Livres
395 240
Comms
1 388 189
Membres
290 192

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Je peux t'embrasser ?

Mon sourire s'est effacé.J'ai froncé les sourcils.

-Quoi?

-Est-ce que je peux t'embrasser?

-Pourquoi?

-Pour voir ce que ça fait, a répliqué Callum.

Berk!Double berk!Mon nez s'est plissé malgré moi.

S'embrasser ? Pourquoi est-ce que mon meilleur ami avait tout à coup envie d'un truc aussi...débile?

-Tu en as vraiment envie ? ai-je grimacé.

Callum a haussé les épaules .

-Oui.

-Bon, d'accord.

Mon nez s'est de nouveau plissé.

-Mais faite vite!

Afficher en entier

N'oublie pas une chose, Callum, quand tu flottes dans une bulle, la bulle finit toujours par éclater. Et plus la bulle t'a emmené haut, plus la chute est douloureuse.

Afficher en entier

Le trajet à été un cauchemar. Un cauchemar qui a gâché toute la journée. Qui m'a gâché toute la journée. Nous allions au parc. Il ne nous restait que trois arrêts quand ils sont montés. Les policiers. Ils étaient deux. Leur visage reflétait un profond ennui.

-Cartes d'identité, s'il vous plaît.

Sephy a eu l'air surpris. Pas moi. Nous avons sorti nos cartes d'identité pendant que les officiers contrôlaient les autres voyageurs. J'étais le seul Nihil dans le wagon. Allaient-ils me poser des questions? Eh, à ton avis Callum? Est-ce que la merde de cochon pue?

Un des policiers, grand et musclé, fine moustache sous le nez, s'est arrêté devant moi. Il a regardé ma carte sans un mot. Puis il a aboyé:

-Ton nom?

Tu ne sais pas lire?

-Callum McGrégor.

-Ton âge?

-Quinze ans.

Tu ne sais pas lire les chiffres on plus, on dirait

-Où tu vas ?

Ça ne te regarde pas.

-Au parc.

-Pourquoi?

Me couper les ongles de pied.

-Pique-niquer.

-Où habites-tu?

Sur la lune.

-Quartier des Prairies.

Afficher en entier

Il y a un proverbe qui dit : "Attention à ce que tu souhaites, tu pourrais l'obtenir".

Afficher en entier

- Je t'aime, adit Callum tout doucement.

- Alors laisse-moi part...

Callum a posé son index sur mes lèvres.

- Je t'aime, a-t-il répété. Je te l'ai déjà dit une fois,mais tu dormais. J'avais peur que tu m'entendes. Maintenant, je n'ai plus peur.

Afficher en entier

Elle m'a souri dans les brumes du sommeil. Elle a pris mon visage dans ses mains et a refermé les paupières. Elle m'a embrassé à son tour, sa langue dansait dans ma bouche. Il y a eu comme un feu d'artifice dans mon corps. Je n'arrivais plus à respirer. Elle non plus. Elle s'est ecartée brusquement.

- pourquoi tu m'embrasses ? lui ai-je demandé.

La frustration et la colère percaient dans ma voix.

- c'est de l'amour ou de la culpabilité ?

Sephy a eu un air triste et blessé. Elle a roulé loin de moi. Je l'ai ratrappee et serrée.

- Pardon, ai je murmuré

- tu devrais peut etre partir a chuchoter Sephy, sans me regarder.

- pas encore s'il te plait, je suis désolé.

Je lui ai levé le menton pour obliger ses yeux à croiser les miens. Elle a esquissé un sourire. Moi aussi.

J'ai ouvert mes bras pour qu'elle s'y glisse.

-dormons un peu d'accord ?

Séphy a acquiéscé. Je me suis allongé sur le dos et Séphy a posé sa t^te sur mon épaule.Elle s'est endormie en moins d'une seconde.

J'ai attendu dix minutes, quinze peut etre et j'ai murmuré à son oreille :

- Sephy, tu veux que je te dise un secret ?

Elle a éloigné son oreille de ma bouche. Mon souffle devait la chatouiller. Elle dormait profondement.

Je n'y tenais plus. Il fallait que je parle.

- je vais te faire un aveu, ai je continué

Et je lui ai raconté ce que je n'avais jamais raconté à qui que ce soit. ce que j'avais refusé d'avouer à moi-même.

Le plus grand de tous les secrets.

Mon dieu, si tu existes quelque part, je dois reconnaitre que tu as un sens de l'humour assez particulier...

Afficher en entier

Callum m'a regardée. Je ne savais pas, avant cela, à quel point un regard pouvait être physique. Callum m'a caressé les joues, puis sa main a touché mes lèvres et mon nez et mon front. J'ai fermé les yeux et je l'ai senti effleurer mes paupières. Puis ses lèvres ont pris le relais et ont à leur tour exploré mon visage. Nous allions faire durer ce moment. Le faire durer une éternité. Callum avait raison: nous étions ici et maintenant. C'était tout ce qui comptait. Je me suis laissée aller, prête à suivre Callum partout où il voudrait m'emmener. Au paradis. Ou en enfer.

Afficher en entier

-Chut... Je ne vais pas te faire mal. Je ne veux plus jamais te faire mal. Je t'aime, a murmuré Callum contre mes lèvres.

Afficher en entier

-Quand nous avons fait l'amour, j'ai su que je t'aimais plus que tout au monde. Que je t'avais toujours aimé et que je t'aimerai toujours. Mais j'ai aussi compris ce que tu me répétais depuis toutes ces années. Tu es un Nihil, je suis une Prima et nous ne pourrons jamais vivre ensemble. Personne ne nous laissera jamais vivre en paix. Même si nous avions fui comme je le désirais, ça n'aurait pas marché plus d'un an ou deux. Un jour ou l'autre, les gens auraient trouvé un moyen de nous séparer. C'est pour ça que je pleurais. C'est pour ça que je ne pouvais plus m'arrêter de pleurer. Pour tout ce que nous aurions pu vivre et que nous ne vivrons jamais.

Afficher en entier

Je n’avais pas encore compris que les mots avaient un tel pouvoir. Ceux qui affirmaient que les mots ne pouvaient pas faire mal se trompaient.

Afficher en entier