Livres
482 277
Membres
468 956

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Cazolie 2014-02-24T10:58:28+01:00

Elle était sur le point de perdre le contrôle de son existence au profit d'un cheval, d'un revenant et d'une broche.

Afficher en entier
Extrait ajouté par anonyme 2013-07-04T12:57:25+02:00

Elle pouvait presque entendre ses tantes énumérer ses tares. « Irresponsable », dirait tante Gretta. Tante Brini ajouterait : « Entêtée ». « Impulsive », la déclarerait tante Tory. Tante Stace résumerait le tout d'un mot : « G'ladheon », et les tantes hocheraient toutes la tête d'un air entendu, signifiant leur unanimité. Karigan rejeta vivement une mèche de cheveux derrière son oreille. Elle ne pouvait s'empêcher d'approuver l'appréciation de ses tantes. On aurait dit qu'elle faisait toujours les mauvais choix, le genre de choix destiné à la fourrer dans le pétrin.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marie-A 2016-10-07T12:24:11+02:00

Abram s'arrêta et leva les yeux. Karigan suivit son regard et contempla le pin blanc le plus haut qu'elle ait jamais vu. Son tronc était si épais que même Abram ne pouvait l'entourer entièrement de ses bras.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2018-04-01T23:40:52+02:00

— Si tu ne sais pas de quoi je parle, mon enfant, alors ce n’est peut-être pas à nous de te l’expliquer, répondit Mlle Feuille Sorbier.

— Oh ! Allons, Feuille. Elle va nous prendre pour de vieilles idiotes. Ma chère enfant, un esprit est à tes côtés.

Une gorgée de thé fit fausse route et Karigan s’étrangla violemment.

— Ha ! fit Fleur, tracassée. J’avais bien dit à Letitia de ne pas mettre de noix dans les scones.

Mlle Feuille Sorbier tapa Karigan dans le dos énergiquement.

— Un quoi m’accompagne ? bredouilla celle-ci.

— Mince, dit Fleur. En plus, elle est sourde.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Cazolie 2014-02-24T10:59:18+01:00

Melry : - Ca te dérangerait d'aller surveiller dehors Fastion ? Laisse un peu d'intimité à Karigan d'accord ? Si tu veux voir une fille à poil, va en ville.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Shiromegami 2013-03-20T23:17:53+01:00

La Mort du Cavalier

- Je suis un messager... Cavalier Vert. (Le corps du jeune homme fut parcourut de convulsions douloureuses, un filet de sang coula de ses lèvres le long de son menton.) La sacoche, derrière la selle... message important... le roi. Question de vie ou de mort. Si vous aimez la Saco... Sacoridie et son roi, prenez-le. Apportez-le-lui.

- J... je...

Une part d'elle-même mourait d'envie de prendre ses jambes à son cou en hurlant, tandis que l'autre ressentait l'urgence de la situation. S'enfuir à Corsa au lieu d'attendre que son père vienne la chercher à Selium comportait un irrésistible parfum d'aventure qu'elle avait anticipé. Mais c'était le terrifiant visage de la véritable aventure qui la regardait à présent.

[...]

- C'est dangereux.

Il frémit.

Partout autour d'eux le silence se fit, un calme chargé d'espoir, comme si le monde retenait son souffle en attendant sa décision.

Avant de pouvoir s'en empêcher, Karigan dit :

- J'irai.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Eleana2731 2018-04-01T23:10:32+02:00

Des écureuils roux traversèrent la route à toute allure juste devant eux. Le mot « route » était d’ailleurs risible. Elle servait plutôt de gouttière, lorsque les fossés étaient recouverts de végétation ou trop remplis de débris pour drainer correctement. Elle résolut d’informer le roi Zacharie de l’état déplorable de la route, lorsqu’elle le rencontrerait, et de lui demander d’employer les taxes à bon escient afin de l’entretenir. Bon, peut-être pas « demander ». On ne pouvait rien exiger d’un roi, mais elle émettrait tout de même une chaude recommandation.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Gruvioler 2014-10-15T18:59:08+02:00

— Qui êtes-vous ? demanda-t-elle. Et que faites-vous ici, au milieu de nulle part ?

Le pommeau de la canne de Mlle Feuille Sorbier cogna contre la table basse. Scones et cookies rebondirent, les tasses à thé s’entrechoquèrent.

— Fleur, dis-moi. Avons-nous oublié de faire les présentations ?

Une expression horrifiée passa sur le visage dodu de Fleur, et elle plaqua les mains sur sa bouche.

— Oh ! Feuille. Dans notre empressement à plaire, nous avons oublié. Cela fait si longtemps que personne ne nous a rendu visite. Mon enfant, peux-tu nous pardonner d’avoir oublié cette très élémentaire politesse ?

Karigan les regarda sans prononcer un mot.

Les demoiselles durent interpréter cela comme un signe de pardon, puisqu’elles poussèrent toutes deux des soupirs d’authentique soulagement.

— Bon, alors, dit Mlle Feuille Sorbier, laisse-nous nous présenter de manière appropriée. Nous sommes les sœurs Sorbier. Je suis Feuille, et voici ma sœur Fleur.

— Notre cher papa, le défunt professeur Sorbier, nous a donné des noms rappelant des éléments de la végétation locale, dit Fleur avec un petit rire. Des surnoms affectueux, pour être exacte. Rien de plus que des diminutifs.

— À la naissance, dit Mlle Feuille Sorbier, on nous a baptisées Isabelle…

— … et Pénélope, compléta Fleur. Mais nous usons rarement e nos prénoms officiels.

Afficher en entier
Extrait ajouté par DarkTales 2019-08-14T16:00:18+02:00

Ne pars jamais du principe que l'ennemi à terre est inoffensif et ne lui tourne pas le dos. Tu le paierais de ta vie.

Afficher en entier
Extrait ajouté par SherCam 2018-09-21T18:02:50+02:00

Elle se demanda, un peu tard, comment évaluer la gravité du danger auquel elle s’était exposée. Elle se trouvait au sein des contrées boisées sauvages de la Sacoridie, seule. Elle portait un message pour lequel un homme avait été traqué et abattu. Elle laissa échapper un soupir tremblotant, se languissant soudain de son foyer : être en sécurité dans les bras de son père, entendre le babillement de ses tantes dans la cuisine. La grande et vieille demeure de Corsa lui manquait, comme lui manquaient les soucis triviaux et si prévisibles qui animaient et rythmaient la vie quotidienne.

La témérité de sa décision concernant le message lui apparut clairement. Elle prit conscience avec angoisse qu’elle ne reverrait pas son foyer avant bien longtemps.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode