Livres
466 869
Membres
431 399

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Edith972 2015-07-01T21:23:51+02:00

Le capitaine-lieutenant des mousquetaires de Sa Majesté ne pouvait en aucune façon permettre que l’on s’attaque au roi. Il avait juré sur l’honneur de veiller à la protection de Louis XIII au risque de sa vie. Et, implicitement, cette responsabilité transcendait la personne royale jusqu’à impliquer l’institution sacrée du trône, sur laquelle reposait la France depuis le grand Charlemagne.

Afficher en entier

Catherine retourna s'asseoir sur le bord du lit, admirant à nouveau le spectacle de la vie qui continuait. Lorsque Anneline et Jeanne furent toutes deux profondément endormies, elle retira l'enfant du sein et lui fit faire son premier rot. Puis elle entreprit de la laver en entier. Avec un chiffon propre trempé dans une eau purifiée et soigneusement tiédie, elle se mit à nettoyer le petit corps, lavant les plis dans la peau encore rouge pour en retirer les déchets.

Parvenue aux aisselles, elle releva les deux bras potelés et, sans surprise, repéra ce qu'elle cherchait depuis le début. Là, sur les côtes, à la hauteur du coeur, à gauche, se trouvait une tache de naissance rouge vin ; une tache qui aurait paru anodine à quiconque n'aurait su quoi y voir. Elle avait la forme d'une abeille au repos, les ailes repliées sur le dos.

Catherine et Anneline avaient la même, la première dans le pli du genou droit, la seconde sur la fesse gauche. La mère de Catherine l'avait eue, elle aussi, et toutes les Dujardin avant elles, aussi loin que remontait la mémoire de la lignée, si l'on en croyait la tradition. Cela les unissait et les distinguait des autres, ainsi que le fait qu'elles étaient toutes gauchères.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Edith972 2015-07-01T21:22:54+02:00

Ils marchaient depuis quelques heures dans le plus grand silence, en faisant constamment attention de ne jamais mettre un pied hors de l’eau. Les sens aux aguets, sachant qu’à cette heure ils étaient assurément poursuivis, François allait en tête d’un pas régulier, les oreilles grandes ouvertes, les yeux errant sans jamais se fixer, à la recherche d’un mouvement ou d’un bruit suspects. Anneline suivait, le fusil bien en mains, prête à faire feu à la première alerte. Il y avait longtemps qu’elle-même avait perdu le nord et, ne sachant plus où ils étaient, ils se contentaient de longer le ruisseau en espérant déboucher quelque part.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode