Livres
528 553
Membres
548 678

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par ninegar 2014-03-25T11:58:16+01:00

Six étages plus haut, dans sa chambre, Matthias avait perdu tout contrôle,toute inhibition, tout repère.

Tout en embrassant Mels, il porta les mains aux boutons de son chemisier en soie et les détacha un par un, le tissu délicat s'écartant pour dévoiler une peau encore plus douce... Et deux seins recouverts de coton qui le laissèrent sans voix. Bon sang? C'était déjà trop. Le bruit de leur baiser, leur respiration saccadée, le bruissement de leur habits, la vue de son corps... Et puis la façon dont elle bougeait, son corps ondulant, ses seins remontant contre son torse, ses hanches frottant contres les siennes.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lara4 2015-05-03T20:02:54+02:00

- [...] Les humains ont besoin de deux éléments pour se reproduire : le manque et l'inconnu. Si nos proches étaient toujours avec nous, on ne se soucierait pas autant d'eux, et si on avait la certitude d'être réunis, ils ne nous manqueraient jamais.

Afficher en entier
Extrait ajouté par jessika01 2013-12-13T09:44:19+01:00

entre Jim et Matthias

- çà fait un mal de chien, connard!

tu m'as fait tomber sur la tête.

- tu es mort!

- oh, et c'est une excuse?

Afficher en entier
Extrait ajouté par lara4 2015-05-03T20:01:27+02:00

- Et qui étiez-vous ?

Noir comme le nuit, froid comme l'hiver, mortel comme un poignard.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lara4 2015-05-03T19:59:33+02:00

Apparemment, il n'avait pas besoin de sommeil, mais d'une paire de menottes et d'un examen psychiatrique.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lara4 2015-05-03T19:58:02+02:00

- Nigel

- Est-ce que j'arrive à un mauvais moment ?

- Il me reste sept balles. A vous d'en juger.

Afficher en entier
Extrait ajouté par lara4 2015-05-03T19:42:21+02:00

- Je ne veux pas que vous soyez seule avec moi. C'est trop dangereux.

[...]

- Ne vous vexez pas, mais vu votre état physique, je pourrais vous casser les deux jambes et vous assommer en un clin d’œil. (Alors qu'il écarquillait les yeux, elle hocha la tête). Je suis ceinture noire de karaté, j'ai un permis de port d'armes, et je ne vais nulle part sans un couteau bien affûté ou mon flingue.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2015-04-26T22:43:16+02:00

Matthias émit un son dédaigneux.

— Toute cette histoire de repos éternel est une illusion.

— Vous ne croyez pas au paradis ?

— Une chose est sûre, je crois à l'enfer.

Elle n'eut pas le temps de le questionner davantage, car ils arrivèrent devant l'entrée.

— L'accident s'est produit par là... devant le portail. Juste un peu plus loin... Voilà. Ici.

Elle gara la voiture, et Matthias sortit avant même qu'elle ait coupé le contact. S'appuyant sur sa canne, il marcha d'un pas rapide et s'arrêta au milieu de la route, à l'endroit où la chaussée portait les marques de l'accident. Il regarda vers la droite, puis vers la gauche, avant de rebrousser chemin pour examiner les traces de pneus de Fi-Fi, l'arbre amoché... et enfin la grille, qui cernait le cimetière sur trois mètres de haut.

Le summum du gothique. Constituée de barreaux et couronnée de fleurs de lys en acier, l'enceinte du cimetière de la Pineraie était imposante... et dangereuse pour qui se risquait à l'escalader.

Et, en s'approchant, elle vit du sang sur la pointe de l'une des piques acérées, ainsi qu'un bout de vêtement. Comme si quelqu'un avait escaladé la clôture.

— Je m'en charge, dit-elle en sautant pour s'emparer du morceau de tissu arraché. Tenez.

Matthias l'examina.

— Une salopette. Et je parie que ce sang séché est le mien. J'ai une blessure récente à la jambe.

Pourquoi n'avait-il pas emprunté l'entrée principale ? Mais celle-ci aurait été fermée à cette heure de la nuit.

— Est-ce qu'on peut entrer ? demanda-t-il.

— Allons-y.

Ils remontèrent en voiture, puis elle pénétra dans le cimetière et prit à gauche, en direction de l'endroit où il avait, semblait-il, gravi la grille. Parvenue à destination, elle s'arrêta de nouveau, descendit, et attendit que la mémoire lui revienne.

Si elle lui revenait un jour.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2018-10-03T13:25:21+02:00

Matthias se battait pour la même raison qu’il avait passé son existence à commettre des crimes.

C’était dans sa nature.

S’arrachant au sol, il cala son pied valide entre les barreaux et se hissa lentement. Le sommet lui paraissait à des kilomètres, mais la distance ne faisait que renforcer sa détermination.

Enfin, il referma la main sur une pique et l’enserra.

Malgré toute sa prudence, il ne put éviter la blessure. Lorsqu’il balança la jambe par-dessus la grille, l’une des pointes lui entailla le mollet, arrachant un gros morceau de chair.

Mais il était trop tard pour reculer. Il était lancé, et d’une façon ou d’une autre, la gravité l’emporterait pour lui faire regagner le plancher des vaches. Alors, autant atterrir du côté des vivants.

Quand il se laissa tomber, il leva la tête vers le ciel et tendit la main vers les étoiles.

Les voir s’éloigner de plus en plus lui parut de circonstance.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Sedelina 2016-02-22T18:31:31+01:00

La suspension était souple comme un bloc de ciment et les sièges aussi confortables qu'un banc en bois, mais Mels se fichait d'être ballottée dans tous les sens: elle était trop bouleversée pour se soucier de ses fesses ou de ses molaires.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode