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Roger Rabajoie aurait donné sa montre en or pour une poignée de bonbons explosifs. Or, le premier ministre savait très bien que, dans la nouvelle politique des enfants, il était clairement écrit que seuls les aliments nutritifs seraient désormais permis. Le foie de bœuf, le brocoli, le chou, le navet, les carottes, les pamplemousses, les artichauts…

Afficher en entier

PROLOGUE

Mademoiselle Charlotte est une vieille dame qui ne fait rien comme tout le monde. Dans LA NOUVELLE MAÎTRESSE, elle enseigne les mathématiques avec des spaghettis; dans LA MYSTÉRIEUSE BIBLIOTHÉQUAIRE, elle range les livres par couleur; dans UNE BIEN CURIEUSE FACTRICE, elle ouvre le courrier avant de le livrer.

La plupart des adultes jugent sans doute mademoiselle Charlotte complètement cinglée lorsqu'elle parle à haute voix à Gertrude, sa roche. À leurs yeux, Gertrude n'est qu'un vulgaire caillou. Mais, dans une foule d'écoles, de villes et de pays où mademoiselle Charlotte s'est arrêtée, les enfants bavardent maintenant avec leur fourchette, se confient à leur brosse à dents et discutent avec leur gomme à effacer.

Afficher en entier

- Regardez! dit Gustave-Aurèle en ouvrant l'agenda de Roger Rabajoie à la page du 8 mai. Mon père avait rendez-vous à Sainte-Margoulette. Il doit maintenant visiter une usine de voitures, à Saint-Citron. Cet après-midi, il rencontre les pêcheurs de Port-au-Méné, et ce soir ... Oh non! Ce soir, mon père doit dévoiler sa nouvelle politique d'éducation des enfants. C'est un événement très attendu. Il aura besoin de tous ses documents.

- Ah oui? Et en quoi consiste cette nouvelle politique? demanda mademoiselle Charlotte.

- Je n'en sais rien, admit Gustave-Aurèle.

- Tu veux dire que ton père ne t'a pas consulté? s'étonna Charlotte.

- Mais non, voyons. Je suis un enfant!

- Justement! Tu as bien dit qu'il s'agissait de la nouvelle politique d'éducation « des enfants », non?

Gustave-Aurèle trouvait que mademoiselle Charlotte avait un peu raison. Il aurait d'ailleurs été ravi de pouvoir donner son avis. Mais le fils du premier ministre devinait bien que son père ne l'estimait pas assez bon pour ça.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode