Livres
512 079
Membres
523 206

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Plus tard,alors que j'accompagne Peter à sa voiture,il s'arrête devant la portière côté passager.

-Eh,combien de mecs tu as déjà embrassés ?

-Seulement trois.Toi,John Ambrose McClaren et le cousin d'Allie Feldman.

J'ai prononcé rapidement le deuxième nom,comme on arrache un pansement pour moins de douleur,mais Peter fait quand même la grimace avant de m'interroger.

-Le gamin qui louche ?

-Oui.Il s'appelait Ross.Je le trouvais mignon.C'est arrivé pendant une soirée chez Allie,et je l'ai embrassé sur un pari...Mais je le voulais.

Il me lance un regard interrogateur.

-Donc moi,John,et le cousin d'Allie.

-Mmh,mmh.

-Tu oublies quelqu'un, Covey.

-Qui ?

-Sanderson !

J'agite la main.

-Oh ça ne compte pas vraiment.

-Ross,le cousin d'Allie Feldman que tu as embrassé sur un pari,ça compte,mais Josh,avec qui tu m'as carrément trompé,ça ne compte pas? Non,non,pas de ça,dit-il en me menaçant du doigt.

Je le repousse.

-Nous n'étions pas encore ensemble, à l'époque,et tu le sais.

-Ce n'est qu'un détail,mais admettons.

Il me regarde de travers avant de poursuivre :

-Tu en accumules plus que moi,tu sais.Je n'ai embrassé que Gen,Jamila et toi.

-Et cette fille que tu as rencontrée à Myrtle Beach avec tes cousins ? Angelina...

Un air bizarre passe sur son visage.

-Ah oui ! Comment le sais-tu ?

-Tu t'en vantes auprès de tout le monde !

C'était avant l'été de la cinquième.Geneviève était dingue qu'une autre fille ait embrassé Peter avant elle.Nous avions cherché Angelica sur Internet,mais nous n'avions pas grand chose comme indices,simplement son nom.

-Donc,tu as embrassé quatre filles,et tu as fait bien plus que cela avec elles,Peter.

-C'est bon,c'est bon !

Je suis lancée.

-Tu es le seul garçon que j'ai embrassé pour de bon !

Et tu étais le premier.Premier baiser,premier petit copain,premier tout! Tu as eu plein de mes premières ,et je n'en ai eu aucune de toi !

-Eh bien,ce n'est pas tout à fait vrai,corrige-t-il d'un air penaud.

-De quoi parles-tu ?

Je plisse les yeux.

-Il n'y a jamais eu de fille sur la plage.J'ai tout inventé.

-Il n'y a pas eu d'Angelica aux gros seins ?

-Je n'ai jamais dit qu'elle avait de gros seins !

-Si,tu l'as dit à Trevor.

-Oh,d'accord ! Bon sang...Ce n'est pas ce qui compte,de toute façon.

-Qu'est-ce qui compte,alors ?

Il se racle la gorge.

-Ce jour-là,dans le sous-sol de McClaren,toi aussi tu étais mon premier baiser.

Le rire qui me gagnait s'éteint aussitôt.

-C'est vrai ?

-Ouais.

Je l'observe attentivement.

-Pourquoi ne pas me l'avoir dit ?

-Je ne sais pas.J'ai dû oublier.Et puis,c'était gênant d'admettre que j'avais inventé une fille.Ne le répète à personne !

Je me sens remplie d'un émerveillement éclatant.J'ai été le premier baiser de Peter Kavinsky. C'est vraiment merveilleux !

Je l'entoure de mes bras et lève la tête avec impatience,attendant mon baiser de bonne nuit.Il frotte sa tête contre la mienne et je me sens heureuse qu'il ait les joues si douces,qu'il ait à peine besoin de se raser.Je ferme les yeux,respire son parfum et attends mon baiser.Il pose un bisous chaste sur mon front.

-Bonne nuit,Covey.

J'ouvre les paupières.

-J'ai n'ai droit qu'à cela ?

-Tu as dit tout à l'heure que je n'étais pas si bon que ça pour embrasser,tu te rappelles ?

-Je plaisantais !

Il m'adresse un clin d’œil et saute dans sa voiture.Je le regarde s'éloigner.Même après toute une année ensemble,tout est si frais,si neuf. Aimer un garçon,être aimée en retour...c'est un sentiment miraculeux.

Je ne rentre pas tout de suite,au cas où il reviendrait.Les mains sur les hanches,j'attends vingt secondes entières,puis je commence à monter les marches,quand sa voiture réapparaît soudain devant notre maison.Il passe la tête par la fenêtre.

-Très bien,lance-t-il,entraînons-nous.

Je cours vers lui,l'attire par la chemise et penche sa tête vers la sienne...avant de le repousser et de courir en arrière,mes cheveux flottant dans le dos.

-Covey !

-Bien fait pour toi ! On se voit dans le bus demain !

Afficher en entier

Alors que le générique défile, mes larmes coulent, et même Peter semble triste. Kitty, toujours terre à terre, n'a même pas les yeux humides. Elle se lève et sort Jamie Fox-Pickle pour un petit pipi. Je reste perdue dans mes émotions, sur le canapé, et j'essuie mes larmes.

- Ils avaient réussi une telle rencadorable, dis-je d'une voix rauque.

- C'est quoi, une rencadorable?

Peter est allongé sur le côté, appuyé sur le coude. Il est si mignon que j'ai envie de lui pincer la joue, mais je me retiens de lui avouer. Il est déjà bien assez prétentieux!

- Une rencadorable, c'est quand le héros et l'héroïne se croisent pour la première fois, et c'est toujours d'une manière charmante. C'est comme cela que tu sais qu'ils vont finir ensemble. Plus c'est adorable mieux c'est.

- Comme dans Terminator, quand Reese sauve Sarah Connor et lui dit: "Viens avec moi si tu veux vivre." C'est une réplique qui tue.

Afficher en entier

(spoiler)

- Et si je lui fais encore du mal?

Elle enveloppe sa tasse de ses deux mains et boit une gorgée avant de répondre.

-Tu ne peux pas le protéger des blessures de la vie, chérie, même si tu essaies. Être vulnérable, laisser partir les gens, être blessé... c'est aussi cela , être amoureux.

Afficher en entier

« Things are ending, but they are beginning, too. »

Afficher en entier

La nuit venue, quand les invités sont partis, quand toutes les chaises sont rangées dans un coin et le restes déposés dans le réfrigérateur, je vais me changer dans ma chambre. Sur mon lit, je trouve mon album de promotion avec enfin, le message de Peter.

Mais ce n'est pas un message, c'est un contrat.

“Avenant au contrat entre Lara Jean et Peter

Peter écrira une lettre à Lara Jean toutes les semaines, une vraie lettre, écrite à la main, pas un mail.

Lara Jean appellera Peter une fois par jour, de préférence très tard, avant d'aller se coucher.

Lara Jean affichera une photo choisie par Peter à son mur.

Peter conservera le scrapbook sur son bureau pour que toutes parties intéressées se rendent bien compte qu'il n'est pas disponible.

Peter et Lara Jean se diront toujours la vérité, même si elle est difficile à entendre.

Peter aimera Lara Jean de tout son coeur, toujours.“

Afficher en entier

-Je t'ai apporté quelque chose.

Je sors le cadeau de mon sac. Elle déchire l'emballage et ouvre la boîte. C'est une photo de nous deux dans un petit cadre en forme de coeur, de la taille d'une décoration de Noël. Nous sommes sur la plage, en maillots assorties, à douze ou treize ans.

-Pends-le à ton mur où que tu ailles, que les gens sachent que quelqu'un t'attend, chez toi.

Les larmes lui montent aux yeux et elle les essuie d'un revers de la main.

-Oh, mon Dieu, tu es incorrigible

Afficher en entier

That night, after all the guests have gone, after the chairs have been stacked back up, and the leftovers put in the fridge, I go up to my room to change out my dress. Sitting on the bed is my yearbook, I flip to the back of the book, and there it is, Peter’s message to me.

Only, it’s not a message, it’s a contrat.

Lara Jean and Peter’s Amended Contract

Peter will write a letter to Lara Jean once a week. A real handwritten letter, not an e-mail.

Lara Jean will call Peter once a day. Preferably the last call of the night, before she goes to bed.

Lara Jean will put a picture of Peter’s choosing on her wall.

Peter will keep the scrapbook out on his desk so any interested parties will see that he is taken.

Peter and Lara Jean will always tell each other the truth, even when it’s hard.

Peter will love Lara Jean with all his heart, always.

Afficher en entier

As I turn the corner, I hear Peter calling out, ‘Wait ! Wait ! Sir !’ He’s following a security guard who is approaching a red backpack on the floor.

The security guard bends down and picks it up. ‘Is this yours ?’ he demands.

‘Uh, yeah -‘

‘Why did you leave it on the ground?’ He unzips the backpack and pulls out a teddy bear.

Peter’s eyes dart around. ‘Can you put that back inside ? It’s for a promposal for my girlfriend. It’s supposed to be a surprise.’

The security guard is shaking his head. He mutters to himself and starts looking in the backpack again.

‘Sir, please just squeeze the bear.’

‘I’m not squeezing the bear,’ the security guard tells him.

Peter reaches out and squeezes the teddy bear and the bear squeaks out, ‘Will you go to prom with me, Lara Jean ?’

I clap my hands to my mouth in delight.

Sternly the security guard says, ‘You’re in New York City, kid. You can’t just leave a backpack on the ground for your proposal.’

‘It’s actually called a promposal,’ Peter corrects, and the security guard gives him a look. ‘Sorry. Can I just have the bear back ?’ He spots me then. ‘Tell him Sleepless in Seattle is your favorite movie, Lara Jean !’

I rush over. ‘Sir, it’s my favorite movie. Please don’t kick him out.’

The security guard is trying not to smile. ‘I wasn’t going to kick him out,’ he says to me. To Peter he says, ‘Just ne more aware next time. In New York, we’re vigilant. If we see something, we say something, do you feel me ? This is not whatever little country town you guys are from. This is New York City. We do not play around here.’

Both Peter and I nod, and the security guard walks away. As soon as he’s gone, Peter and I look at each other and break out into giddy laughter. ‘Somebody reported my book bag!’ He says. ‘My promposal got fucked.’

I take the teddy bear out of his bag and hug it to my chest. I’m so happy I don’t ever tell him not to cuss. ‘I love it.’

‘You were going to turn the corner, and see the book bag right here by the telescopes. Then you were going to pick up the bear, and squeeze it, and -‘

‘How was I going to know to squeeze it?’ I ask.

Peter pulls a crumpled piece of paper out of the bag. It says, Squeeze Me. ‘It fell off when the security guard was manhandling it. See ? I thought of everything.’

Everything except the ramifications of leaving an unattended bag in a public place in New York City, but still ! It’s the thought that counts, and the thought is the sweetest. I squeeze the bear, and again he says, ‘Will you go to prom with me, Lara Jean ?’ ‘Yes, I will, Howard.’ Howard is, of course, the name of the bear from Sleepless in Seattle.

‘Why are you saying yes to him and not to me ?’ Peter demands.

‘Because he asked.’ I raise my eyebrows at him and wait.

Rolling his eyes, Peter mumbles, ‘Lara Jean, will you go to prom with me ? God, you really do ask for a lot.’

I hold the bear out to him. ‘I will, but first kiss Howard.’

‘Covey. No. Hell, no.’

‘Please !’ I give him a pleading look. ‘It’s in the movie, Peter.’

And grumbling, he does it, in front of everybody, which is how I know he is utterly and completely mine.

Afficher en entier

Lorsque je me réveille, je paresse dans mon lit un moment, j'entends mes bras et mes jambes en X, vers les quatre points cardinaux. La nuit dernière ressemble à un rêve. Est-ce vraiment arrivé ? Vais-je vraiment étudier à l'UNC ?

Afficher en entier

Le plus important, c'est ma lettre, celle que je lui ai écrite il y a si longtemps, celle qui nous a réunis. Je voulais la garder, mais il semblait plus juste qu’elle lui revienne. Un jour, ce sera une preuve, une preuve que nous étions là, que nous nous aimions. C'est la garantie que, quoi qu'il arrive à l'avenir, ce moment de nos vies était à nous.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode