Livres
466 799
Membres
431 260

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Peuplecratie. La métamorphose de nos démocraties



Description ajoutée par adeleh 2019-05-28T17:31:43+02:00

Résumé

La dynamique conquérante des populismes, particulièrement en Europe, est le symptôme d'un problème démocratique. Elle reflète ce phénomène considérable de l'antipolitique qui est à la fois le rejet de toute politique et l'aspiration à une autre forme de régime. Après l'ère de la démocratie des partis et des parlements au sortir de la guerre, puis au tournant du siècle, la démocratie du public, marquée par le déclin des cultures politiques traditionnelles, le recul des grands partis et la personnalisation du pouvoir, sa présidentialisation et sa médiatisation, nous entrons dans une nouvelle ère, qu Ilvo Diamanti et Marc Lazar appellent la "peuplecratie". La peuplecratie résulte d'un double processus. D'une part, l'ascension des mouvements et partis populistes ; de l'autre, par effet de contamination, la modification des fondements de nos démocraties. Les populistes sacralisent le peuple souverain dans le même temps où ils s'attaquent aux représentants politiques et se livrent à une critique radicale des formes institutionnelles organisant cette même souveraineté populaire. Le peuple est systématiquement valorisé en tant qu'entité homogène, porteur de vérité et considéré comme fondamentalement bon, par opposition aux élites supposées sans racines nationales. Cet antagonisme, à l'heure de la prise immédiate de parole numérique, donne une nouvelle vigueur et une tout autre dimension à la vieille idée de l'expression directe, voire référendaire, de l'opinion vraie des " vraies gens . Ainsi est altérée la signification de la démocratie en tendant à récuser la représentation et les contre-pouvoirs ; ainsi est favorisée la montée en puissance des figures, pour le moins autoritaires, de l'incarnation. Cet ouvrage, qui a eu en Italie un formidable écho, réfléchit à partir de la France et de l'Italie à l'émergence sous nos yeux de la peuplecratie.

co-auteur : Livo Diamanti

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 lecteurs


Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Bronze

Ce court livre est centré sur l’étude historique des mouvements populistes en France et en Italie, sur leur comparaison. Il donne de la matière pour analyser le populisme dans n’importe quel autre pays européen. Ce livre est donc une excellente grille de lecture pour détricoter son populisme national.

J’arrive à la conclusion que le populisme est un ensemble de techniques, de tactiques politiques, de messages en usages en démocratie. Aucun parti politique d’aucun pays n’en est dispensé. Pour reprendre un vers de Jean de La Fontaine on pourrait dire que «Ils ne mouraient pas tous mais tous étaient frappés»

Ce n’est donc pas une idéologie structurée, c’est un attirail d’attitudes, de thèmes. Bref un bric-à-brac d’outils politiques pour influencer les foules, les masses populaires. Ci-dessous quelques poncifs qui me semblent revenir souvent.

• Le rejet de l’émigré, de l’étranger, de l’Islam

• Le rejet des élites politique, intellectuelle et médiatique. Elles sont trop loin du peuple, sont, souvent corrompues

• Avant c’était mieux, les élites et la démocratie a tout perturbé.

• Le rejet de l’union européenne, de toute forme de mondialisation

• Une propension à vouloir pratiquer la démocratie directe et le référendum en lieu et place de la démocratie parlementaire représentative.

• Recherche d’une forme d’ethnicité, d’une identité spécifique chez les citoyens autochtones

• Ces citoyens constituent ce que les populistes appellent le peuple qui est paraît-il bon et omniscient. La solution vient de lui.

• Une forme de vénération pour le leader est requise. Il est l’émanation du peuple

• Il faut faire rapidement des réformes le temps des commissions d’experts et d’étude est révolu.

J’ai l’habitude de croire que « Quick is dirty » et qu’il faut laisser du temps au temps. Dès lors l’aphorisme vite fait bien fait ne me convient pas.

J’ai également du mal à comprendre comment on pourrait utiliser la voie référendaire pour statuer sur l’avortement, sur la peine de mort, sur l’euthanasie, sur le mariage pour tous.

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 2
Commentaires 1
Extraits 0
Evaluations 1
Note globale 8 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode