Livres
595 823
Membres
674 261

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

-Ce jeu m'a l'air horrible, râla Hadès.

Il était debout au milieu de son bureau, une pièce magnifique avec des fenêtres allant du sol au plafond et une grande cheminée en obsidienne. Il avait enfilé une chemise en revenant au palais, Perséphone en fut soulagée, parce que sa nudité l'aurait distraite pendant qu'ils jouaient.

- Tu dis ça parce que tu n'y as jamais joué.

- Ça m'a l'air plutôt simple : la pierre bat les ciseaux, les ciseaux battent le papier et le papier bat la pierre. Explique-moi, d'ailleurs, comment le papier l'emporte sur la pierre ?

- Le papier recouvre la pierre, répondit Perséphone.

Hadès fronça les sourcils en entendant l'explication et la jeune déesse haussa les épaules.

- Pourquoi un as est-il un joker ?

- Parce que c'est la règle.

- Eh bien, la règle veut que le papier recouvre la pierre ! Prêt ?

Ils levèrent leurs mains et Perséphone ne put s'empêcher de glousser. Tous les mortels auraient dû, avant de mourir, pouvoir voir le dieu des Morts jouer à pierre-papier-ciseaux.

Afficher en entier

« Why am I naked?” Persephone asked.

“Because you insisted on it,” he answered in a voice void of the barely-restrained desire he’d exhibited in the limo. She didn’t have many memories from last night, but she was sure she’d never forget the press of Hades’ fingers into her thighs, or the delicious friction that sent shockwaves through her body. “You were very determined to seduce me.”

Persephone blushed fiercely, embarrassed. She looked away when she asked, “Did we—”

Hades laughed darkly. Persephone clenched her teeth so hard, her jaw hurt. Why was he laughing? “No, Lady Persephone. Trust me, when we fuck, you’ll remember.”  »

Afficher en entier

- Mon peuple te verra toujours comme sa reine après tout ce que tu as fait pour lui, que tu le veuilles ou non.

Sa poitrine se serra en entendant les paroles d'Hadès. Elle voulut lui dire qu'elle l'aimait, mais il n'avait pas fini.

- Quant à moi, eh bien... tu seras toujours la reine de mon cœur.

- Tu n'en sais rien, dit-elle.

Il ne pouvait pas le savoir, même si elle souhaitait désespérément que ce soit vrai.

- Je t'ai attendue l'équivalent de plusieurs vies, dit-il, comme s'il adressait un serment au firmament, aux océans, à toutes les âmes du monde, à l'univers tout entier. Je le sais, conclut-il.

Afficher en entier

« - Si tu fais de moi ta prisonnière, je passerai le reste de ma vie à te haïr.

- Tu me hais déjà. »

Afficher en entier

Hadès aime plus que tout un bon défi, et toi, ma chère déesse, tu es le pire pari qu'il n'ait jamais pris.

Afficher en entier

La vie est dure, Hadès, et parfois le simple fait de vivre est une punition suffisante. Les mortels ont besoin d'espoir, pas de menaces.

Afficher en entier

- je t'ai attendue l'équivalent de plusieurs vies, dit-il, comme s'il adressait un serment au firmament, aux océans, à toutes les âmes du monde, à l'univers tout entier. Je le sais, conclut-il.

Afficher en entier

« – Je ne reçois pas d’ordres de toi, Hadès.

– Crois-moi, j’en ai conscience, ma chérie, répondit-il en haussant un sourcil.

– Je ne suis pas à toi et je ne suis pas ta chérie.

– On a déjà parlé de ça, non ? Tu es à moi. Je crois que tu le sais aussi bien que moi. »

Afficher en entier

- Il gardera ton secret , sinon il se retrouvera au Tartare .

Hermès épousseta ses bras et son torse .

-Tu sais , Hadès , tout n'est pas obligé d'être une menace . Tu devrais essayer de demander , de temps en temps . Par exemple , tu aurais pu me demander de m'éloigner de ta déesse , au lieu de me projeter à l'autre bout des Enfers .

Afficher en entier

- Tu n'as fait preuve d'aucune compassion envers lui, dit-elle.

Il la dévisagea longuement, mais ne dit rien, et elle se demanda ce qu'il pensait.

- Pire encore, tu t'es moqué de son amour pour sa femme.

- J'ai remis en cause son amour. Je ne m'en suis pas moqué.

- Qui es-tu pour remettre en cause l'amour ?

- Un dieu, Perséphone.

Sa réponse la mit hors d'elle.

- Tu as tous ces pouvoirs et tu ne t'en sers que pour faire souffrir. Comment peux-tu être si passionné et ne pas croire à l'amour ?

Hadès rit sèchement.

- Parce que la passion n'a pas besoin d'amour, ma chérie.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode