Livres
392 212
Comms
1 374 958
Membres
283 478

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait de Le Livre des Baltimore ajouté par claiiiiiiiiire 2016-03-29T09:48:36+02:00

Pourquoi j'écris ? Parce que les livres sont plus forts que la vie. Ils en sont la plus belle des revanches.

Afficher en entier
Extrait de Le Livre des Baltimore ajouté par Alias-Rosiel 2016-03-18T20:43:06+01:00

L'idée, c'est un événement qui peut se produire à tout moment.

Afficher en entier
Extrait de Le Livre des Baltimore ajouté par Victoria971 2017-01-11T09:56:58+01:00

Beaucoup d'entre nous cherchons à donner du sens à nos vies, mais nos vies n'ont de sens que si nous sommes capables d'accomplir ces trois destinées : aimer, être aimé et savoir pardonner. Le reste n'est que du temps perdu.

Afficher en entier
Extrait de Le Livre des Baltimore ajouté par QueenM 2016-06-24T00:00:45+02:00

- Wood’, pourquoi tu me protèges ?

- Je te protège pas. C'est juste que j'aime bien être avec toi.

- Moi, je crois que tu me protèges.

- Alors toi, tu me protèges aussi.

- Je te protège de quoi ? Je suis tout minus.

- Tu me protèges d'être tout seul.

Afficher en entier
Extrait de Le Livre des Baltimore ajouté par Alias-Rosiel 2016-03-20T19:12:43+01:00

Tu sais, mon garçon, les adultes sont des gens bizarres.

Afficher en entier
Extrait de Le Livre des Baltimore ajouté par GladysditeRaton 2016-01-27T20:32:08+01:00

Arrête avec le Drame, Marcus. Il n'y a pas un Drame, mais des drames. Le drame de ta tante, de tes cousins. Le drame de la vie. Il y a eu des drames, il y en aura d'autres et il faudra continuer à vivre malgré tout. Les drames sont inévitables. Ils n'ont pas beaucoup d'importance, au fond. Ce qui compte, c'est la façon dont on parvient à les surmonter. Tu ne surmontes pas ton drame en refusant de célébrer Thanksgiving. Au contraire, tu t'enfonces encore plus à l'intérieur. Il faut arrêter de faire ça, Marcus. Tu as une famille, tu as des amis. Je veux que tu recommences à fêter Thanksgiving. Promets-le-moi

Je te le promets, Oncle Saul

Il toussa, but un peu d'eau

Afficher en entier
Extrait de Le Livre des Baltimore ajouté par ninin61 2016-01-12T16:06:25+01:00

Grâce aux livres

Tout était effacé

Tout était oublié.

Tout était pardonné.

Tout était réparé.

Afficher en entier
Extrait de Le Livre des Baltimore ajouté par Laurie67 2017-09-07T21:37:07+02:00

Tu es Juste. Beaucoup d'entre nous cherchons à donner du sens à nos vies, mais nos vies n'ont de sens que si nous sommes capables d'accomplir ces trois destinées: aimer, être aimé et savoir pardonner. Le reste n'est que du temps perdu.

Afficher en entier
Extrait de Le Livre des Baltimore ajouté par Palmyre 2017-08-19T16:11:12+02:00

Honneur à la mémoire de notre grand-père Max Goldman. Il décéda six semaines plus tard. Je garde de ces derniers moments avec lui le souvenir de sa vivacité et de son sens de l’humour, même aux portes de sa dernière demeure. La tendresse de son rire ne quitte pas ma mémoire. Ni son exigence. Ni sa démarche et son éternelle élégance. Il n'est pas de cérémonie, de remise de prix, de rendez-vous important qui, au moment de nouer une cravate autour de mon cou, ne me fasse pas penser à lui, toujours impeccablement vêtu.

Afficher en entier
Extrait de Le Livre des Baltimore ajouté par maev7 2017-07-24T00:50:01+02:00

_ Ah bon ? Et où se trouve notre avenir, Roy ?

_ Dans le cinéma, Goldman. Le cinéma !

_ Le cinéma ?

_ Le cinéma, Goldman, le voilà l'avenir ! Désormais les gens veulent de l'image ! Les gens ne veulent plus réfléchir, ils veulent être guidés ! Ils sont asservis du matin au soir, et quand ils rentrent chez eux, ils sont perdus: leur maître et patron, cette main bienfaitrice qui les nourrit, n'est plus là pour les battre et les conduire. Heureusement, il y a la télévision. L'homme l'allume, se prosterne, et lui remet son destin. Que dois-je manger, Maître ? demande-t-il à la télévision. Des lasagnes surgelées ! Lui ordonne la publicité. Et le voilà qui se précipite pour mettre au micro ondes son petit plat dégoûtant. Puis, le voilà qui revient à genoux et demande encore : Et, Maître, que dois-je boire ? Du coca ultra-sucré ! hurle la télévision, agacée. Et elle ordonne encore : Bouffe, cochon, bouffe ! Que tes chairs deviennent grasses et molles. Et l'homme obéit. Et l'homme se goinfre. Puis, après l'heure du repas, la télé se fâche et change ses publicités : Tu es trop gros ! Tu es trop laid ! Va vite faire de la gymnastique ! Soit beau ! Et il vous fait acheter des électrodes qui vous sculptent, des crèmes qui font gonfler vos muscles pendant que vous dormez, des pilules magiques qui font à votre place toute cette gymnastique que vous n'avez plus du tout envie de faire parce que vous digérez votre pizza​ ! Ainsi va le cycle de la vie, Goldman. L'homme est faible. Par instinct grégaire, il aime s'entasser dans les salles sombres qu'on appelle cinémas. Et bam ! On vous envoie la pub, le pop-corn, la musique, les magazines gratuits, avec des bandes annonces qui précèdent votre film et qui vous disent: "Pauvre cloche, tu t'es trompé de film, va voir plutôt celui-là, il est beaucoup mieux !" Oui, mais voilà : vous avez payé votre place, vous êtes coincé ! Donc vous devrez revenir voir cet autre film dont une autre bande-annonce vous indiquera que vous n'êtes une fois de plus qu'un pauvre benêt, et, malheureux et déprimé, vous irez engloutir des sodas et des glaces au chocolat vendus hors de prix pendant l'entracte pour oublier votre condition misérable. Il n'y aura peut-être plus que vous, et une poignée de résistants, entassés dans la dernière librairie du pays, mais vous ne pourrez lutter indéfiniment : le peuple des zombies et des esclaves finira par gagner.

Afficher en entier