Livres
443 625
Membres
379 442

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Odlag 2018-06-16T10:53:59+02:00

On attend tous qu'il se passe quelque chose. On fait comme si de rien n'était uniquement parce qu'on ne sait pas quoi faire d'autre.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Odlag 2018-06-16T10:52:14+02:00

« Il se trouve déjà des indices dans les Écritures, reprend Eve. Il nous a déjà été dit que Dieu est descendu sur Terre dans un corps humain. Nous avons déjà appris à appeler Dieu "Notre Père". Jésus a enseigné cela. »

Toutes en conviennent.

« J'apporte donc un nouvel enseignement. Ce pouvoir nous a été donné pour rectifier notre façon de penser et la remettre dans le droit chemin. C'est la Mère et non le Fils qui est l'émissaire des Cieux. Nous devons appeler Dieu "Notre Mère". Dieu Notre Mère est descendue sur Terre incarnée dans le corps de Marie, qui a renoncé à Son enfant afin de nous libérer du péché. Dieu nous a toujours dit qu'Elle reviendrait sur Terre. Et Elle est aujourd'hui revenue pour nous enseigner Ses voies. [...] »

[...]

En cette période troublée, une soif de vérité, une faim de compréhension couvaient dans le pays. Qu'est-ce que Dieu voulait bien signifier par ce changement dans la destinée de l'humanité ? En cette période troublée, dans les États du Sud, il se trouvait des prêcheurs par légions pour expliquer que ce changement était une punition pour nos péchés, que Satan était en marche parmi nous, que c'était le signe avant-coureur de la fin des temps. Mais rien de tout cela n'était la vraie religion. Car la vraie religion est amour et non pas crainte. La mère qui berce son enfant dans ses bras : voilà l'amour et voilà la vérité. Les filles se transmettent la nouvelle. Dieu est revenue, et Son message nous est destiné, à nous seules.

Afficher en entier
Extrait ajouté par AlexListrat 2018-04-28T20:43:01+02:00

Quand une multitude parle d'une seule voix, c'est là la force, et c'est là le pouvoir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par sorello 2018-03-20T11:14:17+01:00

Elle écoute aux portes, ou bien dissimulée derrière l'angle d'un mur. C'est une habitude qui ne date pas d'hier. Un enfant vulnérable doit apprendre à se méfier des adultes beaucoup plus qu'un enfant protégé et chéri.

Afficher en entier
Extrait ajouté par leila4046 2018-02-21T20:36:00+01:00

« L’homme au couteau va l’attraper de sa main libre. Roxy se prépare à se défendre d’un coup de pied, ou de poing, mais une sorte d’instinct lui dicte une riposte inédite. Elle lui saisit le poignet. Elle imprime une torsion à quelque chose dans sa poitrine, comme si elle avait toujours su comment faire ça. L’homme secoue le bras pour essayer de se libérer, mais il est trop tard.

Elle prit l’éclair au creux de sa main. Elle lui commanda de frapper.

Il y a un flash lumineux qui crépite et un bruit qui rappelle celui d’un bec en origami. Roxy hume une odeur à mi-chemin entre une pluie d’orage et les cheveux brûlés. Le goût qui enfle sur sa langue est celui des oranges amères. Le nabot est à terre, maintenant. Il laisse échapper une plainte douloureuse. Son poing se ferme et se rouvre continûment. Une longue cicatrice écarlate court le long de son bras depuis son poignet. Roxy la distingue même sous les poils blonds : elle est rouge vif, et dessine un motif qui évoque une fougère, avec des frondes et des vrilles, des bourgeons et des tiges. Sa mère fixe cette cicatrice, bouche bée, […] »

Extrait de: Naomi Alderman. « Le Pouvoir. » iBooks.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Odlag 2018-06-16T11:06:43+02:00

C'est tout le problème avec l'Histoire. On ne peut pas voir ce qui n'est pas là. On peut scruter un vide et constater qu'il manque quelque chose, mais quoi ? Il n'y a aucun moyen de le savoir. Moi, je ne fais que... dessiner dans les espaces vides. Ce n'est pas une attaque.

Affectueusement,

Neil

Afficher en entier
Extrait ajouté par Odlag 2018-06-16T11:03:52+02:00

- Les femmes sont juste des animaux. Exactement comme nous, elles veulent s'accoupler, se reproduire et avoir une descendance en bonne santé. Cela dit, une femme passe neuf mois en gestation. Elle ne peut par conséquent s'occuper que de... disons cinq à six enfants au cours de sa vie.

- Et donc ?

UrbanDox fronce les sourcils, comme si la réponse tombait sous le sens. « Donc, elle ne laisseront la vie sauve qu'aux plus performants d'entre nous - génétiquement parlant. Tu vois, c'est pour ça que Dieu avait décidé de mettre le pouvoir entre les mains des hommes. Peu importent les mauvais traitements qu'on inflige à une femme - une femme, c'est comme un esclave. »

[...]

« Tu vois, l'esclavage a toujours été mal compris. Un esclave, c'est ta propriété, tu ne veux pas l'endommager. Une femme, c'est pareil. Même si un homme la traite mal, il a besoin qu'elle reste en bonne santé pour enfanter. Mais maintenant... Un seul homme génétiquement parfait peut engendrer mille, cinq mille enfants, alors à quoi bon s'encombrer des autres ? Elles vont tous nous tuer. Écoute bien ce que je te dis : il n'en survivra pas un sur cent. Peut-être même pas un sur mille. [...] »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode