Livres
523 672
Membres
541 473

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Migabo 2016-04-12T22:14:43+02:00

“Listen, you impossible creature," he said, "I'm a century and more older than--"

"Oh, be quiet," I said impatiently.”

Afficher en entier
Extrait ajouté par Migabo 2016-04-12T22:14:17+02:00

“You intolerable lunatic," he snarled at me, and then he caught my face between his hands and kissed me.”

Afficher en entier
Extrait ajouté par mademoisellle 2018-12-23T00:23:44+01:00

Il était revenu.

— Quand es-tu arrivé ?

— Cet après-midi, affirma-t-il avec raideur. Je suis venu percevoir mon tribut, bien sûr.

— Bien sûr, répétai-je.

J’étais certaine qu’il s’était rendu d’abord à Olshanka, afin de donner plus de profondeur à son mensonge.

(...)ma bouche s’ourla aux commissures. Il rougit et se détourna. Ce qui n’arrangea pas ses affaires, car tout le monde nous observait avec grand intérêt.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Migabo 2016-04-12T22:08:18+02:00

“If you don't want a man dead, don't bludgeon him over the head repeatedly.”

Afficher en entier
Extrait ajouté par mademoisellle 2018-12-22T20:07:35+01:00

soudain nauséeuse et impuissante. Je vomis dans l’herbe.

— Pas maintenant ! me hurla le Dragon, comme si je le faisais exprès.

Afficher en entier
Extrait ajouté par mademoisellle 2018-12-22T19:13:25+01:00

Il me dévisagea, outré, et je partis d’un rire incontrôlable, m’étranglant presque d’hilarité : j’étais soûle de magie et d’inquiétude.

— Espèce d’insupportable folle, grogna-t-il.

Puis il me saisit le visage à deux mains et m’embrassa.

Je lui rendis son baiser sans réfléchir, mon rire se déversant dans sa bouche.

Afficher en entier
Extrait ajouté par mademoisellle 2018-12-22T16:56:15+01:00

il me gronda furieusement pendant dix bonnes minutes, me traitant d’andouille décérébrée, rejeton d’éleveurs de cochons

– « Mon père est bûcheron ! » m’exclamai-je.

— De feignasses de manieurs de hache ! se corrigea-t-il alors.

Afficher en entier
Extrait ajouté par mademoisellle 2018-12-22T15:47:45+01:00

Il m’attira brusquement à lui et se pencha vers moi – je crois qu’il aurait aimé se pencher sur moi, mais que comme il était trop petit pour le faire, cela le mit encore plus en colère.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ChoupiChoup 2017-01-30T20:52:56+01:00

"- Kasia, l'appelai-je en mettant les mains en coupe devant sa figure.

La lumière du sort se concentra à l'intérieur, une lumière blanche d'une brillance incroyable, difficile à supporter. Je vis mon propre visage se refléter dans ses grandes prunelles vitreuses et écarquillées ; j'y découvris également mes jalousies secrètes, le fait d'avoir toujours voulu posséder tous ses atouts sans être prête à en payer le prix.[...] Toutes ces occasions durant lesquelles je m'étais sentie telle une moins que rien, la fille qui n'avait aucune valeur, celle que nul seigneur ne désirait jamais ; ces jours où j'avais l'impression d'être une grande godiche à côté d'elle. Tous les traitements de faveur qu'elle recevait : la place qui lui était réservée, les cadeaux nombreux et les attentions multiples, chacun profitant de la moindre possibilité de lui témoigner son amour tant qu'il était encore temps. A de nombreuses reprises, j'avais voulue être celle qui était spéciale, celle que tout le monde aurait choisie. Pas longtemps, jamais longtemps, mais à présent je me rendais compte de ma lâcheté : j'avais rêvé d'être unique, je l'avais secrètement jalousée, sachant que je pouvais m'offrir le luxe de revenir à ma vie normale quand j'en avait envie.[...] Je devais m'exposer à elle aussi complètement qu'un ver blanc se tortillant sous une bûche retournée. Et je devais la voir à nu, ce qui me faisait encore plus mal, car elle m'avait détestée également.

Elle m'en avait voulu d'être en sécurité, d'être choyée. Ma mère ne m'avait jamais imposé de grimper à des arbres trop hauts ; ma mère ne m'avait pas forcée à effectuer quotidiennement les trois heures de marche aller-retour jusqu'à la boulangerie chaude et poisseuse du village voisin pour apprendre à cuisine pour un seigneur. Ma mère ne m'avait pas tourné le dos quand je me mettais à pleurer, ne m'avait pas dit d'être courageuse. Ma mère ne m'avait pas donné trois cents coups de peigne par nuit pour que je reste belle, comme si elle voulait que je sois choisie ; comme si elle voulait une fille qui irait à la ville pour y devenir riche et envoyer de l'argent à ses frères et sœurs restants, ceux qu'elle s'autoriserait à aimer - oh, je n'avais jamais imaginé cette secrète amertume, aussi aigre que du lait tourné. Et puis...Spoiler(cliquez pour révéler)et puis elle me détestait même d'avoir été choisie. Elle n'était pas l'élue, après tout. Je la vis assise à la fête après coup, perdue, tandis que tout le monde murmurait autour d'elle. Elle ne s'était jamais imaginé restant au village, dans une maison qui n'avait pas prévu de l'abriter plus longtemps. Elle s'était résolue à paye le prix de ses dons et à faire montre de courage. Sauf qu'à présent, elle n'avait plus de raison d'être brave, et plus d'avenir radieux en perspective. Les garçons plus âgés lui souriaient avec une sorte de confiance étrange et de suffisance. Une demi-douzaine d'entre eux l'avaient observée de loin, comme s'ils n'osaient pas l'approcher, lui parlaient désormais avec familiarité, comme si elle n'avait rien d'autre à faire que d'attendre d'être choisie par un autre. Et quand j'étais revenue tout en soie et en velours, les cheveux pris dans un filet de bijoux, les mains pleines de magie, indépendante, elle s'était dit : Cela devrait être moi, cela aurait dû être moi; comme si j'étais une voleuse qui lui avait usurpé son bien."

Afficher en entier
Extrait ajouté par mademoisellle 2018-12-22T21:23:04+01:00

Elle finit alors par me repérer. Elle pivota vers moi et baissa le nez vers le sol, où je gisais encore.

— J’ai cru comprendre que c’était ça, la faiseuse de miracles du royaume.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode