Livres
454 721
Membres
403 248

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Hermagreentea 2018-04-13T17:21:31+02:00

Je dédie cette histoire à tous ceux qui sont en couple avec le célibat, jusqu'à ce que l'Amour les sépare

Afficher en entier
Extrait ajouté par akashi 2018-06-13T14:20:39+02:00

On dit souvent que la famille est la plus belle chose que l'on ait dans la vie. Sauf quand elle nous empêche d'évoluer et nous retient prisonnière entre ses chaînes invisibles. C'est vrai, peu de familles idéales existent. La plupart du temps, tout est parfait en apparence. Or à l'intérieur, il arrive que ce ne soit qu'un noyau pourri qui nous souille peu à peu et propage son poison dans notre sang.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Raynna 2018-10-24T17:47:53+02:00

Je ne te demande pas de m'attendre. Mais, de ne pas m'oublier.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Joliment 2018-04-10T15:05:57+02:00

Je souffle un grand coup pour me donner le courage d’affronter les autres lorsque la porte des toilettes s’ouvre. Un son sort de ma bouche en remarquant qui se tient sur le pas de la porte. Je me redresse et observe Julian entrer. Sa présence dans cette pièce devrait m’inquiéter. Je ne me suis pas retrouvée seule avec le sexe opposé depuis je ne sais combien de temps. Mais je sens une autre chaleur m’envahir, réchauffant le bas de mon ventre alors qu’il s’approche de moi.

Je le fixe, les sourcils froncés, et sous son regard, j’essaye de paraître sûre de moi.

– Ce sont les toilettes pour filles.

Je croise mes bras sur ma poitrine tout en déglutissant rapidement. Il n’est plus qu’à un mètre quand il relève un sourcil.

– Oh vraiment ? lâche-t-il dans un souffle qui me liquéfie presque sur place…

Il se rapproche encore plus et se poste juste en face de moi, son torse me frôlant presque.

– Oui, vraiment. Arrête d’avancer.

Ma conscience m’ordonne de fuir. Pourtant, je reste là, à l’affronter. Julian ne m’écoute pas et continue :

– Eh bien, peut-être que c’est toi que je venais voir, me souffle-t-il à l’oreille en posant ses mains de part et d’autre de mon corps, sur le lavabo.

Je suis prisonnière. Je n’ai aucune possibilité de partir. Pourtant, je n’ai envie que d’une chose, ne pas bouger. Comme si j’étais attirée malgré moi. Et ça me fait peur.

– Tu voulais me voir ?

Je lui demande cela d’une voix qui je l’espère ne se montre pas faible. Il hoche la tête en passant sa langue doucement sur sa lèvre inférieure.

– Pourquoi ?

Je continue alors que son souffle bute sur mes lèvres entrouvertes.

– Tu ne m’as pas félicité pour ma victoire.

Je n’ai pas le temps de comprendre ce qui se passe, qu’il pose ses lèvres sur les miennes, ne me laissant pas le temps de réagir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Joliment 2018-04-10T15:04:09+02:00

Julian pose une main dans ses cheveux emmêlés, puis son regard se repose sur moi. Je devrais partir à toutes jambes, je ne veux surtout pas qu’il pense que j’étais en train de m’amuser à les observer. Le voyeurisme et moi, ça fait deux ! Pourtant, mes yeux restent accrochés aux siens. Bleus contre gris.

Ses cheveux d’un beau châtain foncé sont positionnés dans tous les sens, et son tee-shirt noir moulant à la perfection son torse musclé semble froissé. Il passe ensuite sa main sur son visage hâlé, caressant sa légère barbe qui couvre sa mâchoire carrée. Ses lèvres se pincent alors qu’il me voit le fixer. Pourtant, il réagit de la même façon. Il semble plutôt pas mal de près. Mais même si c’est le cas quand sa bouche se ferme, lorsqu’il l’ouvre, je regrette mes mots.

– Tu veux une photo ? me demande-t-il quand il me voit le reluquer. Ou tu es juste venue profiter du spectacle ? ricane-t-il ensuite.

Il avance et se positionne juste en face de moi. Il doit me dépasser d’une bonne tête et être plus âgé que moi, étant donné qu’il est apparemment en troisième année. Une part de mon cerveau a envie de s’enfuir en entendant sa voix rauque. Il ne manquerait plus que ce mâle alpha soit tatoué pour avoir le parfait stéréotype du mec sexy. Mes yeux parcourent lentement ses avant-bras. En remarquant un relief d’encre sombre, je soupire intérieurement. Attendez, il a des tatouages ce con. OK, ce cliché le rend séduisant. Est-ce que je viens vraiment de dire ça ? Mais sa question me revient en tête et j’essaye de me ressaisir en répondant :

– Non merci. Je ne suis pas sûre que ton ego rentre dans le cadre.

Puis, je me redresse en croisant les bras tout en le regardant de haut en bas, les lèvres plissées.

– Concernant le « spectacle » en question, je préfère encore retourner boire de la bière bon marché pour essayer d’oublier le piètre numéro que j’ai vu.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode