Livres
424 801
Membres
344 410

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de American Gods ajouté par anonyme 2014-04-07T11:17:55+02:00

L'homme peuple les ténèbres de fantômes, de dieux, d'electrons, de contes. L'homme imagine, l'homme croit, et c'est sa foi, cette foi inaltérable, qui déclenche les événements.

Afficher en entier
Extrait de American Gods ajouté par anonyme 2014-04-07T11:17:42+02:00

Il n'y a dans toute la Bible qu'un seul personnage à qui Jésus promet personnellement une place avec lui au Paradis. Ce n'est ni Pierre, ni Paul, ni aucun de ces gars-là : c'est un larron qu'on est en train d'exécuter. Alors, ne dites pas de mal des condamnés à mort. Si ça se trouve, ils savent des choses que vous ignorez.

Afficher en entier
Extrait de American Gods ajouté par anonyme 2014-04-07T11:17:31+02:00

Je suis un héros culturel. On a en gros le même emploi que les dieux, mais on fait plus de conneries et personne ne nous révère. Les gens racontent des histoires sur nous, mais aussi bien celles où on passe pour des cons que celles où on brille.

Afficher en entier
Extrait de American Gods ajouté par Miney 2013-10-26T11:04:02+02:00

"Hé ! Huginn ou Muninn ou qui que tu sois !" L'oiseau se retourna, la tête inclinée de côté, soupçonneux, et le contempla de ses yeux brillants. "Dis Jamais plus.

- Va chier", répondit le corbeau, avant de refermer définitivement le bec.

Afficher en entier
Extrait de American Gods ajouté par book-princess 2018-04-15T17:26:39+02:00

Une idée frappa soudain Ombre.

"Dites, Chaquel ?

- Oui ?

- Est-ce que vous croyez à l'âme ?"

Ce n'était pas exactement la question qu'il voulait poser, aussi fut-il surpris de l'entendre sortir de sa bouche. Il aurait voulu employer des termes moins directs - mais il n'en existait aucun.

"Ça dépend. De mon temps, c'était fort simple. Quand un humain mourait, il attendait son tour, il exposait ses bonnes et ses mauvaises actions, et si les mauvaises pesaient plus lourd qu'une plume, nous donnions son cœur et son âme à Ammet, le Dévoreur d’Âmes.

- Il a dû en dévorer beaucoup.

- Pas autant qu'on pourrait le croire. La plume était très lourde. On l'avait fait fabriquer exprès. Il fallait être sacrément mauvais pour faire pencher la balance."

Afficher en entier
Extrait de American Gods ajouté par Brochmael 2017-05-26T13:10:04+02:00

— Non, je n’ai rien fait de tout ça.

— Voyageur l’a fait. Et il était vous.

— Il était moi, oui, mais je ne suis pas lui.

Afficher en entier
Extrait de American Gods ajouté par Brochmael 2017-05-26T13:08:33+02:00

Là où s’était tenu le vieil homme se tenait à présent un garçon de moins de cinq ans aux longs cheveux brun sombre – totalement nu, hormis une lanière de cuir usé autour du cou. Deux épées le transperçaient, une en pleine poitrine, l’autre de l’épaule au bas de la cage thoracique. Le sang coulait à flots de ses blessures et dévalait son corps pour former une mare sur le sol. Les deux lames paraissaient d’une antiquité qui défiait l’imagination.

L’enfant leva vers Ombre des yeux emplis de douleur.

Et l’observateur songea : évidemment. C’était là un moyen comme un autre de créer un dieu tribal. Il n’eut pas besoin qu’on lui explique quoi que ce fût. Il savait.

Prenez un bébé et élevez-le dans le noir ; ne lui laissez voir personne, toucher personne, mais nourrissez-le bien, mieux que les autres enfants du village. Cinq hivers plus tard, lors de la nuit la plus longue, tirez ce malheureux terrifié de sa hutte, conduisez-le au centre d’un cercle de feu et percez-le de lames de fer et de bronze. Ensuite, fumez le petit cadavre jusqu’à ce qu’il soit correctement desséché, enveloppez-le de fourrures et emportez-le de campement en campement au cœur de la Forêt-Noire, sacrifiez-lui des animaux et d’autres enfants, faites-en le porte-bonheur de la tribu. Quand il finit par se désagréger, au bout de longues années, déposez ses os fragiles dans un coffre et adorez le coffre. Un jour, pourtant, ces reliques seront dispersées, oubliées, les tribus qui les vénéraient auront disparu depuis beau temps, et l’enfant-dieu sera quasi oublié lui aussi, sinon sous forme de fantôme : de kobold.

Afficher en entier
Extrait de American Gods ajouté par Brochmael 2017-05-26T13:07:24+02:00

« Il faut que tu comprennes ce que c’est qu’être un dieu. Ce n’est pas de la magie. Il faut être soi, mais le soi auquel croient les gens. L’essence de soi concentrée, magnifiée. Il faut devenir le tonnerre, ou la puissance d’un cheval au galop, ou la sagesse. Grâce à la foi des fidèles, on devient plus grand, plus fort, surhumain. On se cristallise. » Il s’interrompit de nouveau. « Et puis un jour, ils t’oublient. Ils ne croient plus en toi, ils ne te font plus de sacrifices, ils n’en ont plus rien à foutre, et tu te retrouves en train de plumer les gogos au bonneteau, à l’angle de Broadway et de la 43e.

Afficher en entier
Extrait de American Gods ajouté par Brochmael 2017-05-26T13:05:06+02:00

« Qui êtes-vous ? interrogea Ombre.

— Bonne question. Je suis la boîte à bêtises. Je suis la télé. Je suis l’œil omniscient et le monde du rayon cathodique. Je suis le petit écran. Je suis l’autel devant lequel s’inclinent tous les membres de la famille.

— Le poste de télé ? Ou quelqu’un dedans ?

— La télé n’est que l’autel. Je suis l’entité à laquelle les gens sacrifient.

— Et qu’est-ce qu’ils sacrifient ?

— Leur temps, surtout, dit Lucy. Parfois, ils se sacrifient mutuellement. »

Afficher en entier
Extrait de American Gods ajouté par Brochmael 2017-05-26T13:00:38+02:00

L’afrit reparaît, encore humide, une serviette autour des hanches. Il ne porte pas ses lunettes, si bien que des flammes écarlates sont visibles au fond de ses yeux, dans la pénombre.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode