Votre profil Booknode a été créé !

Vous êtes  
 
Votre année de naissance  
 
Découvrez
vos lectures
de demain
Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !
En cliquant sur "Je m'inscris" j'accepte les CGU de booknode
- Créez votre bibliothèque en ligne
- Découvrez des livres proches des vos goûts
- Partagez votre passion avec d'autres lecteurs
Lire la suite...

Descriptions de l'éditeur

Pénélope Green, Tome 4 : La tiare de Nefertiti - Béatrice Bottet

Par Mondaye le 14-12-2013 Editer
Mondaye

Pénélope Green repart à l'aventure... en Égypte, en compagnie de Cyprien bien sûr !

Alors qu'ils fouillent le site d'Akhet Aton, ancienne cité des pharaons Akhenaton et Néfertiti, Martha Moreley et Robert Jennings, archéologues, n'en croient pas leurs yeux ! Se pourrait-il que dans cette cavité isolée située dans les appartements de la reine se trouve l'un des objets les plus recherchés au monde ? Fiers de leur trouvaille et désireux de la tenir à l'écart des contrebandiers, ils décident de faire appel à Pénélope Green. Si celle-ci met tout son talent pour rédiger un article sur leur travail et leur extraordinaire découverte, cette dernière sera ainsi automatiquement protégée. Ils lui demandent donc de les rejoindre au plus vite. Mais des personnes malveillantes pourraient bien avoir eu vent de leur secret et tenter de subtiliser l'objet de toutes les convoitises...

Un mystère à résoudre et un nouveau pays à découvrir, il n'en faut pas plus à notre jeune Anglaise pour s'embarquer, direction Le Caire, toujours accompagnée de Cyprien, son fidèle assistant-garde du corps français !
Par strawberry56 le 20-09-2013 Editer
strawberry56
Un mystère à résoudre et un nouveau pays à découvrir, il n'en faut pas plus à notre jeune anglaise pour s'embarquer, direction Le Caire, toujours accompagnée de Cyprien, son fidèle assistant-garde du corps français !
Par laylamouquet le 18-01-2014 Editer
laylamouquet
Le Havre, une soirée de fin d'automne pluvieuse et sombre. Dans une petite rue encombrée de tonneaux et de charrettes, derrière le port, les tavernes succédaient aux cabarets et les lieux de plaisir aux gargotes. Un homme entra au Pélican Noir - envahi de pénombre, à peine éclairé par trois ou quatre quinquets - et se fit aussitôt héler par quelques buveurs rassemblés autour d'une table de bois.
- Hé ! Ici !
- On n'attendait plus que vous.
L'homme était bien mieux mis que ceux qui avaient attiré son attention, apparemment de simples matelots attendant le départ de leur bateau. Tout en se dirigeant vers eux, il ôta son manteau humide et le secoua pour en chasser un peu les gouttes d'eau qui perlaient sur le drap. Puis il écarta les verres d'un revers de main et posa sur la place ainsi dégagée son chapeau et un grand baluchon fait d'une épaisse couverture. A l'intérieur du baluchon se fit un bruit de métal et de petits objets entrechoqués.
Une humidité épaisse régnait sur les lieux, et ça sentait le café, la vinasse, le rhum et la fumée. Au Pélican Noir, les clients se répartissaient en deux catégories : ceux qui, en petits groupes, buvaient sec, parlaient fort, braillaient des chansons sans queue ni tête et ne faisaient pas attention aux autres, et ceux qui, solitaires, à demi écroulés sur les bancs face à des verres vides, semblaient dormir ou cuver et ne faisaient pas attention aux autres.
L'homme bien mis était un Anglais du nom de James Howell. Il tira une chaise de bois face à la table, l'épousseta de son mouchoir et s'assit. Les marins qui l'attendaient se penchèrent vers lui, au-dessus du gros baluchon, en un cercle tout à coup muet et attentif.
- C'est pour demain. J'aimerais pouvoir compter sur vous, messieurs, annonça Howell.
- Sûr, vous pouvez, dit un homme plus vieux que les autres, aux cheveux et à la barbe poivre et sel, et qui semblait leur porte-parole.
Les autres approuvèrent en hochant vigoureusement du chef, l'air concentré, mais sans ajouter un mot. Ils savaient qu'ils devaient bien se tenir s'ils ne voulaient pas rater l'affaire.
- Il y a cinquante caisses à monter discrètement à bord.
- Discrètement ? s'étonna un des gars, Benedict. Ça veut dire quoi ? Clandestinement ?
- Chuuuut..., firent tous les autres en jetant des regards à droite et à gauche.
- Crétin ! fit remarquer Rigaut le poivre et sel en lui lançant une beigne sur la tête.
Rigaut avait environ quarante ou quarante-cinq ans. Comme tous les gens de mer qui avaient atteint cet âge, il semblait à la fois robuste et fatigué. Robuste grâce à son métier qui forge une musculature d'acier, fatigué par une vie de besogne éreintante où l'on ne mange jamais assez bien, où l'on ne dort jamais assez, où l'on doit affronter alternativement le calme plat ou la tempête, les icebergs ou le dur soleil des tropiques, les rixes dans les bars ou l'autorité bornée du capitaine ou du bosco. Comme les autres, Rigaut aimait assez l'idée de se retirer bientôt pour se reposer enfin d'une vie de corvées. Une petite maison de pierre sur une côte bien française, et qui sait, une femme bien soucieuse de lui être agréable. Mais pour ça, il avait besoin d'argent. Heureusement, il avait trouvé cette affaire.
Inscrivez vous !
▶ Crééz votre propre bibliothèque virtuelle.
▶ Découvrez des conseils de lecture.
▶ Echangez avec des milliers de passionnés de lecture.