Livres
558 567
Membres
606 976

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Raynna 2018-11-05T19:44:54+01:00

Ses lèvres embrassèrent les miennes, avec délicatesse mais avec tout l’amour qui, je le savais, avait surgi entre nous. Cette sorte d’amour qui n’arrive qu’une fois dans la vie, celui qui nous touche au cœur et dure toute la vie, cet amour qu’on compare avec tout, qu’on recherche, qu’on hait même parfois… cet amour qui fait qu’on se sent vivant, indispensable, et qui fait devenir le seul être sans qui l’autre est incapable de vivre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par zaea31 2018-11-02T20:37:39+01:00

Quelques heures plus tard, alors qu’elle dormait entre mes bras, je pris conscience d’un détail important. Les lumières étaient éteintes et aucune lueur n’entrait par la fenêtre. Noah dormait, son beau visage détendu, sans la moindre trace de frayeur. Je compris alors que moi aussi je l’avais aidée, que j’avais signifié un changement radical dans sa vie… et ce en reniant mon passé, en allant à contre-sens de tout ce que j’avais vécu jusque-là.

Afficher en entier
Extrait ajouté par zaea31 2018-11-02T20:32:34+01:00

— Il y a quelque chose que j’ai envie de faire, annonça-t-elle alors, tandis qu’elle mangeait son dernier morceau de crêpe. Passe-moi ton portable. Sans comprendre ce qu’elle voulait, mais sans hésiter une seule seconde, je le lui tendis.

— Maintenant que tu es mon petit ami… commença-t-elle en m’observant prudemment. Je lui souris. J’aimais ce qualificatif. Oui, j’étais son petit ami et elle était ma petite amie, à moi. J’aimais la manière dont cela sonnait.

— … je vais effacer toutes les filles de tes contacts sauf moi et Jenna, m’informa-t-elle, et je commençai à rire. Tu peux rigoler, mais je le dis sérieusement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Shawdix 2019-10-22T03:54:00+02:00

- Je n'avais jamais pensé que les choses se termineraient ainsi, ni que je remercierais le destin d'avoir réuni nos parents. Il n'y a pas si longtemps, tout ce que tu représentais signifiait l'enfer pour moi, et maintenant...

Je me redressai, et m'agenouillai sur le lit. Je pris son visage dans mes mains tandis qu'il glissait doucement les siennes vers ma taille.

- Je t'aime, Nick. Je t'aime à la folie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par diane3mills 2019-06-20T16:19:25+02:00

Je hochai la tête. Décidément, mon quasi-frère était doué pour mentir. Je pris un petit pain sur la table et sortis dans le jardin. Il était étendu sur un transat, à l'ombre, avec ses lunettes de soleil. Il portait son maillot de bain et son T-shirt, et semblait dormir. Je supposais que lui non plus n'avait pas beaucoup dormi.

Je m'approchai à pas de loup.

- Joyeux anniversaire ! hurlai-je de toutes mes forces, avant d'éclater de rire en le voyant sauter en l'air.

- Putain ! s'exclama-t-il.

Il enleva ses lunettes et découvrit son oeil, qui était à la fois vert, violet et bleu.

C'était tellement comique que je ris à m'en tenir les côtes. Il m'observa quelques instants, l'air vaguement en colère, mais, en me voyant rire, il ne put s'empêcher de sourire lui aussi.

- Tu trouves ça drôle ?

Je levai les deux mains en riant de plus belle. Chaque fois que je pensais au bond qu'il avait fait, ça repartait.

- C'est clair que tu vas être désolée.

Il se jeta sur moi. Je pris mes jambes à mon cou, mais ce fut inutile. Une seconde plus tard, il m'avait rattrapée et me soulevait sur ses épaules en grimaçant de douleur.

- Non, Nick, s'il te plaît ! criai-je en me débattant de toutes mes forces, mais il m'ignora et sauta dans la piscine avec moi sur le dos.

Afficher en entier
Extrait ajouté par zaea31 2018-11-02T20:37:19+01:00

Nous étions près de l’entrée, dans le nouvel appartement que j’avais acheté au dernier étage d’un immeuble, d’où on voyait la chambre, la cuisine et un salon. Ce n’était pas très grand, mais suffisamment pour qu’une personne puisse y vivre à l’aise, et c’était l’un des meilleurs appartements de la ville. Une amie de la famille l’avait décoré à mon goût et le résultat était génial. Les tons bruns et blancs lui conféraient un aspect accueillant et moderne.

J’avais fait construire une cheminée au centre du salon face à un canapé couleur chocolat d’où on pouvait regarder un film ou passer du temps avec Noah. La cuisine était de dimensions réduites mais avait tout le nécessaire, avec un petit îlot où deux personnes pouvaient s’asseoir pour prendre commodément leur petit-déjeuner. Il y avait d’épais tapis sur le plancher et une grande baie vitrée qui offrait une vue merveilleuse sur la ville. À cet instant, justement, l’obscurité du soir la rendait encore plus sublime, si toutefois c’était possible. Je regardai Noah, qui en était bouche bée. — Alors… qu’est-ce que tu en penses ? Elle resta silencieuse un moment avant de demander, en faisant quelques pas à l’intérieur :

— C’est à toi ? Je vis qu’elle était prise au dépourvu.

— Eh bien, oui, je vais vivre ici, mais toi, tu vas passer une grande partie de ton temps ici avec moi. C’est pour ça que je l’ai acheté, pour qu’on puisse être ensemble sans rien pour nous déranger, lui expliquai-je en me rapprochant. J’étais si heureux de la voir là, cela ressemblait à un véritable foyer maintenant.

Un sourire éclaira son visage.

— C’est génial ! Mais je voyais dans ses yeux qu’elle me cachait quelque chose.

— Qu’est-ce qu’il y a ?

— Tu vas me manquer tous les jours, voilà ce qu’il y a, m’avoua-t-elle en posant sa tête sur mon torse. Bon sang, moi aussi, elle allait me manquer. J’adorais prendre mon petit-déjeuner avec elle, la voir avec les cheveux en bataille mais toujours prête à m’offrir un sourire. Et que dire de cette sensation de savoir qu’elle était en sécurité derrière la porte d’en face… Tout cela allait changer maintenant que je déménageais. Mais je savais aussi que c’était nécessaire. Être amoureux de la belle-fille de son père et vivre tous sous le même toit, c’était de la folie. Les occasions où nous pouvions être seuls et à l’aise étaient rares. Mais, maintenant que j’avais mon propre appartement, Noah pourrait y passer tout le temps qu’on voulait sans aucune sorte de contrôle paternel.

— Moi aussi, tu vas me manquer, mais c’est nécessaire. Je ne supporte pas de te voir tous les jours et de ne pouvoir faire ceci quand j’en ai envie, dis-je en embrassant ses lèvres parfaites

Ni ceci.

J’approfondis le baiser en mêlant nos langues avec toute la passion que cette fille parvenait à éveiller en moi. Sa réponse fut immédiate et le désir s’empara aussitôt de mon corps. Elle me rendait complètement fou.

— Ni encore ceci.

Je la soulevai par la taille et l’obligeai à entourer mes hanches de ses superbes jambes. Elle éclata de rire, les lèvres toujours contre les miennes.

— Ni ceci, répéta-t-elle en tirant sur mon T-shirt et en me le passant par-dessus la tête. Je gémis en sentant ses mains me caresser les épaules et le cou. Je me dirigeai vers ce qui était à présent ma nouvelle chambre, avec un lit immense et une vue tout aussi spectaculaire sur le salon. Je déposai Noah sur les oreillers moelleux et commençai à défaire les petits boutons de son chemisier blanc. — Je crois que tu m’as convaincue… J’aime cet endroit, déclara-t-elle en soupirant une seconde plus tard, tandis que j’embrassais chaque centimètre carré de sa peau.

— Je savais que ça allait te plaire, lui répondis-je en m’approchant de sa bouche.

À cet instant précis, je réalisai que cette femme serait à mes côtés le restant de ma vie. Je l’aimais plus que tout et elle avait réussi à me sortir du trou noir qu’était ma vie avant notre rencontre. Les premiers moments avaient été difficiles mais, maintenant que nous étions ensemble, nous ferions de notre mieux pour que notre relation aille de l’avant. Notre vie à tous les deux n’avait pas été un chemin semé de roses, et c’était précisément pour cette raison que l’on se comprenait à la perfection. À un moment critique, au beau milieu de la tourmente, nous avions été la bouée de sauvetage l’un de l’autre, ce n’était pas quelque chose qu’on trouve facilement.

Afficher en entier
Extrait ajouté par cleemeencee_25 2020-11-13T17:12:00+01:00

Quand on se trouve dans une situation extrême, on repense toujours à ce qu'on aurait aimé dire aux personnes qu'on aime et on comprend à quelle point on a été idiot de se préoccuper de choses sans importance alors que la vie comporte de véritables risques.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Tifennjh 2020-11-04T12:02:06+01:00

Elle s'arrêta devant ma vitre, ayant clairement l'intention de me dire quelque chose.

-C'est quoi, ça ? fit Anna, incrédule.

-Une voiture, répondis-je, moqueuse.

Je sentis aussitôt Nick me pincer la hanche, et je m'apprêtais à riposter par une tape lorsque je compris que mon commentaire l'avait amusé: Il avait l'air sérieux, mais ses yeux pétillaient et il essayait de contenir son rire.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Tifennjh 2020-11-04T12:01:49+01:00

Noah était parfaite... et je savais que j'étais en train de tomber amoureux, comme un idiot.

Afficher en entier
Extrait ajouté par KenzaLola 2019-09-11T13:15:33+02:00

Son visage se transforma : les lèvres plissées, elle me foudroya ouvertement du regard, jusqu'à en devenir laide.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode