Livres
458 484
Membres
411 871

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« — Salut. J’adore tes gosses.

— Fais-moi une offre.

— Ouais, mais non. Je préfère venir les voir dans leur habitat naturel. »

Afficher en entier

- Je suis désolé d’avoir dépassé les limites. Quand je me suis rendu compte que tu faisais un cauchemar, je suis passé en pilote automatique. Je n’étais pas en train de… de tenter quoi que ce soit.

Evan ne répondit pas. Matt regarda son ami. Il avait le regard rivé droit devant lui, dans le vide, le visage fermé. Il s’était changé en rentrant et portait à présent un tee-shirt gris – avec une jolie vue sur son tatouage, merci beaucoup – et un pantalon de jogging noir, et d’une certaine façon cela poussait Matt encore plus près du précipice. Une vague de désir irrésistible venait entamer quarante-deux ans de machisme et la notion naguère bien nette de ce qu’il était.

- Je ne veux pas foirer cette amitié, Evan.

- Tout va bien. Je te l’ai dit… Ça ne m’a pas dérangé. Simplement, je ne veux pas te donner de faux espoirs… Je n’avais pas la moindre idée…

- Mec, tu ne comprends pas ? C’est de ma foutue tête qu’il s’agit et je ne comprends pas.

En entendant ça, Evan leva les yeux vers lui.

- Tu veux dire… J’avais conclu que tu étais bisexuel.

Surpris, Matt secoua la tête.

- Non.

- Alors quoi ?

Matt lui lança un regard perçant.

- Toute ma putain de vie s’est retrouvée complètement chamboulée, voilà ce qui s’est produit, bordel. J’ai passé les vingt-huit dernières années à courir derrière des femmes et, à présent, je bande pour un mec.

Et merde ! Ça lui avait échappé, et il aurait donné n’importe quoi pour ne pas avoir prononcé cette dernière phrase.

Il y eut un silence de stupéfaction. Evan avait tout du proverbial lapin pris dans la lumière des phares.

- Pourquoi n’as-tu rien dit ?

- Parce que… euh… parce que nous sommes hétéros, non ? Je n’ai pas pensé à nous en ces termes.

- « Nous » ?

- Tu vois ce que je veux dire.

- Je jure devant Dieu que non.

- Écoute, Evan. Je ne sais pas quoi te répondre. (Matt s’arracha au fauteuil. Tout ça était au-dessus de ses forces.) Je m’en vais.

- Pourquoi ?

- Pourquoi ? Pourquoi d’après toi ? Je suis gêné à mort et je flippe, OK ? Je ne sais pas comment gérer ça, putain !

Il passa à côté du canapé pour aller récupérer ses chaussures.

- Ne fais pas ça.

Matt ne s’arrêta pas. Il essayait de ne rien entendre d’autre que le sang qui battait à ses oreilles. La situation devenait dangereuse.

- Ne pars pas, Matt. (L’émotion commençait enfin à se faire entendre dans la voix d’Evan.) Je t’ai demandé de ne pas partir hier soir, et tu es resté.

- Ça suffit. Je ne peux pas faire ça, répéta Matt plusieurs fois à voix basse. On ne peut pas faire ça.

Il gardait les yeux rivés sur ses chaussures, envahi par un sentiment d’impuissance et de terreur. Il se sentait exposé. Avoir envie de quelque chose à ce point… c’était trop dangereux.

Il sentit Evan s’approcher, mais il refusa de lever les yeux vers lui.

- Ne pars pas. (Evan lui toucha la joue.) Je veux que tu restes.

Matt se mit à frissonner quand Evan commença à lui caresser la mâchoire.

- Et on fait quoi ?

- Je ne sais pas précisément… Est-ce qu’on peut y aller doucement ? Je ne veux pas que tu me croies facile.

Matt ne put se retenir de rire. Impossible de faire autrement. Il leva les bras et prit avec hésitation les mains de son ami. Puis il se redressa, et ils se retrouvèrent debout à quelques centimètres l’un de l’autre.

Evan haletait presque et tremblait sous ses mains.

Matt les laissa prendre le même chemin que la nuit précédente. Sur les bras, les épaules, les clavicules sous le tee-shirt au toucher soyeux, la nuque massive. Il sentit les muscles tendus, la respiration hachée. Il contempla le visage anguleux d’Evan. Il était pâle. Les yeux clos, il frissonnait.

Matt aussi. Sa bouche lui faisait mal tant il se forçait à l’empêcher de faire ce qu’elle désirait plus que tout. Vas-y, Matty, lui murmurait son double intérieur. Il ne veut pas que tu t’arrêtes.

Alors il fit ce dont il avait envie depuis des semaines : il posa les lèvres sur celles d’Evan.

Ce fut comme une décharge électrique. Il ne s’agissait que de peaux posées l’une contre l’autre, mais ils se sentirent secoués jusqu’au plus profond de leur être.

Matt alla un peu plus loin : il glissa le bout de la langue le long des lèvres d’Evan, insistant et ressentant une joie intense quand son ami accepta la pression en offrant la résistance nécessaire pour qu’ils restent tous deux debout.

Afficher en entier

He needed to move against Evan, wanted to move inside him but he didn’t know how to get to that point and the frustration made him crazy.

Matt moved to lie on top of Evan, supporting himself on trembling arms. Looked at his sweat-sheened face and haunting blue eyes.

- Tell me to stop.

Evan reached up and ran his fingers across Matt’s mouth.

- Don’t you fucking dare.

Afficher en entier

Fréquenter un Evan déprimé n’avait déjà pas été facile : cela faisait naître chez lui toutes sortes de sentiments, mais un Evan heureux ! Seigneur ! Matt avait passé toute la journée à tenter désespérément de ne pas garder les yeux rivés sur son visage. Il rayonnait. Il riait de bon cœur. Et il souriait, il souriait vraiment.

Afficher en entier

Il avait laissé derrière lui le matin même un amant certes timide mais impliqué, et à présent il se retrouvait devant cet étranger froid aux yeux enflammés qui lui délivrait un discours qui signifiait la fin de tout ce en quoi il avait cru.

Afficher en entier

Que se passerait-il si les voisins entendaient dire qu'il couchait avec Matt ? Si les enfants s'en apercevaient ? Il essaya de se représenter en train de réunir les enfants pour leur parler de leur relation. Frissonnant un peu, il porta les mains à la tête comme pour supprimer les tremblements.

Afficher en entier

Matt se demanda pourquoi il prenait la peine de jouer les imbéciles avec Liz. Il ne pouvait pas la faire à cette femme. Il n'avait jamais pu.

- Au début, c'était le fait que c'était un homme, et ça a fini, je ne sais pas... par s'estomper. A présent, tu sais, j'y pense de temps en temps, mais la plupart du temps... j'ai juste envie d'être avec lui. Je veux que ce truc marche.

Afficher en entier

« Matt poussa un profond soupir. Il regarda le contenu de son assiette avec nostalgie : il aurait préféré mâcher que parler. Enfin, il prit une profonde inspiration et déclara :

— Je suis tombé amoureux de quelqu’un.

Elle ne répondit rien, et il sur qu’elle attendait la deuxième partie de son annonce, qui flottait lourdement entre eux.

— Un homme.

C’est d’une voix soudain épaisse qu’il avait réussi à prononcer ces mots. Liz, bénie soit-elle, ne se mot ni à cligner des yeux ni à bafouiller, mais se contenta de prendre la main de Matt dans la sienne et de la serre.

— Félicitation, Matt ! C’est un sacré veinard. »

Afficher en entier

« Inspirant profondément, il serrait les poings à s’en faire péter les phalanges.

Allez-vous en, pensait-il, désespéré. Partez et laissez-nous parler… Laissez-moi lui parler. Il faut que je m’assure qu’il va bien.

Et, lorsque Vic l’appela, il sentit son cœur bondir dans sa poitrine. »

Afficher en entier

he'd been a cop long enough to know what actual perversion looked like and it sure wasn't two guys or two women going out to dinner and holding hands.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode