Livres
528 797
Membres
549 018

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Aur31 2020-10-10T17:11:02+02:00

Les livres ont bien plus de pouvoir que ce que beaucoup de gens peuvent penser. Ils donnent, pendant quelques heures, l'impression de sortir de notre vie pour en vivre une autre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marine-110 2020-10-27T17:01:55+01:00

« - Tu es la lumière qui perce mes ténèbres, je chuchote à son oreille.

- Et tu es mon rayon de soleil, me murmure-t-il en retour. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Aur31 2020-10-10T17:11:39+02:00

Tu as déjà remarqué ce qui se passe dans le ciel après une tempête ou un violent orage ? Il y a toujours un rayon de soleil qui vient percer les nuages, signe que le beau temps revient, que l'averse n'était que de passage. Un peu comme dans la vie, en fait : rien ne dure éternellement, pas même les moments difficiles. Et toi, Sunshine... tu es le rayon de soleil au milieu de ma tempête.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Aur31 2020-10-10T17:10:49+02:00

La tempête dans ma tête, dans mon cœur... elle est toujours présente, mais elle souffle un peu moins fort quand je suis avec toi.

Afficher en entier
Extrait ajouté par CrystalM 2020-10-04T22:01:19+02:00

Prologue

Ryan

Atlanta, Géorgie.

Les vendredis soir sont synonymes de fête entre amis pour la plupart des adolescents de seize ans des États-Unis. Pas pour moi. Ce moment de la semaine est celui que je redoute le plus, celui que je déteste par-dessus tout, car il lance les hostilités du week-end. Deux jours interminables…

Le clapotement de mes bottes dans les flaques d’eau commence à m’exaspérer. Il pleut à seaux, la température avoisine les deux degrés et je serai chanceux si je n’attrape pas une pneumonie. Mes vêtements complètement trempés me collent désagréablement à la peau, mais je ne me mets pas à couvert pour autant. Je continue à trottiner pour arriver plus vite à la maison.

Chaque jour, je parcours dix kilomètres aller-retour à pied pour me rendre au lycée. La plupart du temps, je m’en tape, mais pas le vendredi.

Je cours un peu plus vite. La nuit est déjà tombée, ce qui signifie qu’il va bientôt rentrer et que le cauchemar va commencer…

Lorsque j’atteins la rue sinistre dans laquelle nous vivons, je repère immédiatement la voiture garée dans l’allée. Mon pouls s’emballe et je sprinte sur les derniers mètres, défonçant presque la porte d’entrée lorsque des cris me parviennent au travers.

— Lâche-le, Randy !

C’est pour éviter ça que, chaque vendredi soir, je fais en sorte d’être rentré avant lui. Malheureusement, aujourd’hui, j’ai été retenu au lycée par l’un de mes profs, qui m’a reproché mon manque d’investissement… Je savais que les minutes que je perdais étaient précieuses, je le savais… mais je ne pouvais rien faire d’autre que de le laisser terminer son sermon. Et j’ai eu beau courir la majeure partie du chemin de retour, j’arrive tout de même trop tard.

La scène qui se joue devant moi, je la connais par cœur, sauf que d’habitude c’est moi qui me retrouve traîné sur le sol, à la place de mon petit frère.

Austin, six ans, hurle de terreur, le visage rouge, les larmes noyant ses joues d’enfant.

— Ryan, s’écrie-t-il en m’apercevant. Ryan, j’ai peur.

En entendant mon prénom, la brute épaisse qui me sert de beau-père se tourne dans ma direction. Son sourire froid me fait frissonner, mais ça ne m’empêche pas de lui foncer dessus et de le percuter de plein fouet.

— Lâche-le, enfoiré, je hurle en essayant d’arracher le col du pull d’Austin de ses grosses mains.

— Te voilà rentré, petite merde ! réplique Randy avant de me coller un coup de poing dans l’estomac.

Le choc m’envoie au sol. En me tenant le ventre, je m’écrie en toussant :

— Ne le touche pas. NON !

Je me jette en avant, mais trop tard. Austin reçoit une violente gifle du revers de la main, et il chute lui aussi. Mon cœur se brise devant le spectacle de cet enfant innocent qui se recroqueville en position fœtale pour absorber la douleur et pleurer en silence.

Cependant, ce n’est pas ce qui me fait le plus enrager. Ce qui m’est le plus insupportable, ce sont les sanglots de ma mère. Elle se tient dans l’embrasure de la porte du salon, les mains couvrant son visage, et elle pleure à chaudes larmes sans pour autant esquisser un pas dans notre direction, sans essayer de venir en aide à ses fils qui sont en train de se faire tabasser par l’ordure qu’elle a épousée. Elle demeure spectatrice de toute cette violence et je ne comprends pas comment elle peut l’accepter…

— Que des bons à rien, grogne mon beau-père, ivre mort, comme chaque vendredi soir.

À l’écouter, il a des centaines de raisons de boire. Son travail qui le pousse à bout, ma présence ainsi que celle d’Austin, ma mère qui a cramé le repas, la météo, bref, absolument tout et n’importe quoi est une excuse pour se soûler et nous violenter.

Après la mort de notre père, peu de temps après la naissance d’Austin, ma mère, incapable de vivre seule, a rapidement refait sa vie. Il y a cinq ans que cet enfoiré de Randy est entré dans notre vie et bientôt trois ans que mon petit frère et moi sommes ses souffre-douleur. Parmi ses collègues, personne ne le soupçonne d’être un sac d’alcool violent. Avec eux, il se montre sous son meilleur jour et il se garde bien de faire le moindre écart. Mais quand vient le vendredi, il quitte son job plus tôt pour se réfugier dans un bar et boire jusqu’à se griller les neurones. Ensuite, il revient ici… et s’adonne à son activité favorite. Jusqu’à maintenant, j’ai toujours fait en sorte d’être son seul défouloir. J’en ai pris, des coups, j’ai reçu mon lot d’insultes et de menaces de mort. Au début, cela me terrifiait et j’étais désespéré par tant de haine à mon égard. Mais avec le temps, j’ai appris à ne plus faire attention à toute la merde qui sort de la bouche de cet enfoiré. Je me suis concentré sur mon objectif : être le bouclier de mon petit frère.

Ce soir, c’est la troisième fois qu’il lève la main sur lui, la troisième fois que j’échoue à le protéger.

La fois de trop…

Source : kobo.com

Afficher en entier
Extrait ajouté par Flavy-1 2020-11-29T16:34:30+01:00

« Les livres ont bien plus de pouvoir que ce que beaucoup de gens peuvent penser. Ils donnent, pendant quelques heures, l'impression de sortit de notre vie pour en vivre une autre. Si ça, ce n'est pas incroyable... »

••

« Embrasse-moi, murmure-t-il contre ma bouche. Viens à moi. Prends ton temps, va à ton rythme... mais embrasse-moi, Ella. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Flavy-1 2020-11-29T16:34:08+01:00

« La tempête dans ma tête, dans mon coeur...elle est toujours présente, mais elle souffle un peu moins fort quand je suis avec toi. »

-

« J'ai beau être perdue dans mes sentiments, je refuse qu'un fossé se creuse entre lui et moi. Je ne suis pas prête à renoncer à l'oxygène qu'il m'apporte. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Flavy-1 2020-11-29T16:33:53+01:00

- Tu es la lumière qui perce mes Ténèbres, je chuchote à son oreille.

- Et tu es mon rayon de soleil, me murmure-t-il en retour.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Readingbooklove 2020-11-10T16:44:53+01:00

« La tempête dans ma tête, dans mon coeur.. elle est toujours présente, mais elle souffle un peu moins fort quand je suis avec toi. »

Afficher en entier
Extrait ajouté par labibliothequedemarie 2020-11-10T10:12:34+01:00

« Il est beaucoup trop important pour moi à présent, il est devenu ma boussole, mon nord, celui qui m’empêche de me perdre. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode